La vengeance de l’Eternel

13 mars 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Hier, nous avons assisté à Jérusalem, à la 2e lecture de la Meguila d’Esther. Le livre d’Esther est le seul livre à être lu deux fois à Pourim, ce qui montre l’importance de la fête. Pourim est véritablement la fête de la Délivrance finale,  évoquant la victoire du Messie sur les ennemis d’Israël.

Bravo à ceux qui, hier dans les assemblées chrétiennes, ont partagé la Parole concernant Pourim, car ce jour nous rappelle que Dieu est en contrôle de toute chose, et qu’Il veille sur son peuple Israël, la prunelle de son oeil. Est-ce important pour nous chrétiens ? – Bien sûr, car l’Eglise est sur le même arbre qu’Israël, l’olivier franc. Et nous constatons combien aujourd’hui particulièrement, les nations, l’Europe et le monde sont dans un chaos qui peut emporter quiconque n’est pas accroché aux promesses de l’Eternel.

Pourim 1946 !

Connait-on cette histoire incroyable des « dix fils d’Haman » pendus à Nuremberg en 1946 ?  Dans la Méguila d’Esther, nous trouvons une requête de la part de la reine Esther au roi, une demande pour le moins surprenante. Le roi dit à Esther : « Les Juifs ont tués et faits périr dans Suze, la capitale, cinq cents hommes et les dix fils d’Haman ». Esther lui demande : « S’il plait au roi, qu’il soit donné aux Juifs de Suze d’agir encore demain selon le décret d’aujourd’hui, et que l’on pende au bois les dix fils d’Haman » – Esther 9:12.

Les pendre alors qu’ils avaient été tués le jour même ? Voilà qui est bien étrange…


Il y a en fait dans le texte des anomalies intéressantes. L’une concerne l’énumération des fils d’Haman, avec des lettres plus ou moins grandes formant un mot, qui selon la gematria, évoque une date. Les lettres Tav, Shin, Zayin ont ainsi pour somme 707. Le grand Vav désigne la valeur de 6000. En clair, au cours du 6ème millénaire, durant la 707ème année, donc 5707, la requête d’Esther devra se réaliser, soit en 1946, date de l’exécution de dix nazis, à Nuremberg !
 
C’est précisément le 7e jour de Soukkot 5707le 16 Octobre 1946, que furent pendus les dix « dignitaires » nazis à l’issue du procès de Nuremberg !  Et la date d’exécution tombe sur la fête juive de « Hochana Raba » (21 Tishri du calendrier juif) qui est le jour de l’accomplissement des verdicts de Dieu, d’après la tradition.

En outre, le rapport établi par les témoins oculaires des derniers instants de Julius Streicher, déclare ceci : « Alors qu’il monte sur la plate-forme, nous l’entendons crier : « Et maintenant, à Dieu ! » Puis il se tourne vers les officiers alliés et vers les huit correspondants de presse alignés face aux potences. Avec un regard plein de haine il fixe tous ces témoins et crie : « Pourim 1946! ». C’est à ce moment que la trappe est tirée (…) « .

Hitler incarnait Haman, et cet épisode des dix fils d’Haman « réincarnés » en ces meurtriers nazis nous montre que la vengeance de l’Eternel a commencé avec le jugement des nazis, juste avant que Dieu ne recrée l’Etat hébreu, ramenant Son peuple dans son pays. Et cette vengeance se poursuit aujourd’hui encore, selon le calendrier de Dieu.

La vengeance de l’Eternel

Peu de prédications évoquent ce qui précède la venue du Messie, à savoir la vengeance de Dieu, Yom naqam – le Jour de vengeance, en hébreu (Esaïe 61:2). Pourtant les prophètes en parlent abondamment. Même Jean en a la révélation, lorsqu’il parle de la venue du Roi des rois : « … De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant » – Apocalypse 19:11-16.

Chez les prophètes de la Bible, l’on sait que « ces nations » sont les ennemies d’Israël : « Je rassemblerai toutes les nations, et Je les ferai descendre dans la vallée de Josaphat ; Là, J’entrerai en jugement avec elles, au sujet de mon peuple, d’Israël, mon héritage, qu’elles ont dispersé parmi les nations, et au sujet de mon pays qu’elles se sont partagé… » – Joël 3:2.

