Messages étiquettés Pasteur

Israël pleure ses enfants

2 juillet 2014
pasteur Gérald Fruhinsholz


Plus de 10 000 personnes ont assisté à l’enterrement de Gilad, Naftali et Eyal, à Modiin !

Un événement sans précédant en Israël, mettant le point final – un coup de couteau pour les familles et les proches des enfants, après 18 jours de recherche desespérée, et d’espoir fou de les retrouver vivants. Toute une nation, unifiée dans la douleur et l’incompréhension – la Knesset au complet était là, les religieux étaient là ensemble avec les laïcs… Quelle douleur, mais quelle dignité et quelle expression d’unité étaient manifestées là dans cet évènement.


Voici ci-dessous l’article de notre ami chrétien de Belgique, Luc Henrist, conférencier en Europe sur des sujets touchant Israël. Ce texte répond à bon nombre de chrétiens qui portent sur Israël un regard critique, déformé à la fois par la désinformation médiatique, et par une vision trop humaniste.


70 ans après sa création, Israël demeure encore une énigme pour de nombreux chrétiens. Un travail de hasbarah (explication) demeure toujours indispensable, afin que l’image d’Israël, (et finalement celle de Dieu, Israël étant “le peuple de Dieu”), s’approche davantage de la vérité. L’Ennemi de l’humanité, qu’il soit nommé Amalek ou Satan, en touchant Israël, est plus que jamais l’ennemi de Dieu. Ce dernier connait la destinée finale et glorieuse d’Israël, il décoche ses flèches, “animé d’une grande colère et sachant qu’il a peu de temps”, avant le grand Evénement.

Le Messie-Roi vient poser Ses pieds à Jérusalem (Zach 14) pour établir son royaume de paix et de justice ! ce ne sera ni à New-York, ni à Paris ni à Rome, ce sera dans une Jérusalem une et indivisible, capitale de l’Etat hébreu.

“Car de Sion sortira la Torah, et de Jérusalem la Parole de l’Eternel” - Esaïe 2


Gérald Fruhinsholz

PS : la mort du jeune Palestinien n’est pas élucidée. Il est trop facile de parler de vengeance. On a l’habitude au Moyen-Orient des mises en scène macabres, justifiant aujourd’hui une 3e Intifada. Il peut aussi s’agir d’un crime d’honneur ; on connait cela dans le monde arabe. Attendons la fin de l’enquête.

*    *    *    *    *

Réflexion sur l’assassinat de 3 Juifs israéliens par le Hamas…

par Luc Henrist
(avec son aimable autorisation)

1 juillet 2014


Les corps d’Eyal Yifrach 19 ans, Naftali Frenkel 16 ans et Gilad Shaar 16 ans, les trois adolescents kidnappés par le Hamas, ont été retrouvés par l’Armée de Défense d’Israël ce lundi 30 juin.

On n’avait plus de nouvelles de ces 3 étudiants d’une école religieuse depuis le 12 juin. Une voiture brûlée avait été retrouvée le lendemain matin tout près d’Hébron, ce qui avait conduit les forces israéliennes à concentrer leurs efforts de recherche dans et autour de cette ville antique. La recherche impliquait un déploiement intense 24h/24h, dans les villes et les villages palestiniens, et même dans les puits et les grottes qui se trouvent dans les collines environnantes.

 

Cette recherche a perturbé la vie de nombreux habitants de la région. Certains journalistes européens en ont profité pour accuser Israël d’imposer une «punition collective» à la population palestinienne et de commettre des «crimes de guerre» contre eux. Ne vous y trompez pas, ces 3 adolescents ont été kidnappés et assassinés par les terroristes du Hamas parce que juifs et israéliens, contrairement à ce que certains médias laissent entendre.

Cet effort de recherche pour sauver ces jeunes, représente ce que tout pays épris de liberté aurait fait pour retrouver ces adolescents et les rendre à leurs parents.

