Messages étiquettés Shoah

Se souvenir… et espérer

5 mai 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Se souvenir fait la force d’une nation. Dieu dit souvent dans la Bible à Israël : « Souviens-toi ! ». Israël est le peuple de la mémoire, et pourrait-on dire également, avec le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, la conscience de l’humanité.

Israël n’oublie pas « ses morts » – les millions de disparus des camps de la mort, déportés et assassinés, mais aussi les milliers de morts tués lors des dernières guerres, et des attentats. Deux Jours sont ainsi marqués après Pessah sur le calendrier – Yom haShoah (jour de la Shoah), et Yom haZikaron (jour du souvenir).

Roglit 2014
Vidéo – Roglit 2014
Nous étions ainsi à Roglit le jour deYom haShoah avec les amis de la Communauté francophone d’Israël pour honorer les disparus assassinés à Auschwitz et ailleurs… 80 000 déportés qui ne sont pas revenus, et dont les noms sont gravés à Roglit, ce lieu de mémoire bâti dans la forêt de Beth-Shemesh.

Roglit a été inauguré le 18 juin 1981, et ce monument a été édifié par l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, présidée par Serge Klarsfeld. Le Mémorial est sur un terrain du KKL, et situé dans la Forêt du Souvenir, plantée par l’Association, où l’on trouve 80.000 arbres à la mémoire des 80.000 juifs déportés de France.
 

Yiths’haq (Isaac) – « Il rira ! »

Tel est le nom du fils et héritier d’Abraham! Israël a un avenir glorieux, et après les larmes viennent les rires et les danses.
Le peuple juif revient sur sa terre en force, accomplissant ainsi les Ecritures, avec l’aliyah et l’intégration des immigrants juifs dispersés dans le monde. D.ieu a des plans d’avenir pour Israël.

L’Ambassade Chrétienne de Jérusalem (ICEJ) comme d’autres organisations chrétiennes, lève des fonds pour ce projet, et nous voyons depuis quelques temps, des Ukrainiens faire ainsi l’aliyah.
« Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Eternel ; tes enfants reviendront dans leur territoire » – Jérémie 31:17

Et demain, Israël fêtera ses 66 ans ! C’est Yom ha’Atsma’out, le Jour de l’Indépendance. Tous les drapeaux flottent en Israël, sur les voitures, les balcons, et les immeubles. L’espérance et la joie sont déjà là.


*     *     *     *     *     *

Discours de Valérie Spira Shapira à Roglit


Monsieur Patrick Maisonnave, Ambassadeur de France en Israël
Monsieur Arno Klarsfeld
Monsieur Hervé Magro, Consul Général de France à Jérusalem
Monsieur Patrice Matton, Consul Général de France à Tel Aviv
Monsieur Gilles Courrègelongue, Consul Général de France à Haifa
Madame Anne Marie Boubli, Conseillère de Monsieur Joel Mergui du Consistoire de France
Madame Etty Lancry, Déléguée du KKL
Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations

Chers Amis

Je voudrais remercier Beate et Serge Klarsfeld du soutien qu’ils m’ont apporté dans l’organisation de cette cérémonie, ainsi que le KKL pour l’aide logistique et le matériel. Merci aux responsables d’Associations d’avoir organisé des autobus. Comme chaque année, nous nous retrouvons pour commémorer le Yom Ha Shoah vé HaG’voura sur le site de Roglit.

 

Le courage, la force, le désir d’organiser cette cérémonie,  je les dois à mon grand-père maternel Bernard Chaimovitch, déporté par le convoi numéro 1 du 27 mars 1942 ; à mon arrière grand-père Jacob Kirschneff, déporté par le convoi 48 du 13 février 1943 ; et à mon grand-père paternel Edouard Spira déporté par le convoi  51 du 6 mars 1943. Tous les trois sont inscrits sur notre mur.

Cette année le thème choisi par Yad Vashem est l’année 1944, entre délivrance et extermination.

