Mon frère est un héros

Pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 1er novembre 2019
 

Le film israélien "Mon frère est un héros" a été traduit en français et a été présenté le 22 octobre 2019 à la cinémathèque de Jérusalem. 

Il est issu du film en hébreu « A'h sheli guibor », de l'Israélien Yonatan Nir, sorti en 2016, mettant en lumière ces gens laissés de côté que l'on appelle "handicapés trisomiques". Tout commence avec l'histoire d'Enosh Kassel, qui est parti avec son frère trisomique faire un voyage au Népal, incitant d'autres familles à tenter l'expérience. Le film relate le périple de 11 couples de frères et sœurs, composés chacun d'un trisomique, en Inde, loin de leur maison, de leurs habitudes et de leurs parents. Prix du public du festival de Cannes Entr'2 marches, il a mis en lumière la relation touchante et forte, même si parfois compliquée, qui existe dans une telle fratrie.

C'est un film bouleversant sur l'intégration et le droit à la différence – une histoire émouvante, drôle et qui déborde de tendresse.

Vous pourrez voir ce film à :

– PARIS-17e, le lundi 4 novembre à 20h30 – Moadon, 66 rue Laugier
– STRASBOURG, le mercredi 6 novembre à 20H – Cinéma Star St-Exupéry, 18 rue du 22 novembre,
– Au LUXEMBOURG, le mardi 5 novembre à 19h30 – Synagogue de Luxembourg, Salle E. Bulz.

 

Un film primé à Cannes

Ce film a été primé entre autre en 2018 au festival de Cannes "Entre 2 marches". 

Est-il possible de comprendre ce que peut éprouver un enfant ou un adulte handicapé et ce que vit au quotidien son entourage ? Ce film donne enfin la parole à ces frères et sœurs qui ont grandi auprès d'un frère ou d'une sœur handicapé, différent, spécial et qui chaque jour ont dû surmonter un grand nombre de difficultés et d'expériences désagréables allant du simple regard des autres jusqu'à leur propre inconfort.

Sylvie Rozenbaum, qui a traduit le film en Français en souvenir de son frère polyhandicapé physique et mental disparu il y a 5 ans m'a dit lors de la projection à Jérusalem : "Mon but est de montrer ce film le plus possible et de crier au monde que nous les frères et sœurs d'enfants handicapés avons aussi des sentiments.

Nous avons grandi dans l'ombre de nos frères et sœurs, nos désirs et nos besoins sont toujours passés après eux, nous devions nous débrouiller seuls et refouler nos sentiments de colère ou d'amour. Et c'est la raison pour laquelle j'ai traduit ce film car je VEUX sensibiliser le grand public.

Vous allez sourire, rire, pleurer… mais également découvrir ces merveilleux paysages de l'Inde. Il va également vous apprendre à ne plus regarder de la même façon les personnes que l'on nomme 'différents'."

 

Gérald Fruhinhsolz – Mon expérience personnelle 

"J'ai grandi à la Fondation John Bost à La Force (24), à l'"Espérance", une maison qui accueillait des enfants trisomiques. Je vivais au quotidien à leur côté. J'en ai gardé des souvenirs très émouvants, et ce que j'aimais avec ces jeunes était la simplicité des relations et leur grande affectivité. Ils sont des créatures de Dieu au même titre que chaque personne dite "normale", et nous apprennent à nous respecter les uns les autres, quand nous sommes tous "différents" et souvent handicapés dans la vie.

Nous saluons le travail de Ohel Sarah et sa vice-présidente Judith Schweb-Lion

Shalom Israël (voir notre article "une leçon de vie") soutient Ohel Sarah, et voir le film sera non seulement un plaisir mais une mitsvah-une bonne oeuvre, car une partie du prix d'entrée va directement au soutien de Ohel Sarah. 

Gérald & Sophie

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Sim’hat Torah et le Maître de justice

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 21 octobre 2019
 

Il est bon de souligner l'ordonnance des Fêtes de l'Eternel. Nous sommes à la fin des Fêtes de l'automne, au huitième jour de la Fête de Souccot : "Le huitième jour, vous aurez une assemblée solennelle" (beYom haChemini atseret). 

C'est alors le recommencement du cycle de lecture de la Torah ! Et l'on peut se réjouir et sauter de joie, comme le fait le peuple juif en dansant avec les rouleaux. 