 

Quelques exemples dans la Bible nous montrent que cet effort était juste et droit. Le patriarche Abraham, par exemple, n’a pris l’épée qu’une fois dans sa vie. Mais il l’a fait pour récupérer son neveu Lot et sa famille après qu’ils aient été enlevés dans la bataille des rois, comme cela est décrit dans Genèse 14 (Dès qu’Abram apprit que son neveu avait été fait prisonnier, il arma 318 de ses plus braves serviteurs, nés chez lui, et il poursuivit les rois jusqu’à Dan). Ce qui est intéressant, c’est de voir que lorsqu’Abraham a terminé sa mission et qu’il était de retour chez lui, ce personnage extraordinaire, Melchisédek,  vient à ce moment précis, pour le bénir, en disant: «Qu’Abram soit béni par le Dieu très-haut, le maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu très-haut qui a livré tes ennemis entre tes mains!» (Genèse 14:19-20)

Melchisédek, présenté dans la Bible comme un roi sacerdotal divinement choisi, aurait pu se présenter à Abraham à tout moment, mais il a choisi de le faire à ce moment particulier, et il a alors prononcé cette grande bénédiction sur lui. On peut donc en conclure que cette histoire biblique approuve les efforts pour sauver des prisonniers comme une juste mission.

 

Nous le voyons à nouveau dans la campagne menée par David pour sauver et récupérer toutes les personnes et tous les biens emportés par les Amalécites, comme cela nous est raconté dans 1 Samuel 30. Lorsque les Amalécites eurent pillé et incendié Tsiklag, une rébellion se soulève contre David dans son propre camp : «Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel, son Dieu » (v.6) et «David consulta l’Eternel en disant: «Dois-je poursuivre cette troupe? Réussirai-je à la rattraper?» L’Eternel lui répondit: «Poursuis-la, car tu la rattraperas et tu délivreras les prisonniers».

 

Évidemment, certains bons chrétiens vont me dire que «nous ne sommes plus sous la Loi, mais sous la Grâce et que, par conséquent, ce genre d’attitude ne convient pas pour nous chrétiens. Tout récemment, alors que je participais à une conférence avec l’Ambassadeur d’Israël en Belgique, une personne dans la salle a posé cette question : «Comment pouvez-vous soutenir un pays qui utilise la violence, alors qu’il nous est dit dans la Bible, de tendre la joue gauche si on vous frappe la droite ?».

Tout d’abord, il faut replacer ce verset dans son contexte pour ne pas en faire un prétexte… Inciter son adversaire à frapper l’autre joue exigerait une action beaucoup plus délibérée et violente de sa part. En présentant l’autre joue, celui qui est frappé oblige l’agresseur de reconnaître ce qu’il a fait; ce geste expose sa violence, et l’offensé peut, de cette façon pacifique, contester en même temps.

 

En tant que chrétien, si un voleur entrait dans votre maison pendant la nuit, avec l’intention de voler tout ce que vous avez et violer votre femme et tuer vos enfants, que feriez-vous ? Lui diriez-vous, avant qu’il ne s’en aille : Attendez, vous avez oublié les clés de la voiture ? Mais au-delà de ces considérations, souvenons-nous qu’Israël ne se proclame pas comme «LE» pays chrétien par excellence (contrairement à ce que plusieurs chrétiens semblent penser…) Israël est le seul «État hébreu» sur la face de la terre, alors qu’il existe des dizaines de «Républiques Islamiques» et bientôt des «Califats»… dans lesquels règne, bien entendu, la démocratie «par excellence», n’est-ce-pas ?…

 