Délivrance, selon la définition du dictionnaire, est le fait de délivrer quelqu’un, un pays, de lui rendre la liberté…

Au 1er janvier 1944, 80 000 juifs vivent toujours dans le ghetto de Lodz, à la fin de l’année il n’en restera que 600… En février, 1 000 juifs de Hollande sont déportés à Birkenau. Anne Franck fut arrêtée le 4 août 1944 pour être déportée et assassinée…  Lorsque l’Allemagne envahit la Hongrie en mars 1944,  750 000 juifs y vivent, moins d’un mois après, ils sont obligés de porter l’étoile jaune, et en quelques mois ce fut 437 000 juifs de Hongrie qui furent déportés pour être assassinés. Les Juifs des iles grecques de Rhodes et de Cos sont envoyés en Hongrie pour y être déportés en juillet 1944. Les 54 000 juifs de Salonique, eux, ont déjà été déportés en 1943. Jusqu’au bout les nazis ont déportés, assassinés, gazés hommes, femmes, enfants.

Ce n’est pas une délivrance…

En France, le 21 février 1944 exécution des 22 hommes du groupe Manouchian au fort du Mont Valérien. Le 6 avril, Klaus Barbie fait arrêter, déporter, gazer les 44 enfants de la colonie d’Izieu, et le 26 avril 1944 le Maréchal Pétain reçoit un accueil enthousiaste place de l’Hôtel de Ville à Paris, sa première visite depuis le mois de juin 1940.

Ce n’est pas une délivrance…

Pour les Juifs en France, l’année 1944 ce fut 16 convois, environ 16 000 hommes, femmes, vieillards et enfants. Sur ces 16 000 juifs ils n’y aura que 1 244 survivants en 1945 selon Serge Klarsfeld. Le dernier convoi est parti de Drancy le 17 aout 1944 soit moins d’une semaine avant la libération de Paris. Dans le convoi 77 du 31 juillet 1944, ce sont 300 enfants qui seront déportés.

Ce n’est pas une délivrance

L’armée soviétique avait rendu publiques les atrocités nazies faites à Majdanek, lorsque ses troupes avaient ouvert le camp en juillet 1944. Le chef des SS, Heinrich Himmler, donna alors l’ordre aux commandants des camps de concentration d’évacuer les prisonniers. L’évacuation de tous les camps de concentration se fit pratiquement par des marches forcées dites marches de la mort. Et il a fallu attendre le 27 janvier 1945 pour qu’Auschwitz soit ouvert par l’armée rouge.

Ce n’est pas une délivrance…

Ce fut quand même l’année du débarquement allié le 6 juin 1944, mais les SS ne s’avouent pas perdants et 4 jours plus tard a lieu le massacre d’Oradour-sur-Glane durant lequel 648 habitants furent assassinés. Paris sera libéré le 25 août 1944 et le Général De Gaulle défilera sur les Champ-Elysées le 26 août 1944.

Est-ce une délivrance ?

Combien de déportés sont rentrés physiquement mais leur âme, leurs pensées sont restées là bas ?…

Est-ce une délivrance ?

Combien d’enfants cachés, orphelins pour la plupart d’une mère ou d’un père, si ce n’est des deux, sont traumatisés ?…

Est-ce une délivrance ?

6 millions d’hommes, femmes, enfants assassinés, gazés, dont 1 million et demi d’enfants !

Est-ce une délivrance ?

Est-ce que nous, la nouvelle génération pouvons les délivrer, je me pose la question ?…

Valérie Spira Shapira



Tags: , , , , ,

Soutenir les vivants, honorer les morts…

4 février 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Combien il est essentiel de soutenir les rescapés de la Shoah vivant en Israël ! Comme on le sait, Israël consacre une part bien trop importante, mais malheureusement indispensable, à sa sécurité intérieure et à sa défense militaire.

L’aide sociale est ainsi la portion congrue, ; les allocations sont petites… mais cela nous donne le privilège d’être de vrais acteurs pour soutenir  ces personnes (entre autres) qui ont le droit de bénéficier d’une vieillesse heureuse.


En 2013, nous avons pu offrir à des survivants de la Shoah une part de vos dons – 2.000 eurosCette somme a été transmise main à la main par le biais  de l’Assemblée chrétienne de Narkis à Jérusalem (voir leur lettre), avec qui nous oeuvrons.

– Ainsi, une partie du don a été donnée à une soupe populaire à Tsfat (voir la lettre de Meir Panim) qui est tenue par 15 survivants de la Shoah, qui se mettent eux-mêmes au service d’autres survivants de la Shoah et des pauvres, pour leur fournir un repas chaud par jour.

