pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 6 décembre 2018
 
Le jour de la 3ème bougie de 'Hanoukah, nous avions RDV à la Knesset pour une étude biblique ! … avec Yehuda Glick, membre de la Knesset, plusieurs rabbins, dont Tuly Weisz (Yeshiva for the nations) et David Nekrutman (CJCUC), des chrétiens de différentes nations, notamment un groupe de Taiwan très enthousiaste. Après avoir chanté ensemble l'Hatiqvah, Yehuda entonna le chant chrétien "This is the day", repris par les Taiwanais en chinois, et en hébreu par Yehuda lui-même. Étaient présents également Rose-Marie Schindler, une descendante de la fameuse famille de Oscar Schindler (1), et son mari pasteur ; tous deux ont sponsorisé la tenue de ces études bibliques à la Knesset. 
 

La Ménorah, lumière de 'Hanoukah

La Ménorah, lumière par excellence, est évidemment au coeur de la fête de 'Hanoukah. Elle parle de la victoire militaire des Maccabées, mais également de la prééminence de la pensée hébraïque en butte au paganisme grec et à son huile frelatée. Mais prophétiquement, la Ménorah nous parle précisément de Jérusalem qui deviendra une"torche enflammée" devant illuminer le monde, selon Esaïe 62… avec la reconstruction du Temple de l'Eternel et Sa Présence. 

"Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l'Eternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu'elle s'élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront…. Car de Sion sortira la Torah, et de Jérusalem la parole de l'Eternel" – Esaïe 2

 

Israël et les nations

L'an dernier, le président de la Knesset, Yuli Edelstein avait déclaré que la "première étape" de la Rédemption selon les prophètes, pour le peuple juif, commençait avec l'engagement des chrétiens (faisant allusion au volontariat chrétien pour les vendanges). Il parla du privilège qu'Israël a de voir le 'premier pas' de l'accomplissement des prophéties bibliques, affirmant que "le premier signe de cette Rédemption" commence avec les hommes de bonne volonté du monde entier se joignant à nous dans un seul désir – adorer notre Dieu commun et travailler la terre sainte". 

Le prophète Zacharie, il est vrai, avait déclaré : "Ceux qui sont éloignés (les nations) viendront et travailleront au temple de l'Eternel".

Les nations ont un rôle à jouer dans le déroulement du plan divin… en reconnaissant la valeur et la primauté d'Israël dans ce combat final contre les forces des ténèbres.

 

Des anniversaires prophétiques

Rappelons-nous la date de 'Hanoukah 1917. Ce jour-là, le général chrétien Edmund Allenby libérait Jérusalem de 400 ans d'occupation ottomane (des Turcs musulmans). 100 ans après, le président des Etats-Unis d'Amérique Donald Trump prenait la décision, le 6 décembre 2017 (du mois de Kislev/'Hanoukah), de déménager son ambassade à Jérusalem. D'autres nations suivent l'exemple, reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël.

« Lève-toi, sois éclairée (Jérusalem), car ta lumière arrive, et la gloire de l'Eternel se lève sur toi. Voici, les ténèbres couvrent la terre, et l'obscurité les peuples ; Mais sur toi l'Eternel se lève, sur toi Sa gloire apparaît. Des nations marchent à ta lumière, et des rois à la clarté de tes rayons » – Esaïe 60

Alors que le monde voit ses réserves d'énergie s'épuiser et que la création souffre, alors que les ténèbres sont grandissantes avec la perte des valeurs morales et spirituelles, Israël prend sa place – des 'Hanoukiot géantes se dressent partout dans les villes (sur la photo, devant la Porte de Brandebourg à Berlin) et la lumière d'Israël et du Dieu de Jacob luit avec force contre les forces des Haman et Amalek actuels. 

Hiné Hou ba

A la mémoire d'un ami de Jérusalem, Robert Spira z"l (2)spira1

(1) Oskar Schindler est un industriel allemand qui a sauvé durant la Shoah 1 200 Juifs en les faisant travailler dans ses fabriques d'émail et de munitions. Il a été honoré comme « Juste parmi les nations », par le Yad Vashem en 1967. Sa vie a été le sujet d'un roman et d'un film – "La Liste de Schindler". Oscar Schindler est enterré au cimetière chrétien du mont Sion à Jérusalem.

(2) Robert Spira est décédé le 5 déc 2018, ayant consacré sa vie au souvenir de la Shoah ; son père fut raflé lorsqu'il avait 5 ans. Robert Spira acquit la maison de Yehouda Ben Eliézer à Jérusalem. Nous sommes de tout coeur avec ses enfants, David et Valérie qui a repris la direction des "Fils et Filles des Déportés Juifs de France" (photo prise à Roglit)

 

 

Print Friendly, PDF & Email