Negba – Les maisons de l’espérance

29 juin 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Emouvante remise de la Légion d’honneur à Claude Meyer – Beer-Scheva

Les 3 mousquetaires – Claude, Claude, et Jean

Nous étions mercredi soir dans le cadre de l’association NEGBA, à Beer-Sheba, pour la remise de médaille à Claude Meyer, un des fondateurs de ces « Maisons d’espérance » en Israël. L’Ambassadeur de France en Israël, Mr Patrick Maisonnave était là, tout comme le Vice-Ministre de l’Education Mr Avi Worzman, et le Maire-adjoint de Beer-Sheva, Mr Ofer Caradi.



« J’ai une mère-patrie et un père-patrie… »

Claude Meyer et l’Ambassadeur Maisonnave

Quelques 120 personnes étaient là pour honorer Claude Meyer – il associera d’ailleurs ses équipiers, le co-fondateur Claude Kadouch, un ami de longue date, et Jean Bisseliches, chacun ayant eu de grosses responsabilités en France, puis en Israël.

C’est ainsi que Claude Meyer, buisnessman et homme de coeur définira son amour pour la France qui l’a élevé, et pour Israël qui l’a adopté. « Nous avons une mère patrie, la France, et un père patrie, Israël » – en référence avec le père d’Israël, Abraham.

En outre, Claude a coutume de dire qu’il doit la conscience de sa judéité … aux Allemands ! En 1940, de nombreuses familles juives françaises ont été traquées par les nazis. Claude était enfant lorqu’il dût fuir et qu’il put s’échapper en Suisse, avec d’autres. Sa judéité prit alors une vraie dimension, et adulte, il répondra à l’appel du coeur, en « montant » (aliyah) en Israël.

 

Claude garde de la France (et surtout de l’Alsace !) l’amour de sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

Liberté – celle de tout un peuple, Israël, qui retrouva sa terre ancestrale, et assure à tous, Juifs – éthiopiens, russes ou francophones… – et Arabes, une vraie possibilté de vivre ensemble dans la tolérance et la liberté. Negba permet d’autre part à des enfants défavorisés une nécessaire intégration, les délivrant du cycle infernal de la pauvreté.

Egalité – en instaurant et se battant pour une vraie justice sociale ; Negab intervient « au secours » de ces enfants issus de familles en souffrance.

Fraternité – « ze ba ze » – responsables les uns des autres. C’est un slogan issu du judaïsme : l’humanisme fait partie de ses valeurs, et Negba les enseigne aux enfants, leur permettant d’être des adultes responsables, et solidaires.

 

Negba – Des Maisons d’espérance et d’avenir

Les enfants vivant dans des conditions matérielles précaires, des milieux frappés par le chômage, la drogue, l’alcool ou la violence, ont peu de chances d’échapper à la misère ou à la délinquance.

Negba, une association israélienne à but non lucratif, lutte contre cette fatalité en les accueillant quotidiennement après l’école. Elle leur apporte, dans un cadre protégé et une ambiance familiale, le soutien indispensable pour qu’ils réussissent dans la vie. Ainsi, Negba a créé :

– les Maisons de l’Espérance (enfants de 6 à 12 ans).

– le Club de l’Espérance (ados de 13 à 18 ans).

– la Fondation de l’Espérance (soutien aux familles). Depuis sa création en 2006, Negba a déjà ouvert neuf maisons à Beer-Sheva, Sdérot et Jerusalem pour près de deux cent cinquante enfants, sans distinction d’origine (éthiopiens, marocains, russes, français…) ou de pratique religieuse.

 

Longue vie à Negba, et félicitations à Claude Meyer et à toute l’équipe, sans oublier Hanna Geissman, directrice des maisons de l’espérance à Beer-Sheva.

Nous sommes heureux, en tant que chrétiens, de contribuer à la bonne santé et à la prospérité de ces maisons d’amour et d’espérance en Israël…

Gérald & Sophie Fruhinsholz,

et l’équipe de Shalom Israël


« Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où… Je ramènerai les captifs de mon peuple, Israël ; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné,
dit L’Eternel, ton Dieu » 
– Amos 9:13-15
 
PS : grâce à vous et vos dons, Shalom Israël a pu offrir en 2013 à Negba – formation et alimentaire : 9 960 euros


Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , ,

La stratégie des lâches…

17 juin 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Il est consternant de voir l’attitude pour le moins inconvenante des médias traitant le kidnapping des jeunes  « colons israéliens ».