Or, que voyons-nous aujourd’hui ?… – Nous voyons que le jugement commencé avec les enfants d’Haman continue. « C’est la vengeance de l’Eternel … (v17) Israël est une brebis égarée, que les lions ont chassée ; le roi d’Assyrie l’a dévorée le premier ; et ce dernier, Nébucanetsar, roi de Babylone, lui a brisé les os. C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel des armées, le Dieu d’Israël, voici Je châtierai le roi de Babylone et son pays, comme J’ai châtié le roi d’Assyrie » – Jérémie 50:15-18

Nous voyons combien le Moyen-Orient est dans le chaos ; est-ce le fruit du hasard ?… L’Irak et son tyran Saddam Hussein ont été humiliés, le pays ravagé, démembré. La Syrie aujourd’hui vit la même chose, ce pays n’existe plus, et tous les pays environnants subissent les mêmes terribles destructions. Dieu permet ce chaos…  et ce n’est pas fini.

Aujourd’hui, le nouveau président américain semble permettre que les Kurdes, qui ont toujours été favorables à Israël, retrouvent un territoire qui puisse réunir tous les Kurdes éparpillés en un seul pays de 40 millions d’individus ; ils pourraient être les Mèdes et les Perses mélangés aux tribus exilées d’Israël. Pensons à « la route de l’Egypte à l’Assyrie », d’Esaïe 19.

L’Iran, le pays de Haman, subira-t-il la colère de Dieu ?… Actuellement, l’Iran des mollahs fait toujours peser sur Israël une lourde menace, et ils sont les grands pourvoyeurs du Hamas et du Hezbollah. Pourtant, L’Iran est aussi la Perse du roi Cyrus, ancien grand ami d’Israël.

– L’Europe subit-elle déjà la colère de Dieu, avec « l’invasion » par l’islam des  migrants, dénaturant les nations forgées par la civilisation judéo-chrétienne ?… L’Europe a fait partie des persécuteurs du peuple juif, comme les dix fils d’Haman ; l’Occident est en partie responsable de la Shoah…. comme d’ailleurs la théologie chrétienne, anti-juive depuis 2000 ans.

Dieu fait grâce

La grâce de Dieu suit toujours Sa colère, comme l’aurore après la nuit. Autant pour Israël que pour les nations:  « Je ramènerai Israël dans sa demeure… en ces jours-là, on cherchera l’iniquité d’Israël et elle n’existera plus, et Je pardonnerai au reste que J’aurai laissé » – Jérémie 50:19-20.
Concernant les nations, Dieu fait grâce également: « Dans la suite des temps, Je ramènerai les captifs… de Moab (Jér 48:47), d’Ammon (Jér 49:6), d’Elam (49:39) ».

Attendons-nous donc à Sa grâce,
et comme Esther, prions pour toucher le sceptre du Roi !

Print Friendly

L’échec d’Haman…

9 mars 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Nous voyons déjà les premiers fruits des promesses de 2017… avec l’échec d’Haman ! Tout observateur sensé comprend que l’établissement d’un Etat palestinien (islamique) au coeur d’Israël est une forme déguisée de la volonté de mettre un point final à la « question juive ». C’était autrefois la volonté de l’Haman biblique, qui, au temps d’Assuérus, avait tramé un plan machiavélique pour détruire « le peuple de Mardochée » (selon le livre d’Esther).

Alors que jusqu’à présent pour l’Etat hébreu, les ennemis étaient surtout ses voisins arabes, nous voyons qu’aujourd’hui est mise en lumière la complicité des nations au travers des instances internationales, comme l’Unesco, l’ONU ou les Droits de l’Homme. Deux événements majeurs ont changé la donne, qui ont tellement surpris les médias, les sondages et le monde des bien-pensants: le Brexit et l’élection de Donald Trump.

Ces deux événements sont importants pour la survie d’Israël.

– Le Brexit a donné à la Grande-Bretagne d’être libéré de l’assujettissement d’une Europe profondément opposée à Israël, et le nouveau PM anglais, Theresa May, a pris une position favorable à l’Etat hébreu, notamment contre la décision de l’Unesco en octobre dernier d’islamiser les sites juifs à Jérusalem. En 2015, Theresa May avait souligné la contribution des Juifs britanniques au royaume : « Sans les Juifs, la Grande-Bretagne ne serait pas la Grande-Bretagne », lors du 67e anniversaire d’Israël.

