Pasteur Gérald Fruhinsholz
le 7 septembre 2017
 

Jérémie 31:10 – « Nations (goyim), écoutez la parole de l'Éternel, et proclamez-la… Dites : Celui qui a dispersé Israël le rassemblera et le gardera comme le berger garde son troupeau »

Esaïe 49 :22 – « Ainsi dit l'Eternel:  Je lèverai ma main vers les nations (goyim), Je dresserai ma bannière vers les peuples; et ils ramèneront tes fils entre leurs bras, ils porteront tes filles sur les épaules »

Exactement 120 ans après le premier Congrès sioniste – fin d'août 1897 à Bâle en Suisse, sous la direction de Theodor Herzl, des chrétiens de toute l'Europe se sont réunis dans cette ville. Le but a été d'abord de fêter le miracle du Sionisme moderne, et ensuite de prier pour l'accomplissement de ce que Dieu a commencé là 120 ans auparavant, selon Ses desseins et Ses promesses en faveur d'Israël.

« Nous voulons honorer la ville de Bâle pour avoir reconnu l'importance de cette date et avoir accueilli cette conférence en commémorant cet anniversaire historique. Nous voulons prier et intercéder pour Bâle, pour la Suisse, pour nos nations européennes et pour l'Eglise afin qu'elle s'aligne sur les desseins éternels de Dieu (pour Israël) pour les temps actuels […] – Harald Eckert, directeur fondateur, Global Prayer Call

 

La douloureuse épopée de l'Exodus – il y a 70 ans !

Un autre anniversaire a été commémoré ces jours-ci, celui d'Exodus, ce fameux bateau parti de Sète en France, ayant à son bord des milliers de Juifs dont beaucoup sortis des camps, refoulé avant d'arriver à Haïfa par les Britanniques, pour finalement être renvoyé en Allemagne (LIEN). Depuis cette époque douloureuse, nombre de chrétiens anglais se rassemblent à Haïfa et ailleurs en Israël, pour demander pardon pour leur pays et les décisions du Mandat britannique. 

– Ci-dessous, un texte qui reparle également de l'importance du concours chrétien d'un homme, le Rev William Hechler,  épaulé par d'autres au sein de ce que l'on peut appeler 'le Sionisme chrétien'.

Notre vision : "Lekh lekha Israël" – Israël, va jusqu'au bout de ta destinée !

…………………………………

 

Le mentor chrétien de Theodor Herzl

 


Theodor Herzl était un homme avec un projet, déterminé à remédier à cette situation. Et ce que les gens doivent savoir, c'est qu'il avait un avocat et un mentor – un chrétien engagé. si Herzl est le visage du Sionisme moderne, on peut dire que William Hechler est le héros inconnu qui a joué un rôle primordial en aidant à recréer la patrie juive.Après un épisode particulièrement douloureux d'antisémitisme en France [1] et de nombreux autres incidents en Europe et en Russie, de nombreux Juifs étaient prêts à partir dans un endroit plus sûr. Il y a un parallèle à faire avec notre temps, en 2017, mais à l'époque – il y a 120 ans, il n'y avait pas encore de patrie ou de refuge où pouvoir fuir.

 

Une question de temps…

Choqué par 'l'Affaire Dreyfus' et les terribles pogroms de Russie, Theodor Herzl a oeuvré pour changer la réalité du peuple juif, de manière pragmatique. Il était athée et avait compris que la persécution du peuple juif n'allait pas s'arrêter et qu'il était urgent de trouver un lieu de refuge.

En août 1897, il rassembla des personnes-clés dans la ville de Bâle pour un Congrès sur la création d'un Etat juif. À la suite du premier Congrès, il déclara: "A Bâle, j'ai fondé l'Etat juif …. Si je le disais à haute voix aujourd'hui, je serais moqué. Peut-être dans cinq ans, mais certainement dans cinquante ans, le monde entier comprendra".

Sa déclaration s'est révélée exacte – 50 ans après, elle s'est parfaitement réalisée.

