pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 21 mai 2018
 

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire concernant la Marche palestinienne à Gaza. Vous avez accusé Israël « d'actes odieux » sans hésitation et sans condamner l'organisation terroriste le Hamas, qui chacun sait, est à l'origine de cette manifestation « pacifique ».

L'ONU avec la France a observé une minute de silence pour les victimes palestiniennes. N'y a-t-il pas encore une fois deux poids deux mesures lorsqu'il s'agit de victimes palestiniennes en Israël, alors que l'on compte des centaines de milliers de victimes syriennes et palestiniennes en Syrie et parmi les chrétiens au Moyen-Orient… tout cela dans l'indifférence criante des nations.

 

Vous parlez des victimes civiles palestiniennes, sans mentionner que sur les 62 morts, 50 d'entre eux faisaient partie de la branche armée du Hamas. Le Hamas lui-même le reconnait, alors pourquoi pas les nations européennes ?… Y a-t-il un message à l'encontre d'Israël, à la suite de l'inauguration de l'ambassade des Etats-Unis – tout pays n'a-t-il pas le droit de choisir sa capitale ?

La France sait très bien que Tsahal a une éthique, et notamment concernant cette Manifestation à Gaza, où chaque balle tirée par les soldats fait l'objet d'une enquête. Israël a prouvé maintes fois qu'elle est soucieuse d'une vraie justice dans l'armée, particulièrement dans les conflits avec les Palestiniens.

D'autre part, peut-on dire que cette manifestation était pacifique et non armée, quand chacun sait que de nombreuses armes sont utilisées contre les soldats israéliens, mais également sur les civils lors des tirs à la mitrailleuse lourde sur Sdérot. Les manifestants ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats israéliens de l'autre côté de la barrière. Ils ont lancé des dizaines de cerfs-volants dits « de terreur » – des cerfs-volants chargés de bombes incendiaires et flanqués de croix gammées – sur le territoire israélien, provoquant des feux de broussailles dans les champs et détruisant les terres agricoles de la région. Dans les franchissements de la barrière heureusement avortés, des armes de poing et des grenades ont été laissées sur place. Grâce à Dieu et à la vigilance des soldats de Tsahal, aucun soldat ou civil n'a été tué ou kidnappé – faut-il reprocher à Israël la défense de sa population ?

 

Considérons des faits contredisant le déchaînement des condamnations contre Israël :

  • Mahmoud Al-Zahhar, cofondateur du Hamas, au sujet des manifestations à Gaza a lui-même déclaré : « Qualifier de 'résistance pacifique' ces manifestations est une tromperie claire, elle est soutenue par nos armes » (Memri – 17 Mai 2018)
  • « … la très grande majorité des Palestiniens tués cette semaine lors de manifestations et heurts avec l'armée israélienne dans la bande de Gaza appartenait au mouvement islamiste, qui dirige l'enclave… Salah al-Bardaouil, haut responsable du Hamas, a déclaré à une télévision palestinienne que 50 des 62 Palestiniens tués lundi mais aussi mardi appartenaient au mouvement islamiste. » (Le Huffpost – 17/05)
  • « Le Hamas a tenté de convaincre et de faire pression sur les Palestiniens pour qu'ils viennent aux manifestations frontalières, a essayé de les soudoyer en leur offrant « 100 dollars par famille qui se déplace », et a également menacé les gens en les accusant d'être des « collaborateurs » s'ils n'assistaient pas aux manifestations (timesofisrael.com).

Que ferait la France si des dizaines de milliers de personnes hostiles se précipitaient à ses frontières, plaçant les enfants en première ligne pour qu'ils soient asphyxiés par les gaz afin d'en faire des victimes, forçant les barrières pour que des hommes armés cachés dans la foule puissent massacrer des civils ?… C'est le scénario mis au point par le Hamas, comptant sur la naïveté du monde occidental et des médias en recherche de sensationnel.

 

Monsieur le Président, pour la crédibilité des instances internationales comme l'ONU, et de la France elle-même, et en considérant ces faits qui prouvent que cette Marche n'a rien de pacifique et que le Hamas poursuit un but terroriste afin de perpétrer des massacres dans les Kibboutz environnants Gaza, ne serait-il pas souhaitable que l'ONU et la France fassent amende honorable ?

En tant que pasteur français vivant à Jérusalem, et au nom de tous ceux et celles qui vivent en sécurité en Israël ayant été choqués par le déchaînement des condamnations d'Israël, nous vous demandons, Monsieur le Président, de reconsidérer votre position et ainsi celle de la France, en reconnaissant publiquement combien l'appréciation des événements à Gaza a été mauvaise, que les médias ont été trompés, et que la condamnation d'Israël est injustifiée.

Nous savons que la France s'oppose fermement au terrorisme et à l'antisémitisme, et nous craignons malheureusement que cette condamnation injuste d'Israël, renforçant le Hamas et ses acolytes, soit une porte ouverte pour d'autres attentats en France ou ailleurs. Cela n'apporte également aucune aide à la population de Gaza, otage de cette organisation terroriste professant une idéologie de mort.

Nous connaissons les bonnes relations entre la France et Israël, nous prions que la France et les nations en général puissent comprendre l'importance de cette nation si spéciale qu'est Israël et dont Jérusalem est la capitale. Israël est une source d'inspiration pour beaucoup de nations, et une bénédiction pour le monde grâce à ses nombreuses innovations dans tous les domaines – médical, agronomique, scientifique, sécuritaire, informatique, etc.

 

Souhaitant que notre pays la France soit béni et prospère, je citerais la Bible pour conclure : « Celui qui bénit Israël est béni… et toutes les familles de la terre seront bénies » – Genèse 12:3. 

Vous remerciant pour l'intérêt que vous porterez à notre lettre, je vous prie d'agréer, monsieur le Président de la République, l'expression de nos sentiments respectueux,

Pasteur Gérald & Sophie Fruhinsholz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email