Pour exemple, le premier jour du Ramadan, France Inter annonçait qu’en Arabie Saoudite, toute le monde DOIT respecter le Ramadan (même ceux qui ne sont pas musulmans), au risque de se faire expulser du pays… J’ai donc répondu à cette personne en lui disant que nous devons réaliser que même dans nos pays européens de souche chrétienne, on n’a pas hésité pendant la première et la deuxième guerre mondiale, non pas à «tendre la joue gauche» mais plutôt à défendre la nation et la population avec des fusils, des chars et des avions de chasse. Mon grand-père maternel était dans la résistance et a été déporté en Allemagne pour «travaux forcés». Devrais-je être honteux de ce qu’il a fait car il n’a pas tendu la joue gauche ? Ces soldats qui ont défendu nos pays sont honorés aujourd’hui comme des «héros». Alors au nom de quelle idéologie Israël devrait-il être le seul pays au monde qui ne défende pas sa nation et sa population ?  Selon les conventions internationales, tout pays a le droit (et je dirais même le devoir) de protéger son territoire et ses citoyens. Pourquoi devrait-il en être autrement pour Israël ?

 

En s’attaquant ainsi à 3 jeunes israéliens, le Hamas s’est attiré la foudre de la colère du Gouvernement israélien. On va sans doute déclarer que les ripostes israéliennes sont «disproportionnées»… Alors si Israël voulait être «proportionné», je suppose qu’il faudrait lui proposer de faire exactement pareil, c’est-à-dire : kidnapper 3 jeunes palestiniens et les tuer de sang-froid et puis, pour que ce soit vraiment «proportionné», envoyer entre 10 et 20 obus vers la bande de Gaza tous les jours, en espérant faire un maximum de victimes. Est-ce là la «riposte» qui conviendrait mieux et qui serait plus «acceptable» aux yeux des médias? Ou mieux encore, ce que certains voudraient vraiment, c’est qu’Israël reste assis les bras croisés pour montrer au monde entier que c’est le seul pays au monde qui «tend la joue gauche»… Pour moi, agir ainsi ne serait pas un acte de «pardon» mais bien de lâcheté envers ses citoyens.

 

Si les Palestiniens veulent vraiment la paix, il faudrait qu’ils cessent ce genre d’agression et d’attentats.  Comme le disait Golda Meïr, Premier Ministre d’Israël : «La Paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent». Prions pour que ces familles soient consolées et prions afin que le Prince de la Paix établisse bientôt Sa Paix à Jérusalem.

Luc Henrist



Tags: , , , , ,

Israël, une bénédiction pour les nations !

14 décembre 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Les pasteurs norvégiens à la knesset

Je suis admiratif et même jaloux de ces pasteurs qui ont réussi à se réunir pour faire acte de repentance et s’humilier, à la fois pour bénir Israël et leur propre nation. La Bible dit : “Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies,- Je l’exaucerai des cieux, Je lui pardonnerai son péché, et Je guérirai son pays” - 2Chron 7:14.

 

Mais il existe un autre principe essentiel à la bénédiction des nations – il passe par Israël. Je l’ai personnellement souvent rappelé à nos présidents (français) successifs. Ce principe est le suivant  : “Celui qui bénit Israël est béni”selon Genèse 12:3, 27:29, Nombres 24:9. Bien entendu, l’inverse est vrai : La nation qui maudit ou ne bénit pas Israël, ne prospérera pas, et sera jugé par Dieu.

 

Reçus à la Knesset pour une demande de pardon

Il est vrai que la Norvège est l’un des pays européens les plus antisionistes, pour ne pas dire antisémite. Sait-on que le rassemblement des jeunes sur l’île Utøya (près d’Oslo), qui fut l’objet d’un massacre en 2011, et qui était parrainé par les Travaillistes au pouvoir, était en fait un rassemblement à tendance antisémite visant à délégitimer Israël ?

De plus, on peut dire a posteriori que les Accords d’Oslo ont été très néfastes pour Israël, ouvrant la porte aux attentats meurtriers, jetant la faute sur les méchants “colons” israéliens, et perpétuant l’idée de l’idéologie pernicieuse : “les territoires pour la paix”.

