Messages étiquettés Jérusalem

Il vit et il crut… Pâque 2013

1er avril 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Ils ont commencé à arriver vers 6h00 dimanche matin au Jardin de la Tombe pour fêter la Pâque chrétienne. Les cultes se sont succédés – pour les Anglophones, les Scandinaves, les Coréens. Des milliers de chrétiens évangéliques de Jérusalem et d’ailleurs sont ainsi venus célébrer la résurrection de Jésus.

Le Jardin de la Tombe a été ouvert au public à la fin du 19e siècle, et le terrain fut acquis par un groupe de Protestants anglais. C’est aussi un protestant, le général Charles Gordon surnommé Gordon Pacha (1) en 1881, qui « découvrit » le Golgotha, un rocher en continuation du Mont Moriya où Abraham leva son couteau sur son fils Isaac. Situé au nord de Jérusalem (voir Lev 1:11) et à l’extérieur des murailles, tout près d’un jardin où se trouvait un tombeau neuf, ce site collait avec les détails des Evangiles : « Ils prirent le corps de Jésus, et l’enveloppèrent de bandes, avec les aromates, comme c‘est la coutume d’ensevelir chez les Juifs. Or, il y avait un jardin dans le lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un sépulcre neuf, où personne encore n’avait été mis » – Jean 19:41.
 
Jésus et Flavius Josephe

Flavius Joseph a donné son témoignage à propos de Jésus : « En ce temps-là paraît Jésus, un homme sage, si toutefois il faut l’appeler un homme, car ; c’était un faiseur de prodiges, un maître des gens qui recevaient avec joie la vérité. Il entraîna beaucoup de Judéens et aussi beaucoup de Grecs ; Celui-là était le Christ. Et quand Pilate, sur la dénonciation des premiers parmi nous le condamna à la croix, ceux qui l’avaient aimé précédemment ne cessèrent pas. Car il leur apparut le troisième jour, vivant à nouveau ; les prophètes divins avaient dit ces choses et dix mille autres merveilles à son sujet. Jusqu’à maintenant encore, le groupe des chrétiens ainsi nommé après lui n’a pas disparu » (d’après le Testimonium flavianum, dont il existe plusieurs manuscrits datant du Moyen Âge).

 

Le Tombeau vide

La réalité du tombeau vide a été la preuve de la résurrection pour les apôtres. A l’aube du premier jour, les femmes puis les disciples ont tour à tour découvert la tombe ouverte et vide – les linges étaient pliés, et des anges pouvaient témoigner de cette glorieuse résurrection. Jean, « celui que Jésus aimait », malgré trois ans passés avec le Maître (Jn 13:23), eut besoin de voir pour croire en cette folle réalité : « Alors l’autre disciple, qui était arrivé le premier au sépulcre, entra aussi ; et il vit, et il crut. Car ils ne comprenaient pas encore que, selon l’Ecriture, Jésus devait ressusciter des morts ».
La réalité de la résurrection est le fondement de la vie chrétienne. Elle démontre la victoire sur la mort et la puissance du péché, cloués à la croix comme le serpent d’airain avec Moïse. Elle apporte en nous la joie d’une espérance, celle d’une vie éternelle après la mort. Combien l’homme a t-il besoin de cet espoir dans notre monde actuel !
 

La résurrection et Israël

Un chrétien, à l’instar de l’apôtre Jean doit comprendre le lien entre la résurrection de Jésus et Israël. Lors de sa présentation au temple, le vieux Siméon s’exclama, prophétisant sur le bébé Yeshoua’ : « … Lumière des nations, et gloire d’Israël » – Luc 2:32. 

 

Si Christ a été « la lumière des nations », on doit malheureusement évoquer l’aveuglement des chrétiens concernant la réalité du peuple juif rejeté, nié et persécuté dans le monde. Comment ne pas voir la résurrection d’Israël, après la Shoah qui a vu la presque totalité des Juifs d’Europe exterminés, dans l’indifférence des nations dites chrétiennes ? Un parallèle saisissant est alors à faire avec la vision de « os desséchés » du prophète Ezéchiel, reçue 6 siècles avant J.C. (Ezéchiel 37:12-14) :

« Prophétise donc, et dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, J’ouvrirai vos sépulcres, Je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et Je vous ramènerai dans le pays d’Israël. Et vous saurez que je suis l’Eternel, lorsque J’ouvrirai vos sépulcres, et que Je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple ! Je mettrai mon esprit en vous, et vous vivrez ; Je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Eternel, J’ai parlé et agi, dit l’Eternel ».