– Une autre partie a été versée à un centre qui pourvoit au soutien émotionnel, financier et psychologique des survivants et leur famille.

– Une troisième partie a été distribuée directement à 5 survivants de la Shoah, Getta (89 ans), Aviva (81), Helen (75), Abraham (83) et Eliora (voir le pdf). Ainsi, la semaine passée, nous avons pu offrir un four à micro-onde à une rescapée et une bouilloire électrique à une autre … des choses qui rendent la vie un peu plus douce pour ces personnes si meurtries.


Soyons généreux… pour ces survivants de l’enfer qu’ont été les camps de la mort.


Tags: ,

Perpétuer l’innommable

27 janvier 2014
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Peinture de David Olère, rescapé des Sonderkommandos, mort en 1985

Le 27 janvier est le jour anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’armée soviétique. Pourquoi perpétuer la mémoire de ce génocide qu’aucun mot ne peut qualifier, si ce n’est le mot de Shoah = anéantissement ?… C’est la Knesset, le 12 avril 1951, qui choisit le mot Shoah pour désigner « la Solution finale » prônant la destruction totale des Juifs d’Europe.

Les « négationnistes » de tous bords n’ont qu’a bien se tenir, il reste encore des témoins ! Des témoins de l’horreur absolue, un enfer sur terre pour des millions de personnes, que ce soient des enfants, des femmes enceintes, ou des vieillards, dans des centaines de camps de la mort tels Auschwitz-Birkenau, Bergen-Belsen, Sobibor, Belzec, Treblinka, Dachau, Majdenek, etc…

Aujourd’hui, 70 ans après la tuerie planifiée de tout un peuple, événement sans précédant dans l’Histoire humaine, survivent des rescapés – l’âge moyen est de 85 ans, et en Israël, ils sont 193 000. Or ces témoins disparaissent, au rythme de plus d’un millier chaque mois.

 

Loin de nous d’occulter ou de relativiser les autres génocides : ceux de l’Arménie (1 500 000 victimes), du Rwanda, du Cambodge (2 000 000) et d’autres. Loin de nous de ne pas mentionner la souffrance des Tziganes, des handicapés, ou des homosexuels, et de tous les autres qui se sont trouvés pris dans la nasse durant la guerre. Cependant, nous devons comprendre le particularisme de la Shoah, cette volonté d’exterminer « comme des cafards » tout un peuple, sans aucune raison militaire, stratégique ou politique. Simplement la raison que cet enfant, cette femme, ce vieillard… est juif. Peu importe s’il est pratiquant, il est juif, cela suffit. Et de rechercher systématiquement dans la généalogie pour déterminer la « tare », pour expurger l’humanité de cette « race », cause de tous les malheurs du monde. Le Juif est alors comme de la mauvaise herbe, et l’arracher fait preuve de salubrité publique.

 

Survivre à Auschwitz

Dessin de Wladyslaw Siwek

Tentons de comprendre comment une jeune fille de 17 ans, telle Suzanne Birnbaum, venue d’un pays comme la France, la Grèce ou la Hollande, choyée dans sa famille, pouvait se retrouver en un instant au milieu de bêtes féroces… l’arrivée à Auschwitz dans la nuit après des jours sans eau ni nourriture, déshabillée sous les coups, tondue…Grâce à Dieu, les témoignages demeurent. Ce lundi 27, jour anniversaire de la Shoah, sur la chaîne ARTE (1), sont passés deux reportages, un sur Auschwitz, l’autre sur les Sonderkommandos (2). Ecoutons les témoignages de ces survivants sur l’horreur absolue, c’est un impératif pour toutes les générations. Comment l’homme peut-il descendre aussi bas dans la bestialité ? …

Lever à 3h30, rester debout des heures dans le froid glacial, travailler « dans les marais » (voir pdf) sans un seul instant de repos jusqu’au soir, avaler une maigre soupe, recevoir des coups sur la tête sans jamais protester… les cris, les chiens, les kappos avides de sang, l’absence totale d’hygiène, la dysenterie, et la mort présente à tout moment, l’inquiétude permanente pour sa famille, le froid glacial et les nuits sans sommeil, à quatre avec trois couvertures dans un même grabat, puis le réveil dans la nuit à nouveau, la terreur qu’avaient dissipé les rêves d’un passé désormais révolu pour toujours…

Combien de jours pouvait-on survivre à cet enfer ?…

L’on estime qu’à Auschwitz-Birkenau, « l’usine à mort », furent assassinés plus de 2,5 millions de personnes.