 

Ces pasteurs représentant une trentaine de congrégations norvégiennes, sont venus pour présenter des excuses, en rapport aux Accords d’Oslo… et à l’antisémitisme/antisionisme du gouvernement et de leur pays (voir le site Philosémitisme).

Ils ont été reçus par la député Gilal Gamliel, qui est président du Caucus de la Knesset (Comité en lien avec les Chrétiens amis d’Israël) : « En tant que présidente du Caucus, je constate, lors des nombreuses conférences internationales, l’amour des chrétiens aimant Israël. Aujourd’hui, ce sont des leaders chrétiens de Norvège qui viennent pour la première fois à la Knesset demander pardon pour une longue liste d’implications de leur pays à l’encontre Israël, allant de la Shoah aux Accords, et aux dons faits à des organisations terroristes soutenant le boycott d’Israël ».

 

Une vision pour réparer l’injustice et redonner la bénédiction

Le pasteur Terje Liverød est l’initiateur de cette démarche de repentance. Missionnaire en Norvège pour le monde musulman depuis 30 ans, cet homme reçut une vision claire de Dieu sur Ses projets envers la Norvège : Il vit dans une vision prophétique une délégation se présentant en Israël pour une demande de pardon ; il ne pouvait reconnaître aucun des leaders norvégiens connus ; ces pasteurs venaient de tout le pays, et ils étaient mûs par un même esprit d’unité.

Puis lors d’une Conférence sur le sujet de la renaissance de la Norvège, réunissant 3000 personnes, une femme chrétienne eut cette parole, 1) que la Norvège ne pouvait rentrer dans la bénédiction sans une vraie réconciliation avec Israël, 2) qu’elle avait vu dans un songe un homme devant être le pont entre la Norvège et Israël.

Reconnaissant cet homme comme étant le pasteur Terje Liverød, elle le fit monter sur la plate-forme, et convoqua tous les responsables pour investir le pasteur de ce mandat.

C’est ainsi que Terje Liverød se mit en quête des pasteurs désireux de composer la délégation. Ce ne fut pas facile, mais le projet se concrétisa, et ensemble, ils firent la Déclaration ci-dessous :

 

DECLARATION de pasteurs et responsables d’église en Norvège

 

Nous, pasteurs et responsables d’églises de Norvège, faisons cette déclaration : en tant que leaders chrétiens, nous nous repentons et demandons pardon pour l’attitude de la Norvège à la fois dans le contexte de l’Eglise, et dans d’autres parties de la société norvégienne.

Nous, dirigeants du peuple et de l’Eglise de Norvège, proclamons que nous ferons de notre mieux pour conduire notre pays dans le changement.

Nous voulons voir un vrai changement en Norvège, en bénissant Dieu et Israël.


Pardonne-nous Israël, en tant que nation :

- Pour les Accords d’Oslo, qui préconisent la division d’Eretz Israël.

- Pour l’argent de la Norvège qui a fini au soutien des organisations terroristes.

- De n’avoir pas déménagé notre ambassade à Jérusalem, capitale éternelle et indivisible d’Israël.

- De ne pas avoir pris la défense d’Israël dans un monde qui est de plus en plus hostile.

- Pour l’attitude antisémite et antisioniste des politiques et des médias en Norvège.


Pardonne-nous Israël, en tant qu’Eglise :

- Pour ne pas avoir résisté à l’attitude politique anti-israélienne de la Norvège.

- Pour le fait que beaucoup dans l’Eglise aient rejeté le rôle d’Israël dans le plan de Dieu.

- Pour notre tiédeur envers la persécution que vous avez subie.

- Pour l’indifférence envers vous qui êtes la “nation choisie” de Dieu.

- Pour les déclarations antisionistes de dirigeants de l’Eglise.

- Pour avoir permis la Théologie du Remplacement, et sa propagation dans les églises.


