Le grand shabbat avant Pessa’h

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 6 avril 2020
 

Le Shabbat avant Pessa'h est appelé « Chabbat Hagadol » (le Grand Chabbat), selon la tradition juive, pour les miracles survenus en ce jour – le 10 NISAN – avant la libération des enfants d'Israël de l'esclavage de Pharaon et avant la célébration de la Pâque. Cette configuration ne se retrouve pas chaque année, du fait qu'il y a différents types d'années dans le calendrier hébraïque (1). 

« L'Eternel dit à Moïse et Aaron… Parlez à toute l'assemblée d'Israël et dites : le 10e jour de ce mois, prenez un agneau par famille, un agneau par maison… un agneau sans défaut » – Exode 12:3-5. Ce jour du 10 nisan était ainsi le jour de la mise à part des agneaux sans défaut. 

En ce même jour, à Jérusalem, à shabbat hagadol, le Fils de l'Homme a été mis à part : Jésus s'est laissé questionner par les religieux, Scribes, Pharisiens et Sadducéens, et ils n'ont trouvé aucun défaut, et à l'instar des agneaux de Moïse, Jésus est devenu "l'Agneau de Dieu parfait". Il savait que 4 jours après aurait lieu le sacrifice des agneaux de Moïse, le 14 nisan (Exode 12:6), avant le grand jour de Pessa'h.

En outre, deux autres événements prophétiques ont eu lieu à Jérusalem, en ce jour : 

1) – Jésus a chassé les vendeurs du Temple – ceux-ci n'avaient pas leur place dans le Temple, et Yeshoua', comme tout Juif, a nettoyé la Maison de son Père du levain.

2) – et avant tout, Jésus a été accueilli comme le Messie quand Il est entré dans Jérusalem – on appelle ce jour la 'Fête des Rameaux' : c'était la préfiguration de Sa venue comme Roi des rois – « Hosanna au Fils de David ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts ! » – Mat 21:9.

Nous avons étonnamment cette année 2020 la même configuration avec Exode 12 relatant la sortie d'Egypte:  Le 10e jour du mois de nisan, Yeshoua' s'est rendu à Jérusalem en tant qu'Agneau sans défaut que l'on présentait avant le sacrifice de Pessa'h. Le jour de Shabbat haGadol, Jésus a accepté de venir à Jérusalem pour être le sacrifice de Pessa'h ; Il s'est identifié aux agneaux de Moïse devant être immolés et dont leur sang serait sur les linteaux des portes de chaque maison afin que les enfants d'Israël soient délivrés des chaînes de Pharaon.  

A notre tour d'être sauvés de l'esclavage du péché par le sacrifice de l'Agneau de Dieu – son sang a été déposé sur les linteaux de nos coeurs ! 

 

Le Grand Jour de l'Eternel

Une des lectures juives du "shabbat haGadol" est Malachie 3:4-24 et particulièrement Mal 3:23 (ou 4:5) qui parle du "jour grand et terrible" (en hébreu Yom Adonaï hagadol vehanora) « Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l'Eternel arrive, ce JOUR grand et redoutable. Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper la terre d'interdit ».

Réalisons que nous sommes dans des temps prophétiques. Dieu est le Maître du temps ('Atiq yomim, l'Ancien des jours – Daniel 7:14). La fête de Pessa'h de cette année se coordonne parfaitement avec l'Oeuvre de la Croix qui a ouvert le ciel pour nous, et elle prophétise la venue du Roi des rois devant établir Son royaume de paix et de justice sur la terre.

Ajoutons que, selon Josué 4:19, c'est également le 10 nisan, que les enfants d'Israël ont été circoncis sous  l'autorité de Josué /Yehoshoua'. La "circoncision du coeur" – elle nous concerne – c'est peut-être finalement ce que Dieu nous demande durant ce temps de confinement, temps de "Shabbat" forcé… pour être une vraie nouvelle création en Yeshoua'.

