Plus jamais ça !

Plus jamais ça !

Quelle fierté pour Israël de voir le drapeau frappé de l’étoile de David flotter sur les lieux du plus célèbre des camps de la mort ayant réussi à exterminer plus d’un million de Juifs, Auschwitz Birkenau. Ce drapeau d’Israël témoignage de l’échec total de la « Solution finale ».
Quel honneur également pour ces pilotes israéliens, petits-fils de rescapés de la Shoah, de survoler avec leur F-16 ce même camp qui a vu tant de trains chargés de Juifs issus de toute l’Europe, débarqués pour être assassinés, gazés ou brûlés dans les fours. C’est un vrai pied-de-nez à tous les bourreaux d’hier et d’aujourd’hui qui ne pensent qu’à « tuer du Juif ».
« Ils seront confondus et seront rejetés tous ceux qui haïssent Sion » (Ps 129)
 
Souviens-toi !
 
Le peuple juif est le peuple à qui Dieu dit : « Souviens-toi ! » – Yad Vashem a été créé à cet effet pour que le monde réalise l’horreur de la Shoah et l’ignominie de l’homme sans Dieu, tandis que le monde déclare : « Plus jamais ça ! »… du bout des lèvres, tout en maintenant sur Israël l’opprobre, tout en accusant l’Etat hébreu d’être « une puissance occupante ».
 
L’UNESCO, chaque année le 27 janvier, rend hommage à la mémoire des victimes de la Shoah, « réaffirmant son engagement indéfectible à lutter contre l’antisémitisme, le racisme et les autres formes d’intolérance ». Le 27 janvier est ainsi la date-anniversaire de la libération du camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau par les troupes soviétiques.
 
Antisémitisme banni, antisionisme accepté
 
Mais rappelons qu’en oct 2016, l’UNESCO à Paris ayant comme ordre du jour « la Palestine occupée », donnait la priorité à l’héritage musulman sur la Vieille Ville. Le texte se référait de même à la tombe des Patriarches de Hébron devenant al-Haram al-Ibrahimi et à la tombe de Rachel à Bethléem renommée Mosquée Bilal ibn Rabah.
Selon ces législateurs, le mont du Temple, le site le plus sacré dans le judaïsme, ainsi que le Kotel, où les Juifs de partout dans le monde viennent pour prier, étaient décrits exclusivement comme des lieux saints musulmans et référés seulement par leurs noms musulmans. Le Mont du Temple devenait Al-Aqsa/Al-Haram Al Charif, et le Lieu du Kotel ou Mur Occidental, la place Al-Buraq.
 
« Dire qu’Israël n’a pas de lien avec le mont du Temple et le Kotel, c’est comme dire que les Chinois n’ont pas de lien avec la muraille de Chine ou les Egyptiens avec les pyramides », dira le Premier Ministre israélien, B. Netanyahou.
 
Souviens-toi d’Amalek !
 
Dieu ne demande pas seulement de se souvenir de la Torah et des commandements. Il y a un autre « souviens-toi » : « Souviens-toi… tu effaceras la mémoire d’Amalek de dessous les cieux, ne l’oublie-pas ! » (Deut 25 :19). Le Dieu de la Bible est un Dieu pratique, qui n’oublie pas ce que Son peuple a subi.
 
À tout moment dramatique de son histoire, Israël peut constater que Dieu l’a relevé et lui a donné la victoire. C’est intéressant de voir que la victoire éclatante de la « Guerre des six-jours » s’est produite 70 ans après la déclaration de Theodor Herzl devant un monde qui n’aurait jamais pensé qu’Israël renaîtrait, et que la Déclaration de « Jérusalem capitale d’Israël » par Donald Trump est intervenue 70 ans après 1947, date d’un accord international pour un Etat juif… sans Jérusalem. Le timing de Dieu est précis.
 
Croyons également que les menaces de destruction actuelles – avec le Hezbollah, le Hamas, et l’Iran – pour ne pas citer d’autres nations qui ne rêvent que d’anéantir le peuple juif, ne prévaudront pas contre l’armée d’Israël… avec le soutien du ciel.
 
Aujourd’hui, ne nous laissons pas berner par les « plus jamais ça » car en général, les nations n’ont pas de mémoire, ou bien celle-ci est sélective. Mais croyons-le, Amalek sera détruit, car Dieu se souvient du mal infligé aux enfants d’Israël.
 
« (Dieu) donnera aux affligés de Sion un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, une plantation de l’Eternel, pour servir à SA gloire » – Esaïe 61 :3
Print Friendly, PDF & Email