Messages étiquettés Attentat

Israël pleure ses enfants

2 juillet 2014
pasteur Gérald Fruhinsholz


Plus de 10 000 personnes ont assisté à l’enterrement de Gilad, Naftali et Eyal, à Modiin !

Un événement sans précédant en Israël, mettant le point final – un coup de couteau pour les familles et les proches des enfants, après 18 jours de recherche desespérée, et d’espoir fou de les retrouver vivants. Toute une nation, unifiée dans la douleur et l’incompréhension – la Knesset au complet était là, les religieux étaient là ensemble avec les laïcs… Quelle douleur, mais quelle dignité et quelle expression d’unité étaient manifestées là dans cet évènement.


Voici ci-dessous l’article de notre ami chrétien de Belgique, Luc Henrist, conférencier en Europe sur des sujets touchant Israël. Ce texte répond à bon nombre de chrétiens qui portent sur Israël un regard critique, déformé à la fois par la désinformation médiatique, et par une vision trop humaniste.


70 ans après sa création, Israël demeure encore une énigme pour de nombreux chrétiens. Un travail de hasbarah (explication) demeure toujours indispensable, afin que l’image d’Israël, (et finalement celle de Dieu, Israël étant « le peuple de Dieu »), s’approche davantage de la vérité. L’Ennemi de l’humanité, qu’il soit nommé Amalek ou Satan, en touchant Israël, est plus que jamais l’ennemi de Dieu. Ce dernier connait la destinée finale et glorieuse d’Israël, il décoche ses flèches, « animé d’une grande colère et sachant qu’il a peu de temps », avant le grand Evénement.

Le Messie-Roi vient poser Ses pieds à Jérusalem (Zach 14) pour établir son royaume de paix et de justice ! ce ne sera ni à New-York, ni à Paris ni à Rome, ce sera dans une Jérusalem une et indivisible, capitale de l’Etat hébreu.

« Car de Sion sortira la Torah, et de Jérusalem la Parole de l’Eternel » – Esaïe 2


Gérald Fruhinsholz

PS : la mort du jeune Palestinien n’est pas élucidée. Il est trop facile de parler de vengeance. On a l’habitude au Moyen-Orient des mises en scène macabres, justifiant aujourd’hui une 3e Intifada. Il peut aussi s’agir d’un crime d’honneur ; on connait cela dans le monde arabe. Attendons la fin de l’enquête.

*    *    *    *    *

Réflexion sur l’assassinat de 3 Juifs israéliens par le Hamas…

par Luc Henrist
(avec son aimable autorisation)

1 juillet 2014


Les corps d’Eyal Yifrach 19 ans, Naftali Frenkel 16 ans et Gilad Shaar 16 ans, les trois adolescents kidnappés par le Hamas, ont été retrouvés par l’Armée de Défense d’Israël ce lundi 30 juin.

On n’avait plus de nouvelles de ces 3 étudiants d’une école religieuse depuis le 12 juin. Une voiture brûlée avait été retrouvée le lendemain matin tout près d’Hébron, ce qui avait conduit les forces israéliennes à concentrer leurs efforts de recherche dans et autour de cette ville antique. La recherche impliquait un déploiement intense 24h/24h, dans les villes et les villages palestiniens, et même dans les puits et les grottes qui se trouvent dans les collines environnantes.

 

Cette recherche a perturbé la vie de nombreux habitants de la région. Certains journalistes européens en ont profité pour accuser Israël d’imposer une «punition collective» à la population palestinienne et de commettre des «crimes de guerre» contre eux. Ne vous y trompez pas, ces 3 adolescents ont été kidnappés et assassinés par les terroristes du Hamas parce que juifs et israéliens, contrairement à ce que certains médias laissent entendre.

Cet effort de recherche pour sauver ces jeunes, représente ce que tout pays épris de liberté aurait fait pour retrouver ces adolescents et les rendre à leurs parents.

 

Quelques exemples dans la Bible nous montrent que cet effort était juste et droit. Le patriarche Abraham, par exemple, n’a pris l’épée qu’une fois dans sa vie. Mais il l’a fait pour récupérer son neveu Lot et sa famille après qu’ils aient été enlevés dans la bataille des rois, comme cela est décrit dans Genèse 14 (Dès qu’Abram apprit que son neveu avait été fait prisonnier, il arma 318 de ses plus braves serviteurs, nés chez lui, et il poursuivit les rois jusqu’à Dan). Ce qui est intéressant, c’est de voir que lorsqu’Abraham a terminé sa mission et qu’il était de retour chez lui, ce personnage extraordinaire, Melchisédek,  vient à ce moment précis, pour le bénir, en disant: «Qu’Abram soit béni par le Dieu très-haut, le maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu très-haut qui a livré tes ennemis entre tes mains!» (Genèse 14:19-20)

Melchisédek, présenté dans la Bible comme un roi sacerdotal divinement choisi, aurait pu se présenter à Abraham à tout moment, mais il a choisi de le faire à ce moment particulier, et il a alors prononcé cette grande bénédiction sur lui. On peut donc en conclure que cette histoire biblique approuve les efforts pour sauver des prisonniers comme une juste mission.

