Ner Hazikaron


Jamais Israël n’avait paru à la fois si fort et si fragile, que durant cette cérémonie du Souvenir –Yom hazikaron. C’était retransmis en direct par internet ; le lieu était rempli de soldats et de généraux, d’hommes et de femmes ayant perdu un proche, à la guerre ou lors d’attentats. C’était devant le Kotel, le Mur mémorable, vestige du Temple de Salomon, c’était devant le D.ieu d’Israël.

Tous honoraient la mort des 22.867 personnes sacrifiées pour le pays, tombées au « Champ d’honneur ». Cela ne compte pas les trop nombreuses victimes du terrorisme. Aujourd’hui les Israéliens se rendent aux cimetières militaires en hommage à ces soldats tombés pour la défense de la Terre au cours des différentes guerres d’Israël.

Israël a payé le prix fort pour assurer la survie de son pays trois fois millénaire et si disputé – le prix du sang…


‘Ad mataï – jusqu’à quand Seigneur ?… Jusqu’à quand le sang devra-t-il couler et jusqu’à quand le monde s’acharnera-t-il à refuser de reconnaître à Israël une vraie et entière légitimité, après avoir du bout des lèvres accepté sa création ? La paix sans Israël est une mascarade. La paix au Proche-Orient avec la création d’un énième Etat islamique, sans la reconnaissance d’un Etat juif équivaut à dénier à l’Etat hébreu son existence. La paix avec la création d’une « Palestine », c’est déchirer la terre d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, c’est mépriser le Créateur…

Ô combien était beau le chant de ce soldat, de ce ‘Hazan à la voix pure, résonnant dans ce Parvis où montent sans interruption les prières vers le ciel !

Merci Israël d’exister, merci de nous montrer combien une nation peut être digne devant ses soldats tombés et ses familles meurtries, croyantes devant leur D.ieu – Lui sait entendre la voix du peuple choisi, Son témoin.


HATIQVAH : l’Espérance d’Israël – que vibre l’âme juive ! Cet Hymne, l’Hatiqvah, est plus que jamais d’actualité, et il est universel. L’humanité a désespérément besoin de « l’âme juive », comme les nations ont eu besoin de « leurs Juifs » dans leur histoire. A présent que cette âme a trouvé son repos, sa terre et sa capitale éternelle Yéruchalaïm, le vrai Shalom de D.ieu peut descendre et s’établir pour le meilleur de  l’humanité.

Aussi longtemps qu’en nos coeurs,
Vibrera l’âme juive,
Et tournée vers l’Orient
Aspirera à Sion,
Notre espoir n’est pas vain,
Espérance bimillénaire,
D’être un peuple libre sur notre terre,
Le Pays de Sion et Jérusalem.


 Ner hazikaron, c’est la bougie du souvenir et c’est aussi la flamme de la mémoire. Israël, continue d’entretenir cette flamme, fais briller l’étincelle de vie divine au sein de l’humanité. La fidélité de D.ieu est grande, tout comme Sa compassion et Ses promesses immuables.

« Il se rappelle à toujours Son alliance, Ses promesses pour mille générations, l’Alliance qu’Il a traitée avec Abraham, et le serment qu’Il a fait à Isaac ; Il l’a érigée pour Jacob en loi, pour Israël en alliance éternelle, disant : Je te donnerai le pays de Canaan comme héritage qui vous est échu » – Psaume 105


Gérald & Sophie Fruhinsholz
9 mai 2011




Print Friendly, PDF & Email

Tags: ,

Intifada théologique


Il est prévu le 15 mai prochain, semble-t-il, une 3ème Intifada, avec tous ceux qui se réunissent sur Facebook pour haïr et délégitimer Israël. Il est un autre type d’Intifada  tout aussi dangereux : « l’Intifada théologique ». Celle-ci émane de « chrétiens » antisémites, comme ce pasteur Naïm Ateeq, ministre de l’Eglise anglicane et fondateur du Centre oecuménique de Sabeel[1] pour la théologie de la libération  à Jérusalem. Il écrit ceci :

  « … La Palestine est devenue un énorme Golgotha. Le programme crucificatoire du gouvernement israélien fonctionne quotidiennement. La Palestine est devenue le lieu du crâne ».