Gérald & Sophie
Note : Etant maintenant guides francophones au Jardin de la Tombe, nous aurons plaisir à guider ceux et celles qui, de passage à Jérusalem, voudront visiter ce bel endroit.

(1) C’est en grande partie grâce à l’influence des écrits du charismatique général Charles Gordon que beaucoup ont vu le Jardin de la Tombe comme un emplacement possible de la crucifixion et la résurrection de Jésus. L’archéologue allemand protestant Conrad Schick qui avait découvert la tombe, confirmera cette hypothèse. 


Tags: , , , , , , , ,

Pour le 65e anniv’ d’Israël

13 mars 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Bientôt, Israël fêtera son 65e anniversaire ! La cérémonie, Yom Ha’atsma’out, jour de l’Indépendance, aura lieu le 5 lyyar 5773, c’est à dire le 15 avril 2013.
65 ans… mais Israël ne prend pas sa retraite ! La nation est toujours jeune et dynamique…, au grand dam de beaucoup qui aimeraient voir disparaître Israël qui a le toupet de résister à toutes les pressions, et notamment de faire de Jérusalem sa capitale.
 
En effet, le monde n’est toujours pas décidé de faire de Jérusalem, la capitale Israël ! Alors que le Congrès avait donné un « oui » pour déménager l’Ambassade américaine à Jérusalem, le président Obama ne viendra pas pour faire ce déménagement, mais peut-être bien pour tenter de contraindre le nouveau gouvernement… à brader la Judée-Samarie. De la même façon, l’Europe et la France en tête, ne reconnaissent pas Jérusalem comme « capitale d’Israël ». Notre petite-fille Déborah est née à Jérusalem et, selon les papiers du Consulat français, elle n’est pas née en Israël… elle est née à « Jérusalem – Jérusalem » !
 
Ô combien la Bible est actuelle, qui avait prédit ces choses : « Ainsi parle l’Eternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre… : Voici, Je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour (les nations arabes)… En ce jour-là, Je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples (les nations en général) ; Tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle » – Zacharie 12

Délégitimation et diabolisation d’Israël

Ne pas reconnaître Jérusalem équivaut à ne pas reconnaître l’Etat hébreu. C’est ce à quoi s’emploient le monde, les médias, les ONG qui s’indignent concernant Israël, et qui restent muettes quand il s’agit d’autres pays en proie à la sharia. Cette diabolisation est une vraie incitation pour les détracteurs d’Israël. C’est ainsi qu’en France, suite aux attentats de Toulouse, le titre du Rapport sur l’Antisémitisme en France en 2012 est celui-ci : « Une année de violences sans précédent contre les Juifs de France ». Et nous voyons dans toutes les nations combien la diabolisation d’Israël est un ferment de troubles, encourageant l’antisémitisme.
 

Théologie/idéologie de remplacement

La théologie de remplacement qui faisait (et fait encore) force dans le milieu chrétien – l’Eglise remplaçant Israël – se trouve aujourd’hui transposée sur la terre d’Israël – Israël remplacé par la Palestine – comme une idéologie toute aussi pernicieuse. Nous ne sommes plus dans un conflit territorial, mais idéologique et religieux.

Voilà ce que disait Binyamin Netanyahou à la suite de l’opération « colonne de nuée » : « Nous nous sommes retirés de zones que nous avions conquises lors de la guerre des Six jours ; nous nous sommes retirés de la Bande de Gaza et pourtant, ils ont continué de tirer leurs missiles sur notre territoire… Il faut donc expliquer que la racine de ce conflit n’est pas territorial. Nous devons sans cesse répéter et répéter que la racine de ce conflit, c’est l’existence même de l’Etat d’Israël, c’est leur refus de reconnaître l’Etat d’Israël dans ses frontières, quelles qu’elles soient ».

 

Aux amis d’agir…

A la prière pour défendre et soutenir Israël, on doit ajouter l’action, et même la poésie : Suzanne Fauvel, femme de pasteur et collaboratrice à France-Israël Dijon, avait eu l’idée l’an dernier, d’offrir des centaines de roses à l’Ambassade d’Israël à Paris, pour honorer l’Etat hébreu. Aujourd’hui, elle a une nouvelle idée : envoyer des cartes postales. Suivez ses directives ci-dessous.