En 1947, Israël est sur le chemin  de sa création suite au plan de partage des Nations Unies en novembre, et la tragédie du navire Exodus en juillet de cette année est une confirmation brutale de la nécessité d'un refuge juif. Le SS Exodus transportait 4 515 réfugiés juifs, lorsqu'il tenta désespérément d'échapper aux horreurs de la Shoah en Europe, pour parvenir aux rives de la Terre Sainte. À cette époque, les Britanniques contrôlaient la terre et restreignaient sévèrement l'immigration juive. Des milliers et des milliers d'entre eux furent refoulés, et l'Exodus fut renvoyé à Chypre, puis en Allemagne.

En regardant en arrière – 50, 70, 100 ou 120 ans – nous réalisons que 2017 est une année tellement importante pour Israël qui fête ces différents anniversaires.

Cela fait 50 ans que la ville de Jérusalem est de nouveau entre les mains du peuple juif… et 70 ans que les manuscrits de la mer Morte ont prouvé que le récit de l'histoire juive de la Bible sur sa terre n'est pas une fiction, et, depuis l'Accord de l'ONU (en nov 47), que le ''Juif errant'' est devenu l'État moderne d'Israël. Il y a 100 ans qu'Israël a été libéré de siècles d'occupation musulmane (Turcs ottomans), et que la Déclaration Balfour a promis d'établir une patrie pour le peuple juif. Et ce mois-ci, il y a 120 ans que la Déclaration de Bâle, ou l'appel à rétablir Israël, a été prononcé officiellement fin août 1897.

 

Le mentor chrétien de Theodore Herzl

Né à Budapest, mais vivant au Royaume-Uni, William Hechler a été formé dans l'Eglise anglicane pour être aumônier à l'Ambassade britannique de Vienne. Comme bon nombre de ses compatriotes [2], il avait senti un grand mouvement prophétique en 1897. C'était une date connue pour les exégètes de la prophétie se fondant sur le symbolisme et la recherche des dates à partir des livres de Daniel et de l'Apocalypse. Hechler fut frappé par le livre «L'Etat juif» et déterminé à rencontrer son auteur. 

Voici l'impression de Herzl lors de leur premier rendez-vous:

«Hechler est un homme sympathique et sensible à la longue barbe grise d'un prophète. Il s'est passionné pour mon projet. Il considère mon mouvement comme prophétique, et dit l'avoir prédit deux ans auparavant. Il a calculé selon une prophétie datant du règne d'Omar (637-638) qu'après 42 mois prophétiques, c'est à dire 1 260 ans (NdT: selon Apo 11:2 et Daniel 7:25), la Palestine serait restituée aux Juifs. Cela donne 1897-1898 … Hechler déclare que mon mouvement est biblique, même si je procède de manière rationnelle. Il veut montrer mon livre à quelques princes allemands. Comme précepteur auprès du Grand-Duc de Baden, il connait le Kaiser allemand et pense m'obtenir une entrevue».[3]

En raison de ses liens, Hechler fut en effet capable d'organiser pour Herzl une audience avec le Kaiser allemand, qui devint ouvert au projet, ayant en outre une certaine influence sur la Turquie, qui dirigeait alors la Palestine… mais le Sultan turc ne voulut rien entendre sur un Etat juif indépendant en Terre Sainte.

Malgré cela, l'amitié et le partenariat entre Herzl et Hechler continua de grandir.

«ll me donne d'excellents conseils», écrit Herzl , il est plein de bonne volonté; à la fois intelligent, mystique et naïf. Ses conseils et ses préceptes ont été excellents à ce jour». Hechler fut aux côtés de Herzl jusqu'à la fin; le leader juif fit un voeu à Hechler : «Saluez la Palestine pour moi ». Et il rajouta : «J'ai donné mon sang, ma vie pour mon peuple».

 

Un refuge incontournable

Herzl a appelé Hechler "un chrétien sioniste", en raison de son grand amour pour le peuple juif, et la détermination à voir Israël restauré à nouveau. Hechler n'était pas seulement concerné par les liens prophétiques et politiques relatifs à Israël, mais il était désireux de s'aligner sur le cœur de Dieu et Ses plan en faveur des Juifs, sachant qu'ils seraient protégés du danger, et ''replantés'' dans leur terre comme Dieu l'avait ordonné dans sa Parole.

