Archives pour la catégorie Message Info

Mémorial pour un Juste…

25 Février 2016
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Mr l'ambassadeur P. Maisonnave, J.F. Guthman, Claude Meyer, et le pasteur Fruhinsholz

Mr l’ambassadeur P. Maisonnave, J.F. Guthman, Claude Meyer, et le pasteur Fruhinsholz

C’est le Kibboutz Beit Lo’hamei haghetaot (les combattants des ghettos), près de Nehariyah au nord d’Israël, qui a accueilli la salle consacrée à l’OSE, et à la mémoire de Daniel Trocmé. Ce lieu de mémoire est proche du musée des enfants de la Shoah, Yad Layeled, en souvenir des 1,5 millions d’enfants juifs assassinés. L’initiateur du projet « Daniel Trocmé » est Claude Meyer, de l’association NEGBA.


Serge Klarsfeld

Serge Klarsfeld

L’inauguration s’est déroulée le 15 février de cette année : « Les orateurs présents étaient l’ambassadeur de France M. Patrick Maisonnave, le président de l’OSE (l’Oeuvre de secours aux enfants juifs pdt la guerre) M. Jean-François Guthman, le Pasteur Gérald Fruhinsholz de Shalom Israël, Claude Meyer, fondateur de Negba, et M. Serge Klarsfeld. Ils  ont tous insisté sur le rôle des résistants juifs et non juifs, ayant permis à beaucoup d’entre nous d’être cachés et d’être là aujourd’hui. Nous avons fait la visite de l’exposition de l’OSE « Sauvez les enfants, 1938-1945″, présentée par l’historienne Katy Hazan, où 10 enfants juifs sauvés par l’OSE et par d’autres organisations, toujours en vie, racontent leur histoire » (article de Betty Dreyfus).


Daniel TrocméL’histoire de Daniel Trocmé – Depuis le début de l’année 1943, Daniel Trocmé est en charge des vingt enfants de la pension des Grillons, au Chambon s/Lignon. Il est aussi responsable de 25 étudiants étrangers à la maison des Roches. Le 29 juin 1943, vers 6 h 30, les policiers allemands investissent les Roches. Trocmé et 18 étudiants sont arrêtés et déportés. 12 ne sont pas revenus, dont Daniel Trocmé, décédé en avril 1944 au camp de Maïdanek, en Pologne.

Magda et André TrocméMagda Trocmé, l’épouse d’André Trocmé, rapporte qu’au moment de la descente de police aux Roches, Daniel, le cousin de son mari, se trouvait aux Grillons. A l’approche des Allemands, il aurait pu fuir « par les bois, derrière la maison, c’était tout près ! Mais il a dit qu’il ne pouvait pas, qu’il était responsable des Grillons mais aussi des Roches ».
 
« Je n’ai pas peur, c’est mon devoir » – Pendant les interrogatoires aux Roches, Daniel dit à Magda : « Ne te tourmente pas, je pars avec mes étudiants, je tâcherai d’expliquer les choses, de les défendre le plus longtemps possible… ne vous en faites pas, je n’ai pas peur et c’est mon devoir ». Avant de monter dans l’autobus, première étape de son calvaire, il demande à Magda d’écrire immédiatement à ses parents.
 « Dis-leur que je leur écrirai aussitôt que possible. Dis-leur que je vais bien et qu’ils ne doivent pas se faire de souci ». Paroles admirables de courage et d’amour de son prochain. (tiré de Daniel Trocmé, Juste parmi les nations, par Marc-André Charguéraud)


*   *   *   *   *   *

Claude Meyer et Gérald Fruhinsholz

Claude Meyer et Gérald Fruhinsholz

Discours (extraits) du pasteur Gérald Fruhinsholz

A l’occasion de l’inauguration d’un mur souvenir en mémoire de Daniel Trocmé, et tant que pasteur protestant, je veux tout d’abord remercier :

– La direction du kibboutz et du musée Lohamei Hagueta’ot,

– l’Organisation l’OSE qui nous donne l’occasion de partager ce bel espace, sachant combien il est important de ne pas dissocier le travail de chacun, Juifs et non juifs, durant cette époque terrible où des enfants cherchaient le moindre lieu pour se cacher des Nazis pour échapper à la mort,

Nathalie Charron, de la famille Trocmé

Nathalie Charron, de la famille Trocmé

– Je salue bien sûr la présence de Mr Serge Klarsfeld, maître d’œuvre incontournable lorsqu’il est question de la Shoah, je salue la présence de Mr Werner Salmon, représentant le Bnei brit de Jérusalem (loge Robert Gamzon), et enfin la présence d’un membre de la famille Trocmé, Nathalie Charron, habitant Jérusalem depuis bien longtemps.