 

Nous le voyons à nouveau dans la campagne menée par David pour sauver et récupérer toutes les personnes et tous les biens emportés par les Amalécites, comme cela nous est raconté dans 1 Samuel 30. Lorsque les Amalécites eurent pillé et incendié Tsiklag, une rébellion se soulève contre David dans son propre camp : «Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel, son Dieu » (v.6) et «David consulta l’Eternel en disant: «Dois-je poursuivre cette troupe? Réussirai-je à la rattraper?» L’Eternel lui répondit: «Poursuis-la, car tu la rattraperas et tu délivreras les prisonniers».

 

Évidemment, certains bons chrétiens vont me dire que «nous ne sommes plus sous la Loi, mais sous la Grâce et que, par conséquent, ce genre d’attitude ne convient pas pour nous chrétiens. Tout récemment, alors que je participais à une conférence avec l’Ambassadeur d’Israël en Belgique, une personne dans la salle a posé cette question : «Comment pouvez-vous soutenir un pays qui utilise la violence, alors qu’il nous est dit dans la Bible, de tendre la joue gauche si on vous frappe la droite ?».

Tout d’abord, il faut replacer ce verset dans son contexte pour ne pas en faire un prétexte… Inciter son adversaire à frapper l’autre joue exigerait une action beaucoup plus délibérée et violente de sa part. En présentant l’autre joue, celui qui est frappé oblige l’agresseur de reconnaître ce qu’il a fait; ce geste expose sa violence, et l’offensé peut, de cette façon pacifique, contester en même temps.

 

En tant que chrétien, si un voleur entrait dans votre maison pendant la nuit, avec l’intention de voler tout ce que vous avez et violer votre femme et tuer vos enfants, que feriez-vous ? Lui diriez-vous, avant qu’il ne s’en aille : Attendez, vous avez oublié les clés de la voiture ? Mais au-delà de ces considérations, souvenons-nous qu’Israël ne se proclame pas comme «LE» pays chrétien par excellence (contrairement à ce que plusieurs chrétiens semblent penser…) Israël est le seul «État hébreu» sur la face de la terre, alors qu’il existe des dizaines de «Républiques Islamiques» et bientôt des «Califats»… dans lesquels règne, bien entendu, la démocratie «par excellence», n’est-ce-pas ?…

 

Pour exemple, le premier jour du Ramadan, France Inter annonçait qu’en Arabie Saoudite, toute le monde DOIT respecter le Ramadan (même ceux qui ne sont pas musulmans), au risque de se faire expulser du pays… J’ai donc répondu à cette personne en lui disant que nous devons réaliser que même dans nos pays européens de souche chrétienne, on n’a pas hésité pendant la première et la deuxième guerre mondiale, non pas à «tendre la joue gauche» mais plutôt à défendre la nation et la population avec des fusils, des chars et des avions de chasse. Mon grand-père maternel était dans la résistance et a été déporté en Allemagne pour «travaux forcés». Devrais-je être honteux de ce qu’il a fait car il n’a pas tendu la joue gauche ? Ces soldats qui ont défendu nos pays sont honorés aujourd’hui comme des «héros». Alors au nom de quelle idéologie Israël devrait-il être le seul pays au monde qui ne défende pas sa nation et sa population ?  Selon les conventions internationales, tout pays a le droit (et je dirais même le devoir) de protéger son territoire et ses citoyens. Pourquoi devrait-il en être autrement pour Israël ?

 

En s’attaquant ainsi à 3 jeunes israéliens, le Hamas s’est attiré la foudre de la colère du Gouvernement israélien. On va sans doute déclarer que les ripostes israéliennes sont «disproportionnées»… Alors si Israël voulait être «proportionné», je suppose qu’il faudrait lui proposer de faire exactement pareil, c’est-à-dire : kidnapper 3 jeunes palestiniens et les tuer de sang-froid et puis, pour que ce soit vraiment «proportionné», envoyer entre 10 et 20 obus vers la bande de Gaza tous les jours, en espérant faire un maximum de victimes. Est-ce là la «riposte» qui conviendrait mieux et qui serait plus «acceptable» aux yeux des médias? Ou mieux encore, ce que certains voudraient vraiment, c’est qu’Israël reste assis les bras croisés pour montrer au monde entier que c’est le seul pays au monde qui «tend la joue gauche»… Pour moi, agir ainsi ne serait pas un acte de «pardon» mais bien de lâcheté envers ses citoyens.

