Montons au Golan

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 19 mai 2019
 

Le Golan, un territoire israélien

Lors d'une virée avec le groupe "Hashorashim" (retrouver les racines), nous avons pu apprécier "les hauteurs du Golan" dont parle la Bible. Le Golan, c'est une trentaine de yishouvim, de villages juifs, et des communautés druzes, des fermes – le "pays des cow-boys" – des vergers, des vignes et du bon vin, mais également la découverte d'anciennes synagogues et donc d'une présence juive. 

Le plateau du Golan culmine à plus de 2 000 mètres et domine la Galilée. C'est un véritable château d'eau avec de nombreuses cascades, et un lieu stratégique pour Israël, particulièrement avec le Mont Hermon – dans le psaume 133, le roi David parle de "la rosée du 'Hermon qui descend comme l'huile sur la barbe d'Aaron…" – représentant "les yeux d'Israël". 

En 1967, alors que les Syriens menaçaient de ses mitrailleuses et ses roquettes les kibboutzim autour du Kinneret, les soldats israéliens éliminèrent cette menace avec la victoire de "la guerre des Six-jours". Israël a annexé le Golan en 1981 ; aujourd'hui le Golan est sous souveraineté israélienne.

 

Les pionniers juifs au Golan

Des pionniers juifs sont venus dès la fin du XIXe siècle, tandis que le baron de Rothschild et des sionistes achetaient des terres sur le Golan, à l'époque sous domination ottomane. 

Il y a 2000 ans, Flavius Josèphe relatait dans "la Guerre des Juifs" le siège et la prise par les Romains de la forteresse de Gamla dont les habitants ont préféré se suicider plutôt que se rendre aux Romains. Si le site ne fut pas réoccupé, la présence juive a perduré sur le Golan pendant les périodes romaines et byzantine notamment à Qatzrin.  

 

Des sionistes chrétiens

Avant le début de l'aliyah juive et avant l'affaire Dreyfus, un chrétien né au Cap, Sir Laurence Oliphant (1), reçut de Dieu la pensée de l'imminence du retour des Juifs sur leur terre.

En 1879, Oliphant partit pour la Palestine, où il implanta des colonies agricoles juives. En outre, il voyait dans ces implantations un moyen d'atténuer les souffrances des Juifs en Europe subissant les pogroms. Oliphant se rendit à Constantinople dans l'espoir d'obtenir un bail sur la moitié nord de la Terre Sainte et notamment sur le Golan, pour y installer un grand nombre de Juifs. Il ne voyait pas cela comme une tâche impossible compte tenu du grand nombre de chrétiens aux États-Unis et en Angleterre soutenant ce plan. Avec cet apport financier, Oliphant amassa suffisamment de fonds pour acheter des terres et installer les réfugiés juifs en Galilée.

 

Tiyoul au Golan avec Hashorashim

Au cours de notre périple sur le Golan la semaine passée, nous avons vu les restes d'anciens villages juifs – 34 synagogues ont été découvertes – des villages qui par la suite ont été habités par des Syriens et les Druzes. Durant la guerre des Six-jours, les Arabes ont fui comme les Égyptiens dans le désert, et comme beaucoup d'Arabes sur les conseils des dirigeants arabes, pensant la victoire acquise. 

Va-t-on raconter qu'Israël a volé le Golan et que le peuple juif vole la terre aux Arabes ?… – Non, car déjà cette terre faisait partie de l'héritage donné par Dieu, mais également, Israël l'a obtenu par le sang dans une guerre défensive, par la bravoure de ses soldats et avec le concours de son Dieu – de nombreux miracles ont eu lieu là dans les combats de chars.

En 2014, la population du Golan était estimée à 22 000 Druzes, et 30 000 israéliens vivant dans 35 implantations. De nombreux Druzes ont pris la nationalité israélienne et sont dans Tsahal.

