Israël – Privilégier la vie

28 août 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 
 

Merci, Shalom Israël !

« Il y a des moments dans la vie où il faut juste oublier pour quelques heures les difficultés du quotidien. Un grand merci à toutes celles et ceux qui, grâce à leurs dons et leur soutien à Shalom Israël, ont permis à ces enfants de Negba – נגבה – de passer une journée extraordinaire! ». Ce sont les mots de Déborah L. qui nous a transmis ces superbes images.

 

Chère Sophie, cher Gérald, 

 "Je suis heureuse de vous annoncer que grâce au don de 1.500 € de Shalom Israël, 160 enfants et animateurs de Negba passeront lundi prochain une super journée au grand Parc Superland. Votre don permet de couvrir tous les frais liés à cette super sortie : – 3 autobus, 160 entrées au parc d'attraction, 160 repas du midi…
Au nom des enfants et de toute l'équipe de Negba, je vous remercie pour votre magnifique cadeau!

 

"Consolez, consolez mon peuple"

Ces quelques mots d'infinie reconnaissance à un don que nous venons de faire à Negba, une association s'occupant d'enfants israéliens en détresse, nous font toucher du doigt l'immense dette que nous avons, nous chrétiens, envers Israël, et notamment ses enfants, qui représentent la vie, le futur, l'espérance. 

Les mots d'Esaïe 40 semblent s'adresser aux non-juifs : "Consolez, consolez mon peuple, parlez avec tendresse au coeur de Jérusalem…", ils définissent notre mandat : être une bénédiction pour le peuple de Dieu, en sachant combien le peuple juif a été et demeure une bénédiction pour le monde entier.

Aujourd'hui où les nations veulent contraindre Israël à perdre toute légitimité spirituelle, en lui refusant même tout droit sur le Mont du Temple, le chrétien doit comprendre qu'il n'y a plus d'alternative, il doit bénir Israël. Jésus a dit : "Le salut vient des Juifs" – Jean 4:22. 

C'est un plaisir donc de bénir Israël, une nécessité, comme bénir nos propre enfants ou petits-enfants, et de combler leurs désirs. Merci à ceux et celles qui comprennent cette urgence, et ont contribué à ce (relativement petit) don fait à Negba. C'est aussi donner une meilleure image des chrétiens et d'un christianisme qui hélas se fourvoie parfois en fustigeant Israël… c'est aussi lutter contre le terrorisme islamique, et ainsi privilégier la vie.

(Nous avons également pu faire un don du même montant à l'association Tsedek)

 

Soutenir NEGBA

Shalom Israël a pu donc offrir cette fois-ci à NEGBA une journée de vraie vacances pour des enfants qui n'ont pas l'habitude d'en vivre.

Si vous le souhaitez pour les besoins face à la détresse des enfants en Israël, vous pouvez toujours envoyer vos dons par chèque, virement bancaire, Paypal, en cliquant sur ce LIEN. Quel que soit le mode de paiement, merci d'indiquer "Aide à l'enfance" .

Concernant Negba, nous ne pouvons oublier Claude Meyer, qui s'est donné corps et âme pour ces enfants, et qui hélas, n'est plus avec nous. Tout notre affection à Claudine, son épouse.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

« J’ai fondé, à Bâle, l’Etat juif » – il y a 120 ans…

26 août 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 

Note écrite dans le journal personnel de Herzl après le premier congrès sioniste à Bâle, le 29 août 1897« Si je veux résumer en quelques mots ce congrès de Bâle – je me garderai bien de le faire publiquement – c'est ceci: « J'ai fondé, à Bâle, l'Etat juif ». Une telle parole dite aujourd'hui à haute voix provoquerait certainement un rire universel. Peut-être dans 5 ans, mais sûrement dans 50 ans, chacun comprendra ». 

 

Theodor Herzl, le Moïse des temps modernes

Cet homme avait prophétisé la création d'Israël précisément 50 ans avant ! Theodor Herzl (1860-1904), né à Budapest et journaliste à Vienne, a eu ce choc salutaire à Paris, découvrant l'horrible visage de l'antisémitisme Français avec "l'affaire Dreyfus". Herzl écrit alors "Der Judenstaat" (L'État des Juifs). Theodor Herzl est le prophète des temps modernes ayant eu la vision d'un Etat capable d'accueillir les Juifs du monde entier.