 

Si les Palestiniens veulent vraiment la paix, il faudrait qu’ils cessent ce genre d’agression et d’attentats.  Comme le disait Golda Meïr, Premier Ministre d’Israël : «La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent». Prions pour que ces familles soient consolées et prions afin que le Prince de la Paix établisse bientôt Sa Paix à Jérusalem.

Luc Henrist



Tags: , , , , ,

Jour de deuil en Israël

1 juillet 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Hier soir est tombée la nouvelle que tout le monde redoutait, concernant Eyal Yifrach, Naftali Frenkel,  et Gilad Shaar : leurs corps ont été retrouvés, ils ont été froidement assassinés.

Les coeurs sont lourds, et la seule « consolation » qui puisse être donnée aux familles des enfants, est celle de pouvoir à présent faire le deuil, en sachant également qu’ils ont été rapidement tués.

 

Nous nous associons à la peine des familles, des proches et de tout Israël qui, dans ce type d’événement, est comme une famille, subissant de plein fouet cet acte odieux. Tuer des adolescents froidement est un acte de barbarie qui rappelle trop au peuple juif cette haine séculaire envers le peuple de Dieu.

 

 Nous ne pouvons qu’être en désaccord avec un Occident hypocrite – Europe, ONU et Etats-Unis compris – qui soutient par millions de dollars et d’euros les Palestiniens, en sachant pertinement que des salaires sont versés aux prisonniers en Israël ayant du sang sur les mains. Ces salaires sont plus ou moins grands selon le nombre de meurtres commis. Comment ne peut-on pas voir là un encouragement à l’enlèvement ou l’assassinat de soldats et/ou de civils, dont le Hamas a fait la promotion publiquement !…

 

Seigneur, aie égard à ton alliance !

Le psalmiste écrivait :« Jusqu’à quand, ô Dieu ! l’oppresseur outragera-t-il, l’ennemi méprisera-t-il sans cesse ton nom ? » – Psaumes 74:10.

Faisons nôtre cette prière : « Souviens-toi que l’ennemi outrage l’Eternel, et qu’un peuple insensé méprise ton nom ! Ne livre pas aux bêtes l’âme de ta tourterelle, n’oublie pas le sort des affligés qui t’appartiennent ! Aie égard à l’alliance ! – (v.18-20)

Le NT dit également : « Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; et pleurez avec ceux qui pleurent » – Romains 12:15


Seigneur, accorde ta consolation aux familles meurtries, et donne ta sagesse aux leaders en Israël pour savoir comment répondre à cet acte de barbarie


Gérald & Sophie et toute l’équipe de Shalom Israël



Tags: , ,

Le terrorisme continue en Israël

17 novembre 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Soldats israéliens assassinés

 Eden Attias, soldat israélien de 18 ans habitant Nazareth Illit, venait de commencer son service militaire. Un Palestinien de 16 ans, de Jénine, le poignarda dans le cou alors qu’il dormait dans le bus. C’était le 14 novembre à la station de bus d’Afula, au nord du pays, alors que Eden se rendait à sa base militaire. Il a été  transféré à l’hôpital le plus proche ; il a reçu les soins médicaux mais a succombé à ses blessures.


Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a officiellement invité le président François Hollande à visiter la bande de Gaza, « pour constater de visu la tragédie et la souffrance de ses habitants, » selon le site informatif israélien Walla

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a loué cet acte terroriste sur son compte facebook :« Félicitations au héro palestinien qui a tué un soldat israélien à Afula ce matin. C’est un acte héroïque qui montre que l’oppression n’empêchera pas nos hommes de commettre des actes de Jihad ». Pas étonnant pour une organisation qui ne reconnaît pas Israël et qui a choisi à maintes reprises la voie de la terreur et des attentats-terroristes (Source : Armée de Défense d’Israël).

