2 juillet 2014
pasteur Gérald Fruhinsholz


Plus de 10 000 personnes ont assisté à l’enterrement de Gilad, Naftali et Eyal, à Modiin !

Un événement sans précédant en Israël, mettant le point final – un coup de couteau pour les familles et les proches des enfants, après 18 jours de recherche desespérée, et d’espoir fou de les retrouver vivants. Toute une nation, unifiée dans la douleur et l’incompréhension – la Knesset au complet était là, les religieux étaient là ensemble avec les laïcs… Quelle douleur, mais quelle dignité et quelle expression d’unité étaient manifestées là dans cet évènement.


Voici ci-dessous l’article de notre ami chrétien de Belgique, Luc Henrist, conférencier en Europe sur des sujets touchant Israël. Ce texte répond à bon nombre de chrétiens qui portent sur Israël un regard critique, déformé à la fois par la désinformation médiatique, et par une vision trop humaniste.


70 ans après sa création, Israël demeure encore une énigme pour de nombreux chrétiens. Un travail de hasbarah (explication) demeure toujours indispensable, afin que l’image d’Israël, (et finalement celle de Dieu, Israël étant « le peuple de Dieu »), s’approche davantage de la vérité. L’Ennemi de l’humanité, qu’il soit nommé Amalek ou Satan, en touchant Israël, est plus que jamais l’ennemi de Dieu. Ce dernier connait la destinée finale et glorieuse d’Israël, il décoche ses flèches, « animé d’une grande colère et sachant qu’il a peu de temps », avant le grand Evénement.

Le Messie-Roi vient poser Ses pieds à Jérusalem (Zach 14) pour établir son royaume de paix et de justice ! ce ne sera ni à New-York, ni à Paris ni à Rome, ce sera dans une Jérusalem une et indivisible, capitale de l’Etat hébreu.

« Car de Sion sortira la Torah, et de Jérusalem la Parole de l’Eternel » – Esaïe 2


Gérald Fruhinsholz

PS : la mort du jeune Palestinien n’est pas élucidée. Il est trop facile de parler de vengeance. On a l’habitude au Moyen-Orient des mises en scène macabres, justifiant aujourd’hui une 3e Intifada. Il peut aussi s’agir d’un crime d’honneur ; on connait cela dans le monde arabe. Attendons la fin de l’enquête.

*    *    *    *    *

Réflexion sur l’assassinat de 3 Juifs israéliens par le Hamas…

par Luc Henrist
(avec son aimable autorisation)

1 juillet 2014


Les corps d’Eyal Yifrach 19 ans, Naftali Frenkel 16 ans et Gilad Shaar 16 ans, les trois adolescents kidnappés par le Hamas, ont été retrouvés par l’Armée de Défense d’Israël ce lundi 30 juin.

On n’avait plus de nouvelles de ces 3 étudiants d’une école religieuse depuis le 12 juin. Une voiture brûlée avait été retrouvée le lendemain matin tout près d’Hébron, ce qui avait conduit les forces israéliennes à concentrer leurs efforts de recherche dans et autour de cette ville antique. La recherche impliquait un déploiement intense 24h/24h, dans les villes et les villages palestiniens, et même dans les puits et les grottes qui se trouvent dans les collines environnantes.

 

Cette recherche a perturbé la vie de nombreux habitants de la région. Certains journalistes européens en ont profité pour accuser Israël d’imposer une «punition collective» à la population palestinienne et de commettre des «crimes de guerre» contre eux. Ne vous y trompez pas, ces 3 adolescents ont été kidnappés et assassinés par les terroristes du Hamas parce que juifs et israéliens, contrairement à ce que certains médias laissent entendre.

Cet effort de recherche pour sauver ces jeunes, représente ce que tout pays épris de liberté aurait fait pour retrouver ces adolescents et les rendre à leurs parents.

 

Quelques exemples dans la Bible nous montrent que cet effort était juste et droit. Le patriarche Abraham, par exemple, n’a pris l’épée qu’une fois dans sa vie. Mais il l’a fait pour récupérer son neveu Lot et sa famille après qu’ils aient été enlevés dans la bataille des rois, comme cela est décrit dans Genèse 14 (Dès qu’Abram apprit que son neveu avait été fait prisonnier, il arma 318 de ses plus braves serviteurs, nés chez lui, et il poursuivit les rois jusqu’à Dan). Ce qui est intéressant, c’est de voir que lorsqu’Abraham a terminé sa mission et qu’il était de retour chez lui, ce personnage extraordinaire, Melchisédek,  vient à ce moment précis, pour le bénir, en disant: «Qu’Abram soit béni par le Dieu très-haut, le maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu très-haut qui a livré tes ennemis entre tes mains!» (Genèse 14:19-20)

Melchisédek, présenté dans la Bible comme un roi sacerdotal divinement choisi, aurait pu se présenter à Abraham à tout moment, mais il a choisi de le faire à ce moment particulier, et il a alors prononcé cette grande bénédiction sur lui. On peut donc en conclure que cette histoire biblique approuve les efforts pour sauver des prisonniers comme une juste mission.