Bonnes fêtes de Pâque – Il est vivant !

Gérald & Sophie, de Jérusalem

 

(1) Nous citons l'ouvrage "la Haggadah de Pessah" (Emeth Editions), par Eli'ezer. Ces différences sont notamment dues au rajout du mois de Adar,  tous les 3 ans.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Jusqu’à quand, Seigneur ?

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 23 mars 2020
 

C'est la grande question que chacun se pose : Jusqu'à quand cette plaie va-t-elle sévir, quand va-t-on en voir la fin, et qui d'entre nous va tomber, fauché par ce virus… en outre, comment le monde va-t-il sortir de cette crise, les gens vont-ils retrouver leur travail, etc…

On parle d'effets positifs : – les canaux de Venise retrouvent une eau claire, et l'on peut y voir à nouveau les poissons et les cygnes. – Pékin (Beijing) retrouve un ciel bleu et pur, comme les Chinois ne l'avaient pas vu depuis très longtemps.

Il y a des effets bénéfiques à ce « confinement » ! C'est comme si Dieu obligeait le monde à faire shabbat, qui permet aussi à la nature de se reposer. 

Bien sûr, on peut voir l'oeuvre de l'Ennemi au travers de ce virus, ou peut-être au travers des hommes qui « jouent » aux apprentis-sorciers, le saura-t-on un jour ?… Mais Dieu est au-dessus de tout – Il règne sur toute autorité « dans le ciel, sur la terre et sous la terre ». Ne nous trompons pas, il n'y a pas d'égalité dans ce domaine entre le mal et le bien – Dieu est souverain, et les plans divins s'accomplissent parfaitement.

 

Le « jusqu'à quand » des prophètes

Esaïe est le plus grand des auteurs prophétiques ; son ministère s'est exercé en Juda sous quatre règnes. Esaïe demeure un prophète qui a donné de merveilleuses promesses, de magnifiques paroles pour Israël et les nations. Pourtant quand nous lisons Es 6, nous pouvons être choqués. Alors que Dieu se manifeste d'une manière incroyable dans une vision de Dieu remplissant le Temple de Sa sainteté, Il parle à Esaïe et lui donne cette mission : Va, et dis à ce peuple : Vous entendrez, et vous ne comprendrez point … Endurcis ses oreilles, et bouche-lui les yeux, pour qu'il ne voie point de ses yeux, n'entende point de ses oreilles, ne comprenne point de son coeur, ne se convertisse point et ne soit point guéri ».

Wouah, quelle mission ! Qui voudrait d'un tel ministère ? 

Nous réalisons en fait que c'était le lot des prophètes d'être le porte-parole de Dieu quand il voulait corriger Israël et les nations…  Mais au travers de ces situations terriblement difficiles, quelles consolations nous trouvons et quel Dieu nous découvrons !

L'on comprend alors la question d'Esaïe : – « Jusqu'à quand, Seigneur ?… ». 

Quand on sait ce qu'a vécu le peuple juif durant les siècles, jusqu'à la presque totale destruction du peuple passant par les plus terribles des tourments inventés par les hommes… Pourtant, 3 ans après la sortie du plus grand camp d'extermination, Auschwitz-Birkenau, naissait l'Etat hébreu. Les prophéties se sont accomplies superbement. Quelqu'un a écrit : "C'est au coeur de la violence et de la haine, qu'il faut croire en l'irréversibilité de l'amour et de la tendresse de Dieu".

Jérémie, dans le livre des Lamentations, décrit cette situation incroyable où il avait de nombreuses raisons de se plaindre à Dieu : "Jusqu'à quand est-ce que je devrai voir les bannières de combat et entendre les trompettes de guerre ?" Sa nation était dévastée, l'élite de son peuple jetée en exil, la plupart tués. Et alors que ses yeux ne cessaient de pleurer sur Jérusalem, le prophète eut ces mots qui sont un puissant réconfort pour tous ceux qui passent par l'épreuve – Il déclara : « Les bontés de l'Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande !… » (Lam 3 :22).