 
Je veux souligner en outre combien ce projet n’aurait pu voir le jour sans la formidable persévérance de notre ami Claude Meyer ! Claude Meyer, fondateur de la belle association NEGBA s’occupant d’enfants israéliens en difficulté, n’a pas cessé de faire aboutir ce projet pour faire connaître la remarquable histoire d’un homme se sacrifiant pour ses élèves.
Il était essentiel pour Claude de laisser en Israël un autre visage de la France, autre que celui de la France de Vichy. Il devait montrer à la jeune génération israélienne le symbole d’une résistance à l’idéologie nazie, le témoignage d’hommes valeureux de toute une région, le plateau du Chambon, et particulièrement d’un jeune homme comme Daniel Trocmé qui ne s’est pas désolidarisé de ses élèves, juifs pour la plupart, les accompagnant jusqu’à la mort. […]


*   *   *   *   *   *

Les "trois mousquetaires" de Negba : Claude Meyer, Claude Kadoush et Jean Bisseliches

Les « trois mousquetaires » de Negba : Claude Meyer, Claude Kadoush et Jean Bisseliches

A propos de Claude Meyer, co-fondateur de Negba, voici quelques pensées concernant ce mémorial : « Au travers du jeune Daniel Trocmé donnant sa vie pour ses étudiants, Claude Meyer a voulu souligner, pour l’avoir vécu lui-même, l’importance de ces Héros anonymes ayant permis à toute une génération d’enfants juifs de vivre leur vie, survivant à la persécution nazie. Même si heureusement les circonstances ne sont plus les mêmes aujourd’hui pour les enfants de Negba, la démarche reste la même : à l’image de Daniel qui a aimé ses étudiants jusqu’au bout, l’association Negba tente d’aider des enfants défavorisés à trouver le chemin de la réussite et connaître le bonheur.


Pour Claude Meyer, il y a là le sens d’une double reconnaissance : celle du passé à l’égard de ces Héros, et celle de l’amour gratuit témoigné par des Justes, comme le jeune Daniel. C’est une leçon de vie qui doit nous accompagner là où nous sommes, dans l’œuvre à laquelle nous participons, une œuvre d’amour envers les plus faibles ».

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner 
sa vie pour ses amis » – Jean 15:23




Print Friendly, PDF & Email

Découvrir Israël, une mitsvah !

10 février 2016
Pasteur Gérald Fruhinsholz


 C’est l’Maale AdumimÉternel qui ordonna à Abraham de visiter Israël ! « Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur ; car Je te le donnerai » – Genèse 13:17 (Lekh lekha). On n’a jamais fini de découvrir Israël dans sa géographie, sa culture, son économie, sa population. Une terre que D.ieu a donnée sans conteste au peuple juif..

Merci à Clément, à Sara et Yoram qui ont organisé ce tioul, donnant la possibilité de visiter ce beau pays, et d’en apprécier sa richesse et sa diversité. Visiter Israël devrait être le projet de tous les croyants bibliques. Bien évidemment, une fois n’est pas suffisante…


Maalé Adoumim était notre premier site avec le parc Zikit. Maalé adoumim est une ville située en Judée-Samarie, à l’est de Jérusalem et au bord du désert. Golda Meir dès 1970 en autorisa la construction ; aujourd’hui, c’est une belle ville de 40 000 habitants, verdoyante et bien équilibrée en différents quartiers. Zikit est donc le parc aménagé, avec plan d’eau, café (cafit), et activités de loisirs. De nombreux Français, Juifs et non-juifs ont investi dans ce projet.

Le roi de la HalvaLe roi de la ‘Halvah

Fabrication TehinaQui ne connait pas la ‘halvah, cette délicieuse pâtisserie que l’on trouve au marché Mahanei Yehouda à Jérusalem ? C’est à Michor Adoumim, la zone industrielle, que l’on trouve cette entreprise israélienne fabriquant de manière artisanale la ‘halvah, à base de te’hina, et issue de la graine de sésame.
Le sésame est extraordinairement riche (protéine et magnésium) et très bénéfique pour la santé – contre le diabète, l’arthrite, le cholestérol,  l’anxiété ; pour la protection du foie, etc…

Mamlekhet ha’halva est une entreprise familiale. Le grand-père fabriquait la ‘halva au Maroc, et aujourd’hui, Chafrir, le petit-fils continue la saga en Israël, en important la graine d’Ethiopie, et en la broyant dans des meules vieilles de quelques 160 ans. On fait ainsi la te’hina. Ajoutez de l’ail et du citron, et cela devient cette préparation salée que l’on mange beaucoup en Israël, avec le ‘houmous. Mais il y a aussi la te’hina au chocolat. Et il y a bien sûr la ‘halva, mélangée à d’autres éléments, tous naturels, constituant cette pâtisserie bien orientale.

