Messages étiquettés Shomron

Au pays de Binyamin

4 juin 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Localité d'Eli, près de Schilo

La semaine passée, nous avons fait une immersion en Binyamin, le pays ou territoire biblique de Binyamin (ou Benjamin), dernier fils de Jacob. C’était au sein des voyages organisés par le Club de la Presse (1) invitant les journalistes à corriger leur point de vue (biaisé pour certains) sur Israël et la Judée-Samarie en particulier. Binyamin resta fidèle à la maison de David, au moment où, sous Jéroboam, les 10 tribus se séparèrent. Jérusalem faisait partie de Binyamin, et le roi David l’associa à Juda. Dans Binyamin, nous trouvons les localités comme Ofra, Bet-El (Bethel), mukhmach… mais aussi Jéricho et Ramallah, ville palestinienne riche par excellence !…

Une actualité brûlante : des évacuations

Un quartier de Béthel (5000 hab) est sous la menace d’une évacuation. En 1997, après l’assassinat de l’épouse d’un dirigeant de la localité de Béthel, le Premier Ministre à l’époque B. Netanyahou, avait préconisé comme réaction à ce crime, l’extension de Béthel sur un terrain légalement acquis : « Haoulpena » (2). Aujourd’hui, sous l’impulsion d’organisations antisionistes (hélas israéliennes), des propriétaires arabes « se réveillent » pour contester les constructions. C’est un sujet éminemment explosif. Qui dans le monde est capable de détruire tout un quartier de vie ?… La Cour suprême d’Israël peut le permettre.

(Guysen.News) – Evacuation de Guivat Haoulpena : « une preuve de la démocratie d’Israël ». Le propriétaire palestinien Harbi Hassan, l’un des propriétaires arabes des terres sur lesquelles a été construit le quartier de Guivat Haoulpena à Beit El, a salué la décision du Premier ministre Netanyahou d’évacuer 5 bâtiments, conformément à la résolution de la Cour suprême.  »Cela prouve le niveau de démocratie de l’Etat d’Israël, a-t-il ajouté… »


Yaakov Katz, dit "Katzele"

A Haoulpena, nous avons rencontré une figure de la politique israélienne, député de la Knesset, ancien compagnon d’arme d’Ariel Sharon et vétéran de la guerre de Kippour : Yaakov Katz, appelé familièrement « Katzele ». Katzele est chez lui dans ce quartier de Béthel.

Le rav Kook avait interpellé Yaakov Katz après la guerre, lui soumettant de reconstruire, comme la Bible l’indique, la ville de Béthel : « Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël (dit l’Eternel) ; ils rebâtiront les villes dévastées… » – Amos 9 :13.

A la question de savoir quelle est la solution concernant ces menaces d’évacuation, Katzele répond, amer :

– « J’étais là seul (en 1977) et il n’y avait rien sur cette colline. Aujourd’hui, Béthel est une ville florissante de 7000 habitants. Nous savons hélas qu’il y a eu des précédents d’évacuation et de destruction en Israël : le plus important a été le désengagement du Goush Katif (la Bande de Gaza) : 8000 familles ont été déplacées sous la pression des nations, leurs maisons détruites. Pour quoi, pour rien ! Cela a permis l’émergence du Hamas et la création de nouvelles rampes de lancement de roquettes, encore plus proches de chez nous !

– (Concernant les détracteurs) « Cela dure depuis 150 ans : construire des villes en Israël est un combat permanent, chaque construction faisant l’objet de critiques violentes de part et d’autre, dans le monde entier. Vous trouvez cela normal ?…

– « Nous espérons que Bibi se souviendra de sa promesse concernant notre quartier de Haoulpena, et prions que la Cour suprême trouve un compromis satisfaisant pour tous.

  

Combattre les idées reçues et oeuvrer pour la paix

Laly Derai

Les habitants de Judée-Samarie, contrairement aux idées reçues, sont des gens de paix ! Dans cette région que le monde appelle « Cisjordanie » ou « Territoires », les localités juives sont étroitement liées aux localités arabes. Dans la localité d’Eli (du nom du sacrificateur Eli, de Schilo), la journaliste et habitante d’Eli, Laly Derai partage ses sentiments :

