Un prêtre au service de la République

27 juin 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz

 

Quand la France mêle politique et religion en Israël

Sur cette photo se saluent le Consul général de France Pierre Cochard et le Père directeur de l'Ecole biblique de Jérusalem, le Père dominicain Jean-Jacques Pérennès. Entre les deux se trouve le Père jésuite Luc Pareydt, Conseiller au Affaires religieuses du Consulat général de France – un Jésuite au service de la république laïque. Ces images émanent d'une émission de France 2 diffusée le dimanche 25 juin 2017.

 

La France, gardienne des lieux saints

La République française est la seule puissance étrangère à posséder des biens dans Jérusalem – la France est "gardienne des Lieux saints" : « L'aventure des croisades achevée en 1291, la France est l'une des premières puissances européennes à se voir de nouveau accorder des privilèges au Levant, lorsque François 1er (1) signe en 1536 avec Soliman le Magnifique le traité des Capitulations. Le traité, suivi par d'autres, confie à la France la protection des lieux saints et des chrétiens de l'Empire… Une trentaine de ces "messes consulaires" se déroulent dans l'année, et notamment le 14 Juillet. La célébration religieuse d'une fête révolutionnaire et républicaine peut surprendre, mais l'on n'est pas à un paradoxe près à Jérusalem. Outre ces messes catholico-républicaines et les privilèges religieux du consul général, la France est aussi la seule puissance étrangère à posséder des biens fonciers dans et autour de la ville. » – Le Figaro 14/09/2010

 

Israël est "un Etat d'occupation"

Ce sont les paroles du Père jésuite Luc Pareydt : "Israël est un Etat d'occupation" ! Le rôle de ce prêtre est de veiller à la "protection" des communautés catholiques. Curieusement, selon lui, les seuls ennemis de ces communautés sont les "colons juifs"… et l'Etat hébreu, qui voudrait notamment rétablir l'impôt foncier. La France bénéficiait déjà du privilège d'exemption de ces taxes sous l'empire ottoman. 

Selon ses dires, le journaliste ayant fait le reportage aurait bien voulu aller du côté israélien, mais le Prêtre ne lui a montré que la partie palestinienne, et l'autre coté du Mur, où bien sûr Israël n'est pas bien vu. Et le Père Pareydt de décrier le Mur séparant certaines communautés des quartiers de vie ; hélas, jamais il n'a été dit que, grâce à ce Mur honni, les attentats à Jérusalem ont été drastiquement réduits, de même, que les premiers responsables sont les Palestiniens eux-mêmes. 

 

Une théologie perverse

Les propos acerbes et non diplomatiques de Luc Arbeydt ne sont que le reflet d'une idéologie perverse acceptée par beaucoup et notamment du Vatican. Elle revient à dire qu'Israël n'a aucune légitimité sur la terre d'Israël, et pire, que les problèmes rencontrés par les chrétiens au Moyen-Orient sont la faute des Juifs ! 

Je cite "question plus" : "Le Vatican a accusé Israël non seulement pour l'exode des chrétiens des territoires contrôlés par les Palestiniens, mais aussi pour le sort des chrétiens dans tout le Moyen-Orient. La déclaration, qui a servi de base au dernier synode du Vatican, a également été créée par des évêques arabes du Moyen-Orient, qui ont soutenu que l'occupation des terres revendiquées par les Arabes d'Israël est à l'origine de la plus grande partie de l'oppression subie par les chrétiens la région. Ils ont suggéré qu'en l'absence d'une «occupation», les forces islamiques radicales à travers le Moyen-Orient perdraient leur base de soutien et cesseraient de causer des problèmes aux chrétiens".

Dire, comme l'affirme l'archevêque grec-melchite Boutros, que Jésus a annulé la promesse "d'une terre promise pour un peuple choisi, Israël", est un non-sens et un mensonge caractérisé. Le mot "Israël" apparaît 67 fois dans le Nouveau Testament. « Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Egypte, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d'Israël » – (Matt 2 :20-21). Il est bien question d'Israël et non de la Palestine…

De même, lors de l'Ascension, les disciples demandèrent à Jésus : "Est-ce en ce temps que tu rétabliras le Royaume d'Israël ?" (Actes 1:6). Oui et amen, le Royaume d'Israël sera rétabli, à la venue du Messie-Roi, à Jérusalem-capitale d'Israël.