La serre urbaine ‘Aleynou

Serre urbaineAutre site intéressant à Michor Adoumim : la serre urbaine ‘Aleynou. SerreComme chacun le sait, Israël est champion dans l’innovation, il est pionnier autant dans la technologie que dans l’agriculture, pour les cultures hors sol (agriculture hydroponique), sachant l’importance de l’urbanisation dans le monde. Cette technique permet 20% en moins d’espace, 90% en moins d’eau et 75% en moins d’engrais.

On voit par exemple des bâtiments à Tel-Aviv sur les toits desquels sont cultivés des laitues et des légumes super-frais pour les restaurants locaux. Dans l’agriculture hydroponique, il n’y a pas de saleté, il n’y a pas de désherbage, pas d’arrosage supplémentaire, et pas de pulvérisation de pesticides. (voir l’article)

A la recherche des plantes aromatiques bibliques

BalsamonSi vous allez au kibboutz Almog (près de la Mer morte), venez visiter la serre de Gilad Erlichbalsamon farm. Gilad a consacré sa fortune à rechercher les différentes plantes aromatiques, pharsemon, balsemon, et autres encens – en hébreu, levona et ktorah désignant le parfum d’encens pour le sanctuaire.

Groupe« Nous avons commencé avec une plante identifié comme étant le Balsamon biblique (baume de Galaad) et au fil du temps, nous avons constitué un ensemble non négligeable de plantes bibliques et désertiques ».
« Avec beaucoup d’amour, nous avons construit un jardin magique où vous pouvez marcher, sentir les parfums et rencontrer des plantes fascinantes et rares appartenant au patrimoine culturel du peuple juif ».
« Au fil des ans, nous avons accumulé des connaissances approfondies en matière de plantes odoriférantes, d’encens, de plantes à parfum et de plantes médicinales, de la Bible et du désert. Nous avons appris beaucoup de choses également sur la cosmétique antique et naturelle… »

En réalisant ce travail de recherche et de culture, Gilad a une idée derrière la tête, celle de pouvoir offrir, lorsque le troisièmeTemple sera en construction, l’encens et les parfums bibliques nécessaires au service lévitique dans le sanctuaire. A ce sujet, la Bible est formelle concernant le parfum spécialement conçu pour le Temple : « Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions. Vous le regarderez comme saint, et réservé pour l’Eternel » (Ex 30:7). Ces parfums sont qadosh, mis à part pour l’Éternel… comme Israël.

A tous les amoureux d’Israël, visiter Israël, c’est un commandement – une mistvah,
et c’est une joie !




Print Friendly, PDF & Email

Auschwitz : 71 ans après…

28 janvier 2016
Pasteur Gérald Fruhinsholz


DrapeauVoilà 71 ans qu’a eu lieu la libération d’Auschwitz, le camp symbole des innombrables camps de la mort nazis – c’était le 27 janvier 1945.
 
Nous sommes tellement heureux de voir de nos jours flotter le drapeau israélien, l’étendard frappé du Magen David. Quelle victoire ! La victoire de la vie contre la mort ignominieuse de plus de six millions de Juifs. Trois ans après Auschwitz, Israël renaissait ! Les « os desséchés », prophétie d’Ezéchiel (Ez 37), reprenaient vie en une armée forte et une nation à la pointe de la technologie. Rien que cette référence biblique vieille de 2800 ans nous amène à croire en D.ieu !
 

Ne pas oublier !

Yad Vashem est le musée de la Shoah par excellence. Pour toute personne visitant Israël, Yad Vashem est un lieu incontournable. Le devoir de chacun est de ne pas oublier – « Souviens-toi ! »,dit la Bible. Israël est devenu la mémoire et la conscience de l’humanité. Peut-être est-ce pour cela que le monde fait tout pour faire disparaître l’Etat hébreu. Les nations continuent de jeter l’opprobre sur Israël, recevant actuellement avec tous les honneurs le chef de l’Iran, le nouvel Haman, qui ne jure publiquement que de détruire Israël, méprisant au passages les millions de Juifs morts dans les camps.
 