 

Ein Keshatot (la source aux arches) est une preuve de l'existence juive sur ce territoire. Oliphant fait partie de ces hommes qui ont découvert ces restes de villages, et le professeur Haïm Ben David, de nos jours, a pu avec l'aide des technologies modernes, reconstruire la Synagogue de ce village –  on y a une vue magnifique sur le Kineret et la vallée. 

Comme le souligne la guide à Ein Keshatot, passionnée du Golan depuis 40 ans : "Que les Juifs viennent nombreux pour ré-habiter les villages anciens et faire revivre le Golan !"

Le prophète Amos l'écrivait il y a 2800 ans : "Ainsi parle l'Eternel ton Dieu : Je ramènerai les captifs de mon peuple, Israël, ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes (venez goûter l'excellent vin du Golan !)... Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que Je leur ai donné. " (Amos 9:13-15).

Gérald & Sophie

 

(1) Oliphant et son épouse Alice se sont installés en Israël, partageant leur temps entre une maison de la colonie allemande à Haïfa et une autre dans le village druze de Daliyat al-Karmel, au mont Carmel. Le secrétaire d'Oliphant, Naftali Herz Imber, auteur de l'hymne national israélien, Hatikva , vivait avec eux.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Une jeune nation, un peuple millénaire

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 8 mai 2019
 

Israël fête ses 71 ans d'existence !

Israël est unique pour tellement de raisons ; l'une d'elles est de consacrer des temps forts pour se souvenir des Juifs assassinés durant la Shoah, puis pour se souvenir de ses soldats morts pour la défense du pays, et des civils (et soldats) tués lors des attentats, avant finalement de pouvoir fêter dans la joie la création de l'Etat hébreu à Yom Haatsmaout – la fête de l'Indépendance le 14 mai 1948.

« Un total de 23.741 hommes et femmes ont été tués en défendant la terre d'Israël depuis 1860, et 3.150 sont des victimes civiles israéliennes qui ont péri dans des attentats.C'est le lourd tribut payé pour l'Indépendance. En ce jour (du souvenir), la nation entière se souvient de sa dette et exprime une reconnaissance éternelle à ses fils et à ses filles qui ont donné leur vie pour la réalisation de l'Indépendance du pays et de son existence continue » (ambassade d'Israël à Paris).

Yom HaZikaron (jour du souvenir) a été instauré en Israël en 1951 par le Premier ministre et ministre de la Défense de l'époque, David Ben Gourion, qui l'a inscrit le jour du 4 Iyar dans le calendrier juif, la veille du Yom Haatsmaout.

 

Ne pas tomber dans le piège de Gaza 

Alors qu'Israël déplore de nombreux blessés et la mort de 4 civils, après l'attaque du Hamas et du Djihad islamique ayant lancé 750 roquettes et missiles ces derniers jours, Israël n'est pas tombé dans le piège mortel de Gaza. 

Mark Dubowitz, directeur général de la Fondation pour la défense des démocraties, qui préconise une ligne dure sur l'Iran, a déclaré avoir entendu parler d'un «pic» dans la transmission de renseignements, au cours des derniers jours concernant des attaques planifiées. Selon ces renseignements, "l'Iran a donné le feu vert aux missiles de Gaza lancés par le Hamas et le mouvement allié Djihad islamique. Les frappes visaient à "accrocher" les forces israéliennes et à créer une crise pour détourner l'attention des plans réels des IRGC contre les États-Unis et Israël", a-t-il déclaré, évoquant l'élite des gardiens (IRGC) de la révolution (jforum.fr).

 

"La force du sionisme est son humanité"

C'était une des paroles du président d'Israël Reuven Rivlin lors de la cérémonie de Yom Hazikaron hier soir, devant le Mur occidental (Kotel). Un autre discours fut donné par le chef d'état major (Ramatkal) Aviv Kochavi, rappelant l'importance de ramener "à la maison" coûte que coûte les dépouilles des soldats morts sur le champ de bataille. 