‘Hag Pessa’h samea’h


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

A tous les amoureux d’Israël en France !… 


Le printemps arrive et la nature s’y prépare et déjà certaines fleurs pointent leurs têtes fragiles ! Alors que  des vents adverses et des tempêtes se préparent dans le proche futur à l’égard d’Israël ; relevons nos têtes, continuons d’intercéder. Préparons nous aussi à quelques gestes d’affection, d’amour très forts et manifestes pour les équipes qui travaillent à l’Ambassade d’Israël de Paris par exemple.

Il est temps de faire pour ceux qui représentent Israël en France un nouveau geste amical, fraternel, un geste d’amour ; appelez-le comme vous le voulez mais faites-le ! Le monde entier a fêté la St Valentin, pourquoi ne pas exprimer notre amour pour Israël, Jérusalem ?… Cette fois-ci cela ne vous coûtera pas grand-chose ; même les plus démunis trouveront le moyen d’accomplir ce geste ! C’est une opération  » cartes postales  » à l’occasion du 65 ème anniversaire de :

 

 La proclamation de l’Etat d’Israël

 

Dès maintenant vous pouvez :

1      Achetez une jolie carte postale de votre région, ville ou village ainsi qu’un joli timbre poste. Veillez à ce que le nom de votre région, ville ou village y soit bien lisiblement mentionné.

2     Ecrivez un message très court par exemple : «  J’aime Israël et je le dis »,   « Joyeux anniversaire, Israël », Fête du jour de l’indépendance. Ou « Des français qui vous respectent et qui prient pour vous ! » ou, « Évocation du retour du Peuple juif sur sa terre », « Jérusalem ville de la paix » etc…ou simplement un sceau de David !

3      Ne pas utiliser d’enveloppe, c’est trop fastidieux à dépouiller… à l’emplacement réservé pour l’adresse il faut uniquement indiquer l’adresse de l’Ambassade, aucun destinataire.

Donc uniquement : «  3 rue Rabelais  –  75008 Paris »

Ne mentionner aucun nom de membre de  l’Ambassade d’Israël de Paris.

Pourquoi ? : Trop de courriers sont détournés de leur destination dès qu’il y a des mentions plus  précises.

4     Signez de votre nom lisiblement ; si vous le souhaitez, ajoutez votre adresse. Sentez vous libre ; que les pasteurs et responsables de communauté mentionnent leur titre.


Faites connaître cette opération autour de vous !!!

Grâce à vous et vos proches, nous espérons plusieurs milliers de cartes. Les détracteurs d’Israël de France découvriront à leur plus grande surprise qu’en France, il y a bien de vrais amis d’Israël; mais c’est à vous de faire passer le message et faire la différence !

Merci d’avance pour votre disponibilité ; si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter. Tél : 06.15.38.62.40 (Laisser un message précis).


Bien sincèrement vôtre,
Suzanne FAUVEL
suzannefauvel@gmail.com



Tags: , , , , , ,

Israël exporte du soleil !

23 février 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz

Un bouquet de soleil ?… 

Un bouquet d’anémones

C’est vrai, il faisait ce matin 20° à Jérusalem… alors que l’Europe gèle, dans un froid polaire. Le monde a donc bien besoin de se réchauffer au soleil israélien. Après tout, combien de belles choses venant d’Israël, « ensoleillent » la vie de beaucoup dans le monde ?

Même les antisémites utilisent du matériel informatique ou médical « made in Israel », la France utilise les drones israéliens au Mali, la technique du « goutte à goutte » (1) fait le bonheur de nombreux pays chauds, et les panneaux solaires ultra-performants (2) israéliens séduisent bien des nations.

Le monde est également enchanté par les nombreux artistes et musiciens juifs, les découvertes des chercheurs, des ingénieurs et des scientifique juifs…  Ce n’est pas du soleil, cela ?…

Alors que la France et l’Europe sont en glaciation, et pas seulement par le froid, mais sur d’autres plans – économique et financier (3) ou même moral, Israël fait la fête à Pourim, et envisage l’avenir avec sérénité.


« Sous le soleil » – une philosophie de la vie, avec D.ieu

C’est le Qohelet (l’Ecclésiaste, le « prédicateur » que l’on dit être le roi Salomon) qui utilise une trentaine de fois cette expression :« sous le soleil ». Il fait part de son expérience, de sa sagesse et sa richesse, et manifeste une déception de l’homme et de ses projets (« rien de nouveau sous le soleil ») ; il est convaincu de l’inanité de la vie sans D.ieu.