« Consolez les affligés de Sion »

Ironie de l'histoire, l'Israélien Israël Kristal, un survivant d'Auschwitz, âgé de 112 ans, serait l'homme le plus vieux du monde !

Ironie de l’histoire, l’Israélien Israël Kristal, un survivant d’Auschwitz, âgé de 112 ans, serait l’homme le plus vieux du monde !

Environ 200 000 survivants de l’Holocauste vivent encore en Israël. Beaucoup d’entre eux sont en dessous du seuil de pauvreté, souffrent de problèmes de santé, se sentent souvent seuls et pensent que les générations futures oublieront la Shoah, une fois disparus.

Lors du « Jour du souvenir de la Shoah » (Holocaust Remembrance Day), l’on constate que malgré un plan de 1 milliard de shekels mis en œuvre par le gouvernement, environ 45.000 des survivants vivent en dessous du seuil de pauvreté. Après avoir survécu aux camps et aux ghettos, certains de ces octogénaires peinent souvent à joindre les deux bouts, à payer à la fois de quoi manger et/ou payer leurs médicaments.
 
Ouvrons notre coeur ! La Bible dit que D.ieu « consolera les affligés de Sion, leur donnant un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu » – Esaïe 61:3. Il meurt 30 à 40 rescapés par jour (voir article LeMonde). Aujourd’hui encore, nous pouvons adoucir la vie des survivants. C’est une mitsvah, un commandement de l’Eternel.
 
Nous n’avons plus le temps, dans quelques années il sera trop tard !
 
Logo Faire un DonMerci à chacun qui veut contribuer à bénir ces héros, survivants de l’horreur. Shalom Israël – Aide aux rescapés de la Shoah se veut être un canal pour le soutien du peuple de l’Éternel « qui nous bénit de Sion » (Ps 128).
 
 « Je mettrai mon Esprit en vous, et vous vivrez,
Je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que, moi l’Eternel, J’ai parlé et J’ai agi,
dit l’Eternel » – Ezéchiel 37:14




Print Friendly, PDF & Email

FOZ – Friends of Zion

10 janvier 2016
Pasteur Gérald Fruhinsholz

 

Rencontre du Kaiser et de Theodor Herzl, par l'entremise du pasteur William Hechler

Rencontre du Kaiser et de Theodor Herzl, par l’entremise du pasteur William Hechler

Ça y est, nous avons vu le nouveau musée FOZ – Friends of Zion Museum, le « musée des amis de Sion » situé en bas de la rue Hillel, face au grand musée en construction Simon Wiesenthal.

Venez visiter ce lieu remarquable d’une part par la technologie incroyable utilisée faisant revivre les personnages bibliques, politiques, militaires, et  pour l’histoire qu’il relate, la saga d’Israël avec la contribution de chrétiens ayant un vrai  amour pour Sion.

Hineni ! « me voici ! »

La visite de ce lieu est une superbe expérience, commençant par un voyage aérien de la terre d’Israël, nous faisant rencontrer les personnages ayant compté,  utilisés par Dieu pour ses propres desseins en faveur de sa nation, pour le salut de l’humanité.
Abraham avait obéi à Dieu : « Hineni! », de même Moïse, Esaïe, et autres héros bibliques. L’Histoire s’écrit encore aujourd’hui, avec le retour du peuple juif dans sa patrie et la création de l’Etat hébreu, car l’Histoire n’est pas finie. Et il a fallu des hommes et des femmes de bonne volonté issus des nations, qui ont également obéi à Dieu, s’inclinant devant l’autorité divine au travers du grand projet que sont Israël, la venue du Messie, et l’établissement du Royaume à venir. « Me voici ! », ont dit ces chrétiens qui avaient reçu « l’amour de Sion ».

Le sionisme chrétien

FOZCe musée décrit en effet le sionisme chrétien qui est apparut de manière évidente à partir de la Réforme, vers le 16e et 17e siècle. Martin Janececk (1) cite ces chrétiens sionistes :
« En 1686 parut L’accomplissement des prophéties, écrit par Pierre Jurieu, un juriste et huguenot français exilé aux Pays-Bas (2). On peut y lire : « C’est une chose qui n’a pas d’exemple et qui ne se peut comprendre, que Dieu depuis deux mille ans conserve ce peuple dispersé parmi les nations, sans qu’il se confonde avec elles. Cela dit clairement que Dieu les conserve pour quelque grande œuvre ».
 – A la même époque, Isaac Newton (1642-1727) qui était scientifique et chrétien, professait des idées similaires concernant le rétablissement  d’Israël : « Le mystère de cette restitution de toute chose se trouve donc chez tous les prophètes, et c’est pourquoi je m’étonne que, à ma grande stupéfaction, si peu de Chrétiens de notre temps arrivent à l’y trouver. Car ils ne comprennent pas que ce mystère consiste dans le retour final de captivité des Juifs… et leur établissement d’un Royaume juste et florissant ».
Combien ces textes sont d’une grande justesse, et actuels ! Ces hommes avaient une intuition, une inspiration ; issus de différentes nations, ensemble, ces chrétiens ont activé l’Histoire dans le sens de Dieu.

