Pasteur Gérald Fruhinsholz
20 septembre 2017
 

Israël n'est pas seul "face à son destin", même si les nations l'abandonnent à son sort ; jamais Israël n'a été seul, accompagné depuis toujours par "le Saint d'Israël". 

Le roi David déclare ainsi sa confiance : "Yaqoum Elohim, yafoutsou oyevav… – Dieu se lève, ses ennemis sont dispersés". David, roi et prophète, termine ainsi le psaume 68, prédisant la venue du Messie : "Royaume de la terre, chantez à Dieu, célébrez le Seigneur ! Chantez à Celui qui chevauche les cieux, les cieux antiques. Voici, Il fait entendre Sa voix, Sa voix puissante" – Ps 68:33. 

C'est le son du Shofar – Yom Terouah (Joël 2:1-3)

 

Un grand discours à l'ONU du PM Binyamin Netanyahou

"Bibi" na pas déçu, avec un discours de grande lucidité, devant l'Organisation officielle des nations qui tend à toujours rabaisser et critiquer Israël. Il a démontré combien l'Etat hébreu est de plus en plus 'or lagoyim – une "lumière pour les nations", une bénédiction pour le monde dans tous les domaines. 

Nous souhaitons une excellente année 5778, tova oumetouka, à Israël et nos amis juifs,  de la part de Gérald & Sophie et de Shalom Israël

Note : ci-dessous un excellent article de Thérèse Zrihen-Dvir

(voir également de Thérèse Zrihen-Dvir l'Hommage au pasteur Gérald & Sophie FRUHINSHOLZ )

 

*   *   *   *   *   *

 

Trump ne peut pas bluffer

 

Par Thérèse Zrihen-Dvir – le 15 sept 2017

Trump a jusque là, comme la majorité de ses prédécesseurs, fait un jeu intelligent de coudes afin de ne pas avoir à prendre de sérieuses décisions qui risquent de révéler une situation autre que celle que nous tous essayons de pronostiquer. En vérité la plus grande puissance du monde connaît en ces récentes années un peu trop de défaites, et elles s'insinuent dans le cadre d'une perte embarrassante de contrôle partiel.

Obama a mené un jeu de poker qui n'a convaincu que les américains eux-mêmes et nul autre. L'héritage qu'il a laissé à Trump est désastreux.

Une Syrie gouvernée par la Russie, l'Iran et le Hezbollah, une Crimée perdue à jamais, un Iran qui deviendra dans un espace de temps très court, nucléaire et une Corée du nord qui menace ouvertement les USA et le Japon d'une guerre nucléaire.

Quand on a le dos coincé au mur, il ne nous reste plus d'autres solutions que de se soumettre ou de se révolter. Si Trump n'a pas les moyens ou le courage de faire volte-face à la Corée du nord, le message qui en découlera concernera le monde entier et ouvrira à tous les ennemis des USA une brèche qui ne fera que s'élargir.

Est-ce que Trump a la trempe nécessaire pour se mesurer de façon adéquate à la situation actuelle ? Sa politique de zig-zag provient-elle d'une trop déroutante précaution ou d'une incertitude en ses forces et capacités militaires et politiques ? Ces questions ne cessent de tarauder le monde libre et Israël en particulier, face aux crocs d'acier irano-russo- Hezbollah qui ne demandent qu'à la broyer.

Trump n'ignore pas les liens entre l'Iran, la Corée du nord et la Russie. Abandonner la Syrie entre leurs mains, revient à abandonner Israël face à un problème auquel il hésite à se mesurer. N'oublions pas qu'Israël représente le dernier rempart avant la chute de l'Europe et de l'Occident.

Le récent prolongement de la suspension des sanctions contre l'Iran par les USA nous prouvent son incapacité à toiser une situation que les USA ont crée de leurs propres mains. En fait c'est véritablement une capitulation face à l'arrogance iranienne, face aux menaces de la Corée du nord, face à l'ingérence russe dans tous les domaines.

Avec une Europe quasiment envahie de musulmans et le grand remplacement qui la guette et s'installe sous nos yeux ahuris, Trump doit bien se sentir sur la selette. Les pions sur l'échiquier mondial évoquent en quelque sorte, les jeux et les défis qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale. Une Europe affaiblie qui renonce trop rapidement à la Yougoslavie, ferme les yeux sur la fourberie d'Hitler, et fait fi de toute précaution au point de devenir une proie aussi consentante qu'une prostituée.

Au train où vont les choses, la gouvernance du monde retombera entre d'autres mains qui ne seront nullement tendres envers les pays de l'Occident et sa population agnostique ou laïque. Quant à Israël, elle se prépare à une guerre d'un autre genre à laquelle elle ne peut plus échapper. À mon avis elle a attendu trop longtemps et a laissé ses ennemis s'armer et se préparer à passer à l'attaque. Nonchalance ou foi erronée en son allié américain, les raisons importent peu aujourd'hui, les faits et la réalité exigent une riposte tout à fait différente et immédiate dont les résultats se refléteront, nul doute, sur la résilience du petit état juif.

La Russie en Syrie, n'aimerait pas avoir à se confronter avec Israël, mais si la situation demeure inchangée, la conflagration ne tardera pas.

Nous vivons une époque de grands bouleversements appartenant à la famille des désastres qui mettent l'humanité entière en péril. Si la Corée du nord s'amuse à dépêcher l'arme atomique à ses voisins, les règles du jeu seront bien différentes et suicidaires pour tous les camps.

 

 

Print Friendly, PDF & Email