Cependant, même après que leurs rêves soient devenus réalité avec la 'Déclaration Balfour' de 1917 promettant de créer une patrie juive en Palestine, Hechler resta frustré par le fait que les Juifs n'étaient pas pressés de partir là-bas. Il était inquiet, notamment avec les prophéties des ''troubles de Jacob'' de Jérémie 30:7, et certain que l'Europe allait être bientôt inondée de ''fleuves de sang'' auxquels  seuls quelques-uns échapperaient. Il avait averti que la calamité à venir ''rendrait les Croisades et l'inquisition espagnole semblables à des jeux d'enfant''. Hechler mourut en 1931, juste avant la venue de Hitler au pouvoir, et avant qu'il ne voie la tragédie qu'il avait prédit.

 

L'épopée de l'Exodus

L'été 2017 marque les 120 ans depuis la Déclaration de Bâle de Herzl, et les 70 ans de l'abandon désastreux de l'Exodus, soulignant l'urgent besoin d'une patrie juive.

De terribles erreurs ont été faites pendant ces années, la tragédie de l'Exodus en est une. Des chrétiens britanniques se sont depuis souvent rassemblés en Israël pour se repentir de ces décisions prises par le 'Mandat britannique'. Récemment a eu lieu une cérémonie d'inauguration à propos de l'Exodus, à Haifa, à laquelle ont assisté Yonatan Halleli de Yad Ezer le'Haver pour les survivants de l'Holocauste, Jürgen Bühler, directeur de l'Ambassade chrétienne internationale (ICEJ), le ministre de la Construction et du Logement Yoav Galant (dont la mère Fruma était sur l'Exodus), et le président de l'Agence juive Natan Sharansky

Membre (du parti Kulanou) de la Knesset, Yoav Galant, a déclaré: «Exodus est devenu le symbole du passage de l'Holocauste à la résurrection. Lorsque nous choisissons de nous souvenir des héros qui ont fondé le pays, je dis qu'il y a une raison de se battre».

Jürgen Bühler de l'ICEJ a ajouté: «Exodus est un symbole non seulement pour les Juifs, mais aussi pour les millions de chrétiens évangéliques partout dans le monde qui se tiennent debout en faveur d'Israël et reconnaissent la nécessité d'un Etat juif» [4].

Comme Herzl l'a vu, Le Sionisme n'est pas du racisme, au contraire, il donne une raison de combattre le racisme. Et comme l'a démontré William Hechler, le Sionisme chrétien n'est pas lié à la politique, mais à l'amour inconditionnel de Dieu, à Son peuple et à Sa volonté d'accomplir ses desseins prévus depuis toujours.

«Votre peuple sera mon peuple, et votre Dieu, mon Dieu» – Ruth 1:16

 Kehilat Israelhttp://kehilanews.com/2017/09/03/theodore-herzls-christian-mentor/ 

  

note1[1] Le  capitaine Alfred Dreyfus a  été injustement accusé de trahison et banni sur une île pour être derrière les barreaux pour le reste de sa vie, aux cris de "Mort à Judas, mort aux Juifs!". On découvrit plus tard que la lettre qui l'avait incriminé était un faux, mais ne fut blanchi qu'après 12 ans d'emprisonnement.

note2[2] Ceux qui prévoyaient la restauration physique d'Israël comprenaient Lord Shaftsbury, Wesley, Newton, Cowper, Wilberforce, Simeon, Pusey, Danby, Spurgeon, ainsi que des politiciens tels que Palmerston, Disraeli, Lloyd George, Balfour, Churchill, Wilberforce (mais pour des raisons pratiques protégeant les intérêts britanniques et la route vers l'Inde plutôt que des raisons spirituelles) et des écrivains britanniques tels que Byron, Walter Scot, Wordsworth, Robert Browning, George Eliot.

note3[3] Affichage dans le musée de Christchurch, Jérusalem

note4[4]  Ma'ariv Mekomonim,  11 août 2017

 

Print Friendly, PDF & Email