 

Un Congrès controversé

"Le premier congrès sioniste fut créé par Theodor Herzl en tant que parlement symbolique pour tous ceux qui soutenaient la mise en œuvre des objectifs du sionisme. Initialement, le congrès aurait dû avoir lieu à Munich, en Allemagne. Cependant, en raison de l'opposition des responsables locaux des Juifs orthodoxes et des Juifs réformés, M. Herzl décida de transférer le rassemblement dans la ville de Bâle. Le congrès s'est tenu dans la salle de concert du Casino municipal de Bâle le 29 août 1897" (wikipedia).

Dans sa quête auprès des "grands" de ce monde, pour trouver un territoire de refuge pour son peuple, Herzl s'est en effet heurté à une forte opposition des Juifs (1) pour ce projet fou. Malgré cela, Herzl put réunir plus de 200 personnalités juives issues de 17 pays, et une dizaine de chrétiens sionistes étaient présents.

 

Des chrétiens, amoureux de Sion

Parmi ces chrétiens se trouvaient Henri Dunant et le pasteur William Hechler.

– Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge : "Quarante ans avant ce célèbre congrès sioniste, Henri Dunant s'était impliqué pour le rétablissement de l'Etat juif en Palestine. Ce chrétien suisse était persuadé que seule la pratique du judaïsme sur ses propres terres, pouvait préserver les Juifs d'indicibles souffrances. Comme cet homme avait raison ! En 1873, Dunant fonda la «Société internationale pour la Palestine», et rédigea un mémorandum établissant que les grandes puissances devraient garantir la neutralité de la Palestine et que les Juifs pourraient y retourner. Malheureusement, les efforts de Dunant n'eurent que très peu d'échos chez de nombreux hommes d'Etat" (Regard chrétien)

Le pasteur William Hechler (Shalom Israël) – Oserons-nous dire que sans ce pasteur qui a montré à Theodor l'importance des prophéties et lui a ouvert les portes des Puissants de ce monde, Herzl n'aurait pu aller jusqu'au bout de sa démarche ?… C'est un écrivain juif qui le dit, Jerry Klinger, président de la Jewish American Society for Historic Preservation. Il écrit : 

« Le sionisme politique et l'état moderne d'Israël sont en grande partie issus de la farouche volonté de Theodor Herzl. Mais s'il n'y avait eu pas un chrétien, Herzl serait resté un écrivain autrichien excentrique, obscur et oublié depuis longtemps. Ce chrétien c'est le Rev Hechler, nous avons une  "dette sioniste" envers lui, et on l'a oublié ».

Voici un texte écrit à partir des notes de Theodor Herzl qui témoigne bien de ses recherches s'avérant infructueuses (texte de Jerry klinger) – ce fut un échec avec le Grand-Duc de Baden et le Kaiser, avec le Tsar, et bien sûr avec le Sultan de Constantinople qui lui avait été présenté par un chrétien hongrois, Nevlinski. Le Sultan, chef de l'Empire ottoman, ordonna que les frontières de la Palestine soient renforcées pour empêcher les Juifs d'entrer! Mais malgré ces échecs, le projet que Dieu avait initié au travers de Herzl et Hechler prit son essor, et comme chacun sait, il aboutit 50 ans plus tard (un jubilé) : le 29 nov 1947, le plan de partage pour un Etat juif fut approuvé par l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, par le vote de la résolution 181.

 

William Hechler un "Juste" qui a contribué à la création d'Israël

Quel visionnaire que ce Herzl, mort trop tôt, et quel Dieu incroyable Israël possède, souvent déroutant mais fidèle à Lui-même, jaloux de sa gloire ! Aujourd'hui, Herzl est à la bonne place, au "mont Herzl" à Jérusalem ! Visitons également son musée , c'est une superbe leçon d'histoire.

Mais quel dommage que son ami Hechler ne soit pas à ses côtés, c'est ce que Theodor avait pourtant souhaité. Le pasteur Claude Duvernoy, qui habitait à côté du Mont Herzl, aurait également été heureux de les savoir réunis.