Quelle émotion en entendant cette sirène pour une minute de silence ! C'est tout un peuple qui se tient debout en mémoire de toutes ses victimes. C'est le prix payé pour l'Indépendance d'Israël, que le peuple juif paye encore aujourd'hui, en comptant également les Druzes, les Arabes ou les Bédouins qui sont dans l'armée de Tsahal. C'est dans la souffrance de ces pertes humaines que résident en Israël l'unité et le vrai désir d'une paix qui semble insaisissable.

Si l'armée d'Israël est aujourd'hui une des meilleures du monde, exigeant du gouvernement un budget élevé (pour rester la plus forte), c'est au détriment du soutien social que tout pays doit à sa population. On doit comprendre que cette armée n'a pour but que de défendre son pays, et que, si Israël perdait une seule guerre, ce serait la fin d'Israël. Mais cela n'arrivera pas !


"Lève-toi, ô Dieu, défends ta cause !"

C'est la prière du chef de la louange Asaph, selon le Psaume 74, qui prie ainsi, suppliant Dieu : "Jusqu'à quand, ô Dieu, l'oppresseur outragera-t-il, l'ennemi méprisera-t-il ton nom ?". Car tout celui qui porte la main contre l'oint de l'Eternel, Israël, porte la main contre Dieu. C'est une guerre spirituelle à laquelle est confronté l'Etat hébreu.

Il faut comprendre que, malgré toutes les bénédictions qu'apporte ce petit pays/peuple au monde, au travers des découvertes médicales, scientifiques, agricoles, etc…, le monde ne cesse de vouloir sa destruction. L'ennemi de nos âmes met tout en oeuvre, en ces derniers temps que nous vivons, pour empêcher la venue du Messie-Roi qui apportera paix et justice à toute l'humanité. 

Israël est au coeur de ce combat de dimension cosmique ! Les prophètes ont prédit cela… Daniel, Esaïe, Ezéchiel, Jérémie, Zacharie, mais également Jean et d'autres témoins. Pour tout croyant dans le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, nous voyons qu'il n'y a pas d'autre choix que de prier comme le chantre Asaph : "Ô Dieu, lève-toi, et défends ta cause !". 

'Hag 'Atsmaout samea'h

 

 

Print Friendly, PDF & Email

« Si mon peuple s’humilie »

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 19 avril 2019
 

L'incendie gigantesque de la Cathédrale Notre-Dame ne peut nous laisser indifférent. Cet édifice, un des plus renommés de la civilisation occidentale, est un symbole fort de la Chrétienté, notamment avec cette flèche qui était comme un étendard vers le ciel.

Cet incendie est-il accidentel, volontaire, s'agit-il d'un attentat ?… Les spécialistes disent qu'il n'est pas facile d'embraser des poutres de 1000 ans d'âge.

 

Le signe d'un déclin

Il est difficile de ne pas voir dans cet événement dramatique un symbole fort à la veille de Pâque. Ne serait-il pas le signe de la déchristianisation de l'Europe – on a parlé d'un 'symbole européen', du 'paratonnerre de la France' à propos de la chute impressionnante de la flèche de Notre Dame. Ne peut-on voir un avertissement du ciel sur l'état spirituel de la France et de l'Europe ?… Nous constatons depuis la guerre un vrai déclin de la foi, une disparition lente mais inexorable de la civilisation judéo-chrétienne au profit à la fois d'un laïcisme « républicain » et de l'islamisme, avec la perte des valeurs morales, la désintégration de la famille, la perte de l'identité humaine, etc…

La Bible dit que nous devons prier pour nos autorités et nos pays respectifs ; il y aura un jugement à la fin des temps concernant les nations : « Je rassemblerai toutes les nations, et Je les ferai descendre dans la vallée de Josaphat ; Là, j'entrerai en jugement avec elles… » (Joël 3 :2)

Puis dans le Nouveau Testament : « Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs ; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche » (Matthieu 25 :31).