« Lorsqu’avec ma famille, je suis venue habiter ce village d’Eli (construit en 1984 – 3200 hab), j’ai souhaité que ce soit un Palestinien qui construise notre maison. Nous avons eu plusieurs fois l’occasion de fêter des événements chez lui, dans son village ; cet entrepreneur arabe est devenu un ami. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous entendre, c’est notre terre et c’est aussi la leur. Vivre en bonne entente est possible, pourvu que l’on se respecte. La paix ne se réglera pas par des décrets politiques, mais par la bonne volonté de chacun, Juif et Arabe.. autour d’un bon repas ou d’une tasse de café. »

– « Il y a quelques années, il y avait un terrible manque d’eau. Eh bien, nous avons prié ensemble pour la pluie ! La paix se fera au travers de petits gestes de collaboration, plutôt que par des shake-hands politiques…

– A la question de savoir si le village est entouré d’une protection de sécurité : « Nous refusons d’ériger une barrière (malgré le récent assassinat de la famille Fogel à Itamar)… »

– « Nous ne sommes pas en faveur de l’établissement des localités « sauvages », mais pour l’extension des localités existantes ».

  

Territoires disputés : « Peu de gens comprennent vraiment les droits d’Israël sur ce que l’on appelle généralement «les territoires occupés» qui sont en réalité «des territoires disputés». La région aujourd’hui connue sous le nom de Cisjordanie [Rive occidentale en anglais] ne peut pas être considérée comme « occupée » au sens juridique du terme, car sa souveraineté n’a jamais été établie avant la conquête israélienne. Contrairement aux idées reçues, il n’y a jamais eu d’Etat palestinien, et jamais aucune autre nation n’a eu Jérusalem comme capitale bien que cette ville ait été sous contrôle islamique pendant des centaines d’années ». Tiré de : « Les Droits d’Israël », par Danny Ayalon.


La « route 60 », route d’Abraham… colonne vertébrale d’Israël

Savons-nous que la Judée-Samarie est traversée verticalement par la route biblique d’Abraham ? Les localités sont connues de tout croyant : Shechem (Sichem, 1ère étape en Israël du Patriarche), Shilo (lieu du Tabernacle du temps de Josué), Béthel (lieu de l’échelle de Jacob), Jérusalem, Hébron… Des noms juifs, bibliques par excellence. Tous les « autels de D.ieu » ont été édifiés sur cette « route », sur cette terre constituant le coeur d’Israël mais aussi sa colonne vertébrale. Pas étonnant que l’Ennemi de nos âmes, Amalek ou Haman, fasse tout son possible pour arracher ce territoire. Mais sans lui, Israël perdrait ce qui fait sa force.

Il suffit de lire Ezéchiel 35 et 36 pour se convaincre que D.ieu n’est pas d’accord avec l’idée de fonder une « Etat palestinien » au coeur d’Israël. Sa colère est manifeste : « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Oui, dans le feu de ma jalousie, Je parle contre les autres nations et contre Edom tout entier (l’Islam), qui se sont donné mon pays en propriété (en pensée), avec toute la joie de leur coeur et le mépris de leur âme, afin d’en piller les produits » – Ez 36 :5


… Justement à propos de fruits, nous ne pouvions quitter Benyamin sans goûter les raisins, les produits du pays. A Psagot (près de Ramallah), nous avons goûté les meilleurs vins, primés pour la plupart ! C’est encore une fois l’accomplissement des prophéties bibliques que nous voyons se réaliser sous nos yeux :

« … Ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que Je leur ai donné, dit l’Eternel, ton Dieu » » – Amos 15.


Pour rappel : le voyage en Israël du 14 au 24 octobre 2012 prochain comportera la visite du territoire de Benyamin, étant particulièrement axé sur « le coeur d’Israël ».

 

(1) Merci à l’équipe du « Club de la Presse » de Sara Bronstein, Yoram Bitan et Mickaël Blum (journaliste pour l’AFP, Actualité juive et d’autres médias), qui nous ont permis de faire le tour de ces superbes lieux de notoriété biblique.

(2) une autre implantation est menacée de destruction, celle de Migron, près de Béthel.



Tags: , , , , , ,

En el país de Binyamín

4 de junio de 2012
Pastor Gérald Fruhinsholz


Localidad de Eli, cerca de Schilo

La semana pasada, nos fuimos a Benyamín, el país o territorio bíblico de Binyamín (o Benjamín), último hijo de Jacob. El viaje estaba organizado por el Club de Prensa (1) que invita a los periodistas para que éstos corrijan su visión un tanto parcial (para algunos) acerca de Israel y de Judea Samaria en particular.

