4 juin 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Localité d'Eli, près de Schilo

La semaine passée, nous avons fait une immersion en Binyamin, le pays ou territoire biblique de Binyamin (ou Benjamin), dernier fils de Jacob. C’était au sein des voyages organisés par le Club de la Presse (1) invitant les journalistes à corriger leur point de vue (biaisé pour certains) sur Israël et la Judée-Samarie en particulier. Binyamin resta fidèle à la maison de David, au moment où, sous Jéroboam, les 10 tribus se séparèrent. Jérusalem faisait partie de Binyamin, et le roi David l’associa à Juda. Dans Binyamin, nous trouvons les localités comme Ofra, Bet-El (Bethel), mukhmach… mais aussi Jéricho et Ramallah, ville palestinienne riche par excellence !…

Une actualité brûlante : des évacuations

Un quartier de Béthel (5000 hab) est sous la menace d’une évacuation. En 1997, après l’assassinat de l’épouse d’un dirigeant de la localité de Béthel, le Premier Ministre à l’époque B. Netanyahou, avait préconisé comme réaction à ce crime, l’extension de Béthel sur un terrain légalement acquis : “Haoulpena” (2). Aujourd’hui, sous l’impulsion d’organisations antisionistes (hélas israéliennes), des propriétaires arabes “se réveillent” pour contester les constructions. C’est un sujet éminemment explosif. Qui dans le monde est capable de détruire tout un quartier de vie ?… La Cour suprême d’Israël peut le permettre.

(Guysen.News) – Evacuation de Guivat Haoulpena : “une preuve de la démocratie d’Israël”. Le propriétaire palestinien Harbi Hassan, l’un des propriétaires arabes des terres sur lesquelles a été construit le quartier de Guivat Haoulpena à Beit El, a salué la décision du Premier ministre Netanyahou d’évacuer 5 bâtiments, conformément à la résolution de la Cour suprême. ”Cela prouve le niveau de démocratie de l’Etat d’Israël, a-t-il ajouté…”


Yaakov Katz, dit "Katzele"

A Haoulpena, nous avons rencontré une figure de la politique israélienne, député de la Knesset, ancien compagnon d’arme d’Ariel Sharon et vétéran de la guerre de Kippour : Yaakov Katz, appelé familièrement “Katzele”. Katzele est chez lui dans ce quartier de Béthel.

Le rav Kook avait interpellé Yaakov Katz après la guerre, lui soumettant de reconstruire, comme la Bible l’indique, la ville de Béthel : « Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël (dit l’Eternel) ; ils rebâtiront les villes dévastées… » – Amos 9 :13.

A la question de savoir quelle est la solution concernant ces menaces d’évacuation, Katzele répond, amer :

- “J’étais là seul (en 1977) et il n’y avait rien sur cette colline. Aujourd’hui, Béthel est une ville florissante de 7000 habitants. Nous savons hélas qu’il y a eu des précédents d’évacuation et de destruction en Israël : le plus important a été le désengagement du Goush Katif (la Bande de Gaza) : 8000 familles ont été déplacées sous la pression des nations, leurs maisons détruites. Pour quoi, pour rien ! Cela a permis l’émergence du Hamas et la création de nouvelles rampes de lancement de roquettes, encore plus proches de chez nous !

- (Concernant les détracteurs) “Cela dure depuis 150 ans : construire des villes en Israël est un combat permanent, chaque construction faisant l’objet de critiques violentes de part et d’autre, dans le monde entier. Vous trouvez cela normal ?…

- “Nous espérons que Bibi se souviendra de sa promesse concernant notre quartier de Haoulpena, et prions que la Cour suprême trouve un compromis satisfaisant pour tous.

