J’accuse !

J’accuse !

A Tel-Aviv et à Jérusalem mais également à Paris, Lyon, et jusqu’à New-York, des « rassemblements de la colère » ont été organisés pour protester contre la justice en France. L’assassin du docteur Sarah Halimi ne sera pas jugé, car, dit la Cour, il était « sous l’influence du cannabis ». Sarah a été assassinée dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, battue et défenestrée, et au même moment, un ou (des) policier(s) attendait à la porte. Beaucoup de questions sont sans réponse.
Dimanche à Jérusalem, au Parc de l’Indépendance, la manifestation en hommage à Sarah Halimi était à l’initiative des étudiants du CNEF – l’Association pour l’intégration des jeunes en Israël (50% des étudiants ont perdu leur job, on peut les aider !).
Ecoutez Shirel, cette jeune étudiante qui crie son indignation avec son « J’accuse ! », qui nous rappelle bien sûr le « J’accuse » d’Emile Zola en réaction à une autre injustice qui déchira la France, celle de l’Affaire Dreyfus en 1898. Sachons pourtant : c’est l’Affaire Dreyfus qui suscita en un certain Theodor Herzl cette vision incroyable d’un « Etat juif ».
Prions que cette « Affaire Halimi » suscite des réactions saines et change les choses et les mentalités. Il est indispensable de ne rien lâcher concernant cette haine meurtrière de l’antisémitisme, et il convient que chacun, laïc, juif ou chrétien se lève afin que cette haine ne soit tolérée, et que la mort de Sarah Halimi ne soit pas vaine.
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 

 
« J’accuse ! », de Shirel
J’ A C C U S E
J’accuse la France
J’accuse la Justice
J’accuse l’Extrémisme
J’accuse la Haine
J’accuse les Hommes
J’accuse les forces de l’Ordre
J’accuse les Voisins
J’accuse les Témoins
J’accuse le Terrorisme
J’accuse la Négligence
J’accuse la France
Nous sommes en 2021. Dans une ère que l’on qualifie de progressiste, de tolérante, de révolutionnaire, de moderne, de futuriste,
Mais de qui se moque-t-on ?
Tu ne tueras point
Sauf si tu fumes
Ce slogan que j’ai vu, qui résonne dans ma tête comme une insulte, comme un cri
Mais de qui se moque-t-on ?
J’ai honte
J’ai tellement honte d’être française.
Pays des Droits de l’Homme et du citoyen ? Pays de la Liberté, de l’égalité, de la fraternité ?
Mais de qui se moque-t-on ? De quel Droit parle-t-on ? Et le terme « Homme » est-il réellement le plus adapté ?
Quel Homme se comporterait ainsi ? Même un animal aurait honte en voyant la façon abominable dont Sarah a été torturée et tuée.
Comment est-il possible qu’une institution aussi reconnue que la Cours de Cassation française, qui devrait être un exemple, ne réagisse pas face à cet acte de déshumanisation totale ? Comment est-il possible de donner de la légitimité et du crédit à un être qui ne mérite même pas de vivre ? Qui ne mérite même pas que l’on rappelle son nom ?
J’ai tellement honte d’être française.
Nous tous, étudiants francophones fraîchement arrivés en Eretz Israël, n’avons pas grandi dans cette France. Nous n’avons pas reçu ces valeurs. Nous ne partageons pas ces principes. Les mots me manquent, je ne peux exprimer le choc, l’impuissance et l’horreur que je ressens, que nous ressentons tous.
Les leçons de l’horreur de la Seconde Guerre Mondiale n’ont pas été encore tirées ? Car oui mes amis, nous sommes revenus en 1933, dans les années précédant la Shoah. Années durant lesquelles insulter, brutaliser, massacrer, torturer des Juifs, était impuni.
Plus de 70 ans plus tard, nous en sommes toujours au même point,
nous en sommes encore là !
L’assassinat de Sarah Halimi n’est pas un cas esseulé, elle n’est ni la première, ni la dernière. Mais jusqu’à quand ? Jusqu’à quand ? Combien de temps va-t-on devoir encore attendre avant que le monde ne réalise que oui, l’antisémitisme est encore bien présent. Que oui, la Justice ne nous est toujours pas rendue. Que oui, le terrorisme salafiste continue de gangréner le monde. La France, comme tellement d’autres pays d’ Europe et du monde, sont en plein déni.
Personne ne se rend compte de l’extrême gravité de la situation !
Mais nous sommes là pour le rappeler. Au nom de tous les étudiants français, au nom de tous les Juifs français, ainsi que de tous les citoyens français dans leur ensemble : nous ne nous tairons plus. Nous ne nous tairons plus ! Nous refusons de garder le silence face au drame qui se joue sous nos yeux, il suffit !
Sarah Halimi est notre drapeau, sa mort ne sera pas vaine ! Aujourd’hui, dans toute la France, c’est un cri national qui s’élève, contre une Justice qui ne mérite pas ce titre ! Aujourd’hui, dans plus de 30 villes du monde, c’est une seule voix forte, unie, qui retentit au nom de Sarah, qui appelle à la tolérance, qui appelle aux valeurs humaines, qui appelle au respect de chacun, qui appelle à l’importance de la vie !
Au travers du monde, ce sont des milliers de Juifs et de non-Juifs, qui s’unissent enfin en une seule âme, en un seul coeur, et clament : J U S T I C E
Shirel Di Napoli Attia
 
 
Print Friendly, PDF & Email