 

Les nations et Israël

Ces passages parlent d'un jugement en rapport à Israël : « … Là, J'entrerai en jugement avec elles (les nations), au sujet de mon peuple, d'Israël, mon héritage, qu'elles ont dispersé parmi les nations, et au sujet de mon pays qu'elles se sont partagé » (Joël 3 :2). Matthieu parle également d'un jugement des nations par rapport à l'attitude des nations vis-à-vis des Juifs. Quand Jésus évoque « les plus petits d'entre mes frères », on comprend qu'il parle des Juifs, ses frères de sang.

Photo : sur la Façade de Notre Dame de Paris, l'Eglise est victorieuse, tandis que la Synagogue est tête bandée par un serpent, laissant tomber la Torah, le bâton est brisé et la couronne est par terre. Le même type de Statue existe à la cathédrale de Strasbourg.

L'antisémitisme n'a jamais été si virulent en Europe depuis la guerre. Alors qu'après Auschwitz, on se promettait « plus jamais ça », nous voyons que l'antisémitisme remonte en puissance – la profanation des églises mais aussi des cimetières juifs n'a jamais été si grande, en Alsace, en Moldavie, en Pologne, en Grande-Bretagne, etc.

Il y a 777 ans (en 1242 au temps de St louis et du Pape Grégoire IX) exactement, près de la Cathédrale de Paris, 12.000 talmuds (1) (le talmud étant considéré comme "un livre infâme") ont été brûlés par les chefs de l'Eglise catholique – c'est un événement considéré comme « le plus antisémite de l'histoire ». On obligea les Juifs de Paris à porter la rouelle (2) ; quelques années plus tard, les Juifs étaient expulsés de France.

 

L'Occident et l'islam

Concernant Notre-Dame de Paris, on peut penser à un incendie criminel. Selon les statistiques, 875 églises ont été profanées en 2018. En février 2019, 5 églises ont été vandalisées en une semaine. A Paris, l'église St Sulpice a été incendiée, et dans la Basilique des rois de France de St Denis, l'orgue a été saccagé et un vitrail du 12e siècle cassé.

L'islam radical ne cache pas son intention de conquérir l'Occident en s'attaquant à tous les symboles religieux, chrétiens ou juifs, comme ceux de la République. L'islam a comme objectif de planter son étendard, ses minarets et ses mosquées partout dans le monde, en imposant la charia par la force ou la ruse. Il y parvient plutôt bien, car « la démocratie a le ventre mou », prise à son propre piège, avec son souci d'humanisme et de tolérance zéro à l'islamophobie.

Pourtant, il est plus facile de condamner l'islam que de réveiller la Chrétienté. Si l'islam se répand telle une marée montante, c'est justement parce qu'il n'y a plus de digue, plus de rempart spirituel. La foi chrétienne a bien perdu sa vitalité, et les bâtiments religieux sont vides.

Ainsi, plutôt que d'accuser l'islam, il sera plus judicieux de se remettre en question. Dieu avertit l'Eglise, Il envoie un signe fort par cet incendie qui nous choque et nous interpelle.

 

Que doit-on faire ?…

Alors que l'Ennemi de nos âmes n'attend que d'attiser les conflits, ne nous perdons pas dans les débats et la polémique, mais bien au contraire tentons de ressouder les liens et l'unité tellement mise à mal. Ce problème ne concerne pas seulement le monde catholique mais tous les chrétiens. 

La première fois que l'Église est mentionnée dans le Nouveau Testament, c'est lorsque Jésus dit à Simon Pierre : « Et moi, Je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre Je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » – Matthieu 16:18. Par cette déclaration, Jésus précise que : 1) Il s'agit de son Église 2) C'est Lui qui la bâtit 3) Rien ne pourra la détruire.

Mais il est une autre référence qui engage la responsabilité des chrétiens : « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, Je l'exaucerai des cieux, Je lui pardonnerai son péché, et Je guérirai son pays » (2Chroniques 7 :14). 