– L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis est le coup de massue qui met par terre toutes les velléités d’une gauche américaine incarnée par Hussein Obama (1) ressemblant  fort à Haman, brillant, humaniste, et au double langage.
Réalisons ce timing incroyable, qui a mis en échec la tentative de François Hollande au Congrès de Paris de janvier 2017 en accord avec Obama, pour créer unilatéralement un Etat palestinien.

Échec pour Haman

– Échec, car après que l’Unesco ait mis de l’huile dans les rouages de la machine à tuer Israël en islamisant les sites juifs, un petit caillou a bloqué la machine !… comme « la pierre » qui a fait tomber la statue de Nebucanetsar, selon Daniel (Dan 2:34-35). Cette pierre, comme les prophéties l’affirment, deviendra « une grande montagne », évoquant le Royaume messianique sur terre.

– Échec à l’ONU, avec la nouvelle ambassadrice à l’ONU, Nikki Haley (chrétienne évangélique) qui, contrairement à sa prédécesseur Samantha Power, sait dire la vérité: « L’envoyée choisie par Trump pour représenter Washington à l’ONU a fustigé la résolution anti-implantations du Conseil de sécurité et soutient « absolument » le déplacement de l’ambassade à Jérusalem » (LIEN).

– Enfin échec avec la fin tant attendue des Accords d’Oslo, signés en 1993 (2). Ces accords ayant pour base le concept de « la terre contre la paix » pour deux Etats, étaient pernicieux. Yasser Arafat, président de l’Autorité Palestinienne et instigateur des Accords, avait déclaré :

 « le Djihad continuera […] Je vois cet accord comme n’étant pas plus que l’accord signé entre notre Prophète Muhammad et les Qurayshites à La Mecque », faisant ainsi référence à un accord conclu, puis révoqué par Mahomet à la suite de la violation de cet accord par la partie adverse » (wikipedia).

Les Intifadas et attentats meurtriers qui ont suivi ces « Accords d’Oslo » faisant des milliers de morts et envenimant profondément les relations entre Arabes et Israéliens, ont prouvé la folie de ce concept (anti-biblique). Ce sera un fossé difficile à combler, mais rien n’est impossible. Comme le disait Ben Gourion, « celui qui ne croit pas aux miracles en Israël, n’est pas réaliste ».

Croyons qu’il existe une autre forme de coexistence entre Arabes et Juifs, les Arabes chrétiens le démontrent déjà, notamment en voulant s’engager dans Tsahal. Maintenant que le venin des Accords maudits a été extirpé, prions que tombe l’idéologie mortifère et sanguinaire de l’islam (LIEN), et la PAIX viendra avec le Messie « Mardochée »!

Pourim samea’h – Joyeuses fêtes de Pourim !


(1) Certains ont vu dans la Résolution 2334, par le biais de la gematria, le mot « trahison », en hébreu BAGAD : pour la première fois, les Etats-Unis trahissaient Israël en ne mettant pas leur veto (LIEN).
(2) Notons que Shimon Peres, le promoteur des Accords d’Oslo, est décédé le 28 sept 2016, et son enterrement s’est déroulé devant 70 nations réunies pour l’occasion à Jérusalem.




Print Friendly

Ohel Sarah : une leçon de vie

15 février 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Ohel Sarah nous donne une leçon de vie ! Récemment, nous avons pu visiter les locaux de Ohel Sarah de Bnei Brak, une organisation qui prend en charge les handicapés mentaux. C’est Judith, vice-présidente de l’association au service des enfants et adultes handicapés, qui nous a si gentiment guidés, et a su nous communiquer l’amour que nous devons avoir envers cette population mise d’une certaine façon au ban de la société.

Les gens atteints de troubles du comportement, la personne trisomique, l’autiste, représentent pour la société un problème majeur – on peut aisément les considérer comme inutiles. Il y a un temps où ces personnes atteintes de ce type d’affections mentales étaient placées dans des asiles psychiatriques.


Et pourtant, ô combien ces enfants et adultes dépendants soit-disant inintelligents tirent de l’homme le meilleur de lui-même : le dévouement, la tolérance, la patience (infinie), la générosité. Ces vertus ne sont-elles pas celles que le Dieu Créateur veut voir en nous ?… Aujourd’hui, avec beaucoup de bonne volonté, et des méthodes adéquates, ces personnes handicapées peuvent s’épanouir dans la société et même s’intégrer.