Ce serait justice d'honorer William Hechler comme "Juste"… 

Je cite  Jerry Kligman : « Hechler est resté au côté de Herzl au cours des six années de la lutte infructueuse pour un Etat juif. Quand Herzl est mort au début du mois de juillet 1904, c'était Hechler qui était à son chevet. Herzl avait demandé que Hechler soit rappelé par le mouvement sioniste et honoré pour tout ce qu'il avait fait pour le peuple juif.

Hechler est mort comme un pauvre oublié à Londres, fin janvier 1931. Sa tombe n'a pas eu l'honneur d'une pierre tombale. La communauté juive sioniste viennoise avait pensé à une statue pour lui en 1934. Les ténèbres de l'Holocauste à venir approchaient. Le projet de la statue n'a jamais été suivi. Ironiquement, c'est Hechler qui avait prédit qu'une terrible calamité tomberait sur les Juifs si un Etat juif n'était pas créé. Personne n'a écouté ».

 
 
(1) Il y a parmi les Juifs, trois tendances d'opposants au sionisme (le Monde) :
– Les religieux pour lesquels un état juif en Palestine constituerait une hérésie.
– Les tenants de l'émancipation qui refusent de s'enfermer dans la judéité.
– Le Bund (Algemayne Yiddischer Arbeter Bund / Union générale des travailleurs juifs) fondé en 1897, très implanté en Russie et en Pologne, militant pour une autonomie culturelle juive et ceux qui s'engagent dans les organisations socialistes ordinaires.
 
 
 
 
Print Friendly, PDF & Email

La parole prophétique

15 août 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 

Il y a plusieurs façons de discréditer la Bible. L'une est de la falsifier grossièrement, comme le fait le Coran. Dalid Boubaker aurait dit : "Les Juifs ont modifié le Texte sacré et substitué Isaac à Ismaël". Qui peut croire à de telles inepties, quand on sait que l'islam est apparu au 7e siècle… Grâce à Dieu, en 1947, la découverte des parchemins de Qumran (1) confirment, s'il le faut, que la Bible n'a en aucun cas été modifiée. Quelle merveilleuse découverte, juste avant la création de l'Etat hébreu ! Dieu savait que les détracteurs d'Israël feraient tous leurs efforts pour discréditer la Bible, la réalité du Dieu d'Israël, et par conséquent la légitimité du peuple juif d'habiter sa terre ancestrale.

Une autre façon de discréditer la Bible est d'ôter toute valeur prophétique à la Parole de Dieu, et de faire de la Bible (Tanakh + NT), un livre d'histoires juives plus ou moins trafiquées, une compilation de légendes. Soit la Bible est "la Parole de Dieu", digne de foi, soit elle est mensongère. 

Dans nos livres d'Histoire, nous entendons parler de la gloire du "siècle des lumières" (18e siècle), qui apporte la prééminence de la pensée et de la raison sur l'obscurantisme moyenâgeux, et sur la superstition religieuse. C'est l'apogée de l'Humanisme. Malgré de nombreux points positifs (touchant la vie humaine ou la démocratie), on doit remarquer l'effort systématique des philosophes et grands érudits de faire passer la Bible sous le rabot de la "critique radicale". Cela s'est poursuivi jusqu'au 19e et 20e siècle avec des hommes comme Darwin (théorie de l'évolution), Renan, Wellhausen (2). On passait au crible de la pensée libérale les Écritures saintes.

 

La critique radicale

L'un des objet de cette critique porte sur la valeur prophétique. 

Cyrus1

Exemple : les passages d'Esaïe 44:28, 45:13 parlent de Cyrus (Koresh) que Dieu appelle son "oint": « Je dis de Cyrus: Il est mon berger, et il accomplira toute ma volonté; il dira de Jérusalem: Qu'elle soit rebâtie! Et du temple: Qu'il soit fondé! ». 
Esaïe est du 8e siècle av. J-C, et Cyrus interviendra seulement deux siècles plus tard en faveur du peuple juif, permettant le retour de l'exil, la reconstruction des murailles de Jérusalem et celle du Temple.

Alors, les exégètes ont décidé de dire qu'il y a "deux Esaïe", le premier ayant écrit les chap 1-39, le deuxième, les chap 40 à 66. Et l'on va dire que le "2e Esaïe" a écrit et compilé ses écrits lors de l'exil, après les événements de Cyrus. Le tour est joué, la prophétie a été annihilée, Esaïe n'est plus un vrai prophète.