Le Psaume 119 est le plus long des chapitres de la Bible, et ses 22 strophes correspondants aux 22 lettres hébraïques sont un véritable hymne (un poème acrostiche1) à l'amour de la Torah, à l'enseignement des commandements divins. 

– "Heureux ceux qui sont intègres dans leur voie, et qui marchent selon la Loi de l'Eternel…
– "Je serre ta Parole dans mon coeur, afin de ne pas pécher contre toi.. (v.11)
– "Ouvre mes yeux pour que je contemple les merveilles de ta Torah !…(v.18)
– "Ta Parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier… (v.105)
– "Tes préceptes sont admirables, aussi mon âme les observe. La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l'intelligence aux simples" (v.129)

Merci Seigneur pour Ta Parole, la seule vraie source de salut

La Prière pour la pluie – tefilat hagueshem 

Ce temps de Sim'hat Torah est le bon moment pour prier pour la pluie ! En Joël 2:28, Dieu dit : "Après cela, Je  répandrai l'Esprit sur toute chair". L'Esprit comme la Parole, est comparable à l'Eau qui se déverse du ciel. 

Un autre passage nous parle des pluies, celles de la première et de l'arrière-saison correspondant à un grand déversement du ciel – ce sera un temps de joie extrême ! « Et vous, enfants de Sion, soyez dans l'allégresse et réjouissez-vous en l'Eternel, votre Dieu, car Il vous donnera la pluie en son temps, Il vous enverra la pluie de la première et de l'arrière-saison, comme autrefois » – Joël 2:23. Or, on peut traduire "la pluie en son temps" : « Il vous donnera le Maître de justice… » (natan lekhem 'et-haMoréh litsedaqah). 

Il y a un secret extraordinaire dans les paroles du prophète Joël (= "L'Eternel est Dieu") : c'est la souveraineté de l'Eternel, celle du "Maître de justice", qui va se manifester face aux nations qui oppriment Israël Son peuple. C'est pourquoi Joël écrit : « v.18 L'Eternel est ému de jalousie pour son pays, et Il épargne son peuple… v.19 Je ne vous livrerai plus à l'opprobre parmi les nations… v.27 Mon peuple ne sera plus jamais dans la confusion ». Alors, dit le prophète, "quiconque invoquera le nom de l'Eternel sera sauvé !"  – Joël 2:32 (ou 3:5).

 

Une bataille dans le ciel

« Il y a plusieurs années, le rabbin Yitzhak Kaduri aurait prédit les troubles politiques entourant les récentes luttes du Premier ministre Benjamin Netanyahou et du dirigeant bleu et blanc Benny Gantz. Kaduri aurait écrit dans un "livre caché" récemment découvert :

"A la veille de l'année 5780, l'année des corrections, il n'y aura pas de gouvernement en Israël pendant une période prolongée et les différents camps se disputeront sans décision de part et d'autre, et ensuite, à Rosh Hashana, ils combattront au ciel, le côté saint contre le côté du mal, et Dieu et Ses armées décideront entre eux. Et c'est tout ce que je peux dire, et j'ai juré de ne pas révéler plus de secrets et de choses cachées » (Jerusalem Post de Tzvi Joffre, 24 sept 2019)

Une vision a également été donnée à un pasteur3 : Une vision concernant Israël, l'Iran, la Turquie et la Russie : « J'ai vu le Seigneur entouré d'une colonne de nuages sombres au-dessus du mont du Temple. Des éclairs se propagèrent des nuages vers TéhéranAnkara, et Moscou. La foudre a frappé un trône démoniaque à chaque endroit. Les trônes ont commencé à trembler et à se désintégrer progressivement. Puis les nuages sombres ont commencé à se dissiper. L'Agneau se révéla à l'intérieur, d'un blanc radieux. Il a ensuite été révélé d'une manière beaucoup plus grande à Israël et aux nations. Le lundi 16 sept suivant, les trois dirigeants iranien, turc et russe se sont rencontrés à Ankara, en Turquie. Les menaces de la Turquie envahissant la région kurde de la Syrie (et tuant un grand nombre de chrétiens parmi eux) sont bien réelles, de même que les menaces venant d'Iran de détruire Israël » (Rick Ridings -10 oct 2019).

Le prophète Daniel avait également reçu de remarquables visions. L'ange Gabriel fut son enseignant et lui montra "les temps de la fin" (Dan 8:19). Daniel effrayé fut alors fortifié par Dieu Lui-même qui lui révéla la nature du combat devant se dérouler dans le ciel contre le chef de la Perse et le chef de Javan (Dan 10:20) à la fin des temps. 