Dans un midrash juif (le rire du rabbi), on cite l'histoire du rabbi Aqiva : il se dirige vers les ruines du Temple détruit par les Romains, et il voit des renards se promener sur l'esplanade. Il se mit alors à rire ! Ses amis sont choqués, eux qui pleuraient en voyant ces ruines. Rabbi Aqiva leur dit en substance : "Mais les amis, nous voyons là la prophétie de Jérémie s'accomplir sous nos yeux avec ces renards sur "la montagne de Sion ravagée" (Jér 5 :18)Cela signifie que les prophéties qui parlent du rétablissement d'Israël sont également vraies ! Donc, je ris : le prophète Zacharie n'a-t-il pas parlé de la restauration de Jérusalem, ville dans laquelle les jeunes et les vieillards danseront encore, et que le Seigneur rétablira la nation" (Zach 8 :7). La Parole de Dieu s'accomplit… peu importe le temps !

Citons encore Job qui a vu sa vie être détruite complètement ! Job a été littéralement écrasé par l'adversité, perdant tout, malgré sa foi et son intégrité. C'est dans ces pires moments que Job, interpellé par Dieu, est confondu par la grandeur de Dieu et s'écrie : « Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant mon œil te voit » (Job 42 :3). 

La Bible n'explique pas tout, mais elle nous révèle un Dieu d'amour et de vérité, de compassion et de justice. « Car je ne désire pas la mort de celui qui périt, dit le Seigneur, l'Eternel. Repentez-vous donc, et vous vivrez » (Ezéchiel 18 :32). Il n'y a pas de hasard avec Dieu, et ce qu'Il fait ou laisse faire, a un sens.

Jusqu'à quand va durer cette pandémie ?… Nul ne le sait. Moïse n'a-t-il pas dit que pour Dieu, « un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour ». Moïse déclare également dans ce Psaume 90 : « Rassasie-nous chaque matin de ta bonté, et nous serons toute notre vie dans la joie et l'allégresse ! ». Cependant, nous pouvons prier : "Seigneur, abrège ces jours !"

Armons-nous de patience, et que cette crise qui touche l'humanité entière soit pour chacun l'occasion de faire teshouvah (repentance) et connaitre le Dieu de toute éternité – Hodou l'Adonaï ki tov ki le'Olam 'hasdo (Ps 136)

 

Note1 : Nous honorons la mémoire d'Olivier, médecin de 68 ans et membre de notre famille, décédé ce matin à l'hôpital de Belfort. Que Dieu apporte toute sa consolation à son épouse, ses enfants et petits-enfants.

Note2peinture de Shoshannah Brombacher

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Et si on lisait la Bible…

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 19 mars 2020
 

Qu'est-ce le Seigneur pourrait nous dire en ces temps de morosité et de « vacances forcées » ?… 

Des familles entières sont obligées de se trouver ensemble dans la maison (dur, dur !) des couples obligés de vivre ensemble, des hommes actifs professionnellement sont d'un seul coup livrés à leur seule pensée, à moins de s'abrutir de télévision. Une situation inédite qui met l'homme face à lui-même devant l'éternité qui effraie – si souvent l'activité effrénée est un moyen d'échapper à une saine réflexion concernant la vie éternelle ou la vie tout court. Personne ne peut raisonnablement savoir quel sera le futur immédiat de nos jours – les questions fusent dans nos têtes : comment va-t-on subsister sans salaire, jusqu'où l'économie mondiale va-t-elle supporter cet arrêt brutal de l'activité, va-t-on pouvoir échapper à ce virus diabolique ?… Dans cette situation de confinement ou de maladie, plus de passe-droit, le riche ou le pauvre sont à égalité devant ce virus qui ne fait pas de distinction.

