27 juin 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Le pasteur Nadarkhani, condamné à mort, en Iran

“… A quatre reprises, les juges lui ont demandé de renier sa foi et de revenir à l’islam. A chaque fois, il a refusé. La Cour Suprême iranienne, devant laquelle Youcef Nadarkhani comparaissait en appel, a donc maintenu le verdict de condamnation à mort. Le jeune homme doit être condamné à mort, sauf si dans les trois jours il acceptait d’abjurer sa foi chrétienne. Les trois jours sont écoulés, pour le pasteur iranien. Aujourd’hui, les audiences sont terminées et tous les recours sont épuisés. Youcef peut être exécuté à tout moment”. (article de Ftouh Souhail).
Voilà une idée de l’islam qui applique la tolérance zéro sur la liberté de choix religieuse, incluant comme châtiment la mort violente. Prions pour tous les Youcef qui ont le courage de sortir du carcan de l’islam (1).

“Mise en garde à propos d’un mail et d’une vidéo qui circulent”

Suite à notre dernier article sur la base d’une vidéo de l’égorgement d’un musulman converti, des réactions “indignées” ont été entendues concernant l’authenticité de la vidéo. Il s’agit surtout du Père Christophe Roucou, qui a affirmé :  

“Après enquête auprès des services du Quai d’Orsay, je peux vous informer que : 

Il existe le Parti des Musulmans de France (PMF) – il revendique le port du voile

1 / la vidéo présentant soit disant un chrétien en train d’être égorgé est un faux, vous trouverez ci-dessous des éléments à propos de ce Monsieur Okasha et de sa TV en Egypte.

2 / Même sur cette chaîne privée égyptienne cette vidéo n’a pas été présentée comme le meurtre d’un chrétien, ceci en dit long sur les méthodes de cet « Observatoire de la Christianophobie ».

3/ Le courrier qui aurait été adressé à Mr Fabius comme ministre des affaires étrangères n’est, semble-t-il, jamais arrivé au Quai d’Orsay.


N’est-ce pas logique, entre un Quai d’Orsay soucieux de préserver les amis arabes de la France, et le Père Roucou, récemment promudirecteur du Service national pour les Relations avec l’Islam (SRI) (2), soucieux de préserver les chrétiens d’Orient, mais faut-il pour autant fermer les yeux sur l’inacceptable ?… Faut-il comme l’autruche, mettre la tête dans le sable ? Il y a une terrible réalité : le chrétien, ’croyant du dimanche’, est ciblé au sein de l’islam, la cible première étant bien sûr le Juif, ‘croyant du samedi’. L’islam ne tolère aucune autre religion que la sienne. Le statut de dhimmi est la seule option pour les Juifs et chrétiens tant qu’ils se soumettent à la loi islamique, mais la mort est le seul choix pour un musulman converti, et tout croyant qui ne se soumet pas.


Le  “Prince vert” sous la bannière bleu-blanc

Mousab Hassan Youssef

Mousab Hassan Youssef est l’un des fils de Hassan Youssef, membre fondateur du Hamas en Cisjordanie. Mousab appelé “le Prince vert” s’est mis au service du Shin Beth, la sécurité israélienne, pour contrer le terrorisme du Hamas. Mousab a permis l’arrestation de Ibrahim Hamid et Marwan Barghouti et aurait évité l’assassinat de Shimon Peres.

Désormais converti au christianisme, il veut faire connaître sa vérité sur l’islam : « Je crois qu’il est temps de dévoiler la vraie nature de l’islam, affirme-t-il. L’islam n’est pas une religion de paix, c’est une religion de guerre ». Mousab Hassan Youssef prépare actuellement un film qui illustrera ses thèses concernant l’islam. Quant à son père, le cheikh Hassan Youssef, il est actuellement en prison en Israël.


(1) ”En sept 2011, la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton avait exprimé sa préoccupation quant au sort de Youcef. Les Etats-Unis ont estimé que l’Iran ferait preuve «d’un mépris total» pour la liberté religieuse si les autorités exécutaient un pasteur iranien qui refuse de renier sa foi chrétienne pour l’islam” (identité juive.com)

(2) Le SRI émane de la Conférence des Evêques de France.


