« Na’hamou ‘ami » – Consolez mon peuple

27 octobre 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Le violon bleu de Chagall

Israël, l’éternel coupable…

L’été dernier en Israël a été plus qu’éprouvant – 50 jours de guerre, 4 000 missiles tirés sur Israël, 74 morts et des centaines de blessés,  pour la plupart de jeunes soldats…

Le bilan est lourd ; il l’est également sur un plan économique (le tourisme a beaucoup chuté), politique (les nations continuent de culpabiliser Israël), moral (les traumatismes et le découragement en pensant à l’absence de solution pour Gaza, à la mauvaise foi des nations, et à la fatigue de penser que c’est toujours pareil : Israël passe toujours pour le méchant…).
« Consolez, consolez mon peuple… » (Esaïe 40), c’est l’ardent message de Dieu pour Israël, lorsque Son peuple est en danger. Et le Seigneur attend une saine réaction des amis d’Israël, des croyants qui en sont issus.

« Pour l’amour de Sion, je ne me tairai pas »

C’était le thème de la Conférence francophone qui s’est déroulée en Israël – du 19 au 27 octobre. Avec les « pierres vivantes » comme orateurs, et une terre à découvrir, le pays d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, et de Jésus et des apôtres.

 

Avons-nous compris l’appel de Dieu à bénir cette terre et ce peuple ?… Paul avait demandé à l’époque de faire une collecte pour les pauvres de Jérusalem, et il a ajouté : « Si les païens ont eu part à leurs avantages spirituels, ils doivent aussi les assister dans les choses temporelles » (Rom 15:27). C’est une bénédiction de pouvoir aider le peuple qui nous a transmis la Parole et la connaissance du vrai Dieu.

Aujourd’hui à Jérusalem en 2014, il y a 29 % de personnes vivants sous le seuil de pauvreté. Au travers de Shalom Israël, et grâce  vos dons, nous avons pu acheter une Gazinière à Aviva, une rescapée de la Shoah qui n’avait absolument rien pour cuisiner.
Quelle joie de pouvoir faire ce cadeau !… Merci à toutes celles et ceux qui ont pourvu et investissent leur coeur et leurs finances en faveur d’Israël.

« De tous ceux qui l’aimaient, nul ne la console »

C’est Jérémie dans ses Lamentations, qui s’exclame de la sorte ! Avec une grande tristesse dans le coeur. Jésus a également exprimé Sa compassion : « Comme Il approchait de Jérusalem, Jésus pleura sur elle » – Luc 19:41. 
 
Bénir Israël n’est pas une option ! Dans la fin des temps que nous vivons, l’Eglise est appelée à accompagner le peuple juif dans sa destinée et à soutenir Israël, comme l’indiquent les Ecritures – voilà une liste de la responsabilité de l’Eglise (tiré de notre livre « Prier pour la Paix de Jérusalem ») :

Déblayez les pierres du chemin d’Israël – Esaïe 57 :14 ; 62 :10

Priez pour la paix de Jérusalem – Ps 122

*  Ramenez les enfants d’Israël des extrémités de la terre – Esaïe 49 :22

*  Chantez, dansez et proclamez – Deutéronome 32 :43 ; Jérémie 31 :7

*  Consolez, fortifiez les genoux chancelants – Esaïe 35 :3 ; 40 :1

*  Pleurez et intercédez pour dire à Dieu : épargne ton peuple ! – Joël 2 :17

*  Soyez des gardes sur les murailles de Jérusalem – Esaïe 62 :6

*  Participez au Temple et accueillez le Messie d’Israël – Zacharie 6 :15


Les promesses pour Israël s’accompliront de manière certaine car l’amour de Dieu envers Son peuple ne disparaîtra jamais : « Je t’aime d’un amour éternel, c’est pourquoi Je te conserve ma bonté. Je te rétablirai encore, et tu seras rétablie, vierge d’Israël ! » – Jérémie 31 :3


« Je serai ton fiancé pour toujours… par la justice, la droiture et la grâce ; Je serai ton fiancé par la fidélité et tu reconnaîtras l’Eternel ! » – Osée 2 :21-22



Print Friendly, PDF & Email

Article suivantRead more articles