'Hag Pessa'h Samea'h, et bonne de fête de Pâque !

 

(1) Le 9 mai 1244, le nouveau pape, Innocent IV, félicite le roi pour son action et l'encourage à faire brûler les exemplaires subsistants. C'est ainsi qu'en 1244 une deuxième crémation publique a lieu, puis d'autres les années suivantes.

(2) La rouelle, ou la roue, est une petite pièce d'étoffe dont le port ostensible a été imposé aux juifs comme signe vestimentaire distinctif par les autorités civiles. Découpée en anneau, elle symboliserait les 30 deniers de Judas selon l'interprétation traditionnelle.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

La vérité triomphera !

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 29 mars 2019
 

Lors de Pourim dernier, le président Donald Trump a sonné un coup de shofar en reconnaissant le Golan comme territoire israélien. 

Durant la guerre des Six jours en 67, Israël a été attaqué par cinq armées arabes… Contrairement à toute logique, Israël a gagné la guerre, et selon les lois de la guerre, a annexé le Golan conquis. Chaque pays dont la France s'est agrandi au travers des victoires militaires, mais ce qui est valable pour les autres nations ne marche pas pour Israël, on lui dénie ce droit. Ainsi la Communauté internationale considère cet espace "sous occupation israélienne", refusant par ailleurs de comprendre l'importance stratégique du Golan pour Israël qui combat le terrorisme.

La Communauté internationale, l'ONU, le Conseil de sécurité sont en émoi ! "Quelle 'houtspa !, pensent-ils, quel culot de la part de ce Donald Trump de légitimer Israël dans ses frontières bibliques". Quand Mr Poutine a annexé la Crimée ukrainienne en 2014 (la Crimée représente plus en superficie que tout Israël – et en Syrie 8 fois plus grande qu'Israël, on a de la peine à distinguer le minuscule Golan), personne n'a protesté, ou si peu. Aujourd'hui, comble de l'hypocrisie, l'ONU et Mr Poutine accusent Israël et les Etats-Unis de « violer les lois internationales »….

 

L'autre coup de shofar

Le premier coup de shofar du président américain a retenti durant la fête juive de Hanouka. Le 6 décembre 2017, Trump reconnaissait Jérusalem capitale d'Israël et déménageait son ambassade. Là encore, quel tollé de la part de l'Europe et des nations arabes !

Quelle correspondance a-t-on dans la Bible ?…

Les décisions du président si décrié Donald Trump, dont le nom suggère la trompette (en hébreu shofar), révèlent un aspect prophétique indéniable. Nous avons déjà vu combien ce président nous rappelle le roi Cyrus, "l'Oint de Dieu", selon Esaïe 45. C'est ce roi perse qui a réhabilité Jérusalem et a permis la reconstruction du temple détruit par les Babyloniens. En 2 Chroniques 36 :22, il est dit que « Dieu réveilla l'esprit de Cyrus » ; Dieu est ainsi toujours aux commandes, surtout lorsqu'il s'agit d'Israël. 

Au travers des deux fêtes juives, Pourim et 'Hanouka, nous discernons deux féroces ennemis d'Israël, Haman et Antiochus. Nous connaissons 'Haman et le parallèle avec l'Iran des Mollahs voulant la destruction d'Israël, mais qu'en est-il d'Antiochus ?…

 

Antiochus le dément

Antiochus IV Epiphane, « le dément » comme l'appelaient ses serviteurs était le roi Séleucide gouvernant la Syrie et Israël. A la mort d'Alexandre le grand, l'immense empire fut dépecé par ses quatre généraux. De manière étonnante, le prophète Daniel en a eu la prescience quatre siècles auparavant : en Daniel ch. 8, le prophète prédit la venue du "bouc avec une grande corne" (Alexandre le Grand), puis des "quatre cornes" devant le remplacer. Puis, dit la Bible, "de l'une d'elles sortit une petite corne" (Antiochus), qui se dirigea "vers le pays glorieux" (Israël).