En tant que croyants, c'est bien sûr l'occasion de se placer devant la Parole de Dieu, de lire la Bible et prier les uns pour les autres. On a le temps pour nous ! En tant que non-croyants, voilà un temps pour lire la Bible, pourquoi pas… Et si elle était la « Parole de Dieu » ? Le grand philosophe français du XVIIe siècle Blaise Pascal en a fait un "PARI" (1).

Je pense à la « Parole de Dieu » qui a traversé les siècles ; elle est la somme de toutes les vérités, elle est la Vérité absolue de Dieu pour l'homme. Et je me rappelle ce passage du songe de DANIEL (2) : « Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu'un de semblable à un fils d'homme ; il s'avança vers l'ancien des jours (littéralement le Maître du temps), et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit » – Daniel 7:13-14.

On vit tellement dans un temps qui file de plus en plus vite, dans un monde dont les valeurs se détruisent insidieusement et une planète qui se détériore à vitesse grand V, qu'il faut à un moment comprendre qu'il va y avoir un arrêt brutal. J'ai le sentiment que le Créateur de nos vies permet aujourd'hui ce STOP ! pour nous faire réfléchir… avant de venir Lui-même établir un royaume parfait sur la terre, en son temps. 

Lisons ou relisons la Bible ! Elle est tellement pleine d'espérance et de vie ! Savons-nous qu'il est dit 365 fois « N'aie pas peur, ne crains pas ! » – une promesse de vie pour chaque jour de l'annéeLa Bible dit clairement : Il vient bientôt, Celui qui a la clé du salut pour l'humanité. 

Alors que tout semble aller de mal en pis, posons-nous les bonnes questions, comme Pascal : « Rien ne donne l'assurance que la vérité ; rien ne donne le repos que la recherche sincère de la vérité ». Nous avons désespérément besoin de Paix et de Vérité (et de Justice).

GF – le 19 mars 2020 

 

(1) « Examinons donc ce point, et disons : « Dieu est, ou il n'est pas. » Mais de quel côté pencherons-nous ? La raison n'y peut rien déterminer : il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu, à l'extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile. Que gagerez-vous ? Par raison, vous ne pouvez faire ni l'un ni l'autre; par raison, vous ne pouvez défaire nul des deux. Ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix ; car vous n'en savez rien. – Non ; mais je les blâmerai d'avoir fait, non ce choix, mais un choix; car, encore que celui qui prend croix et l'autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute : le juste est de ne point parier. – Oui, mais il faut parier ; cela n'est pas volontaire, vous êtes embarqué. Lequel prendrez-vous donc ? Voyons. Puisqu'il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. (…). Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter. » – Blaise Pascal, Pensées, fragment 397.

(2) Prophète de Jérusalem exilé en Babylonie par Nébucanetsar, au 6e siècle avant J.C. 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Le pasteur Jean-Marc Thobois, un inconditionnel d’Israël

pasteur Gérald Fruhinsholz,
le 17 mars 2020
 

Il y a déjà eu de nombreux éloges du pasteur Jean-Marc Thobois, disparu le 14 mars 2020. Nous aimons plutôt dire que Jean-Marc Thobois a été rappelé auprès du Père qui certainement lui a dit : « Bon et fidèle serviteur… entre dans la joie de ton maître » (Mat 25 :21). 

Jean-Marc Thobois a en effet fait valoir ses nombreux talents d'enseignant sur de multiples sujets, et particulièrement sur le sujet d'Israël. En cela, il a joué un rôle de pionnier sur ce terrain qu'il est encore nécessaire de défricher. Il a été un maillon prophétique entre l'Eglise et Israël, organisant des voyages non seulement de découverte d'Israël mais également d'étude du judaïsme. 