Le président Harry Truman, le Cyrus du 20e siècle ?

Le président Harry Truman, le Cyrus du 20e siècle ?

– Telle fut en 1897 et jusqu’à sa mort, l’action du Rév anglais William Hechler qui se lia d’amitié avec Theodor Herzl, lui montrant à travers la Bible, le destin que Dieu lui conférait : être le « Moïse » pour ouvrir le chemin d’un Etat juif.

– Un autre exemple est l’action du pasteur Blackstone au travers d’un Mémorial présenté au président américain de l’époque. Le Blackstone Memorial de 1891 était une pétition écrite par Eugene Blackstone, pour donner la « Palestine » au peuple juif. Cette pétition a été signée par de nombreux citoyens américains, 431 éminents personnages et présentée au président Harrison. Blackstone demandait : « Pourquoi ne pas laisser la Palestine aux Juifs ? Selon la répartition de Dieu concernant les nations, ce pays est leur patrie, c’est un héritage inaliénable dont ils ont été expulsés de force ».

Bat Ye’Or : « Juifs et chrétiens, nous avons une responsabilité ! »

Au cours d’une interview de Bat Ye’Or par le pasteur JM Thobois, l’auteur de « Eurabia » explique combien l’Occident contribue à la destruction de la civilisation judéo-chrétienne… en islamisant

notamment les sites juifs, forçant ainsi à reconnaître « l’islamité des Patriarches hébreux… C’est dire que notre histoire judéo-chrétienne est une histoire islamique »  dit-elle. « L’Unesco en fait, islamise. Elle obéit aux ordres de l’ISESCO qui gère des milliards et islamise les lieux mémoriels des judéo-chrétiens ».

Et  Bat Ye’Or de conclure à une essentielle unité entre Juifs et chrétiens : « Il faut absolument récupérer cette identité chrétienne car sans cela, l’Europe va sombrer. Il vous faut la récupérer, sinon vous allez mourir. 
Nous, Juifs et chrétiens, avons une responsabilité énorme. Celle de notre propre survie, et l’un ne pourra pas survivre sans l’autre. Si l’Europe croit qu’elle va pouvoir survivre à la mort d’Israël, elle se trompe. Elle est déjà plus entamée, plus agonisante que ne l’est Israël. Maintenant, il faut absolument former les jeunes générations pour ce combat judéo-chrétien, pour nos valeurs. Si nous ne faisons pas cela, l’islam va continuer et va gagner et ce sera la barbarie ; ce sera notre disparition…
Si les chrétiens restent là sans rien faire, les conséquences seront comme les conséquences de la Shoa. Ayant reçu la Bible, ayant reçu Jésus par l’entremise du peuple juif, il faut faire travailler cette responsabilité vis à vis de vos frères juifs et vis à vis d’eux-mêmes ». (Keren Israël n°105)

« Des deux bois, ils n’en seront qu’un dans ma main »

Dieu a permis d’inspirer des chrétiens afin qu’ils soient bibliques c’est à dire sionistes, comme Dieu l’est. Ces hommes et ces femmes ont été et sont des artisans de l’accomplissement des antiques prophéties. Le Musée FOZ termine son parcours par un surprenant film 3D avec lunettes adaptées ! Et le message qui en ressort s’adresse à chaque chrétien : « Es-tu prêt, comme tous les héros de la Bible à dire : « Hineni ! – Me voici » ?…
 
« Pour l’amour de Sion, je ne me tairai point,
pour l’amour de Jérusalem, je ne prendrai point de repos 
jusqu’à ce que son salut paraisse… » – Esaïe 62


(1) Le Millenium et le Sionisme chrétien (debriefing.org)
(2) Les Huguenots sont les Protestants français pendant les guerres de religion (au XVIe siècle) au cours desquelles ils ont été persécutés. Environ 300 000 ont fui la France suite aux terribles Dragonnades et à la Révocation de l’Edit de Nantes le 18 octobre 1685, par Louis XIV




Print Friendly, PDF & Email