  

Combattre les idées reçues et oeuvrer pour la paix

Laly Derai

Les habitants de Judée-Samarie, contrairement aux idées reçues, sont des gens de paix ! Dans cette région que le monde appelle “Cisjordanie” ou “Territoires”, les localités juives sont étroitement liées aux localités arabes. Dans la localité d’Eli (du nom du sacrificateur Eli, de Schilo), la journaliste et habitante d’Eli, Laly Derai partage ses sentiments :

“Lorsqu’avec ma famille, je suis venue habiter ce village d’Eli (construit en 1984 – 3200 hab), j’ai souhaité que ce soit un Palestinien qui construise notre maison. Nous avons eu plusieurs fois l’occasion de fêter des événements chez lui, dans son village ; cet entrepreneur arabe est devenu un ami. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous entendre, c’est notre terre et c’est aussi la leur. Vivre en bonne entente est possible, pourvu que l’on se respecte. La paix ne se réglera pas par des décrets politiques, mais par la bonne volonté de chacun, Juif et Arabe.. autour d’un bon repas ou d’une tasse de café.”

- “Il y a quelques années, il y avait un terrible manque d’eau. Eh bien, nous avons prié ensemble pour la pluie ! La paix se fera au travers de petits gestes de collaboration, plutôt que par des shake-hands politiques…

- A la question de savoir si le village est entouré d’une protection de sécurité : “Nous refusons d’ériger une barrière (malgré le récent assassinat de la famille Fogel à Itamar)…”

- “Nous ne sommes pas en faveur de l’établissement des localités “sauvages”, mais pour l’extension des localités existantes”.

  

Territoires disputés : “Peu de gens comprennent vraiment les droits d’Israël sur ce que l’on appelle généralement «les territoires occupés» qui sont en réalité «des territoires disputés». La région aujourd’hui connue sous le nom de Cisjordanie [Rive occidentale en anglais] ne peut pas être considérée comme « occupée » au sens juridique du terme, car sa souveraineté n’a jamais été établie avant la conquête israélienne. Contrairement aux idées reçues, il n’y a jamais eu d’Etat palestinien, et jamais aucune autre nation n’a eu Jérusalem comme capitale bien que cette ville ait été sous contrôle islamique pendant des centaines d’années”. Tiré de : “Les Droits d’Israël”, par Danny Ayalon.

  

La “route 60″, route d’Abraham… colonne vertébrale d’Israël

Savons-nous que la Judée-Samarie est traversée verticalement par la route biblique d’Abraham ? Les localités sont connues de tout croyant : Shechem (Sichem, 1ère étape en Israël du Patriarche), Shilo (lieu du Tabernacle du temps de Josué), Béthel (lieu de l’échelle de Jacob), Jérusalem, Hébron… Des noms juifs, bibliques par excellence. Tous les “autels de D.ieu” ont été édifiés sur cette “route”, sur cette terre constituant le coeur d’Israël mais aussi sa colonne vertébrale. Pas étonnant que l’Ennemi de nos âmes, Amalek ou Haman, fasse tout son possible pour arracher ce territoire. Mais sans lui, Israël perdrait ce qui fait sa force.

Il suffit de lire Ezéchiel 35 et 36 pour se convaincre que D.ieu n’est pas d’accord avec l’idée de fonder une “Etat palestinien” au coeur d’Israël. Sa colère est manifeste : « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Oui, dans le feu de ma jalousie, Je parle contre les autres nations et contre Edom tout entier (l’Islam), qui se sont donné mon pays en propriété (en pensée), avec toute la joie de leur coeur et le mépris de leur âme, afin d’en piller les produits » – Ez 36 :5


… Justement à propos de fruits, nous ne pouvions quitter Benyamin sans goûter les raisins, les produits du pays. A Psagot (près de Ramallah), nous avons goûté les meilleurs vins, primés pour la plupart ! C’est encore une fois l’accomplissement des prophéties bibliques que nous voyons se réaliser sous nos yeux :

« … Ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que Je leur ai donné, dit l’Eternel, ton Dieu » » – Amos 15.

 

Pour rappel : le voyage en Israël du 14 au 24 octobre 2012 prochain comportera la visite du territoire de Benyamin, étant particulièrement axé sur “le coeur d’Israël”.

 

(1) Merci à l’équipe du “Club de la Presse” de Sara Bronstein, Yoram Bitan et Mickaël Blum (journaliste pour l’AFP, Actualité juive et d’autres médias), qui nous ont permis de faire le tour de ces superbes lieux de notoriété biblique.

(2) une autre implantation est menacée de destruction, celle de Migron, près de Béthel.



Print Friendly