« Le jeune Eden Attias a été poignardé par un arabo-musulman dans la nuque puis dans le cou, alors qu’il était assoupi dans un bus. Cet arabe de 16 ans est le produit de l’idéologie palestinienne qui n’est basée que sur la haine et le gout du sang. Ce « peuple » factice crée en 1967 et dirigé par l’egyptien Arafat bénéficie d’un traitement médiatique particulièrement intense et soutenu. Il représente la cause arabe par excellence et reçoit des millions d’euros tous les jours, ceci depuis le choc pétrolier de 1973 où les pays arabes ont perdu la guerre contre Israel. Une lâche offensive, mené à 10 contre 1 en plein jour de jeûne pour les juifs, lâcheté typique de la mentalité qui a animé l’assassin d’Eden frappé dans le dos pendant son sommeil » (tiré de l’article de Aaron Wiezmann et Axel Rehouv’ pour Europe-Israel.org).


… et l’hypocrisie des nations continue de sévir

Les négociations pour la paix dans le conflit arabo-israélien se poursuivent… quand les attentats continuent. Ces deux derniers mois les attaques contres les soldats se sont multipliées. Le Premier ministre Netanyahou s’est adressé à la Knesset concernant l’attaque de Eden, affirmant que « l’incitation à la haine de l’Autorité palestinienne et dans leurs écoles devait cesser ». En attendant….les négociations de « paix » avec les palestiniens se poursuivent avec la pression constante des Etats-Unis et de l’Europe. L’Autorité palestinienne ne change pas, elle incite toujours les enfants palestiniens dans les écoles à tuer et à se faire tuer pour devenir des martyrs.

De même, alors que le Conseil de sécurité de l’ONU – le groupe dit P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) – se réunit à Genève pour trouver un accord avec l’Iran, sur la question nucléaire…  l’Iran produit une vidéo sur une simulation d’attaque iranienne sur Tel-Aviv, et la destruction d’Israël.

La maman d’Eden devant le cercueil de son fils



Qui prie et soutient Israël ?…

Lorsque Josué se trouva devant la forteresse de Jericho, il rencontra l’Ange de l’Eternel, le ramat Kal, le commandant en chef de l’armée céleste. C’est Lui qui combat pour Israël. Prions-Le de délivrer Israël de tous les lions qui veulent le déchirer.


« Je suis au milieu de bêtes féroces. Ils sont comme des lions qui dévorent.
Leurs dents sont comme des lances et des flèches, leur langue est aussi coupante qu’une épée.
Ô Dieu, Tu es grand, tu dépasses le ciel, ta gloire brille sur toute la terre !
Ils ont tendu un filet… Ils ont creusé un trou…  et ils y sont tombés » – Psaume 57.


Amen ve’amen.

Que le Dieu de toute éternité console cette maman et sa famille de la perte
de son fils lâchement assassiné.



Tags: , ,

L’Art était son âme…

13 mai 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz

 Evyatar Borovsky était un amoureux de la Torah et de la terre d’Israël ; il venait de s’installer en Judée-Samarie, et il a été assassiné le 30 avril dernier par un jeune arabe de 22 ans, habitant de Tulkarem. Evyatar, 32 ans et père de cinq enfants, résidant à Yitzhar, était un artiste. « Napo était son nom d’acteur, et il participait à un programme de théâtre thérapeutique pour aider les personnes atteintes d’un choc post-traumatique comme il y en a beaucoup en Israël. Un de ses amis le décrit comme la personne la plus talentueuse et drôle qu’il connaissait, un autre que son esprit était tourné vers l’art et qu’il voulait aider les gens en souffrance avec le théâtre et la comédie, il suivait également un cours pour devenir clown d’hôpital – « L’Art était son âme« .   

 

L’attentat a eu lieu au Carrefour Tapoua’h près d’Ariel. Les attaques y sont fréquentes : « Il y a eu cinq incidents depuis trois semaines, un enfant a été blessé au même endroit. L’armée doit donner son avis sur cette question. Depuis l’ouverture des points de contrôle, les terroristes se promènent librement. Le terrorisme doit être pris plus au sérieux dans la région et les militaires devraient agir en conséquence. L’armée doit revenir au passé et faire son travail en éradiquant le terrorisme ambiant ». (voir le site Alyaexpress)



La glorification des « héros », assassins en puissance

« Al Zaghal (le meurtrier) était un ancien prisonnier libéré, retombé dans le terrorisme. On dit qu’il a voulu effacer la « tache sur son honneur » parce que son frère était accusé de coopérer avec Israël. Un homme choisi au hasard, assassiné pour « rétablir l’honneur » d’un terroriste : seul un esprit et une culture malades peuvent soutenir une telle idée. Et en effet, cet assassin est soutenu et même plus, exalté par les médias de l’Autorité palestinienne, cette Autorité palestinienne si bonne et si modérée qui disserte sur la paix dans les médias.  Il est qualifié de héros sur la page Facebook du Fatah (OLP). Cette exaltation des tueurs n’est pas un accident, c’est un schéma régulier qui se répète constamment : celui qui tue des Juifs israéliens est un héros qu’on glorifie». (voir le site Alyaexpress)

 

Comment Avyatar, portant une arme, a pu se faire tuer ?