Ohel Sarah : une leçon de vie

Ohel Sarah a été créée par Mr et Mme Ginsburg, il y a 40 ans. Croyant en l’égalité des chances pour tous et ayant l’amour pour les personnes ayant un handicap, ils ont été amenés à lancer ce projet incroyable : allant de porte en porte, ils se sont mis en quête de rencontrer les enfants et adultes ayant des besoins spéciaux, et les ont accueillis chez eux. Là, ils ont pris soin d’eux avec amour, et leur ont donné les meilleurs moyens pour s’intégrer dans la société. Cette innovation courageuse et novatrice s’est rapidement transmise de bouche à oreille, et des dizaines de familles ont commencé à venir chez les Ginsburg, où ils ont vu un espoir pour leurs enfants handicapés. 

La petite entreprise qui avait commencé dans le salon des Ginsburg est devenue la grande organisation Ohel Sarah. Ohel Sarah est la seule organisation en Israël qui fournit des services de soutien continu à une population ayant des besoins spéciaux à partir de six ans et jusqu’à la fin de la vie !

Soutenue par différents ministères gouvernementaux, Ohel Sarah compte également sur des dons privés pour mener à terme des projets spécifiques, comme offrir des Ipads (voir pdf) avec programme d’éducation et communication spécifiques, des thérapies par les animaux, ou simplement des vacances… 
Soyons généreux pour aider Ohel Sarah.

Soutenons Ohel Sarah !

Grâce à vos dons reçus en 2016, Shalom Israël a pu offrir à Ohel Sarah 5 Ipads, d’une valeur de 5.000€. Lors de notre visite dans les locaux d’Ohel Sarah, nous avons pu voir combien ces Ipads étaient importants. Une fillette de 7 ans qui ne parlait pas, nous a fièrement montré comment elle pouvait correspondre via son Ipad. Nous ne pouvons oublier le sourire de cette enfant alors qu’elle réussissait à communiquer avec nous.

Cette année 2017, nous aimerions poursuivre ce projet et pourquoi pas augmenter le nombre d’Ipads …
Vous pouvez envoyer vos dons par chèque, virement bancaire, Paypal (Aide à l’Enfance) en cliquant ici.
Quel que soit le mode de paiement, merci d’indiquer « Aide à l’enfance – Ohel Sarah ».





Print Friendly

La déclaration Balfour, signée à jamais

30 janvier 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Le monde s’offusque des décrets, des décisions non politiquement correctes du président Donald Trump, concernant notamment le tri dans l’accueil des réfugiés, au détriment des Musulmans.
Mais qui s’offusque de ce que les Juifs sont interdits de séjour dans les pays islamiques… même pour ceux, non-juifs, qui ont sur leur passeport un tampon estampillé « Israël » ? Et qui s’offusque de ce que les chrétiens n’ont pas le droit de pratiquer leur foi ou de construire des églises dans les pays islamiques ?
 
Aujourd’hui, avec le laxisme des nations occidentales et la tolérance humaniste/électoraliste des gouvernants européens, l’Autorité Palestinienne (AP) se sent forte, et n’hésite pas à faire feu de tout bois pour réclamer de changer l’histoire d’Israël, et pourquoi pas (!) … d’abroger une décision vieille d’un siècle, le 2 nov 1917  « Déclaration Balfour » – prise par des responsables politiques croyant dans les promesses du Dieu d’Israël.
 
Nous sommes dans les temps de la fin, et il est bon de savoir que l’Éternel place des hommes et des femmes, des leaders qui ne s’alignent pas sur « la pensée unique », mais sur la Parole de Dieu, et défendent Israël. N’oublions pas que les plans se déroulent selon les prophéties : « Jérusalem sera une coupe d’étourdissement pour les peuples d’alentour (le monde arabe)… et une pierre d’achoppement pour les nations (l’Occident) ».
Mais comme dit le prophète, « Jérusalem restera à sa place » (12:6) comme capitale éternelle de l’Etat hébreu. « Ainsi parle l’Éternel : Je reviens à Sion, et J’habiterai au milieu de Jérusalem. Jérusalem sera appelé ville de vérité (‘ir ha’emet), et la montagne de l’Éternel des armées, montagne sainte » (8:3).
Alignons nos pensées sur ces paroles.
 