La Chrétienté hélas a perdu aujourd'hui toute crédibilité, elle est en dhimmitude, avec le souci constant de plaire à l'Islam. 
Puissent les vrais chrétiens s'appuyant sur la vérité biblique se lever !
"Tout celui qui n'aura pas l'amour de la vérité, tombera sous une puissance d'égarement" – 2Thess 2:11. 

 

(1) On doit rappeler que les Croisades "chrétiennes" (exactions barbares de 1095 à 1290) ont été une terrible malédiction pour les Juifs européens- nombre de communautés juives sur le passage des Croisés, ont été massacrées et décimées, sans parler des milliers de Juifs assassinés à Jérusalem… "le 15 juillet 1099, les Juifs de Jérusalem résistent aux Croisés et se réfugient dans une synagogue ; ils y sont brûlés vifs lors de la prise de cette ville par les troupes chrétiennes de Godefroy de Bouillon. Les chrétiens rétablissent l'interdiction aux Juifs d'habiter Jérusalem. Un nouveau massacre de Juifs se produira lors de la prise de Haïfa en 1104 (wikipedia).

Concernant le roi François 1er qui, nous apprend-on à l'école, a été un bienfaiteur des arts, sachons qu'il a fait massacrer 3000 Vaudois (Protestants). « Trois mille morts, près de sept cents hommes envoyés aux galères au large de Marseille, des villages dévastés, des femmes violées, des enfants vendus… Tel est le triste spectacle qu'offre le Luberon 15 ans à peine avant les guerres de Religion. En avril 1545, François Ier ordonne au baron d'Oppède de mener à Mérindol 3 000 soldats qui remontaient des guerres d'Italie et d'éradiquer l'hérétique Eglise évangélique vaudoise, par peur de la montée du Protestantisme – (Le Point)





Print Friendly

Hadass, victime de la tolérance

18 juin 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 

N'oublions pas ce beau visage ! Il incarne la belle jeunesse israélienne, fière de son pays, heureuse d'y vivre, et déterminée à le défendre. Elle s'appelait Hadass Malka, comme la reine Esther, et était officier dans l'armée de Tsahal. Hadass a été lâchement poignardée près de la Porte de Damas, alors qu'elle affrontait de jeunes terroristes venus de Ramallah pour faire un carnage.

Avec cette période religieuse du Ramadan, Israël avait relâché la pression, ouvrant davantage ses portes pour laisser la liberté aux Musulmans de venir prier à Jérusalem… et ces jeunes terroristes ont profité de cette tolérance pour s'introduire avec des armes.

Ce décès porte à 42 le nombre d'Israéliens qui ont été assassinés depuis octobre 2015 dans des attaques terroristes palestiniennes au couteau, à la voiture-bélier ou à l'arme automatique.

Le Fatah de Mahmoud Abbas n'a pas condamné l'attaque et accuse même Israël d'avoir abattu les jeunes Arabes. Comment faire la paix avec un peuple qui fait des terroristes des héros, enseigne la haine dès l'enfance, et récompense les familles de ces kamikazes ?…

Le coordinateur du Processus de paix de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a déclaré samedi que les 'actes terroristes' comme les attaques au couteau ou par balles « doivent être clairement condamnés par tous… Je suis consterné de constater une fois de plus que certains justifient de telles attaques, les qualifiant "héroïques". C'est inacceptable ; ils cherchent à entraîner le monde dans un nouveau cycle de violence ».