Nous y sommes ! Les ennemis d'Israël sont en place, mais la victoire est au bout. 

Prions pour que la pluie tombe !

 

(1) Dans le texte hébreu, chacun des 8 versets de chaque strophe commence par la même lettre hébraïque.
(2) Jean 7:37 
(3) Un autre pasteur, Andrew Brunson, a eu un rêve en décembre 2016, alors qu'il était dans une prison turque : "Je rêvais que la Turquie, la Russie et l'Iran, commençaient à se regrouper dans une alliance très sombre […]" (Info Chrétienne)
 
 
Print Friendly, PDF & Email

Lever la bannière vers les nations

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 26 septembre 2019
 
En cette fin d'année juive, nous devons repenser aux commandements divins. Dieu, par la bouche du prophète Esaïe, a souvent interpellé les nations: « Préparez la voie à mon peuple ; ôtez du chemin les pierres d'achoppement ; levez l'étendard pour les nations ! Voilà ce que l'Eternel proclame aux extrémités de la terre » – Esaïe 62:10.

 

Ici en Israël, nous sommes dans les jours des sli'hot, les prières de demande de pardon faites avant Rosh Hashana et Yom Kippour. Et chaque matin nous entendons le son du shofar affirmant la royauté du Dieu d'Israël et appelant le peuple à faire teshouvah

A nous les nations/Goyim de nous associer à Israël pour louer le Dieu des cieux, mais également de bénir Son peuple : "Nations, chantez les louanges de Son peuple !" – Deut 32:43.

 

Les nations à Jérusalem

En 1980, lorsqu'Israël décréta Jérusalem "capitale éternelle et indivisible", les ambassades déménagèrent à Tel-Aviv. Une ambassade fut alors créée par les chrétiens évangéliques : l'Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem (ICEJ). Cette ambassade resta isolée à Jérusalem… jusqu'à la décision des Etats-Unis, le 6 déc 2017, avec le président Donald Trump. Cette date du 6 déc 2017 est éminemment prophétique. Pourquoi ?…

Parce que 100 ans auparavant (=2 jubilés !), le général Allenby délivrait Jérusalem de l'occupation (de 400 ans) des Ottomans turcs musulmans sans coup férir. Et 50 ans (jubilé) avant, le 7 juin 1967, les soldats israéliens débarrassaient la ville sainte de la présence des Jordaniens qui au passage avaient dynamité la plupart des synagogues de la Vieille Ville. Ainsi avec Trump en 2017, la prophétie s'amplifie dans l'engagement des nations dans la reconnaissance d'une Jérusalem juive.

Depuis le déménagement de l'ambassade US, d'autres nations se sont mises sur la liste, sans pour autant finaliser : l'Australie, la Roumanie, le Brésil et quelques autres. Mais déjà deux nations ont déménagé leur ambassade : les Etats-Unis et le Guatemala. 

 

Un groupe évangélique à l'ONU : la CEI 

C'est grâce à la diligence de cette organisation chrétienne – Coalition européenne pour Israël – que la fête de Yom Kippour a été reconnue à l'ONU. A Rosh hashanah 2018, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres s'est joint à l'ambassadeur israélien de l'ONU, Danny Danon, à Manhattan, pour la cérémonie de Tashlikh consistant à se débarrasser de ses péchés en jetant du pain dans l'eau.

« Le comité international et les membres de l'équipe de la CEI ont été invités à l'ambassade guatémaltèque de Jérusalem, par l'ambassadeur du Guatemala en Israël, S.E. Mario Búcaro… M. Búcaro est le deuxième ambassadeur à avoir été nommé à Jérusalem après l'Ambassadeur des USA, David Friedman. Comme croyant évangélique, il aime à dire qu'il est aujourd'hui le seul ambassadeur chrétien à Jérusalem et son amitié étroite avec l'Ambassadeur Friedman est une expression unique de l'unité biblique entre les Chrétiens et les Juifs.

