L’attentat du 23 mars dernier à la Gare centrale de Jérusalem a fait un mort et une quarantaine de blessés. Souvent l’on pense : « Ah, il n’y a que peu de morts »… , et cela ne fait pas la Une des médias. Certes, on peut guérir  des blessures physiques mais il reste celles de l’âme.

Il y a quelques années, lors d’un attentat sanglant qui vit un bus exploser avec un kamikaze, une jeune policière fut la première à arriver sur les lieux pour porter secours. Quelques mois plus tard, cette jeune femme tomba dans le coma, causé par le choc de l’horreur. Il y a de nombreux exemples de chocs post-traumatiques comme celui-ci. Ces victimes ne doivent pas être oubliées. Quand s’arrêteront ces folies meurtrières ? Qui peut excuser ou cautionner ces agissements qui tuent et mutilent des famille, des enfants, sans aucune pitié ?…  Aucune cause ne justifie ces actes odieux.



Mourir po
ur la terre

Mary Jane Gardner

A Jérusalem, une personne est morte de ses blessures, une chrétienne évangélique, Mary Jane Gardner. Elle rejoint dans l’au-delà les innombrables victimes juives, comme la dernière famille assassinée à Itamar, un village près du mont Garizim, la montagne de la bénédiction. Ces familles israéliennes, des pionniers bibliques, sont des amoureux de la terre donnée en héritage à Israël. Ils lui donnent tout leur amour et la font fructifier, par obéissance à la Parole.

Mary, elle, est venue mourir à Jérusalem, la ville du Messie. Après avoir vécu 20 ans au Togo, seule dans un village pour y traduire la Bible dans le dialecte de la tribu, Mary est venue à Jérusalem pour y apprendre l’hébreu et parfaire sa traduction. Elle est tombée amoureuse de la Judée-Samarie, de ses collines, de ses fleurs, car elle aimait la nature. A 56 ans, des terroristes sans nom et sans visage lui ont pris la vie. Mary fait partie à présent des martyrs qui ensemencent la terre d’Israël de leur sang. En tant que croyant, la mort a un sens, même si elle n’est pas recherchée. De nombreux chrétiens meurent actuellement dans le monde, pour leur foi – c’est une semence de vie pour le futur.

La pensée juive dit que dans les temps précédant la venue du Messie, les non-juifs se tourneront vers Yaaqov-Israël pour retrouver leurs racines. Ces amis viennent pour bénir Israël, de la même façon qu’Essaw-Esaü est venu bénir son frère Ya’aqov-Jacob. Et même si nous savons que c’est le temps pour Yichma’ël dans sa folie meurtrière de conquérir la terre – autant la terre d’Israël que celle des nations – nous croyons que ce fils d’Abraham tombera lui aussi à genou devant le Messie d’Israël. N’oublions pas que D.ieu a également pour Yishma’ël un plan de rédemption.Ruth la Moabite qui voulait suivre Naomi l’invitant à repartir chez les siens, avait  répondu : « Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi ! Où tu iras, j’irai, où tu demeureras, je demeurerai ; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu ; où tu mourras, je mourrai ». Nous sommes dans un temps où les vrais amis d’Israël doivent être prêts à venir bénir le pays… quel qu’en soit le prix !

 

Plus que jamais sioniste

On dit qu’Elisabeth Taylor, star d’Hollywood dernièrement décédée, était une fervente sioniste. L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Simcha Dinitz, révèle qu’en 1977, elle avait proposé de s’échanger contre les otages juifs détenus par des terroristes palestiniens et allemands à l’aéroport d’Entebbe, en Ouganda.

Voilà ce que ces attentats finalement doivent susciter : pour les Juifs, la volonté redoublée d’aimer la terre d’Israël en faisant notamment leur aliyah ; pour les chrétiens et non-juifs, de soutenir encore plus l’Etat hébreu, par tous les moyens possibles. Autant les détracteurs s’agitent dans le monde pour dénigrer Israël, autant les amis d’Israël  doivent « s’indigner » et réagir à la haine, en agissant dans l’amour et la détermination, comme Ruth. C’est la seule réponse que D.ieu demande – que l’esprit de vie manifesté dans ce soutien inconditionnel soit un rempart contre l’esprit de mort et de folie meurtrière qui ressurgit actuellement dans le monde, au travers de l’Islam intégriste et de l’antisémitisme renaissant.


Gérald & Sophie Fruhinsholz
23 mars 2011




Print Friendly, PDF & Email