 

Nous le voyons à nouveau dans la campagne menée par David pour sauver et récupérer toutes les personnes et tous les biens emportés par les Amalécites, comme cela nous est raconté dans 1 Samuel 30. Lorsque les Amalécites eurent pillé et incendié Tsiklag, une rébellion se soulève contre David dans son propre camp : «Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel, son Dieu » (v.6) et «David consulta l’Eternel en disant: «Dois-je poursuivre cette troupe? Réussirai-je à la rattraper?» L’Eternel lui répondit: «Poursuis-la, car tu la rattraperas et tu délivreras les prisonniers».

 

Évidemment, certains bons chrétiens vont me dire que «nous ne sommes plus sous la Loi, mais sous la Grâce et que, par conséquent, ce genre d’attitude ne convient pas pour nous chrétiens. Tout récemment, alors que je participais à une conférence avec l’Ambassadeur d’Israël en Belgique, une personne dans la salle a posé cette question : «Comment pouvez-vous soutenir un pays qui utilise la violence, alors qu’il nous est dit dans la Bible, de tendre la joue gauche si on vous frappe la droite ?».

Tout d’abord, il faut replacer ce verset dans son contexte pour ne pas en faire un prétexte… Inciter son adversaire à frapper l’autre joue exigerait une action beaucoup plus délibérée et violente de sa part. En présentant l’autre joue, celui qui est frappé oblige l’agresseur de reconnaître ce qu’il a fait; ce geste expose sa violence, et l’offensé peut, de cette façon pacifique, contester en même temps.

 

En tant que chrétien, si un voleur entrait dans votre maison pendant la nuit, avec l’intention de voler tout ce que vous avez et violer votre femme et tuer vos enfants, que feriez-vous ? Lui diriez-vous, avant qu’il ne s’en aille : Attendez, vous avez oublié les clés de la voiture ? Mais au-delà de ces considérations, souvenons-nous qu’Israël ne se proclame pas comme «LE» pays chrétien par excellence (contrairement à ce que plusieurs chrétiens semblent penser…) Israël est le seul «État hébreu» sur la face de la terre, alors qu’il existe des dizaines de «Républiques Islamiques» et bientôt des «Califats»… dans lesquels règne, bien entendu, la démocratie «par excellence», n’est-ce-pas ?…

 

Pour exemple, le premier jour du Ramadan, France Inter annonçait qu’en Arabie Saoudite, toute le monde DOIT respecter le Ramadan (même ceux qui ne sont pas musulmans), au risque de se faire expulser du pays… J’ai donc répondu à cette personne en lui disant que nous devons réaliser que même dans nos pays européens de souche chrétienne, on n’a pas hésité pendant la première et la deuxième guerre mondiale, non pas à «tendre la joue gauche» mais plutôt à défendre la nation et la population avec des fusils, des chars et des avions de chasse. Mon grand-père maternel était dans la résistance et a été déporté en Allemagne pour «travaux forcés». Devrais-je être honteux de ce qu’il a fait car il n’a pas tendu la joue gauche ? Ces soldats qui ont défendu nos pays sont honorés aujourd’hui comme des «héros». Alors au nom de quelle idéologie Israël devrait-il être le seul pays au monde qui ne défende pas sa nation et sa population ?  Selon les conventions internationales, tout pays a le droit (et je dirais même le devoir) de protéger son territoire et ses citoyens. Pourquoi devrait-il en être autrement pour Israël ?

 

En s’attaquant ainsi à 3 jeunes israéliens, le Hamas s’est attiré la foudre de la colère du Gouvernement israélien. On va sans doute déclarer que les ripostes israéliennes sont «disproportionnées»… Alors si Israël voulait être «proportionné», je suppose qu’il faudrait lui proposer de faire exactement pareil, c’est-à-dire : kidnapper 3 jeunes palestiniens et les tuer de sang-froid et puis, pour que ce soit vraiment «proportionné», envoyer entre 10 et 20 obus vers la bande de Gaza tous les jours, en espérant faire un maximum de victimes. Est-ce là la «riposte» qui conviendrait mieux et qui serait plus «acceptable» aux yeux des médias? Ou mieux encore, ce que certains voudraient vraiment, c’est qu’Israël reste assis les bras croisés pour montrer au monde entier que c’est le seul pays au monde qui «tend la joue gauche»… Pour moi, agir ainsi ne serait pas un acte de «pardon» mais bien de lâcheté envers ses citoyens.

 

Si les Palestiniens veulent vraiment la paix, il faudrait qu’ils cessent ce genre d’agression et d’attentats.  Comme le disait Golda Meïr, Premier Ministre d’Israël : «La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent». Prions pour que ces familles soient consolées et prions afin que le Prince de la Paix établisse bientôt Sa Paix à Jérusalem.

Luc Henrist



Print Friendly, PDF & Email