Binyamín permaneció fiel a la casa de David, cuando las 10 tribus se separaron, durante el reinado de Jeroboam. Jerusalén pertenecía a Binyamín, y el rey David la anexionó a Judá.  En Binyamín, encontramos ciudades como Ofra, Bet-El (Betel), Mukhmach… pero también Jericó y Ramalá, ¡ciudad palestina rica como la que más!…


Una actualidad al rojo vivo : las evacuaciones  

Un barrio de Betel (5000 hab) está amenazado de ser evacuado. En 1997, después del asesinato de la esposa de un dirigente de la localidad de Betel, el Primer Ministro, en aquel entonces B. Netanyahu, como reacción a ese crimen, había iniciado la extensión de Betel sobre un terreno adquirido legalmente: « Haulpena » (2). Hoy en día, bajo el impulso de organizaciones antisionistas (israelíes, por desgracia), algunos propietarios árabes se están « despertando » para oponerse a las construcciones. Es un tema muy candente. ¿Quién es capaz, en el mundo, de destruir todo un barrio repleto de vida?… La Corte Suprema de Israel puede permitirlo.

 

(Guysen.News) – Evacuación de Guivat Haulpena: « una prueba de democracia de Israel ». El propietario palestino Harbi Hassan, uno de los propietarios árabes de las tierras sobre las cuales se construyó el barrio de Guivat Haulpena en Beit El, acogió favorablemente la decisión del Primer Ministro Netanyahu de evacuar 5 edificios, de conformidad con la resolución de la Corte Suprema. » Esto es una prueba del nivel de democracia del Estado de Israel, añadió… »

 

Yaakov Katz, apodado "Katzele"

En  Haulpenah, hemos conocido a un representante de la política israelí, diputado de la Knesset, ex compañero de Ariel Sharon y ex combatiente de la guerra de Kippur: Yaakov Katz, apodado « Katzele ». Katzele se siente en su hogar en este barrio de Betel.

El rabino Kook había exhortado a Yaakov Katz después de la guerra, a que construyera la ciudad de Betel, como lo indica la Biblia: «Restauraré el bienestar de mi pueblo Israel, y ellos reedificarán las ciudades asoladas…» – Amos 9:13.

 

A la pregunta de saber cual es la solución a estas amenazas de evacuación, Katzele contesta con amargura:

 – « Estaba solo aquí (en 1977) y no existía nada sobre esta colina. En la actualidad, Betel es una ciudad floreciente con 7000 habitantes. Por desgracia sabemos que ya se dieron casos de evacuación y de destrucción en Israel: el más importante fue el desalojo de Gush Katif (la Banda de Gaza): 8000 familias fueron evacuadas por la presión de las naciones y sus casas destruidas. ¡Para qué, para nada! Esto solo conllevó el crecimiento de Hamas y la creación de nuevas plataformas de lanzamiento de cohetes, ¡aún más cerca de nosotros!

– (en relación a los detractores)  » Hace 150 años que esto sigue existiendo: construir ciudades en Israel es una lucha constante, cada construcción es motivo de críticas violentas por una parte y por otra, en todo el mundo. ¿Le parece esto normal?…

– « Esperemos que Bibi se acuerde de su promesa acerca de nuestro barrio de Haulpena, y oremos para que la Corte suprema logre un compromiso que satisfaga a todos.


Luchar contra las ideas preconcebidas y trabajar por la paz

Laly Derai

Contrariamente a lo que dicen, los habitantes de Judea-Samaria ¡es gente tranquila! En esta región, que el mundo llama « Cisjordania » o « Territorios », las localidades judías están muy unidas a las localidades árabes. En la localidad de Elías ( del nombre del sacrificador Elías, de Silo), la periodista y vecina de Elías, Laly  Derai comparte sus sentimientos:

 

Cuando vine con mi familia a vivir al pueblo de Elías (construido en 1984 – 3200 habitantes), quise que fuera un palestino el que construyera nuestra casa. En varias ocasiones tuvimos la oportunidad de festejar celebraciones en su casa, en su pueblo; este empresario árabe se hizo amigo nuestro. No tenemos más remedio que llevarnos bien, es nuestra tierra y también es la suya. Es posible vivir llevándose bien, siempre y cuando uno se respete. La paz no será una realidad con decretos políticos, sino con buena voluntad por una parte y otra, judía y árabe… compartiendo una buena comida y una taza de café. »

– « Hace unos años, carecíamos de agua. ¿Y juntos hemos orado por agua! La paz se irá forjando mediante pequeños gestos de colaboración, en lugar de los shake-hands(apretón de mano) de los políticos…

– A la pregunta de saber si el pueblo está protegido: « Estamos en contra de levantar una barrera (a pesar del reciente asesinato de la familia Fogel en Itamar)… »

– « Nos estamos a favor de que se establezcan localidades « salvajes », sino a favor de que vayan creciendo las localidades que ya existen ».