Où sont l’éthique et la décence des journalistes dans ce type de rapport biaisé ?… Il est vrai que lors de l’assassinat de la famille Fogel à Itamar le 12 mars 2011, il était aussi question des « cinq colons juifs » –  parmi eux, 3 enfants dont un bébé. Il faut décrypter : lorsque des Israéliens meurent assassinés, ce sont des colons (sous-entendu : tant pis pour eux), mais l’enfant palestinien qui meurt (quelquefois tué par une explosion non contrôlée d’un poseur de bombes), c’est toujours une victime pour laquelle l’occupant (israélien) est responsable.


Créativité morbide…

Concernant le kidnapping de ces jeunes étudiants d’Hébron – ce sont presqu’encore des enfants – les youyous et les coups de feu tirés en l’air ont retenti à Gaza, avec les habituelles distributions de bonbons et de gâteaux aux enfants : toujours la même démonstration de joie indécente.

Où sont vos commentaires, messieurs les journalistes ?… Est-ce là le visage d’une population désirant sérieusement la paix ?… Non, surtout pas la paix, ce serait couper le robinet de la manne des Occidentaux naïfs (mais surtout hypocrites) qui ne veulent même pas savoir où vont les millions de dollars offerts, ni à qui ils profitent !… Certainement pas aux plus pauvres d’entre eux. Les nantis de Gaza et de Ramallah pourront encore se faire construire de belles maisons en Arabie saoudite ou au Qatar.


Depuis 2013, Tsahal et le Shin-Bet ont déjoué plus de 64 tentatives d’enlèvements, mais la motivation des terroristes à enlever des Israéliens ne s’amoindrit pas. Le Hamas a investit des efforts massifs dans les tentatives de kidnapping à travers son large réseau terroriste – voir l’article de Tsahal.

« Eyal, Gilad et Naftali, trois jeunes Israéliens, ont été kidnappés par le Hamas. Ils ont été vus pour la dernière fois jeudi soir (12/06/2014) dans la région du Goush Etzion, proche de Jérusalem. Les forces israéliennes ont lancé l’Opération « Gardien de nos Frères » afin de retrouver les trois adolescents autour de la ville de Hébron. Près de 200 suspects palestiniens ont été arrêtés dans le cadre des recherches (voir LIEN de Tsahal, avec les prises d’armes). Les 3 jeunes Israéliens kidnappés sont : Eyal Yifrach, 19 ans, Gilad Shaar, 16 ans et Naftali Frenkel 16 ans ». 

Prions pour que ces jeunes soient retrouvés sain et sauf. Nous croyons que le voile de haine du peuple arabe tombera un jour :

« Les fils de tes oppresseurs viendront s’humilier devant toi, et tous ceux qui te méprisaient se prosterneront à tes pieds ;
ils t’appelleront ville de l’Eternel, Sion du Saint d’Israël…
Tu suceras le lait des nations, tu suceras la mamelle des rois, et tu sauras que JE suis l’Eternel ton sauveur, ton Rédempteur,
le Puissant de Jacob »

Esaïe 60:14-16



Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , ,

Se souvenir… et espérer

5 mai 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Se souvenir fait la force d’une nation. Dieu dit souvent dans la Bible à Israël : « Souviens-toi ! ». Israël est le peuple de la mémoire, et pourrait-on dire également, avec le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, la conscience de l’humanité.

Israël n’oublie pas « ses morts » – les millions de disparus des camps de la mort, déportés et assassinés, mais aussi les milliers de morts tués lors des dernières guerres, et des attentats. Deux Jours sont ainsi marqués après Pessah sur le calendrier – Yom haShoah (jour de la Shoah), et Yom haZikaron (jour du souvenir).