Nous déclarons  que :

  1. Israël est la mère spirituelle de l’Eglise – Israël nous a donné les Écritures saintes, les prophètes, les apôtres, et le Messie.
  2. Le rejet spirituel d’Israël a conduit à la Théologie de Substitution, ayant débuté dans l’Eglise luthérienne de Norvège, et s’étant propagé aux églises indépendantes.
  3. Dieu a confirmé Ses promesses faites à Israël. Nous sommes convaincus que Dieu tiendra Ses promesses à la fois pour Israël et pour l’Église.
  4. La culture et la tradition de notre nation est construite sur un socle de valeurs judéo-chrétiennes fondées sur des racines juives.


Pardonne-nous Israël, en tant que nation :

- Pardonnez aux amis d’Israël dans l’Église en Norvège qui n’ont pas suffisamment élevé leur voix en faveur d’Israël.

- Pour les forces puissantes qui exigent un boycott d’Israël dans tous les domaines, y compris dans le commerce.

- Pour l’argent envoyé par le gouvernement norvégien servant indirectement à soutenir les terroristes.

- Pour les nombreux responsables politiques qui ont à plusieurs reprises fait des commentaires anti-israéliens, et pour notre incapacité à réagir.

- Pour la généralisation de l’antisionisme dans les médias, la télévision, les journaux, la radio et Internet.

- Pour notre Constitution qui a empêché les Juifs d’entrer dans le royaume jusqu’en 1851.

- Pour avoir envoyé les Juifs de Norvège dans les camps de la mort nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

- Pour avoir rejeté les Juifs après la Seconde Guerre mondiale.

- Pour ne pas avoir donné à Israël la gloire pour l’importante contribution de ce pays à l’humanité. Sans les innovations d’Israël, nos hôpitaux ne fonctionneraient pas comme ils fonctionnent aujourd’hui. De même pour nos ordinateurs et la téléphonie en général.

- Pour nous qui nous sommes alliés avec des puissances qui cherchent à détruire la nation d’Israël.


En tant que leader spirituel en Norvège, nous voulons briser ces alliances. Les Accords d’Oslo ont cherché à diviser le pays. Les Accords ont conduit à débloquer d’importantes sommes d’argent qui ont été transférées par l’État norvégien aux groupes palestiniens impliqués dans le terrorisme.

 

Nous déclarons que :

  1. Israël est une grande bénédiction pour le monde.
  2. La révélation de Dieu vient par Israël.
  3. La Parole de Dieu est venue par Israël
  4. Christ notre Sauveur est né juif en Israël.
  5. Les médias norvégiens ont pendant des années, fourni une couverture biaisée et déséquilibrée du conflit au Moyen-Orient, particulièrement à l’encontre d’ Israël.
  6. Israël est aujourd’hui une bénédiction pour le monde, et une bénédiction dans les domaines financiers, culturels, technologiques et spirituels, ainsi que dans de nombreux autres domaines.


En tant que leaders des différentes églises en Norvège, nous affirmons enfin que :

  1. - La Norvège en tant que nation a un appel à bénir Israël.
  2. - La Norvège en tant que nation a une vocation à aider Israël à sécuriser ses frontières.
  3. - La Norvège en tant que nation doit reconnaître le droit juif à la propriété pour Eretz Israël.
  4. - Nous, en tant que nation, avons une vocation à être parmi les alliés les plus forts d’Israël.
  5. - Nous travaillerons à ce que la Norvège soit un solide ami d’Israël dans les générations à venir.

Comme Henrik Wergeland, Trygve Lie, Kaare Kristiansen et de nombreux pères de notre nation, nous souhaitons une nation et un peuple qui bénissent Israël et le peuple juif.


 

« Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront » – Genèse 12:3

Nous prions de tout notre cœur : Seigneur, bénis Israël !
(par Anita Apelthun Heureux)


Tags: , , , , , , , ,

Herzl et Hechler…

5 août 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


“Dans 5 ans peut-être, dans 50 ans certainement…”.

