2 octobre 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Monter à Jérusalem

L’aliyah signifie « la montée »… à Jérusalem. Notre premier voyage en Israël s’est fait en 1996. Rejoignant Jérusalem en bus, nous avons compris ce que signifiait « monter à Jérusalem ». Durant ce trajet à l’assaut des collines de Judée, sur cette route mémorable parsemée des vieilles carcasses de camions militaires rappelant l’intensité des combats de 1948-49, et la tenace volonté du « Fils du Lion », David Ben-Gourion, pour soutenir à tout prix les Juifs assiégés de Jérusalem, nous avons chanté avec émotion les psaumes que chantaient tous ceux qui venaient célébrer les Fêtes de l’Eternel.

« Trois fois par année, tous les hommes d’entre vous se présenteront devant l’Eternel ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira : à la fête des pains sans levain (‘hag hamatsot), à la fête des semaines (‘hag hashavouot), et à la fête des tabernacles (‘hag hasoukkot) » – Deut 16:16

Les cantiques des degrés ou « psaumes de l’ascension » sont au nombre de 15 – du psaume 120 au psaume 134. Cela rappelle, dit-on, les 15 marches accédant au parvis du Temple, où ces psaumes étaient chantés.


Le refuge du pays de la Promesse – Israël

J’ai toujours été étonné du choix du psaume 120, le premier des 15, qui n’est pas vraiment un chant de louange, mais plus un cri de détresse : « Malheureux que je suis de séjourner à Meschec, d’habiter parmi les tentes de Kedar ?… Assez longtemps mon âme a demeuré auprès de ceux qui haïssent la paix. Je suis pour la paix ; mais dès que je parle, ils sont pour la guerre ». Cela ne nous parle-t-il pas… aujourd’hui ?

Amis juifs, de France, de Scandinavie, d’Europe de l’est, du pays de Meschec (l’Occident), et d’autant plus celui de Kedar (les pays du Magreb), il est temps de faire l’aliyah ! Ce Psaume 120 s’adresse en fait aux croyants dans « leur captivité » au milieu des nations, et nous fait entendre leurs soupirs. Ils souffrent d’avoir à séjourner au milieu de « ceux qui haïssent la paix ». Aujourd’hui, la route est ouverte pour venir en Israël, et « l’an prochain à Jérusalem » peut être maintenant.


Meschec et Kedar

L’on sait que Meschec est le petit-fils de Javan, fils de Japhet, et il a comme copains : Gog, prince de Rosh et Tubal, fabricant d’armes et esclavagiste. D.ieu somme Ezéchiel de prophétiser contres ces personnages : « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’en veux à toi, Gog, Prince de Rosch, de Méschec et de Tubal !… Fils de l’homme (Ezéchiel), prophétise contre eux » –  Ezé 38.

Ces types d’hommes sont ce que l’Europe d’aujourd’hui représente : une puissance qui se mobilisera au bout du compte contre Israël ! Les croyants bibliques doivent suivre ce conseil : prier contre cette force qui se met en place, et prier pour qu’Israël reste solide et ferme, comme l’est actuellement son leader, Binyamin Netanyahou. Si Bibi a dû se trouver terriblement seul devant un parterre de nations hostiles à l’ONU, qu’il sache qu’il peut compter sur le Dieu de Jacob, et sur ceux qui mettent leur foi en Lui.

Bibi montrant la « ligne rouge » avec l’Iran des mollahs

Kedar est le petit-fils de Ishmaël, il évoque aujourd’hui l’islam grandissant et conquérant. Comme le dit le psaume, malheureux sont ceux qui habitent encore « dans les tentes de Kédar », aux prises avec un islam qui les traite en dhimmis. Cependant, la Parole est claire : la gloire de Kedar va être anéantie ! « Car ainsi m’a parlé le Seigneur : encore une année, comme les années d’un mercenaire, et c’en est fait de toute la gloire de Kédar » – Esaïe 21:16.

Alléluia ! Kedar l’Arabe va même se mettre au service du Dieu d’Israël ! C’est une promesse : « Les troupeaux de Kédar se réuniront tous chez toi (Israël)… ils monteront sur mon autel et me seront agréables, et Je glorifierai la maison de ma gloire » – Esaïe 60:7.


Psaume 122 : prospérité pour ceux qui prient pour Jérusalem !

J’ai été interpellé par une parole de Derek Prince (témoin de l’accomplissement de Esaïe 66:8 – une nation née en un jour) commentant le verset du psaume 122 : « Demandez la paix de Jérusalem ; ceux qui t’aiment prospéreront » (Darby).

« Le peuple juif représente l’archétype en fonction duquel toutes les autres nations seront jugées. Les Ecritures nous donnent un avertissement à ce sujet : « Ils seront confondus et ils reculeront, tous ceux qui haïssent Sion ! » – Ps 129:5. Toute nation qui s’oppose au dessein de Dieu de rétablir Sion, sera confondue et devra reculer. Dans le Ps 122:6, nous trouvons cette magnifique promesse à propos des bénédictions pour ceux qui s’aligneront sur les desseins de Dieu pour Jérusalem, pour Israël et pour le peuple de Dieu : « Demandez la paix de Jérusalem ; ceux qui t’aiment prospéreront ».

Nous ne pouvons pas adopter simplement une attitude neutre, et dire : « Voyons ce qui se passera ». Nous devons nous conformer activement à ce que Dieu dit dans sa parole et à son action dans l’histoire.

Nous partageons cette manière de pensée, qui est biblique (Deut 32:43 ; Jérémie 31:67…). Il n’existe pas de croyant « neutre » !


Un Soukkot de joie et de paix !

A ‘erev soukkot, veille de Soukkot, des gouttes de pluie sont tombées à Jérusalem… une voisine dansait sur son balcon… Cette pluie n’est-elle pas un signe de bénédiction ? Croyons-le !

« Et vous, enfants de Sion, soyez dans l’allégresse et réjouissez-vous en l’Eternel, votre Dieu, car il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l’arrière-saison, comme autrefois » – Joël 2:23.

 

‘Hag Soukkot samea’h ! Bonne fête de Soukkot à tous nos amis juifs,

Gérald & Sophie



Print Friendly, PDF & Email