****************************************


Pour répondre au Quai d’Orsay et au Père Roucou concernant la vidéo de l’égorgement du Musulman converti, je laisse la parole à Raymond Ibrahim, un spécialiste de l’Islam et du Moyen-Orient.


Raymond Ibrahim, 5 juin 2012

Je viens de recevoir un message de l’éditeur d’un important site Internet qui a mis en ligne mon récit d’hier sur l’apostat assassiné. [...]


J’ai répondu avec une brève liste de faits que je reproduis ici augmentée et approfondie à l’intention de ceux que cela intéresse :

Fait n° 1 : La TV égyptienne qui a publié cette vidéo – qui s’est répandue comme une infection dans la blogosphère arabe dimanche, lorsque j’ai écrit mon rapport – a dit que cela s’est produit en Tunisie. Certes, d’autres ont dit ensuite que c’était en Iraq, d’autres en Syrie ; mais, à partir de ce que les gens m’ont envoyé, la seule « évidence » est cette même vidéo – mais avec un titre qui mentionne l’Iraq ou la Syrie. Personnellement, j’incline à croire un programme formel en arabe de nouvelles actuelles dédié au sujet plutôt qu’une publication (un « post ») anonyme sur Internet sans plus de détails. Quoi qu’il en soit, la question concerne moins le pays que la raison pour laquelle l’homme a été assassiné. Continuons.

Fait n° 2 : Le narrateur musulman qui parle pendant que l’homme est assassiné nomme spécifiquement et condamne constamment l’ « apostasie » – le crime de quitter l’islam – et il appelle même cet homme un « apostat », c’est-à-dire que l’homme est assassiné pour apostasie, une offense capitale en islam. Si le monde n’est pas surpris que le « gouvernement » actuel d’un pays musulman, l’Iran, se prépare à exécuter un homme simplement pour s’être converti au christianisme, devons-nous être surpris lorsque des bandes errantes de djihadistes prennent sur eux d’exécuter des apostats chrétiens au milieu d’eux ?


Fait n° 3 : Le narrateur musulman nomme spécifiquement et condamne al-mushrikin et appelle l’homme exécuté un mushrik – c’est-à-dire un « polythéiste » ; en fait, il l’appelle un mushrik murtadd, un « apostat polythéiste » : c’est l’appellation standard des chrétiens qui sont régulièrement appelés polythéistes pour « associer » Jésus avec Dieu. Il est vrai que d’autres religions comme l’hindouisme sont jugées polythéistes dans l’islam, mais on apprend rarement, sinon jamais, que des musulmans au Moyen-Orient se convertissent à l’hindouisme et meurent pour lui, tandis que la conversion au christianisme – avec toutes les conséquences qui lui sont attachées – est un phénomène constant. De plus, dans l’écrasante majorité des cas d’apostasie, d’un bout à l’autre du monde musulman, les cas d’attaques, d’emprisonnement, etc. concernent des musulmans convertis au christianisme (voyez les rapports mensuels de persécution des chrétiens par les musulmans).

 

Fait n° 4 : Mes contacts au Moyen-Orient, dont beaucoup sont au fait de ce qui se passe dans la région, voient et entendent régulièrement de telles choses et sont assurés qu’il a été décapité pour s’être converti au christianisme. Le lecteur est libre de tenir les opinions de ces sources pour biaisées ou subjectives ; mais, si c’est le cas, pourquoi retenir les protestations des apologistes de l’islam, également biaisées ou subjectives, comme étant plus autorisées, surtout à la lumière de l’histoire, de la doctrine et des événements qui se déroulent actuellement et qui soutiennent la première opinion ?

 

Fait n° 5 : Les apologistes musulmans nient toujours tout ce qui donne à l’islam une mauvaise apparence et vont faire tout leur possible avec cette vidéo pour tourner la victime en agresseur, faisant de lui un « traître », un « espion », etc., exactement comme le régime iranien, après avoir affirmé sans équivoque que le pasteur Nadarkhani devait être exécuté pour s’être converti au christianisme, à commencé à battre en retraite en disant qu’il devait être exécuté comme « espion sioniste », « fraudeur », etc.



À la fin, et il s’agit du fait le moins discutable que tous les apologistes et les détracteurs doivent affronter, il nous reste un homme qui est décapité pendant que ses meurtriers hurlent des slogans islamiques et l’accusent d’apostasie.



Print Friendly