Roglit 2014
Vidéo – Roglit 2014
Nous étions ainsi à Roglit le jour deYom haShoah avec les amis de la Communauté francophone d’Israël pour honorer les disparus assassinés à Auschwitz et ailleurs… 80 000 déportés qui ne sont pas revenus, et dont les noms sont gravés à Roglit, ce lieu de mémoire bâti dans la forêt de Beth-Shemesh.

Roglit a été inauguré le 18 juin 1981, et ce monument a été édifié par l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, présidée par Serge Klarsfeld. Le Mémorial est sur un terrain du KKL, et situé dans la Forêt du Souvenir, plantée par l’Association, où l’on trouve 80.000 arbres à la mémoire des 80.000 juifs déportés de France.
 

Yiths’haq (Isaac) – « Il rira ! »

Tel est le nom du fils et héritier d’Abraham! Israël a un avenir glorieux, et après les larmes viennent les rires et les danses.
Le peuple juif revient sur sa terre en force, accomplissant ainsi les Ecritures, avec l’aliyah et l’intégration des immigrants juifs dispersés dans le monde. D.ieu a des plans d’avenir pour Israël.

L’Ambassade Chrétienne de Jérusalem (ICEJ) comme d’autres organisations chrétiennes, lève des fonds pour ce projet, et nous voyons depuis quelques temps, des Ukrainiens faire ainsi l’aliyah.
« Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Eternel ; tes enfants reviendront dans leur territoire » – Jérémie 31:17

Et demain, Israël fêtera ses 66 ans ! C’est Yom ha’Atsma’out, le Jour de l’Indépendance. Tous les drapeaux flottent en Israël, sur les voitures, les balcons, et les immeubles. L’espérance et la joie sont déjà là.


*     *     *     *     *     *

Discours de Valérie Spira Shapira à Roglit


Monsieur Patrick Maisonnave, Ambassadeur de France en Israël
Monsieur Arno Klarsfeld
Monsieur Hervé Magro, Consul Général de France à Jérusalem
Monsieur Patrice Matton, Consul Général de France à Tel Aviv
Monsieur Gilles Courrègelongue, Consul Général de France à Haifa
Madame Anne Marie Boubli, Conseillère de Monsieur Joel Mergui du Consistoire de France
Madame Etty Lancry, Déléguée du KKL
Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations

Chers Amis

Je voudrais remercier Beate et Serge Klarsfeld du soutien qu’ils m’ont apporté dans l’organisation de cette cérémonie, ainsi que le KKL pour l’aide logistique et le matériel. Merci aux responsables d’Associations d’avoir organisé des autobus. Comme chaque année, nous nous retrouvons pour commémorer le Yom Ha Shoah vé HaG’voura sur le site de Roglit.

 

Le courage, la force, le désir d’organiser cette cérémonie,  je les dois à mon grand-père maternel Bernard Chaimovitch, déporté par le convoi numéro 1 du 27 mars 1942 ; à mon arrière grand-père Jacob Kirschneff, déporté par le convoi 48 du 13 février 1943 ; et à mon grand-père paternel Edouard Spira déporté par le convoi  51 du 6 mars 1943. Tous les trois sont inscrits sur notre mur.

Cette année le thème choisi par Yad Vashem est l’année 1944, entre délivrance et extermination.

Délivrance, selon la définition du dictionnaire, est le fait de délivrer quelqu’un, un pays, de lui rendre la liberté…

Au 1er janvier 1944, 80 000 juifs vivent toujours dans le ghetto de Lodz, à la fin de l’année il n’en restera que 600… En février, 1 000 juifs de Hollande sont déportés à Birkenau. Anne Franck fut arrêtée le 4 août 1944 pour être déportée et assassinée…  Lorsque l’Allemagne envahit la Hongrie en mars 1944,  750 000 juifs y vivent, moins d’un mois après, ils sont obligés de porter l’étoile jaune, et en quelques mois ce fut 437 000 juifs de Hongrie qui furent déportés pour être assassinés. Les Juifs des iles grecques de Rhodes et de Cos sont envoyés en Hongrie pour y être déportés en juillet 1944. Les 54 000 juifs de Salonique, eux, ont déjà été déportés en 1943. Jusqu’au bout les nazis ont déportés, assassinés, gazés hommes, femmes, enfants.