David Pasder, un ami commun en Israël, témoigne : «[…] Sa personnalité était exceptionnelle, empreinte d'intelligence, de sagesse, d'une rare érudition et d'un amour infini pour Israël ». Ruth, son épouse dira : « Une lumière s'est éteinte dans le monde »

J'aime à dire qu'Israël et l'Eglise sont comme un couple, donc E'HAD = UN devant l'Eternel. C'est pourquoi, l'on doit ajouter combien Irène, l'épouse du pasteur Thobois avait un rôle précieux auprès de son mari. David Pasder m'a confié combien ce couple reflétait l'image biblique du couple voulu par Dieu. Nous prions pour le rétablissement de Irène Thobois et demandons au Seigneur de lui donner la force de continuer seule son chemin. Grâce à Dieu, les enfants et petits-enfants seront là pour l'épauler. 

Pionnier en Israël  Si Jésus a « renversé le mur de séparation, l'inimitié » (Eph 2 :214) entre Juifs et chrétiens, on doit avouer hélas que la Chrétienté a beaucoup fait pour rebâtir ce mur et fermé la porte avec le monde juif. Aujourd'hui, il est encore difficile d'aborder le sujet d'Israël dans nos assemblées quand les théologies de remplacement et de l'a-millénarisme sont toujours enseignées. Jean-Marc Thobois a payé le prix, a été humilié et calomnié… suspecté de judaïser, accusé et interdit d'enseigner dans certains milieux chrétiens évangéliques. 

Jean-Marc Thobois a été un vrai défricheur, et il existe heureusement de nombreux moyens de ré-écouter ses enseignements sur le net et sur son site « enseignementsbibliques-JM Thobois ».


Dans les années 90, alors que nous organisions des voyages en Israël avec les pasteurs Roger & Lydie Brunet et Jean & Suzanne Fauvel, Jean-Marc m'avait appelé, encore sous le choc d'avoir été rejeté par sa propre communauté ; nous étions bien entendu consternés par cette nouvelle. Pour l'encourager, je lui avais dit : « Regardez le positif, vous êtes à présent libre de parler d'Israël, et libre de pouvoir à nouveau appeler votre revue "Keren Israël" ». En effet, à cette époque, il avait dû changer le titre de sa revue Keren Israël en Keren tout court. 

Son aventure de pionnier commençait… 

Nous rendons grâce au Seigneur pour ce frère qui a oeuvré jusqu'au bout ! Personne à l'heure actuelle ne peut remplacer le pasteur Jean-Marc Thobois qui possédait une solide formation de journaliste, historien et archéologue. En tant que docteur, Jean-Marc Thobois a donné les bonnes bases de la doctrine biblique, les fondements de la foi… un véritable « trésor sonore ». A cet égard, Jean-Marc Thobois a été notre Derek Prince francophone !

Un inconditionnel d'Israël – Je terminerai ce bref éloge en évoquant son cri du cœur que nous partageons complètement: «Seuls les pro-sionistes qualifiés « d'inconditionnels d'Israël » brisent le consensus qui est en train de s'établir dans le monde évangélique français. Ils sont donc invités, sous peine d'être des obstacles à l'unité, à cesser de soutenir ouvertement Israël. La véritable attitude évangélique consistant à ne pas prendre parti, on invite donc les chrétiens « inconditionnels » à ne plus militer pour cette cause, mais à rejoindre le plus petit dénominateur commun : « évangéliser » les Juifs, laissant ainsi le champ libre aux ennemis d'Israël qui cherchent à le détruire et privant Israël de ses derniers soutiens.

Eh bien, non ! « Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas ! » (Esaïe 62:1), car je suis un inconditionnel d'Israël et je le revendique haut et fort »

Et d'énumérer huit raisons d'être un « inconditionnel d'Israël ». A lire sur ce LIEN.

Ci-dessous, et avec l'accord de notre ami David Pasder d'Ofra ayant organisé la rencontre entre le pasteur Jean-Marc Thobois et le rabbin Abraham Guisser, nous faisons suivre ce témoignage qui a déjà paru dans la revue Keren Israël.

 

Print Friendly, PDF & Email