Alexandre n'avait pas de problème avec le peuple juif. Mais Antiochus avait une obsession, celle d'imposer la culture grecque idolâtre et faire adopter ses dieux, interdisant aux Juifs de respecter le shabbat et la circoncision. Antiochus avait l'intention de détruire Israël, par force ou assimilation. C'est également contre le Dieu de Jacob qu'Antiochus le Dément agit : le 25 kislev de l'an -167 avant l'ère commune, il souilla le temple avec le sacrifice d'un animal impur.

 

Le Dévastateur

« La corne (Antiochus) jeta la vérité par terre » (Dan 8:12). Dans ce ch.8, Daniel est instruit par l'ange Gabriel sur les temps de la fin ; le prophète tombe face contre terre. Dieu lui révèle alors qu'Antiochus est le type de l'Anti-Messie appelé le Dévastateur, le Destructeur (Dan 9 :27), il incarne l'idéologie des temps de la fin visant à combattre Israël et le monde. 

 

L'islam, une idéologie mortifère et sanguinaire…

Je trouve intéressante cette définition de l'islam, donnée par Salem Benammar, docteur en sciences politiques : « Le casier judiciaire de l'islam est le plus chargé au monde. Aucune autre idéologie totalitaire ne peut en dire autant, tant par le nombre effarant des victimes que dans la durée. Près de 300 millions de morts en 1437 années de terreur et de sang non-stop… ».

Constatons la réalité : l'Occident est paralysé par l'afflux constant des migrants formant un vrai cheval de Troie pour les Musulmans leur permettant de s'infiltrer dans les nations chrétiennes. 

« L'islam vaincra tout l'Occident par le djihad – et la France sera la première », voilà ce que clame le cheikh palestinien Abou Taqi Al-Din. Il a expliqué à la mosquée d'El Aqsa à Jérusalem que les Musulmans ont besoin d'un pays à même de transmettre le message islamique à l'Occident. Il a rappelé les nombreuses conquêtes de l'Empire ottoman, qualifié d'État islamique, en Occident et en Asie, estimant que la nation islamique était capable de "revenir à son état d'origine" et de diffuser l'islam. Cheikh Taqi Al-Din a ainsi estimé que le monde entier serait à l'avenir soumis au règne de l'islam de l'une des trois manières suivantes : la conversion à l'islam, l'impôt de la jizya, ou le combat pour Allah.

Erdogan quant à lui, a bien l'intention de devenir le Califat de l'empire ottoman reconstitué, voulant transformer l'ex-Basilique Ste Sophie en mosquée ; il menace de mort en outre les Australiens et Néo-Zélandais "hostiles à l'islam". 

 

La force des Maccabées

L'histoire de 'Hanouka nous rappelle la victoire des Maccabées dirigés par Matityahou et son fils Yehouda. A un contre dix, les Maccabées se sont opposés victorieusement aux forces d'Antiochus, et Matityahou a purifié le Temple – c'est là l'épisode miraculeux de 'Hanouka avec la Ménorah restant illuminée une semaine, avant de reconstituer l'huile sainte. 

La Bible dit que l'Antiochus des derniers temps, le Dévastateur, sera "brisé, sans l'effort d'aucune main" (Dan 8:25). Dieu agira glorieusement pour mettre fin au règne du despote, et l'islam tombera, car c'est la Vérité qui triomphera.

En attendant, le monde a besoin des croyants qui ont l'esprit des Maccabées ; Israël a besoin de croyants en la Bible, des résistants au mensonge régnant, qui se placent résolument de son côté. L'ONU a déjà capitulé, phagocyté par l'islam et l'Ennemi du nord fourbit ses armes. 

Sachons cependant qu'Israël est prêt, ayant comme allié le chef de l'armée céleste… 
Soyons à ses côtés.
 
 
 
 
Print Friendly, PDF & Email