L’Amandier en fleur

« Va, mange avec joie ton pain, et bois gaiement ton vin ; car depuis longtemps Dieu prend plaisir à ce que tu fais… Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous tes jours ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil. Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le ; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas » – Ecc 9:7-10.


N’est-ce pas là une philosophie intéressante ?… A notre époque de stress, de violence, de dépression et de morosité, il est bon d’acquérir un peu de cette sagesse biblique, qui nous donne d’aimer la vie comme un cadeau de Dieu, en aimant la nature, les saisons, et notre prochain sans lequel je n’existe pas. Le soleil sera alors dans notre coeur.


« Sonnez la trompette », notre 100e numéro !

Vous êtes des milliers à lire nos articles considérés comme des messages d’amour, des bouteilles d’espoir jetées à la mer ; ce sont des réflexions inspirées par notre vie en Israël, et bien sûr par notre foi en D.ieu, avec la conviction ancrée au coeur, selon la devise de Esaïe 62 : « pour l’amour de Sion, je ne me tairai point… jusqu’à ce que le salut de Jérusalem paraisse », avec le Messie-Roi, Soleil de la Justice » (Mal 4:2)
 
Si vous êtes intéressés par la cause que nous défendons, prônant l’amour d’Israël et son soutien (4) dans la vérité biblique, vous pouvez adhérer et devenir membre de notre association Shalom Israël. Vous recevrez alors par la poste le 100e numéro de notre beau journal papier (20 pages)« Sonnez la trompette ».
 

« Oui, Son salut est près de ceux qui Le craignent, afin que Sa gloire habite dans notre pays. L’amour et la vérité vont se rencontrer, et la justice et la paix s’embrasseront. La vérité germera du sein de la terre, la justice descendra des hauteurs célestes. L’Eternel lui-même nous donnera le bonheur, et notre pays donnera ses fruits. La justice marchera devant Lui, et imprimera Ses pas sur le chemin » – Ps 85


Qu’un bon bol de soleil soit envoyé à tous nos amis !
Gérald & Sophie


(1) La technologie moderne d’irrigation par goutte à goutte a été inventée en Israël par Simcha Blass et son fils Yeshayahu (expérimenté en 1959)
(2) C’est la start-up Zenith Solar, de Ashdod, qui a mis au point des panneaux solaires cinq fois plus performants.
(3) Israël, malgré l’économie mondiale en crise, a une prévision économique de l’ordre de 2,8 %. On sait qu’en France, la prévision tourne autour de zéro…
(4) Cela n’exclut bien sûr pas l’amour du peuple arabe personnifié par Ismaël, lequel selon la Parole, se réconciliera avec Isaac, et connaîtra le Dieu de Jacob.


Tags: , , ,

AMIT – L’excellence au RDV

21 février 2013
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Nous étions au concert annuel d’AMIT, et avons assisté à un concert classique de jeunes de 12 à 14 ans – un quintette de saxos ! Au programme, Vivaldi, Klezmer, jazz. Juste avant, des jeunes d’AMIT avaient introduit la soirée avec des chants typiques accompagnés par un groupe de musiciens (guitare électrique, basses, batterie…). L’excellence était au RDV comme prévu (voir notre précédent article).

Selon la vision d’une femme de valeur, Bessie Gotsfeld, AMIT a été fondée en 1925. Plus de 25.000 jeunes dans 108 centres dans tout Israël sont aujourd’hui scolarisés et formés dans des écoles, lycées, et villages AMIT. L’histoire de l’Israël moderne nous donne l’image d’un miracle économique, mais beaucoup d’Israéliens n’en profitent pas, du fait d’une famille désunie, d’une intégration difficile, d’un arrière-plan ethnique trop différent. Ils ont besoin d’aide. Ils ont besoin d’espoir. C’est là qu’intervient AMIT – AMIT offre une attention, un apprentissage scolaire, technologique. AMIT fournit une vraie formation incluant des activités de tous ordres, dont musicales, tout en inculquant les valeurs juives et un sentiment de tolérance, d’unité et de respect.