Ce n’est pas une délivrance…

En France, le 21 février 1944 exécution des 22 hommes du groupe Manouchian au fort du Mont Valérien. Le 6 avril, Klaus Barbie fait arrêter, déporter, gazer les 44 enfants de la colonie d’Izieu, et le 26 avril 1944 le Maréchal Pétain reçoit un accueil enthousiaste place de l’Hôtel de Ville à Paris, sa première visite depuis le mois de juin 1940.

Ce n’est pas une délivrance…

Pour les Juifs en France, l’année 1944 ce fut 16 convois, environ 16 000 hommes, femmes, vieillards et enfants. Sur ces 16 000 juifs ils n’y aura que 1 244 survivants en 1945 selon Serge Klarsfeld. Le dernier convoi est parti de Drancy le 17 aout 1944 soit moins d’une semaine avant la libération de Paris. Dans le convoi 77 du 31 juillet 1944, ce sont 300 enfants qui seront déportés.

Ce n’est pas une délivrance

L’armée soviétique avait rendu publiques les atrocités nazies faites à Majdanek, lorsque ses troupes avaient ouvert le camp en juillet 1944. Le chef des SS, Heinrich Himmler, donna alors l’ordre aux commandants des camps de concentration d’évacuer les prisonniers. L’évacuation de tous les camps de concentration se fit pratiquement par des marches forcées dites marches de la mort. Et il a fallu attendre le 27 janvier 1945 pour qu’Auschwitz soit ouvert par l’armée rouge.

Ce n’est pas une délivrance…

Ce fut quand même l’année du débarquement allié le 6 juin 1944, mais les SS ne s’avouent pas perdants et 4 jours plus tard a lieu le massacre d’Oradour-sur-Glane durant lequel 648 habitants furent assassinés. Paris sera libéré le 25 août 1944 et le Général De Gaulle défilera sur les Champ-Elysées le 26 août 1944.

Est-ce une délivrance ?

Combien de déportés sont rentrés physiquement mais leur âme, leurs pensées sont restées là bas ?…

Est-ce une délivrance ?

Combien d’enfants cachés, orphelins pour la plupart d’une mère ou d’un père, si ce n’est des deux, sont traumatisés ?…

Est-ce une délivrance ?

6 millions d’hommes, femmes, enfants assassinés, gazés, dont 1 million et demi d’enfants !

Est-ce une délivrance ?

Est-ce que nous, la nouvelle génération pouvons les délivrer, je me pose la question ?…

Valérie Spira Shapira



Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , , , ,

Zichron Menachem

11 avril 2014
pasteur Gérald Fruhinsholz


Menachem a lutté 14 ans contre la maladie

Avec Christine de notre assemblée (Narkis Church), nous avons rendu visite à cette belle organisation qu’est Zichron Menachem (ZM), une oeuvre qui s’occupe de malades du cancer, qu’ils soit juifs, arabes ou autres. Gabriel, le responsable, nous a guidés avec beaucoup de coeur.

(voir l’excellente VIDEO d’un reportage TV)

 

Créée en 1990, et portant le nom du fils du fondateur décédé du cancer à l’âge de 15 ans, Zichron Menachem (« en souvenir de Menachem ») a son siège à Jérusalem. « Victime » de son succès, des centres sont déjà prêts de s’ouvrir en d’autres villes, comme Haïfa et Beersheva car le concept de ZM – une prise en charge personnalisée, médicale et psychologique, créant une formidable source d’espérance -suscite des demandes nombreuses.

ZM à Jérusalem est un magnifique lieu en constante évolution et nous sommes fiers de savoir que des chrétiens (hollandais) ont participé financièrement à l’édification du centre (près de l’hôpital Sha’arei Tzedek, et du Mont Herzl).

Christine, Gabriel, et Sophie devant le Centre

ZM  s’occupe de personnes malades du cancer, et quiconque atteint de cette maladie peut venir frapper à la porte et demander une assistance. Les familles sont alors prises en charge  – parents, frères et soeurs de l’enfant malade ; celles-ci sont la plupart du temps dévastées et incapables de faire face à cette terrible nouvelle d’une leucémie ou toute autre forme de cancer (1).