 

Territorios en disputa: « Hay muy poca gente que sepa realmente cuales son los derechos de Israel sobre lo que habitualmente llaman « los territorios ocupados » que en realidad son « territorios en disputa ». La región que hoy se conoce con el nombre de Cisjordania (Margen occidental en inglés) no se puede considerar como región  « ocupada » en el sentido jurídico, porque su soberanía nunca fue determinada antes de la conquista israelí.  Contrariamente a las ideas preconcebidas, nunca hubo un Estado palestino, y ninguna otra nación tuvo a Jerusalén como capital aunque estuviera bajo control islámico durante cientos de años ». Sacado de: « Les Droits d’Israël »(« los Derechos de Israel ») por Danny Ayalon.

La « carretera 60 », carretera de Abraham… columna vertebral de Israel

¿Sabíamos que Judea-Samaria está recorrida verticalmente por la carretera de Abraham ? Los creyentes conocen muy bien sus localidades: Shechem (Sichém, primera etapa del Patriarca en Israel) Silo (lugar del Tabernáculo en tiempos de Josué), Betel (lugar de la escalera de Jacob), JerusalénHebrón… Nombres judíos por excelencia. Todos los « altares de D.ios » fueron levantados en esta « carretera », en esta tierra que constituye el corazón de Israel pero también su columna vertebral. Nada extraño que el Enemigo de nuestras almas, Amalek o Hamán, haga todo lo posible por arrancar este territorio. Pero sin este último, Israel perdería lo que hace su fuerza.


Basta con leer a Ezequiel 35 y 36 para convencerse que D.ios no está de acuerdo con la idea de fundar un « Estado palestino » en pleno corazón de Israel. Su cólera es muy explícita:
« por eso, así dice el Señor Dios: « Ciertamente en el fuego de Mi celo he hablado contra las demás naciones y contra todo Edom,(el Islam) que se han apropiado de Mi tierra como posesión,(en pensamiento) con alegría, de todo corazón y con desprecio de alma, para dejarla como presa. » – Ez. 36 :5

… Justamente a propósito de las frutas, no podíamos abandonar la tierra de Benjamín sin dejar de probar las uvas, los productos del país. En Psagot (cerca de Ramalá), probamos los mejores vinos, ¡la mayoría premiados! Una vez más es el cumplimiento de las profecías bíblicas que se están realizando ante nuestros ojos :

«…  también plantarán viñas y beberán su vino, y cultivarán huertos y comerán sus frutos.Los plantaré en su tierra, y no serán arrancados jamás de la tierra que les he dado –dice el Señor tu Dios.» » – Amós 9 : 15.


Para recordar: el próximo viaje a Israel del 14 al 24 de octubre de 2012 incluirá la visita del territorio de Benjamín, enfocado principalmente al « corazón de Israel ».


note1(1) Gracias al equipo del « Club de Prensa » de Sara Bronstein, Yoram Bitan y Mickaël Blum (corresponsal de BFM-TV y ocasionalmente Arte), que nos dieron la posibilidad de visitar estos maravillosos lugares de notoriedad bíblica.

note2(2) otra implantación está amenazada de ser destruida, la de Migrón, cerca de Betel.


Traducción :Esther KWIK


Tags: , , , , , ,

Plantons des arbres en Samarie !

15 janvier 2012


Tou Bichvat – Le 8 février 2012 sera célébré selon le calendrier juif la fête de « Tou Bichvat ». Cette fête juive a lieu le 15 du mois de Chevat. En hébreu, « Tou » désignant le chiffre 15, le nom de cette fête correspond donc à la date à laquelle on la célèbre. On l’appelle aussi le nouvel an des arbres, car c’est une fête qui célèbre le renouveau de la nature puisqu’en Israël cette date marque la fin de l’hiver.