Ces mots furent ceux de Theodor Herzl devant un parterre de 204 délégués des communautés juives d’Europe centrale, au Premier Congrès  sioniste de Bâle, en août 1897.

Par ces mots, Theodor Herzl est devenu le “Prince d’Israël”, car, contre toute attente, ces paroles se sont réalisées…  Dans son journal, Herzl (1) écrit : « Si je devais résumer le Congrès de Bâle en un mot, ce serait celui-ci : à Bâle j’ai fondé l’Etat Juif ». 


Mais qui sait que Theodor Herzl eut besoin d’un humble chrétien, pour lui faire comprendre que D.ieu avait Sa main sur lui pour la création de l’Etat hébreu et la restauration de Sion, et qui fut utilisé par D.ieu pour lui ouvrir les portes des grands de ce siècle ?… Un homme versé dans les Écritures, qui mieux que lui connaissait l’exactitude des temps prophétiques ?…


Parlons de Theodor Herzl : il est né en 1860 à Budapest, et mort en 1904.

Journaliste et écrivain juif austro-hongrois, Theodor fonde le mouvement sioniste au congrès de Bâle en 1897 ; il est l’auteur de Der Judenstaat (« L’État des Juifs ») en 1896. En somme, Theodor Herzl est le prophète des temps modernes en ayant eu la vision d’un Etat capable d’accueillir les Juifs du monde entier. ”L’Affaire Dreyfus” en France, symbole d’un antisémitisme violent, a été pour Theodor, le choc décisif.

 

“Le Prince et le prophète”

Le livre du pasteur Claude Duvernois est une biographie intéressante, car elle révèle un aspect méconnu de la vie du grand Theodor Herzl. Ce témoignage démontre combien la place d’un chrétien au côté de Herzl fut déterminante. Le révérend William Hechler était chambellan de Cour, et il put, grâce à ses connaissances personnelles, ouvrir au “Prince d’Israël” les portes des rois.
André Chouraqui, qui préfaça en 1965 le livre du pasteur Duvernois, n’hésite pas à faire la comparaison avec le couple Moïse/Jethro : “Moïse avait eu à ses côtés Jethro, le prêtre de Madian. C’est un chrétien, le chapelain de l’Ambassade britannique à Vienne, qui se dresse à la droite de Herzl et qui, du début à la fin, l’accompagne [...]“. 

De même, docteur Ali Menjour : « Hechler avait deviné par sa connaissance de la Bible et par des calculs inspirés, la date de 1897 comme étant la date de ”l’aube de la restauration ultime d’Israël”Théodore Herzl représentait pour une grande majorité de contemporains et même de rabbins ”un dangereux énergumène”, mais cet homme choisi de D.ieu fit cette superbe déclaration : “A Bâle, j’ai fondé l’Etat juif ! Si je disais cela à présent je serais accueilli par un éclat de rire universel. Dans 5 ans peut-être, dans 50 ans certainement, la chose sera devenue claire pour tout le monde…”. 
 
Le 29 novembre 1947 lui donna raison – 50 ans après la prédiction d’Herzl, Israël renaissait. La rencontre entre Herzl et Hechler eut lieu en mars 1896 :
« Après avoir grimpé quatre étages dans l’immeuble où résidait Hechler, Herzl fut accueilli au son de l’orgue… Tout juste après avoir souhaité la bienvenue au ”fils de Sion” comme il se plaisait à qualifier Herzl, le révérend Hechler étala un plan de l’ancien temple de Jérusalem et une immense carte de la Palestine pour expliquer à son hôte le lieu où devait s’ériger le nouveau temple… Depuis cette rencontre, Hechler n’a pas quitté Herzl et n’a pas hésité un moment à lui ouvrir les portes des chancelleries allemandes et austro-hongroises. Ayant été précepteur à la Cour du Grand Duc Frédéric de Bade, l’oncle de l’empereur Guillaume II, le révérend Hechler, dont le père était allemand, avait su garder avec son ancien maître des relations pleines de déférence. Ne s’étant jamais servi de ces relations à des fins personnelles, il les a utilisées pour ce qu’il considérait être la cause de son existence ».
 