Judith Schwed-Lion, d’origine francophone, est vice-présidente du développement d’Amit sur le plan international. Elle explique que grâce à Bessie, « des milliers d’enfants rescapés de la Shoah ont été sauvés spirituellement et physiquement… et AMIT a pu devenir une organisation mondiale ayant un impact positif sur l’avenir d’Israël ». Elle nous parle également de l’école Amit de Beer-schéva, touchée par un missile tiré de Gaza – grâce à D.ieu, aucune victime n’a été à déplorer : « Il y a deux ans, nous avons décidé de ‘prendre par la main’ 1 300 élèves du lycée Mekif Amit de Beer-Schéva, pour les emmener vers un futur prometteur, et tout faire pour qu’ils réussissent, malgré le traumatisme du dernier attentat ». 

Les Bnei Menashé de retour

AMIT s’engage également à aider les Bnei Menashé qui reviennent « à la maison » après 27 siècles d’exil. Les Bnei Menashé (fils de Manassé) sont l’une des dix tribus perdues d’Israël exilées par les Assyriens. Ils ont erré à travers l’Asie centrale et l’Extrême-Orient depuis des siècles, avant de s’installer dans le nord de l’Inde, à la frontière de la Birmanie et du Bangladesh.

Tout au long de leur exil, les Bnei Menashé ont continué à pratiquer le judaïsme tout comme le faisaient leurs ancêtres, y compris l’observation du shabbat, la cacherout, la célébration des fêtes juives… Et ils ont continué à entretenir le rêve de retourner un jour dans le pays de leurs ancêtres, la terre d’Israël. Ces dernières années, l’organisation juive Shavei Israel a permis à 1.700Bnei Menashé de rentrer à Sion – 7.200 sont encore en Inde, attendant le jour où eux aussi seront en mesure de faire l’aliyah.

En janvier, 53 Bnei menashé sont déjà arrivés en Israël, avec l’aide de l’Ambassade Chrétienne de Jérusalem – voir l’article du journal Hamodia, qui semble étonné que des chrétiens évangéliques puissent aider Israël. Grâce à la générosité des chrétiens de France, Shalom Israël a d’ailleurs pu faire un don fin décembre de 4.300 euros.


Exemples d’excellence

  • Elhanan Bloch, 17 ans, élève de la yeshiva AMIT de Yerusham, a gagné le Concours Biblique International ayant eu lieu à Jérusalem. Il était en compétition avec 53 autres jeunes, venus de 22 pays…
  • Des étudiantes de l’oulpena AMIT Dickman de Beer-Shéva ont remporté la 1ère place dans la catégorie « inspiration » lors du premier Concours de Robotique. Il s’agissait de dessiner et construire un robot jouant le rôle d’un joueur de basket-ball, faisant des paniers et courant sur le terrain…
  • Bien qu’il soit autiste, Mir Segel, 17 ans, étonne tout le monde dans le domaine des mathématiques. Excellant dans ses examens de bagrut (bac), les profs sont convaincus qu’il ira à l’université. A 17 ans, il ne sait ni lire ni écrire, mais en maths, Mir stupéfie ses professeurs…
  • Les anciens du lycée d’AMIT de Beer-Shéva remportent des prix de physique. Quatre anciens de ce lycée ont figuré parmi les 9 vainqueurs du premier Concours de Physique de la région-sud d’Israël…

 














Prendre un enfant par la main

C’est la pensée de Judith, selon la chanson d’Yves Duteil : « Prendre un enfant par la main, pour l’emmener vers demain, pour lui donner confiance en son pays ». C’est également la pensée de l’Eternel, le D.ieu de Jacob :

« Je ferai de Jérusalem mon allégresse, et Je me réjouirai au sujet de mon peuple. On n’y entendra plus ni pleurs ni cris de détresse… Ils se construiront des maisons et les habiteront ; ils planteront des vignes et en mangeront les fruits ; ils ne bâtiront plus des maisons pour qu’un autre y habite à leur place, ils ne planteront plus de vignes pour qu’un autre en mange les fruits. Car les enfants de mon peuple vivront aussi longtemps qu’un arbre. Mes élus jouiront du fruit de leur travail. Ils ne peineront plus pour rien et les enfants auxquels ils donneront naissance ne seront plus destinés au malheur. Ils seront une race bénie par l’Eternel, et leur postérité le sera avec eux » – Esaïe 65 :21-23


Excellente réussite à tous ces jeunes, et bonne fête de Pourim à tous !



Tags: , , , ,