Réveillons-nous, le printemps arrive…

L’amandier est appelé chaqed – en hébreu, celui qui se réveille – car c’est le premier arbre printanier qui fleurit. La branche d’amandier que vit le prophète Jérémie dans sa première vision, symbolisait la vigilance divine : « Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d’amandier. Tu as bien vu, me dit l’Eternel. Eh bien, Je veille sur ma parole pour accomplir ce que j’ai dit » – Jérémie 1 :11.


Accomplir la Parole

« Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur, et celui qui foule le raisin, celui qui répand la semence, où le moût ruissellera des montagnes et coulera de toutes les collines. Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël ; ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, et ils ne seront plus arrachés du pays que Je leur ai donné, dit l’Eternel, ton Dieu » – Amos 9 :12-15.

D.ieu nous invite à collaborer à Son projet, en proclamant et prophétisant : « Prophétise sur le pays d’Israël, parle aux montagnes et aux collines, aux ruisseaux et aux vallées … Montagnes d’Israël, poussez vos rameaux, et portez vos fruits pour mon peuple d’Israël ; Ces choses sont près d’arriver. Voici, Je vous serai favorable, Je me tournerai vers vous, et vous serez cultivées et ensemencées » – Ezé 36 :6-9.


CFOIC – Christian Friends of Israeli Communities – Associons-nous avec CFOIC qui permet aux chrétiens de se connecter avec les communautés juives dans le coeur de l’Israël biblique, de la Judée et de la Samarie qui ne sont pas des « Territoires occupés » – ils sont le berceau du peuple juif. Avec CFOIC, nous avons pu aider les familles du kibboutz Maskiot à planter des oliviers et des palmiers-dattiers, et contribuer grâce à vos dons à réaliser la prophétie.

Soyons prophétiques ! La Samarie, shomron en hébreu, est le coeur d’Israël. En Samarie, Abraham, Jacob, Josué ont établi des autels, Elie et les prophètes ont proclamé la gloire de D.ieu. Soyons « prophétiques » ! Comme Ezéchiel, proclamons la croissance des arbres, et ensemençons le pays de D.ieu.

Un certificat sera envoyé pour chaque arbre offert.


PLANTONS DES ARBRES EN SAMARIE !
un arbre = 18 euros




Tags: , , , , ,

Shomron, l’héritage d’Israël

13 novembre 2011
Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ


Sichem - capitale de Shomron-Samarie

En ce jour du 9 novembre, nous avons fait un tioul, une virée en Shomron – les montagnes de Samarie. Marcher sur ce territoire qui est le cœur d’Israël est un commandement de l’Eternel. L’Eternel a dit à Abram : « Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et sa largeur, car Je te le donne » – Gen 13 :17. Quelle joie de visiter les collines à nouveau habitées par leurs héritiers : « Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël ; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin » – Amos 9 :14. C’est ce que nous avons fait, amis juifs et chrétiens ensemble. La prophétie s’accomplit sous nos yeux. Nous avons goûté les excellents vins des caves de Vered & Erez, qui ont planté leurs vignes en 1997. Nous avons testé les différentes huiles d’olive dans la fabrique de Meshek A’hiya (1) près de Shilo, où se trouvait durant 4 siècles le michkan, le tabernacle du temps du sacrificateur Eli. Nous avons mangé les fromages de chèvre dans la superbe ferme de Avi et goûté également la bonne charcuterie « delicatess » de Aaron, à Eli.


Shomron, la tour de guet 

Autel de Josué sur le mont Ebal

La région de Shomron-Samarie fait partie d’Israël, c’est son héritage – de même la ville de Sichem devenue Samarie, capitale du royaume du Nord. Omri, roi d’Israël, l’a bâtie après avoir acquis la colline pour 6.000 pièces d’argent d’un homme appelé Chémer (du mot chomer : garder). Une tour de guet dominait la vallée de Shekhem.  Élisée le prophète qui vit Samarie miraculeusement délivrée des Syriens, était originaire de cette ville.

Deux monts dominent la ville : Ebal et GarizimSichem/Shekhem veut dire « épaule ».

Ebal et Garizim sont comme les épaules d’Israël. C’est sur le mont Ebal que D.ieu ordonna à Josué de dresser de grandes pierres et de graver sur elles la Loi divine : « Après le passage du Jourdain, vous dresserez ces pierres sur le mont Ebal comme Je vous le commande aujourd’hui…». Les tribus d’Israël furent invitées à se positionner – six sur le mont Ebal, six autres sur le mont Garizim – tandis que les Lévites prononçaient la Loi et les bénédictions et malédictions qui en découlent.