 

Un bénévolat unique

Israël a ceci de spécial, de par sa situation politique exigeant un budget toujours plus important pour sa défense et sa sécurité : il n’est pas un Etat-providence. A cause de (ou grâce à) cela, Israël possède un réseau associatif et un bénévolat unique, avec ses bat-shirout (jeune fille religieuse volontaire), et un service civil donnant la possibilité à tout jeune israélien de donner un an de sa vie au service d’autrui.

 

Actuellement, ZM s’occupe de 130 malades du cancer, et utilise des dizaines de jeunes volontaires qui vont s’investir pour s’occuper des enfants malades, et leur donner les moyens d’une vie presque normale. Pour cela, des camps sont organisés, à Londres, en Hollande, à Paris et Strasbourg (voir la VIDEO) (2), et autres endroits pouvant accueillir tous ces jeunes accompagnés de leur joyeuse bande de volontaires. ZM mobilise alors un avion, des bus, amenant la joie de vivre communicative de toute l’équipe. Dans les 6 tonnes de matériel, se trouve en outre un véritable hôpital mobile, chaque malade étant en permanence suivi médicalement.

 

Apporter et communiquer la vie 

ZM possède la plus grande banque de sang et de plaquettes en Israël à tel point qu’il fournit l’hôpital Rambam, ou Hadassah. ZM a comme désir de faire tout pour apporter la guérison, faire un travail de restauration, soutenir les familles, et apporter la joie pour ces enfants pour lesquels la vie peut être dramatiquement écourtée…

Le papa de Menachem a commencé cette oeuvre en 1990 avec des amis, et son but, en fondant Zikhon Menachem, était de donner, outre une prise en charge médicale, le plus d’espoir et de joie possible au malade, en aidant également les familles à surmonter les difficultés, et même en pourvoyant à la nourriture et au vêtement pour des familles dans le besoin (ZM soutient plus de 300 familles). L’on sait aujourd’hui qu’un bon moral et un bon entourage sont des paramètres-clés pour la guérison d’un cancer.

 

Don de cheveux

En plus de soutenir financièrement ZM, on peut aider d’une manière simple : en faisant don de cheveux (30 cm mini.). Il est toujours difficile de faire face, à cause de la chimio notamment, à la perte de ses cheveux, pour une jeune fille. ZM s’occupe de faire des perruques adaptées (cheveux frisés, blond ou brun) qui pallieront à la perte traumatisante des cheveux.

Les cheveux sont pour toute jeune fille, synonymes de grâce et de beauté. On ne réalise pas que les perruques (coûteuses dans le commerce) sont une aide précieuse pour garder le moral. Quant aux cheveux des donateurs… ils repoussent.

 

On comprend que cette organisation, aussi belle soit-elle, ne peut rien faire sans le soutien d’amis donateurs. Car comme le souligne Haïm Erenthal, le papa de Menachem, « Tout le monde ne peut pas faire ce que Zikhon Menachem fait, mais chacun peut être partenaire ». 
 
Shalom Israël a ce désir d’être partenaire. Vous pouvez donc, si vous le souhaitez, envoyer vos chèques à l’ordre de : « Shalom Israël – Zichron Menachem », à l’adresse suivante : Shalom Israël, c/Mme Mireille Manceau, 9 ave Gaston Boissier 78220 Viroflay.
 
‘Hag Pessa’h samea’h le koulam,
Gérald & Sophie
 

(1) Les malades à ZM ont entre 6 et 30 ans. 80 % d’entre eux trouvent une rémission de la maladie. 5 à 10% du budget de ZM vient de l’Etat hébreu.
(2) (Video de 20mn) : Ha’ikar lo lefached klal / »le plus important : n’aie pas peur ! »

NOTE : Une autre VIDEO mérite d’être regardée – elle révèle comment une maman peut soutenir ce choc : « mon fils a un cancer »… comment les enfants le vivent, comment ZM intervient. C’est en hébreu, avec sous-titres en anglais.



Print Friendly, PDF & Email

Tags: ,