 

"Jusques à quand ?…"

Il y a 3000 ans, le roi David posait la même question, et questionnait Dieu. La question demeure aujourd'hui :

« Jusques à quand mon ennemi s'élèvera-t-il contre moi ? Regarde, réponds-moi, Éternel, mon Dieu! Donne à mes yeux la clarté, afin que je ne m'endorme pas du sommeil de la mort, afin que mon ennemi ne dise pas: Je l'ai vaincu! Et que mes adversaires ne se réjouissent pas, si je chancelle… » ( Psaume 13)

David savait cependant que Dieu ne l'avait pas abandonné, sa foi en Dieu était indéracinable. Après ses légitimes interrogations, David exprime sa foi : « Moi, j'ai confiance en ta bonté, J'ai de l'allégresse dans le coeur, à cause de ton salut; Je chante à l'Éternel, car il me fait du bien »

Je suis toujours émerveillé, vivant à Jérusalem, de voir la force et la vitalité de cette jeunesse israélienne. Israël est l'un des pays où les gens croient le plus au bonheur et aiment la vie plus que d'autres. L'Etat hébreu sauve des vies, soigne les blessés syriens, et il est toujours le premier à être sur les lieux de catastrophes, pour aider et secourir. 

 

Israël, Dieu t'aime !

Je veux citer le Tanakh – Esaïe 43 : « Ainsi parle maintenant l'Éternel, qui t'a créé, ô Jacob! Celui qui t'a formé, ô Israël! Ne crains rien, car Je te rachète, Je t'appelle par ton nom: tu es à moi! … Israël, tu as du prix à mes yeux, tu es honoré (tu as du kavod), je t'aime ». 

 

Merci à Israël, si critiqué et à qui pourtant on demande conseil pour combattre le terrorisme, 

merci aux bnei israel, aux enfants d'Israël, à cette jeunesse qui défend les frontières d'Israël et assure la sécurité de tous – vous êtes les champions de Dieu !

Que soient consolés par le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, la famille d'Hadass Malka, ses frères et ses soeurs, ses proches…





Print Friendly

Israël en fête !

4 mai 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Après avoir pleuré ses morts, avec Yom hashoah et Yom hazikaron, Israël se réjouit enfin avec la Fête de l'Indépendance – Yom Haatsmaout. Après avoir énuméré les noms des disparus, ceux de la Shoah, et ceux des guerres comme ceux des attentats, Israël se donne le droit de fêter la vie, et de danser !

La Bible dit : "Tu seras rétablie, vierge d'Israël, tu auras encore tes tambourins pour parure, et tu sortiras au milieu des danses joyeuses !" – Jérémie 31:4. Ainsi, il y a plus de 2500 ans, le prophète anticipait ce temps de liesse.  

 

Jérusalem, la ville de Dieu

Ce logo du jubilé dessinant le chiffre 50, ci-dessus, allie avec art le lion de Juda, la harpe du roi David et les murailles sur lesquelles veillent "les gardes", symbolisé par le magen David. 

Nul ne peut contester, pas mêmes les Arabes, le fait qu'Israël et Jérusalem ont un destin particulier, et que 'El 'Elyon – le Très Haut, veille sur Israël, cette nation honnie et jalousée, et sur cette cité à qui le monde refuse le droit d'en faire sa capitale.

Le 14 mai 1948 (le 5 Iyar 5708 dans le calendrier juif), accomplissait la prophétie d'Esaïe (66:8) vieille de 2600 ans. Et le 7 juin 1967 (le 28 Iyar 5727), alors que la Jordanie attaquait la ville, Israël libérait la ville de David et la réunifiait (lire les combats héroïques par les paras israéliens dans ourielpost). Nous savons que Jérusalem fut prise par les guerriers du roi David, du temps où elle s'appelait Jébus (lire 2 Sam 5:6-12, et 1 Chron 11:4-9). 

Déjà dans la Torah, Dieu avait prédestiné la ville sainte comme étant "le lieu (HaMaqom) que l'Eternel a choisi pour y faire résider Son nom" (Deut 12:5,11,14,18,21,26). 

C'est dans cette même ville que le Messie devant établir un vrai Royaume de paix et de justice, se présentera et imposera Son règne : "Ses pieds se poseront en ce jour sur le mont des oliviers en face de Jérusalem" (Zach 14:4). Et le Seigneur de gloire entrera dans le Temple reconstruit : "Et la gloire du Dieu d'Israël s'avançait de l'orient… et entra dans la maison (HaBeit) par la porte du côté de l'orient" (Ezéchiel 43) – c'est la Porte Dorée, ou Porte de la miséricorde, se trouvant en face des innombrables tombes juives sur le Mont Sion, dans l'attente de la Résurrection. 

 

La preuve par les nations !