Autre exemple : Concernant le NT et la chronologie des Evangiles, la "norme" dans l'Eglise est de dire que ceux-ci ont été écrits après la destruction du Temple en 70 ap. J-C. Cela enlève toute valeur prophétique aux paroles mêmes de Jésus : lorsque des disciples parlaient de la beauté du Temple et des belles pierres, Jésus répond : « Les jours viendront où, de ce que vous voyez, il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée…» (Luc 21:5). 

Jésus avait prédit la destruction du Temple par les Romains, et prévenu les croyants d'alors de sortir de la ville avant que tout cela n'arrive (Luc 21:20-24). 

Pour contrer la valeur prophétique des paroles de Jésus, les exégètes ont décrété que les Évangiles ont été écrits et compilés après 70. Claude Tresmontant, un philosophe hébraïsant, a démontré dans son ouvrage "le Christ Hébreu" que cette chronologie est mensongère.  Il préconise la chronologie suivante : Matthieu, autour de la mort de Jésus, Jean autour de 36, Luc entre 40 et 60, et Marc entre 50 et 60. 

L'ordre "officiel" est le suivant : Matthieu 85-100, Marc 65-70, Luc 70-90, Jean 90-120. 

 

Relisons les prophètes !

Il est phénoménal de voir la justesse des prophéties données dans la Bible concernant les temps que nous vivons ! Il n'y a pas longtemps, un prêtre m'a gentiment dit que j'étais trop "littéraliste", qu'en somme je prenais trop la Bible au mot. Hélas, depuis Saint Augustin, les chrétiens ont trop souvent lu la Bible selon l'interprétation allégorique, remplaçant Israël/Jérusalem par Eglise, etc. Cela a donné la théologie de remplacement.

La Bible est la Parole de Dieu, et elle est prophétique ! En Esaïe 66, il est dit : « Qui a jamais entendu pareille chose? Qui a jamais vu rien de semblable? Un pays peut-il naître en un jour? Une nation est-elle enfantée d'un seul coup? A peine en travail, Sion a enfanté ses fils! »

Et oui, l'Etat hébreu est né le 14 mai 1948, la prophétie s'est accomplie ! Et oui, Esaïe a aussi prédit qu'Israël vendrait ses fruits et sa technologie de par le monde (Es 27:6). Et oui, la Bible a dit que Jérusalem serait le centre du monde, avec le Temple rebâti : « Et il arrivera, à la fin des jours, que la montagne de la maison de l'Eternel sera établie sur le sommet des montagnes, et sera élevée au-dessus des collines; et les peuples y afflueront » – Michée 4:1. 

Amen, qu'il en soit ainsi – GF

 

(1) Un travail de datation portant sur plus de 690 manuscrits indique que 448 d'entre eux ont été copiés au 1er siècle, alors que 224 ont été copiés dans la période 150 – 50 av. J.-C. Le rouleau d'Isaïe A, le plus ancien manuscrit hébreu complet connu d'un livre biblique (Livre d'Isaïe) a été écrit au IIe siècle av. J-C (wikipedia)

(2) L'exégète allemand Julius Wellhausen a systématisé une hypothèse ("documentaire") pour prouver que la Torah a été écrite par différents auteurs (et non par Moïse) à différents moments dont celui de l'exil et du temps de Esdras. La véracité du texte est ainsi sapée à la base.





Print Friendly, PDF & Email

Le dernier mot est à l’Éternel !

30 juillet 2017
Pasteur Gérald Fruhinsholz
 

Le roi de Jordanie veut dé-judaïser le Mont du Temple ! Erdogan tente d'interpeller tous les Musulmans pour y expulser toute présence juive, alors qu'ils prouvent eux-mêmes que Jérusalem n'est pas le centre de leur foi. Ils prient en direction de la Mecque, ils jouent au football sur le soi-disant lieu sacré de "l'Esplanade des mosquées"…

Avant 1967, durant 19 ans d'occupation jordanienne, nul imam n'a revendiqué Jérusalem comme étant la ville sainte ; ils n'y sont jamais venus en masse pour prier. En outre, Jérusalem n'est pas mentionnée dans le Coran… par contre, plus de 700 fois dans la Bible.