 

Antisionisme = Antisémitisme

Nous n’avons pas le droit d’oublier la Shoah. Si le peuple juif est le peuple de la mémoire, il est aussi la conscience des peuples ; l’homme a toujours l’envie furieuse de se débarrasser de sa conscience… qui le culpabilise tant. Aujourd’hui, l’hydre de l’antisémitisme a relevé la tête, et l’on crie encore en Europe : « Morts aux Juifs ! ». Sachons que si le peuple juif est devenu le « bouc émissaire » de l’humanité, c’est qu’il est par essence le peuple de Dieu. L’antisémitisme vient finalement du désir de l’homme de tuer le « témoin de Dieu » ! – « Voici, je l’ai établi comme témoin auprès des peuples » (Esaïe 55:4). L’esprit « caïnite » est inscrit dans l’ADN de l’homme, Caïn est le premier meurtrier de l’Histoire.

La Marche des vivants à Auschwitz

Oublier ou dénigrer la Shoah est à mettre en parallèle avec la haine actuelle d’Israël, en tant que nation. Comme l’a souligné le pasteur Martin Luther King : « …Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu. L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une  tache sur l’âme de l’humanité ».

En méprisant Israël, c’est D.ieu que l’on méprise – la Bible le dit ; alors faisons nôtre la prière du psalmiste : « Eternel, défends ta cause ! »

« Souviens-toi que l’ennemi outrage l’Eternel, et qu’un peuple insensé méprise ton nom ! Ne livre pas aux bêtes l’âme de ta tourterelle, n’oublie pas à toujours la vie de tes malheureux ! Aie égard à l’alliance ! … Lève-toi, ô Dieu ! défends ta cause ! » – Ps 74 : 18, 22.

 

(1) Avec le témoignage de Suzanne Birnbaum, Robert Levy, Robert Waitz, et Mark Klein pour le premier document.

(2) Les Sonderkommandos (unités spéciales) étaient des groupes de travail dans les camps d’extermination, composés de prisonniers, juifs en majorité, forcés de vider les chambres à gaz, arracher les dents en or, couper les cheveux des morts et d’incinérer les cadavres dans les fours crématoires. Ces hommes étaient tous destinés à mourir exécutés.

Il faut entendre le témoignage d’un survivant des Sonderkommandos, Chlomo Venezio (mort en oct 2012). Le 26 janvier 2011, il a prononcé un discours bouleversant à l’UNESCO pour la journée commémorative de la Shoah. Son témoignage s’est achevé sur ces phrases : « Je n’ai plus jamais eu une vie normale. Je n’ai jamais pu prétendre que tout allait bien et aller, comme d’autres, danser et m’amuser en toute insouciance… Tout me ramène au camp. Quoi que je fasse, quoi que je voie, mon esprit revient toujours au même endroit. C’est comme si le « travail » que j’avais dû faire là-bas n’était jamais sorti de ma tête… On ne sort jamais vraiment du Crématoire ».



Tags: ,

« Tisha be’Av » – pas de fatalité !

17 juillet 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


« Quand vous avez jeûné et pris le deuil au cinquième mois (Av)… – Zacharie 7:5. Ce jour de jeûne, connu sous le nom de Tisha Be’Av, était et demeure un jour de deuil où Israël commémore la perte du temple (1).

Cette année, la date du 9 Av concorde avec celle du 16 juillet marquant le 71e anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv’, les 16 et 17 juillet 1942 – une tache salissant irrémédiablement l’honneur de la France. La rafle du Vélodrome d’Hiver  est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de Juifs étrangers réfugiés en France.

4115 enfants raflés

En juillet 1942, le régime nazi organise une rafle à grande échelle de Juifs dans plusieurs pays européens. A Paris, 7 000 policiers français raflent les Juifs. Le 17 juillet, le nombre des arrestations dans Paris et banlieue est de 13 152 personnes, dont 4 115 enfants – aucun d’eux ne revint.