Le monde ne cesse de vouloir délégitimer Israël ! Le jour même de Yom Haatsmaout, étrangement , la énième résolution contre Jérusalem. Cet entêtement si ridicule confirme ce qui a été prédit par le prophète Zacharie, il y a plus 2500 ans : « Parole de l'Eternel : Je ferai de Jérusalem, une coupe d'étourdissement pour tous les peuples (arabes) des alentours… et une pierre pesante pour tous les peuples » – Zach 12:2-3. 

"Vingt-deux États se sont prononcés en faveur de cette résolution. Vingt-trois autres se sont abstenus dont la France et l'Espagne. Dix pays  ont voté contre dont l'Italie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Grèce, l'Ukraine, le Togo, la Lituanie, les Pays-Bas ou encore l'Allemagne" – (lemondjuif.info). 

Honte à la France ! Comme le souligne le CMJ, le Congrès mondial, à l'adresse de la France : 
"France, comment réagiriez-vous si l'UNESCO déplaçait votre capitale ?"
Bravo aux quelques pays qui ont su dire "non" ! Les autres récolteront la fureur de l'Eternel. 
 

"Dites, quel est votre secret ?"

« Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai séparés (distingués) des peuples, afin que vous soyez saints, à moi » – Lév 20:26. 

Israël fait la fête dignement et follement, quelle que soit l'humeur des nations. "Les enfants d'Israël danseront encore dans les rues de Jérusalem", disait Jérémie. 

Israël se porte bien ! "A l'occasion de Yom Haatsmaout, le ministre de l'Economie Elie Cohen a annoncé qu'Israël a été classé à la 21e place mondiale sur 187 pays pour le PNB/hab… Le ministre note que la croissance israélienne a augmenté de 62% depuis l'an 2000, que le chômage est à son plus bas niveau historique et que l'entrée des orthodoxes sur le marché du travail subit une évolution positive" – lphinfo.com.

Durant la Fête, Binyamin Netanyahou a parlé, terminant son discours par ces mots : "Tous les dirigeants du monde entier, lorsque je les rencontre, me demandent avec étonnement : «Dites, quel est votre secret ?». Et je leur réponds avec enthousiasme : notre secret, notre secret – c'est vous, les citoyens d'Israël! Les rêveurs, les entrepreneurs, les gens qui osent, des personnes chaleureuses avec un grand cœur! Juifs et non-juifs, nouveaux et anciens immigrants, citoyens d'Israël, il n'y a rien d'autre comme notre état, comme notre peuple. Joyeuse journée d'Indépendance, Israël!".


J'ajouterais que le secret pour Israël est également d'être le "peuple de Dieu", et que le Créateur de l'univers a pour Israël "des projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance" – Jér 29:11.





Print Friendly

Roglit, la mémoire pour la Vie

24 avril 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Yom hashoah – Ranimer la flamme du souvenir, revivifier la mémoire en Israël émane d'un impérieux devoir… Pour ne pas oublier, pour ne pas laisser mourir encore des millions d'êtres chers, parents, enfants, vieillards, disparus en fumée et en cendres, formant une multitudes de noms à jamais gravés sur des murs. 

Roglit est le Mémorial des Juifs de France : quelques 80 000 noms y sont inscrits, non plus par convois, mais par ordre alphabétique, regroupant ainsi les familles qu'il importe de faire revivre… le trou noir de la Shoah se doit d'être éclairé par l'énergie vivante du souvenir. 

 

Hélène le Gal, madame l'ambassadeur de France

Roglit est le passage obligé pour tout ambassadeur de France à l'occasion de Yom hashoah. Hélène le Gal n'a pas dérogé à la règle, et a affirmé d'emblée la responsabilité de la France, dont voici quelques mots : 

« Oui, la France est responsable de la déportation des Juifs de France… de la rafle du Vel d'Hiv'. 

Oui, la France a commis l'irréparable… Oui, elle a livré ses protégés à leurs bourreaux.

Les valeurs de la France ont été trahies, et son honneur n'a été sauvé que par les milliers de Justes qui ont caché et sauvé des centaines de Juifs….