 

Théologies de remplacement

Comme certains chrétiens qui, dans leur théologie, tentent de remplacer Israël par l'Eglise, l'Islam en tant que religion mortifère de nature hégémonique, tente de se substituer à toute autre religion, qu'elle soit chrétienne ou juive – on ne peut pas négocier avec l'Islam. Le Mont du Temple est évidemment le symbole par excellence, le coeur d'Israël qu'il faut ravir. Et chacun de rivaliser en déclarations outrancières, tel Erdogan se voyant déjà le futur Calife, et Abdallah II désirant plus que tout garder le contrôle du Waqf. Depuis les accords d'armistice de 1949, la Jordanie contrôlait le Waqf, nommait le Grand Mufti de Jérusalem et le chef du Conseil musulman suprême (wikipedia). 

 

Jérusalem, une coupe d'étourdissement

Israël rend fou le monde arabe et les Etats islamiques en général – c'est un peu le village gaulois qui rendait fou César. Dieu dit dans le Tanakh: "Voici, JE ferai de Jérusalem une coupe d'étourdissement pour tous les peuples d'alentour" – Zacharie 12:2. Cela, c'est sur un plan spirituel: les Musulmans sont ivres de colère concernant le Mont du temple qui est devenu "leur cause", leur slogan: "El Aqsa est en danger!". En danger de quoi, on se le demande.

Sur un autre plan, politique celui-là, Dieu dit: "En ce jour-là, JE ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples, tous ceux qui la soulèveront seront meurtris" – Zach 12:3. Cela touche les nations, l'Occident notamment qui se permet de déclarer les lieux saints d'Israël comme appartenant à l'Islam. En général, lorsque la Bible utilise l'expression "Bayom haHou – en ce jour-là", c'est pour dire que que nous sommes vraiment à la fin des temps, juste avant la venue du Mashia'h qui rétablira toutes choses, et vengera Israël de tout l'opprobre qu'on aura placé sur cette nation. 

 

La Haftarah : Esaïe 1:1-27

Le texte de la Haftarah, qui est la partie prophétique de la Parasha Dvarim, mentionne Jérusalem: "Je rétablirai tes juges et tes conseillers… on t'appellera ville de justicecité fidèle" (v 26). On voit un parallèle en Zacharie 8:2 : "Ainsi parle l'Eternel: JE retourne à Sion, et J'habiterai au milieu de Jérusalem (sur le Mont du Temple). Jérusalem sera appelée ville de vérité ('emeth), et la montagne de l'Eternel des armées, montagne sainte (ou Mont du Lieu saint – har haQodesh)". 

Dans la suite du texte (v 7), Dieu dit: "JE délivre mon peuple des nations de l'ouest (Occident), et des nations de l'orient (nations arabes)". Plus loin (Zach 12:9), Dieu dira: "En ce jour-là, JE détruirai toutes les nations qui viendront contre Jérusalem". 

 

Dieu se rit des nations

Mardi 1er août sera le jour du 9 Av (ticha' be'Av) rappelant la destruction des deux Temples – le 9 Av est ainsi un jour de jeûne. Dans le livre des Lamentations de Jérémie qui sera lu lors lundi soir, il est dit: "Il est bon d'attendre en silence le secours de l'Eternel" (Lam 3:26). Dans la pire des situations, dit le prophète, Dieu place une lumière, et l'on peut s'attendre à la miséricorde divine. 

Dieu est en contrôle, Il a le dernier mot ! Le Psaume 2 nous révèle un Dieu qui "se rit des nations" – Son plan est déjà inscrit dans les lieux célestes, et rien ni personne ne pourra y changer une virgule – Il établira Son Messie à Jérusalem, "sur la montagne sainte".

En ces temps où les ennemis d'Israël font entendre leur fureur et crient "El Aqsa est en danger", qu'Israël soit uni derrière son chef, que les chrétiens soient dans la prière et le soutien. 

Demain soir, lundi 31 juillet, aura lieu la "Marche de Tisha be'Av" autour des remparts, pour témoigner de la souveraineté d'Israël sur Jérusalem et tout Israël.





Print Friendly, PDF & Email