On doit tout d’abord parler du démantèlement des points de contrôle, fait sous la pression des nations. Cette levée laisse plus de liberté à tous ceux qui veulent faire un mauvais coup. Ensuite, il existe une autre pression, celle de la justice israélienne : sortir son arme et se défendre exige tant d’implications juridiques que l’on réfléchit à deux fois pour le faire. Contrairement à d’autres pays où l’on tire et l’on réfléchit après sur l’éventuelle bonne décision, en Israël, il est demandé des comptes. Hélas, une seconde d’hésitation peut faire la différence entre la vie et la mort. Là, l’excès de précaution a été mortel.

 

« On a tellement inhibé et intimidé les citoyens israéliens et personnels des forces de sécurité que c’est devenu pratiquement impossible, lorsqu’une agression terroriste se profile, de prendre les devants et d’être en état de réagir à temps sans prendre de risques de poursuites judiciaires… Après la révolution constitutionnelle initiée dans les années 90 et l’atmosphère suicidaire induite par les accords d’Oslo en vigueur jusqu’à présent, on n’a pas idée combien le système juridique israélien a lié pieds et poings devant les terroristes arabes. On ne peut vraiment ouvrir le feu sans prendre de risques juridiques qu’une fois qu’on est mort. Les consignes sont si pointilleuses qu’elles sont pratiquement inapplicables en temps réel. Quand on renouvelle le permis de port d’arme, les instructeurs de tir expliquent la chose suivante : « Si vous ouvrez le feu sur un éventuel agresseur armé d’un couteau ou autre, quelles que soient les circonstances, même en légitime défense, on vous ouvrira un casier judiciaire ». (voir l’article de Méir Ben-Hayoun, pour « Parole Volée »). 

 

Le fils d’un de nos amis fut envoyé comme officier pour protéger le tombeau de Rachel, à Bethléem. Quatre pages d’instruction lui ont été données, pour le moindre cas d’altercation… Avec humour, il dira après coup : « J’ai prié que rien ne m’arrive, car je n’aurai pas eu le temps de lire » l’alinea n°3, page 3″, qui précise comment agir dans cette situation… ».

 

Israël, bouc émissaire

Voilà une idée de l’extrême complexité de la situation en Israël qui doit faire face à des ennemis en permanence, tout en s’imposant une éthique ou un principe de précaution qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Cependant, même en respectant cette éthique, au risque de se faire tuer, Israël sera de toute façon accusé, et comme nous le voyons pour le bateau turc Mavi Marmara (1), condamné à présenter des excuses.

 

Israël n’a pas fini de « jouer le rôle du bouc émissaire » qu’on lui impose. Telle est la façon dont les nations se déculpabilisent : en rejetant la faute sur quelqu’un ; et qui mieux que les Juifs peuvent prendre cette place maudite. Georges Clemenceau reprendra cette pensée à propos de l’affaire Dreyfus, disant : « Tel est le rôle historique de l’affaire Dreyfus. Sur ce bouc émissaire du judaïsme, tous les crimes anciens se trouvent représentativement accumulés ».

 

C’est pourquoi, il est clairement écrit que le Messie qui vient, vient d’abord pour venger Son peuple : « L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, … 1) Pour publier une année de grâce de l’Eternel, et 2) un jour de vengeance de notre Dieu, pour consoler tous les affligés, pour accorder aux affligés de Sion, pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, une plantation de l’Eternel, pour servir à SA gloire » – Esaïe 61.

C’est également écrit dans le NT : « … De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant » – Apo 19:15.
 

Nous présentons à la famille d’Evyatar pour qui « l’Art était son âme », de la part des amis chrétiens, nos sincères condoléances


(1) Chacun sait que sur ce bateau dit « humanitaire » étaient réunis des islamistes turcs voulant en découdre avec Israël. Qu’il y ait eu des morts est dû au seul fait que les soldats Israéliens envoyés sur le bateau, ont dû défendre leur propre vie contre des hommes munis de barres de fer. Diplomatiquement, Binyamin Netanyahou a dû demander pardon pour les morts turcs (9 morts) occasionnés. (voir article)


Tags: , , , ,