20 juin 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Où passent les millions d’euros offert si généreusement par la France, l’Europe et le monde au président Abbas, président d’un Etat fantôme ?… Le 8 juin dernier, le président François Hollande, un mois après son élection, invitait Mahmoud Abbas, avec tapis rouge. La veille, Laurent Fabius recevait le dirigeant palestinien, lui offrant un chèque de 10 millions d’Euros, comme premier acompte de versements à venir.



Permanence des camps palestiniens

Quiconque passe près de Ramallah peut croiser de rutilantes voitures à l’immatriculation “palestinienne”. Ceux qui se baignent à la Mer morte voient de même ces superbes voitures neuves “palestiniennes” au parking.

Et pourtant, les camps de réfugiés palestiniens, établis depuis 1948, sont toujours là ! La Bande de Gaza contient 8 camps officiels hébergeant 478 854 réfugiés. La “Cisjordanie”, c’est à dire la Judée-Samarie, contient 19 camps officiels hébergeant 176 514 réfugiés. A Bethléhem, les pèlerins chrétiens, “propagandisés”, se disent choqués de voir cette misère, ces familles arabes enfermées dans des ghettos. Leur première pensée est bien sûr… d’accuser Israël ayant construit autour de Bethéhem ce mur si sinistre. Mais comme l’a dit un prêtre : “S’il n’y avait pas ce mur, vous ne pourriez pas être là”.


Israël n’a jamais parqué “les 800 000 réfugiés juifs” issus des pays arabes, en tentant d’attendrir les nations pour leur soutirer des fonds. Dès le début de son histoire, l’Etat hébreu a pris en main son destin, construisant les habitations nécessaires pour rendre une dignité à ces réfugiés expulsés et dépouillés de tous leurs biens. Aucune organisation gouvernementale, ni ONG, n’a pris en charge ces réfugiés. Israël, avec l’aide de D.ieu, a fait face pour combler ces besoins.



Jusqu’à quand la dépendance de l’Occident ?…

Fête de fin d’année dans une école maternelle de Gaza tenue par les terroristes du Jihad islamique. Au programme : tenue militaire pour enfants, fausses armes et appel à « se faire exploser dans les bus »

“4,8 millions de réfugiés palestiniens bénéficient de l’aide de l’UNRWA” - l’organisation onusienne spécialement mise en place pour ces réfugiés de la guerre de 1948 et 1967 (deux guerres initiées par le monde arabe). Il y a 58 camps au total - à Gaza, en Jordanie, en Israël, au Liban, en Syrie. C’est un cas unique dans le monde : les réfugiés le sont de père en fils (au départ, ces réfugiés représentaient 750.000 personnes).

Aujourd’hui, alors que les pays arabes ne font rien pour eux, c’est la Communauté internationale qui paye l’incurie des nations arabes, plus encline à construire des pistes de ski dans le désert, des gratte-ciels à tout-va, ou des hôtels 5 étoiles à Gaza, quand cet argent ne sert pas à alimenter les stocks de missiles et roquettes en tout genre, pour un jour, rayer de la carte la nation honnie, Israël.


Corruption chronique et sans fin

Chacun sait où est passé l’argent offert à la cause palestinienne du temps de Yasser Arafat : dans les banques suisses. A la mort de son mari, Souha Arafat, ex-secrétaire de l’OLP, est partie avec des milliards de dollars. Mahmoud Abbas était alors le financier d’Arafat. Curieusement, aujourd’hui est révélé un scandale financier dans les caisses du Fatah, au grand dam de Mr Abbas, dont la fortune personnelle atteindrait 100 millions de dollars. “Les chiens ne font pas des chats”…


Pendant ce temps où la France et le monde cautionnent un Etat fantôme, le Hamas profite de cette naïve générosité pour envoyer kassams, missiles et autres engins de mort sur Israël : depuis dimanche, c’est tout le sud d’Israël qui est sous les tirs - plus de cent roquettes ont été tirées, et un porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, a  revendiqué la responsabilité de ces attaques.

Croyons en l’Eternel, le seul vrai Gardien d’Israël : « « Je ferai manger à tes oppresseurs leur propre chair ; Ils s’enivreront de leur sang comme du moût ; et toute chair saura que Je suis l’Eternel, ton sauveur, ton rédempteur, le Puissant de Jacob » - Esaïe 49:26



Print Friendly