L'antisémitisme n'est pas une opinion, mais une aberration… »

Ensemble, Hélène Le Gal et Beate Klarsfeld, ont rallumé la flamme du souvenir, avant que toute l'assemblée ne chante d'un seul coeur la Marseillaise et l'hymne israélien, l'Hatiqvah.

 

Beate Klarsfeld, la résistante

On se souvient de l'épisode incroyable de Beate Klarsfeld giflant le Chancelier allemand Kurt Kiesinger, ancien nazi au pouvoir en 1968. 

« Je suis une jeune Allemande, mariée à Serge Klarsfeld, et je suis révoltée contre l'injustice et l'impunité dont bénéficient d'anciens nazis en Allemagne, dont Kurt Georg Kiesinger, élu chancelier en 1966. Ce 7 novembre 1968, l'occasion m'est enfin donnée de faire ce geste symbolique » (lire son témoignage)

Ce geste, mûrement réfléchi, fut un symbole extrêmement fort pour Beate Klarsfeld, une revanche pour toutes les victimes du nazisme.

« Je lui ai asséné une gifle à toute volée ; il s'est pris le visage dans les mains. L'image est symbolique. Le geste l'est aussi : j'ai l'âge des filles d'anciens nazis qui voudraient, dans leur inconscient, infliger la même punition à leur père. Je suis arrêtée et condamnée à un an de prison ferme ! Je rappelle au juge ma double nationalité et je lui conseille de ne pas me jeter en prison. Une heure plus tard, je suis libre… Une semaine après, je me rends à Bruxelles pour faire campagne contre Kiesinger qui doit parler devant les dirigeants de l'Otan. Quand il prend la parole, les insultes pleuvent, l'obligeant à se taire. Sa carrière politique est ébranlée. En 1969, c'est Willy Brandt, un ancien résistant, qui devient chancelier. Il m'amnistie aussitôt. Aujourd'hui, la photo de la gifle se trouve au musée de l'Histoire allemande »

Les Klarsfeld sont une famille de résistants. Un article de La Croix nomme Serge et Beate Klarsfeld, les "architectes de la mémoire" : 

« Le plus fondamental pour moi, a écrit Serge, est d'avoir fait rentrer dans l'histoire le rôle de Vichy dans la déportation des Juifs tout en montrant – j'insiste – qu'il y avait aussi d'autres Frances, celle des résistants, celle des Justes qui ont contribué à sauver près des trois quarts des juifs de l'Hexagone ».

L'autre grande réalisation de l'historien tient au Mémorial de la Déportation des Juifs de France. Grâce à un titanesque travail d'archiviste, Serge Klarsfeld a réussi à consigner les noms, destins et visages de chaque Juif de France déporté. 75 721 victimes ont ainsi été arrachées à l'oubli. Le Mémorial leur offre désormais une forme de sépulture symbolique.

De nos jours qui redeviennent sombres, souvenons-nous de cette gifle magistrale de Beate Klarsfeld, c'est un geste de résistant. En tant qu'amoureux d'Israël, l'on se doit d'imiter cette force de caractère, comparable aux héroïnes de la Bible – Déborah, Yaël, Tamar, ou Rahab – en étant forts face aux accusations des nations. Israël l'est aujourd'hui, il est non seulement un modèle de démocratie, mais une modèle de vie, car, malgré la shoah et tant de persécutions, le peuple juif respire l'amour de la vie et de l'espoir en l'humanité. 

 

Souviens-toi – Zakhor !

Le Zakhor – "souviens-toi" est un commandement biblique – D.ieu interpelle le peuple juif: "Souviens-toi de ces choses, Jacob !" – Esaïe 44:20

Mais, il arrive aussi qu'Israël interpelle D.ieu : "Souviens-toi, Seigneur! de l'opprobre de tes serviteurs, souviens-toi que je porte en mon sein tous les peuples nombreux ; Souviens-toi des outrages de tes ennemis, ô Eternel ! De leurs outrages contre les pas de ton oint" – Psaume 89:51.

Si Israël est le peuple de la mémoire, c'est aussi pour en être le miroir des nations, rappelant à celles-ci la noirceur de leur âme, pour les amener à changer, en un …  "plus jamais ça !".  

 

Toda raba, Israël !





Print Friendly