pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 28 décembre 2018
 

La PAIX est une notion aujourd'hui qui n'a jamais été si combattue ! Sur un plan politique, mais également sur un plan personnel – la paix du coeur.

On connait cette abréviation anglaise R.I.P. (Repose en paix) placée sur les tombes… mais il vaut mieux la posséder avant de mourir, la paix. Or, obtenir la PAIX du coeur passe par la réconciliation avec Dieu.

Une perspective verticale

Nous avons eu l'occasion de lire un excellent commentaire de Charles Swindoll sur le personnage de Job. J'en recommande à chacun la lecture, sachant combien ce texte biblique ne fait pas souvent l'objet de prédications. Il est pourtant d'une grande richesse, nous faisant notamment découvrir la grandeur de Dieu et son mystère.

Chuck Swindoll dit ceci, qui est pour nous une parole importante pour ces années à venir, chargées d'angoisse et de souffrances, d'attentats et de conflits sanglants – il écrit :

"Une perspective verticale nous gardera d'une panique horizontale"

Job n'a jamais maudit Dieu, malgré les épreuves terribles qu'il dut subir, perdant ses enfants, son bétail, son travail, sa réputation et sa santé. Il a vu également l'épreuve des bien-pensants, des fâcheux "consolateurs" ; Job a refusé d'esquiver ces épreuves il les a affrontées, mais, dit l'auteur, "n'oubliez pas sa dernière réaction : il s'est prosterné sur le sol, et il a adoré son Dieu".

Aucun "patch" psychologique, de bonnes paroles d'amis "consolateurs", ne nous garderont de la crainte de l'avenir, d'une maladie incurable, de la perte d'un enfant, de la détresse de gens martyrisés. Seule "une perspective verticale", et la foi en un Dieu souverain et aimant, pourra nous aider à rester debout. 

Nous vivons et allons vivre des "temps de panique" qui n'ont aucun remède venant des hommes. C'est ce que la Bible appelle "les temps de la fin". Mais cette fin, dans "la perspective verticale", a un sens, une issue glorieuse ; elle désigne le temps des douleurs de l'enfantement, en vue du Messie devant apporter PAIX et JUSTICE sur la terre.

De même que Pharaon, ayant eu vent du Libérateur Moïse, a massacré les enfants d'Israël ; de même qu'Hérode qui a tué les enfants jusqu'à 2 ans à Bethlehem, sachant la venue du Sauveur… ; l'Ennemi de nos âmes déploie aujourd'hui toutes ses armes – le mensonge et la haine, la violence et l'antisémitisme… en vue d'empêcher la venue du Messie promis.

 

La Foi en un Dieu vivant

On peut se dire croyant et ne pas avoir une vraie relation avec le Dieu vivant. La bataille idéologique de nos jours a lieu sur le plan de la foi. Le tri se fait entre le croyant religieux et le vrai croyant. Nimrod, l'homme de Babel, est le dieu de la religion pyramidale ; cet esprit religieux est à l'oeuvre plus que jamais. Jésus a fustigé l'esprit religieux de son temps, tout en aimant de tout son coeur le peuple juif. 

Nimrod, Pharaon et Hérode avaient un point commun, ils haïssaient le Dieu biblique et Son peuple, tout comme aujourd'hui les adeptes du Mondialisme, qui tente de gommer notre identité, et de l'islam qui étouffe la planète sous sa haine destructrice. 

Le Dieu de la Bible a un merveilleux plan d'amour pour l'homme, car la création de l'homme était pour Lui tov meod/très bon. La terre est une création unique, de même celle de l'homme.

En cette année nouvelle qui va commencer, relisons les paroles d'un grand prophète qui a aussi beaucoup souffert, mais a toujours gardé espoir (Lam de Jérémie 3 :21-23) :

« Voici ce que je veux repasser en mon coeur, ce qui me donnera de l'espérance. Les bontés de l'Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande !… »

Meilleurs voeux à tous les amis ! 

Gérald & Sophie

 

 

Print Friendly, PDF & Email