Ce n'est pas par accident que cette république d'Amérique centrale du Guatemala est devenue la première nation après les USA à ramener son ambassade à Jérusalem. La relation entre Israël et le Guatemala fonctionne bien dans une nation qui a connu les plus grands réveils et la croissance des églises la plus significative de ces 50 dernières années. Les chrétiens évangéliques composent aujourd'hui 40 % de la population, ce qui en fait le pays le plus évangélique dans toute l'Amérique latine. L'Ambassadeur Búcaro a expliqué à la délégation de la CEI que « dans une culture où les traditions judéo-chrétiennes sont profondément ancrées, il y a une appréciation particulière pour Israël et le peuple juif ». En fait, le Guatemala a été la première nation latino-américaine à reconnaître Israël en 1948 et aussi, une des premières nations à ouvrir une ambassade à Jérusalem en 1957. Soixante et un ans après, elle est devenue la deuxième nation après les USA à ramener son ambassade à Jérusalem ». (rapport mensuel de la CEI)

Le déplacement d'une ambassade à Jérusalem est toujours délicat, dans la mesure où une telle décision n'est guère appréciée par les nations arabes qui sont notamment les grands pourvoyeurs d'énergie. Or l'économie guatémaltèque n'a pas souffert, bien au contraire. « Tandis que les exportations vers Israël ont augmenté de 100 %, les exportations vers les pays arabes ont aussi augmenté sensiblement et le prix de la cardamome a étonnamment augmenté de 30 % », a expliqué M. Búcaro avec enthousiasme (Le Guatemala produit 60% de la cardamome dans le monde). La prochaine étape pour le Guatemala est de devenir l'exportateur principal des légumes en Israël, pendant l'année de la Shmita prochaine (de sept 2021 à sept 2022)


"Celui qui bénit Israël est béni"

Ce principe biblique, selon Genèse 12:3, doit être pris au sérieux. L'inverse est également vrai. Ce principe est valable à la fois pour les nations, les églises, et pour les individus. 

Shalom Israël souhaite à nos amis juifs shana tova pour l'année 5780 !

Gérald & Sophie

 

Print Friendly, PDF & Email

Comme un tison sauvé du feu

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 21 août 2019
 

Le 18 août, l'on commémorait la libération du Camp de Drancy, triste anniversaire de ce lieu qui fut le principal camp d'internement des Juifs avant leur déportation vers les camps de la mort nazis. Avant Drancy, il y a eu le "Vel d'Hiv", le fameux Vélodrome d'Hiver parisien qui fut également le lieu où furent "parqués" 13.152 Juifs parisiens dont 4.000 enfants

7.000 policiers français "mèneront à bien" cette rafle, la rafle du Vel d'Hiv – une tâche indélébile dans l'histoire de la France. 

Alors que l'on sait que peu reviendront d'Auschwitz, l'histoire de Meïra Barer, un bébé ayant échappé à cet enfer, est intéressante à plus d'un titre – son livre met déjà l'accent sur ces enfants "sauvés" par le hasard ou la Providence, et montre également que parmi les policiers français – il y avait des Justes. Enfin, ce livre parle de ces gens qui bien que n'ayant pas vécu l'enfer de la Shoah, vivent leur vie "à l'ombre" d'une Shoah ayant dévoré toute leur famille, leur identité, leurs racines. Comment se reconstruire après un tel cataclysme, alors que l'on n'a même pas le statut de victime ou "rescapée de la Shoah"… Après tout, Meïra n'a pas vécu l'enfer des camps de la mort. Et pourtant, cette Shoah lui colle toujours à la peau. 

Lisons l'histoire peu commune d'un bébé "comme un tison sauvé du feu" – c'est le combat de Meïra, "la rebelle" – aujourd'hui citoyenne israélienne, engagée notamment dans Aloumim, l'association des enfants cachés en France.


[…] "Contrairement aux enfants plus âgés, j'étais dénuée de la connaissance d'un passé familial, de celle de mes parents, grands-parents et de leurs amis ; je ne possédais pas de souvenirs que j'aurais pu conserver précieusement afin de m'en nourrir et de m'y réchauffer.

Pour moi, il n'y a pas eu « d'avant ». J'ai été directement plongée dans l'inconnu, l'abandon, la solitude et la peur du « pendant » de la guerre. J'ai dû ensuite me confronter seule au silence de « l'après » celui d'une famille traumatisée, ignorant ce qu'est une identité juive heureuse et niant ma souffrance. « Elle était si petite qu'elle ne se souvient de rien » disait-on de moi ; parce qu'à la fin de la guerre, je ne suis encore qu'une toute petite fille, on ajoute: « Elle ne peut pas avoir souffert comme nous ». La rage de ne pas être comprise et Ia rage d'être dénigrée se surajoutèrent à celle d'avoir été abandonnée, et m'ont longtemps poussée vers des comportements d'écorchée.