Un parallèle s’impose : « Tu graveras sur les deux pierres les noms des fils d’Israël… Tu mettras les deux pierres sur les épaulettes de l’éphod, en souvenir des fils d’Israël ; et c’est comme souvenir qu’Aaron portera leurs noms devant l’Eternel sur ses deux épaules » – Ex 28.


Tombeau de Joseph en 1894

Nous comprenons que la terre d’Israël symbolisée par ces deux monts rappelle la position sacerdotale du Cohen hagadol, le souverain sacrificateur Aaron devant D.ieu. Dans cet événement, sur le mont Ebal, nous voyons ainsi la Loi divine présentée par le peuple juif au monde entier, quand on sait qu’Israël se trouve au carrefour des trois continents.

En outre, c’est à Sichem au puits de Jacob, où se trouvait une Samaritaine, que Jésus déclara 1400 ans plus tard que « le salut vient des Juifs ». C’est aussi à Shekhem qu’Abram bâtit son premier autel d’adoration, et que se trouve le tombeau de Joseph, sur un terrain acheté par Jacob.

Sachons enfin que non loin de Sichem, se trouvait la première capitale du royaume du Nord, Thirtsa (2), ville conquise par Josué. Le Cantique des cantiques l’évoque comme une ville célèbre par sa beauté (Ca 6:4) : « Tu es belle, mon amie, comme Thirtsa ».  Que de beauté dans ces lieux bibliques – héritage d’Israël.   


Shekhem ou Naplouse

De la même manière que le mot Palestine a été inventé par l’empereur Adrien pour effacer le nom d’Israël, Naplouse a remplacé Shekhem. Naplouse vient du mot neopolis (= nouvelle ville), nom donné en l’honneur de l’empereur Vespasien. Encore une fois, il s’agit  de Négationisme, ou peut-on dire negassionisme = négation de Sion.

  Depuis 1948, Israël défend sa terre, quoi que disent les médias et quoi que racontent les « nouveaux historiens » travestissant l’Histoire et tentant d’effacer la mémoire de l’Israël biblique, l’Israël véritable. C’est un combat de chaque instant.


Durant ce voyage au coeur d’Israël, nous avons pu admirer le courage des pionniers juifs qui sont prêts à donner leur vie pour habiter la terre de leurs ancêtres. Prions particulièrement pour les « naharei hagva’ot », ces jeunes gens qui investissent les hauteurs (geva’ot), implantant des villages avec des caravanes, défrichant et plantant la vigne ou l’olivier, ré-habitant les villes anciennes. Ils accomplissent les Ecritures : « À ce moment-là, sur les montagnes d’Israël, les arbres feront pousser leurs branches et produiront des fruits pour vous, Israël, mon peuple. Vous reviendrez dans votre pays. Oui, Je viens vers vous, Je me tourne vers vous, vos champs seront de nouveau labourés, et il y aura de nouveau des semences dans votre sol. Dans tout le pays d’Israël, Je vais vous rendre nombreux. Les villes seront de nouveau habitées, et ce qui a été détruit sera reconstruit » – Ezéchiel 36 :8.


 Croyants de la Bible et amoureux d’Israël, impliquons-nous dans ce combat, c’est le projet de l’Eternel. Parcourons la terre, visitons la Judée-Samarie et achetons les produits « made in Israël » !

Merci à Hannah et Ariane, et notre guide David F, qui ont organisé ce tioul.


 (1) Meshek Achiya, est une fabrique construite dans la communauté de Achiya, entre Eli et Shilo, au nord de Jérusalem. Elle a été « rêvé » et fondée par Ronit et Yossi Shuker. Il y a quelques années, Yossi est tombé dans l’une des machines et il a succombé à ses blessures. Les jeunes du village voisin d’Eli a décidé de continuer le rêve de Yossi. Ils ont commencé une entreprise, en créant un partenariat avec des investisseurs en provenance d’Israël et les États-Unis.

 (2) Thirtsa est identifiée avec Tell el-Farah à environ 11 km au nord-est de Naplouse (Sichem), mais F. M. Abel l’identifie avec Beth-Bara (Juges 7:24) et d’autres avec Ophra (Jug 6:11). Toutefois, les résultats des excavations du R.-P. de Vaux à el-Farah, à partir de 1946, semblent bien correspondre avec l’histoire biblique. 




Tags: , , , ,