Un homme original mais providentiel

William Hechler, habillé en bédouin

“Selola Bible, les Juifs doivent retourner en Palestine. Par conséquent, je viens en aide à ce mouvement, en tant que Chrétien pleinement convaincu de la vérité de la Bible. Car cette cause est la cause de Dieu” - révérend William Hechler.

 
Lisons le témoignage de Jerry Klinger, président de la “American Jewish Society for Historic Preservation” (2) : «Le sionisme politique et l’état moderne d’Israël est en grande partie né de la volonté farouche de Theodor Herzl. Mais s’il n’y avait eu un chrétien à ses côtés, Herzl serait resté un obscur écrivain autrichien excentrique. On a pour ce pasteur Hechler qui a été oublié, une vraie dette».

le pasteur William Hechler et ses enfants

« Hechler est resté aux côtés de Herzl durant les six années de la lutte infructueuse pour un Etat juif. Quand Herzl était mourant en juillet 1904, Hechler était à son chevet. Theodor Herzl souhaitait que William Hechler fut honoré par le mouvement sioniste, pour tout ce qu’il avait fait pour le peuple juif.

… Hechler est mort dans la misère à Londres, oublié par les hommes, en janvier 1931. La communauté juive de Vienne pensa ériger une statue pour lui en 1934. Mais les ténèbres de la Shoah commençait déjà à se répandre, et la statue fut oubliée. Ce qui est terrible, c’est que William Hechler avait prédit qu’une terrible calamité s’abattrait sur les Juifs, si un Etat juif n’était pas créé… ».

 

Personnellement, je dois beaucoup à Claude Duvernois. Ce pasteur qui vit de ses yeux en 1967, durant la guerre des Six-jours, la “muraille de feu” divine (Zacharie 2:5) autour de Jérusalem, sut transmettre avec son livre (il en a écrit de nombreux autres) la vision sioniste. En tant que chrétien et ami d’Israël, je ne peux que souligner l’importance de ce couple prophétique incarné par Herzl et Hechler. Claude Duvernois habite près du mont Herzl, et son voeu le plus cher est bien sûr de voir que Theodor Herzl et William Hechler soient enfin réunis dans la Jérusalem qu’ils ont tant aimé.

Que son vœu soit exaucé…
Gérald Fruhinsholz


(1) Venez visiter le musée HERZL au mont Herzl, ça vaut la peine ! (25 nis – réserver à l’avance).

(2) “En avril 2010, la Société juive américaine “for the Historic Preservation”, a découvert la tombe abandonnée du pasteur Hechler, à Londres. Avec la Communauté chrétienne sioniste de Grande-Bretagne, et avec l’espoir d’un soutien juif, le désir de Herzl pourrait être respecté, si l’on érigeait une pierre tombale qui honore le ministre chrétien qui a rendu Herzl et le Sionisme politique légitime” (J. Klinger).



Tags: , , , ,

Le Chambon s/Lignon – RDV le 3 juin !

24 mai 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Couverture du livre de Pierre Boismorand

Le Chambon s/Lignon - Voilà le nom d’un village français (moins de 3000 hab) qui sonne agréablement aux oreilles des Juifs français et israéliens. En effet, là furent sauvés des milliers d’enfants juifs des griffes de l’Allemagne nazie et du régime de Vichy. Le Chambon, situé dans le Massif Central, est un village huguenot depuis le XVIe siècle. Très tôt, devenu station touristique et centre d’accueil pour les enfants, Le Chambon mais également tous les villages environnants du plateau Vivarais-Lignon se sont rendus célèbres par l’action de leurs habitants pour aider les Juifs fuyant les persécutions nazies et le régime de Vichy durant la seconde Guerre mondiale.