Bibi refuse le « diktat » de l’UE sur les frontières d’Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté ce mardi 16 juillet (un 9 Av) la réglementation de l’Union européenne interdisant à ses membres de financer des projets dans les colonies juives. « Nous n’accepterons pas de diktats de l’extérieur sur nos frontières », a-t-il affirmé avec véhémence. « Cette question ne sera tranchée que dans le cadre de négociations directes entre les parties ». Selon l’UE, tous les accords entre l’Etat d’Israël et l’UE devront « indiquer sans ambiguïté et explicitement qu’ils ne s’appliquent pas aux territoires occupés par Israël en 1967 ».

Cette initiative établit ainsi clairement une distinction entre Israël et la Cisjordanie, Jérusalem-Est, la bande de Gaza et le plateau du Golan, territoires palestiniens ou syrien dits « occupés » par Israël depuis 1967. « Les Européens semblent avoir un sens déformé des priorités », a dénoncé M. Netanyahu, ajoutant : « J’aurais pensé que ceux qui s’inquiètent pour la paix et la stabilité dans la région n’évoqueraient une telle question qu’après avoir réglé des problèmes légèrement plus urgents, comme la guerre civile en Syrie et la course de l’Iran pour se doter d’armes nucléaires ».

 

L’Europe, aveugle et sans conscience !

Ainsi, les menaces régionales ne suffisent pas… l’Europe veut s’en mêler, quitte à salir une nouvelle fois sa conscience. De chaque côté de l’Etat hébreu sont des volcans prêts à exploser – l’Egypte, la Syrie, le Liban, l’Iran – et l’Europe a décidé de contribuer à la destruction d’Israël. 70 ans après la Shoah, alors que les derniers rescapés des camps s’éteignent. Quel triste Occident qui avait déclaré si solennellement, découvrant les camps de concentration : « Plus jamais ça ! ». Et quelle terrible hypocrisie que celle des politiques européens actuels prenant le parti des Terroristes islamistes, sans réaliser que leur décision a automatiquement un effet boomerang : Eurabia est déjà d’actualité.

« Rien n’a changé ! L’Europe est de nouveau complice active d’un meurtre collectif annoncé de longue date sans rémission – la volonté de réduire par étapes Israël à la portion congrue en vue de faciliter sa destruction-et ce sous couvert d’autojustifications hypocrites usant d’un rapport de forces qu’elle croit à son avantage, sans prendre de risque avec un petit Etat qu’elle se fiche de sacrifier comme hier la Tchécoslovaquie pour une paix qu’elle sait irréalisable avec nombre de spécimen dont le modèle se dévoile tous les jours sous nos yeux jusque dans ses banlieues »  (selon « Parole volée »).

 

Le jeûne de Tisha Be’Av se transformera en jours d’allégresse !

C’est lorsque les ténèbres s’épaississent que l’Eternel, le D.ieu de Jacob, intervient. Israël n’est plus un agneau que l’on conduit à l’abattoir, cette nation exemplaire possède la meilleure armée du monde, et elle verra la puissance de Dieu se révéler : « Le jeûne du 4e mois (tamouz), le jeûne du 5e mois (tisha be’Av)… se changeront pour la maison de Juda en jours d’allégresse et de joie, en fêtes de réjouissance » – Zacharie 8:19.

 La Chrétienté saura-t-elle se trouver dans le bon camp ?… Le choix est à faire sans tarder, car la colère de D.ieu est prête de tomber : « C’est alors qu’ils trembleront d’épouvante, quand D.ieu paraîtra au milieu de la génération des justes » – Psaume 14:5.

Soyons de cette génération !


note1(1) L’histoire du peuple juif a souvent vu la date de Tisha be’Av se répéter, hélas. Cela a débuté avec le rapport des 12 espions (excepté Caleb et Josué) refusant l’entrée en Canaan, et provoquant, selon la pensée juive, la destruction des deux temples : en -586 avec Nébucanetsar, et en 70, par les Romains. Cela a continué avec la destruction de l’armée de Bar Kokhba en 135, et le changement du nom d’Israël par Hadrien, en Palaestina. Tisha be’Av est également lié à l’expulsion des Juifs d’Angleterre (1290) et d’Espagne (1492). La Première guerre mondiale est déclarée le 9 Av 1914…



Tags: , ,