Qui peut écrire de telles aberrations ?… L’auteur de ces lignes est semble-t-il un révérend respecté. Il est à l’origine avec d’autres chrétiens arabes de la Semaine de Prière pour l’unité des chrétiens 2011, dont Michel Sabbah, ancien Patriarche latin de Jérusalem, qui voulait « libérer Israël du mal de l’occupation », se disant « protégé par le Hamas ». L’ultime souhait de ces chrétiens mal-pensants est bien sûr de voir disparaître Israël qui « occupe » leur pays. Théologie de libération = théologie de remplacement.

Que peuvent penser ces gens de tous les chrétiens persécutés par des Musulmans à Gaza, en Egypte, au Soudan, en Érythrée… des pasteurs torturés, des églises brûlées, par les Islamiques, et de tous les  droits de la femme et de l’enfant bafoués ?…



En Israël uniquement, le nombre de chrétiens augmente !

Dimanche dernier, plus de 10.000 chrétiens ont défilé pour la traditionnelle procession des Rameaux à Jérusalem. Le cortège s’étendait du Mont des Oliviers jusqu’à la Vieille ville, dans une atmosphère bon enfant, selon la police israélienne et des témoins. Peut-on voir de telles manifestations chrétiennes en Arabie saoudite, en Syrie, en Jordanie, ou en Algérie ?…

Le révérend Naïm Ateeq et ses collègues sont à placer dans le même panier que tous les détracteurs d’Israël, comme l’archevêque sud-africain (Prix Nobel  de la Paix !) Desmond Tutu, accusant Israël d’apartheid, ou comme des personnages tel Stéphane Hessel ne s’indignant que pour les Palestiniens soi-disant persécutés par les Israéliens, mais insensible à tous les Arabes massacrés à Gaza, en Syrie, Egypte, ou Lybie, par leurs propres frères.



L’unité des chrétiens se fera sous la bannière d’Israël !

Le chrétien a depuis toujours été appelé à bénir le peuple juif, peuple choisi de D.ieu. Selon la Parole, il nous incombe de nous placer sous la bannière d’Israël. Amis chrétiens, faites un test : lors de réunions où l’on parle d’unité, venez avec un drapeau d’Israël ou un tee-shirt « I love Israel ». Rien de tel pour révéler les coeurs !

Et à propos de Pâques, aux diatribes du révérend arabe, je préfère nettement la prose du journaliste italien Guillio Meotti – « Les chrétiens ont disparu du Moyen-Orient » – exprimant cette vérité :

« C’est la Pâque la plus triste de la longue épopée du christianisme arabe : La croix a quasiment disparu dans les terres de ses origines. La diversité tant vantée du Moyen-Orient est bientôt réduite à la terne monotonie d’une seule religion, l’Islam, et à une poignée de langues [….].

Il termine ainsi son article : « Si les islamistes l’emportent, le Moyen-Orient sera complètement vert, la couleur de l’islam. Sous la menace atomique et islamiste, le reste du peuple juif risque d’être liquidé avant le centenaire d’Israël en 2048. Il est temps pour les chrétiens à reconnaître que la survie d’Israël est aussi essentielle et vitale pour eux. Pendant l’Holocauste, où la plupart des chrétiens ont été des spectateurs ou des collaborateurs, l’étoile jaune a été un symbole de mort pour les Juifs. Aujourd’hui, le drapeau blanc et bleu à la belle étoile à six branches est un symbole de survie et d’espoir pour les Juifs et les chrétiens ».   

Je dis : Amen ! en précisant que « le vert » ne l’emportera pas, mais le bleu/blanc, oui.

« JE traiterai avec eux une alliance de paix, et il y aura une alliance éternelle avec eux ; JE les établirai, JE les multiplierai,
et JE placerai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. Ma demeure sera parmi eux ;
JE serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que JE suis l’Eternel, qui sanctifie Israël… » – Ezéchiel 37 :27.