 

Le pasteur André Trocmé

Le nom d’André Trocmé est lié à l’histoire du Chambon. À partir de 1940, le pasteur André Trocmé et son collègue Edouard Theis, furent parmi ceux qui s’attachèrent à sauver des enfants juifs, menacés d’être déportés dans les camps de concentration. Tous deux furent des catalyseurs, prêchant la résistance non-violente, encourageant leurs paroissiens à accueillir les réfugiés dans leurs maisons et dans les fermes des alentours, ainsi que dans des institutions publiques. À l’approche de la Milice de Vichy, les personnes hébergées partaient se cacher dans les forêts en dehors du village. Après leur départ, les directeurs de pensions d’enfants allaient dans les bois en chantant une certaine chanson pour prévenir les enfants que le danger était écarté.

“Au-delà de l’accueil, les habitants de cette région ont fourni de faux papiers d’identité, des cartes de rationnement et aidé au passage de la frontière avec la Suisse. Cependant, certains habitants payèrent ce courage de leur vie et furent arrêtés et déportés, comme le cousin du pasteur Trocmé, Daniel Trocmé (1), qui mourut au camp de Majdanek à l’âge de 34 ans. Selon le documentaire “Les Armes de l’esprit”, environ 3 000 Juifs et réfugiés ont trouvé refuge à un moment ou à un autre dans la région du Chambon-sur-Lignon …

En 1990, le gouvernement israélien reconnut toute la région et ses habitants comme « Justes parmi les Nations » pour leur action humanitaire et leur bravoure face au danger. Un petit jardin de rocaille et une stèle honorent la région du Chambon au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. C’est la seule collectivité, avec le village néerlandais de Nieuwlande, à avoir reçu cet honneur”(wikipedia).

 

Le 3 juin aura lieu l’inauguration du Musée/lieu de mémoire au Chambon, consacré à l’histoire des sauvetages des réfugiés, notamment juifs. Cet événement a été organisé par Madame Eliane Wauquiez-Motte, maire de la commune, qui veut de manière légitime, convier les représentants régionaux, mais également l’ambassadeur d’Israël. Ce musée sera un endroit qui célébrera la mémoire des sauveteurs et de ceux qui ont été sauvés. Son but est de ne pas oublier l’histoire du passé.

Or, s’oppose à cela le “Collectif Palestine 43″, voulant mêler la politique à cette oeuvre de reconnaissance des Justes, disant : “Etre Justes aujourd’hui, c’est être au côté de ces opprimés que sont les Palestiniens”… Cette déclaration pernicieuse et le refus d’accueillir un représentant de l’Etat hébreu sont une injure à la mémoire de tous les réfugiés qui n’ont pu être sauvés et qui sont morts assassinés dans les camps de la mort.
 
Nous avons ce devoir de mémoire ! Que chacun qui se sent concerné par l’action courageuse des Justes du Chambon, tout en étant fier de réaliser que des milliers d’enfants juifs ont été sauvés, pour rejoindre le beau pays d’Israël, soit présent lors de cette inauguration !
 
Nous nous opposons fermement à toute contestation de personnes en France ayant pour seul but de délégitimer l’Etat d’Israël, en utilisant le prétexte du problème palestinien ; ils prennent le public en otage. Le pasteur Martin Luther King, grand défenseur des droits de l’homme, avait bien compris que ceux qui critiquent Israël de manière irrationnelle, sont en fait des antisémites. Ci-dessous, un extrait de sa “lettre à mon ami anti-sioniste” :

« … Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu. 

L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une  tache sur l’âme de l’humanité. Nous sommes pleinement d’accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi » (Martin Luther King)


(1) Daniel Trocmé, protestant et non-juif, à l’instar du médecin polonais Janusz Korczak, a voulu suivre ses élèves jusque dans les camps ; il est mort  d’épuisement à Majdanek, en avril 1944. 

Pasteur Gérald Fruhinsholz


Tags: , , , , ,