Ci-dessous un article des « Nouvelles d’Israël » (l’Appel de minuit), un mensuel chrétien suisse.

*     *     *     *     *

L’Autorité Palestinienne (AP) réécrit l’histoire, entre autres par l’intermédiaire de l’UNESCO. Leur but est de saper la légitimité de la souveraineté juive en Israël.

Le document original qui est connu sous le nom de Déclaration Balfour est conservé à la British Library de Londres. Dans ce document écrit, il s’agit de l’engagement du gouvernement britannique d’aider à la création « d’un foyer pour le peuple juif en Palestine ». Cette déclaration qui précédait la fondation de l’État d’Israël a été envoyée en novembre 1917 par le ministre des Affaires étrangères Arthur James Balfour à Lionel Walter Rothschild, un banquier britannique de la dynastie Rothschild.
 
Un siècle plus tard, ce document est l’objet central d’une campagne internationale organisée par l’AP. L’objectif de la campagne est de faire bouger le gouvernement britannique pour que celui-ci déclare son engagement comme nul ou qu’au moins il s’excuse auprès du peuple palestinien pour ce « projet colonial ». Du point de vue palestinien, il s’agit d’un document selon lequel « des gens ont promis un lieu auquel ils n’appartenaient pas et qui ne leur appartenait pas ». De nouveau, ce document a été appelé côté palestinien comme « un crime contre le peuple palestinien ».
 
Cette campagne a été réalisée dans un lieu symbolique : à la Chambre haute britannique au cours d’une rencontre arrangée fin 2016 avec la baronne Jenny Tonge qui est connue pour sa position anti-israélienne. Au grand dam des Palestiniens, le contenu de cette rencontre n’a pas fait les gros titres internationaux, mais plutôt les déclarations faites par cette députée britannique. Celles-ci reflétaient notamment leur caractère antisémitique dans le monde. La députée du parti libéral-démocrate avait renvoyé la responsabilité des Juifs pour la Shoah. Lors de la manifestation, elle a récolté les claques des hôtes invités, l’indignation internationale et de vives protestations. Cependant, ce début pas très glorieux de la campagne n’a pas irrité ses initiateurs. Ils veulent continuer leurs efforts à ce sujet en 2017.
 
Cette tentative, de transformer ou complètement réécrire l’histoire, cadre avec les efforts palestiniens auprès de l’UNESCO de discréditer l’attachement juif à un État saint à Jérusalem. Dans les deux cas, il s’agit d’une campagne à motivation politique que l’on doit traiter de farce. Après que les Palestiniens lors du dernier sommet de la Ligue Arabe en Mauritanie aient annoncé qu’ils voulaient accuser la Grande-Bretagne à cause de la Déclaration Balfour, le premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahou, a dit que « les Palestiniens peuvent bien porter plainte contre le patriarche Abraham, qui avait acheté la terre à Hébron ou traîner l’Iran devant les tribunaux à cause de la déclaration de Cyrus » [ancien roi de Perse qui en 539 av J-C. avait incité les Juifs a revenir de leur exil de Babylone à Sion].
 
Mais la véritable racine du conflit se cache derrière cette farce publique : s’opposant à la souveraineté juive dans le pays d’Israël, l’AP souhaite effacer la déclaration Balfour de l’Histoire. La raison fondamentale de ce comportement c’est que les Palestiniens essaient de créer un ‘cas’ qui discrédite l’histoire juive et le récit sioniste-juif… »
 
La déclaration de Balfour faisait également référence aux « droits civils et religieux des non-juifs en Palestine ». À la base de cette déclaration, les Nations Unies ont décidé en 1947 qu’à la fin de la période de mandat britannique, le pays devrait être divisé en deux états ; un Etat juif et un Etat palestinien. La véritable tragédie du Proche Orient, c’est que les Palestiniens ont refusé la proposition de séparation.
 
À l’époque on a classé leur animosité à la création d’un Etat juif en Israël comme un désir de leur propre Etat. « Si les Palestiniens avaient dit Oui en 1947 à un Etat juif, il n’y aurait pas eu de guerre », a expliqué Netanyahou devant l’ONU. « S’ils disent finalement Oui à un Etat juif, alors nous pourrions oublier une fois pour toutes le conflit ».

Les Nouvelles d’Israël – janv 2017
Zwi Lidar




Print Friendly