Rage accrue encore, parce qu'après le vol de ma petite enfance, j'ai évolué, comme de très nombreux anciens Enfants cachés, dans une famille travaillée par des fantômes, une famille décimée où la parole était muselée. Sans que l'on ait eu besoin de me le dire, je savais qu'il était « interdit » de poser des questions. Ma mère avait vécu dans la frayeur et la clandestinité, séparée de ses enfants, elle avait perdu son mari, ses parents, ses frères ; je n'ai compris que beaucoup plus tard qu'elle était, comme moi, cloîtrée dans sa propre souffrance, dans une douleur dont je lui renvoyais le reflet comme si j'en étais le miroir. 

Rage aussi que notre solitude et notre détresse aient été ignorées si longtemps même par ceux qui se targuaient d'être des « spécialistes de la Shoah », comme si notre destin – était d'être occulté ad vitam aeternam. Mais non, ce ne pouvait être le mien ! J'étais et resterai une rebelle. C'est ce qui m'a sauvée quand j'étais bébé, c'est ce qui a continué à me sauver tout au long de ma vie. […] 

(p 143 du livre "Comme un tison sauvé du feu", Ed les 3 colonnes – 17 euros)

 

Israël, le "tison sauvé du feu"

Cette histoire comme celle de tant de Juifs épargnés dans l'histoire du peuple juif, nous place à la fois devant l'ignominie d'hommes capables du pire, mais aussi devant un mystère incroyable, celui du miracle de la renaissance d'Israël. 

Meïra raconte : "C'est en Israël, capitale plurimillénaire de la Terre, au sein de mon Peuple, et de ma Nation retrouvée, que ce récit de mes combats perdus ou gagnés a pu être conté. "Comme un tison sauvé du feu" est une ode à la vie".

il y a un autre mystère, celui-là divin. Meïra a emprunté le titre de son livre à la Bible. C'est le prophète Zacharie qui parle de Josué le sacrificateur qui est ce "tison arraché du feu" (Zach 3:2). Josué se tient devant l'Ange de l'Eternel, avec des vêtements sales, comme des guenilles, c'est Israël d'une époque terrible, un peuple réduit à rien, mis en pièces par des ennemis féroces. L'Ange ordonne alors de revêtir Josué "d'habits de fête" et d'ôter toute opprobre, toute iniquité…  "En un jour" dit la Bible, Dieu rétablira Josué/Israël.

L'Etat hébreu qui fut rétabli le 14 mai 1948 "en un jour", est aujourd'hui une puissance parmi les plus grandes de la planète, et il est devenu une bénédiction pour le monde entier par toute son inventivité, sa technologie, et son énergie bouillonnante. 

 

Meïra est l'un des nombreux témoins juifs de l'Histoire qui résume cette capacité de passer du statut de victime au statut de pionnier au sein d'une nation qui a des projets de Vie. Boris Cyrulnik, neuro-psychiatre français a médiatisé le concept de résilience en psychologie, à partir de l'observation des survivants des camps de concentration capables de se reconstruire – Israël est ce témoin de l'Histoire ayant pu traverser les siècles malgré les pogroms, l'Inquisition, et la Shoah quand tous les autres peuples ont disparu… Et dans cette Histoire que la Bible rapporte, Dieu est infiniment présent – le Dieu Créateur de l'Humanité déroule Son plan de Rédemption et de Paix pour tous les hommes. La souffrance et la mort font partie de cette Histoire, mais au bout du compte, c'est la Vie qui triomphe.

L'ouvrage de Meïra Barer n'est pas seulement une biographie, c'est un livre de vie… et de combat – "contre l'antisémitisme, l'Islamisme" et la bêtise humaine. Meïra est une vraie fille d'Israël, combattant toutes les idées fausses et la désinformation pour avertir la prochaine génération : "Je réalise ma chance. Je suis à même d'agir, je fais partie d'une Nation qui se bat…, je ne me sens pas une victime sans défense ; je suis cependant inquiète pour mes enfants et petits-enfants qui vivent à Paris, et je suis ébahie par l'inconscience de l'Europe devant le péril (islamique)"… (p.178)

Merci Meïra, pour cette "ode à la vie"

 

 

Print Friendly, PDF & Email