 

Ci-dessous le texte d’un ami catholique, démontrant s’il le faut la véritable unité qui se fait au travers d’Israël ; il s’agit du Père Bernard Fauvarque, un jésuite passionné d’Israël, auteur du livre « Le salut vient des Juifs » (Bayard service édition 2009 – 15 €)

[1] Créé en 1994, Sabeel (lire Sabîl) est un Centre oecuménique de Théologie de la Libération, établi à Jérusalem et Nazareth. Il réunit des chrétiens palestiniens soucieux d’aider leurs Eglises respectives à témoigner du message de l’Evangile, en apportant une parole d’espérance, de droit et de réconciliation, dans la situation d’occupation et d’oppression, que vit la population palestinienne… [sic]


Gérald & Sophie Fruhinsholz
24 avril 2011




 

 

Le conflit Israélo-Palestinien interpelle la Chrétienté  

 par le Père Bernard Fauvarque – avril 2001


Savez-vous qu’il existe une « théologie de la libération de la Palestine » enseignée à Jérusalem (Institut catholique AI-Liqa) ? Traduisez : théologie qui, face aux injustices et aux crimes « perpétrés » par Israël, et par Israël seul, dans le conflit israélo-palestinien, met tout en œuvre pour libérer le christianisme de sa matrice juive. Une théologie qui consiste à dépouiller Jésus de sa judéité pour en faire un Jésus sui generis arabo-palestinien. La Palestine – et non Israël – serait ainsi à l’origine du christianisme, et les israéliens ne seraient que des usurpateurs de la patrie islamo-chrétienne palestinienne. Ces chrétiens, on le voit, ont choisi leur camp : épousant la cause du nationalisme palestinien le plus radical, ils en arrivent à renier leurs propres racines, tandis qu’ils prétendent condamner à nouveau le peuple juif au rejet et à l’exil. Ces « nouveaux » théologiens sont certes minorité et confinés dans cette région du monde, mais leur idéologie est relayée par un réseau dense d’associations et d’O.N.G. à travers notre monde occidental.

Elle peut donc contaminer un certain nombre de chrétiens, sensibles – comme il se doit – aux souffrances des Palestiniens et n’ayant pas encore réalisé que le christianisme ne peut vivre coupé de ses racines juives, implantées, elles, sur cette terre d’Israël. Le fait est donc extrêmement grave puisque qu’il s’agit d’une opinion hérétique qui finirait par détruire le christianisme lui-même… Lire la suite …

 




Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , ,

Lettre ouverte à Mr Sarkozy


Monsieur le Président de la République,

La France, sous votre impulsion, a été à l’initiative pour une intervention des Nations Unies en Libye, en faveur des Libyens se soulevant contre le régime dictatorial de leur président Mouhammar Kadhafi.

Le caractère incroyable des moyens mis en œuvre, peut-on dire disproportionnés, face à un pays de 6 millions d’habitants peut simplement surprendre. La coalition n’a pas lésiné sur les moyens à utiliser. C’est une véritable Armada qu’elle a déployée  pour venir en aide aux insurgés libyens…

Nous savons malheureusement que des centaines de civils ont été victimes des bombardements. Des erreurs ont été commises et des convois amis ont été pris pour cibles par des avions de la coalition. Celle-ci a pu également comprendre ce que signifie le terme « boucliers humains » lorsque les combattants ennemis se cachent au sein d’une population civile, et que tout raid occasionne des « dommages collatéraux ».

Or Monsieur le Président, le 27 décembre 2008, vous avez condamné l’opération « Plomb durci » faite par Israël contre Gaza, dénonçant avec vigueur « … les provocations irresponsables qui ont conduit à cette situation ainsi que l’usage disproportionné de la force ».
Le diriez-vous toujours aujourd’hui, et de la même façon ?


Comme vous le savez, la situation en Israël était vraiment différente :

  • La France s’est engagée dans un conflit en Libye, qui n’est aucunement une menace, ni pour la population française ni pour son territoire.
  • Par contre, Israël a reçu des milliers de roquettes  sur son propre territoire durant des années (et continue d’en recevoir) et a logiquement défendu sa population. Il s’agissait d’une réaction légitime d’un Etat, face à un ennemi déclaré, en l’occurrence le Hamas, représenté par plusieurs groupes terroristes – des combattants habillés en civils, se cachant derrière la population. Il se trouve d’ailleurs que Tsahal est la seule armée au monde à envoyer des tracts pour signaler l’imminence d’un bombardement, de manière à avertir les civils.

Autre conflit, la Côté d’Ivoire. La France s’est également engagée avec une force militaire d’envergure. Elle a soutenu les soldats pro-Outtara, s’ingérant au sein d’une démocratie, et des massacres terribles ont eu lieu – selon la Croix-Rouge, un millier de personnes ont été tuées à Duékoué, première ville de l’ouest ivoirien à être tombée aux mains des forces pro-Ouattara.

Ces derniers jours, des hélicoptères français ont bombardé le palais et la résidence du Président Laurent Gbagbo, ainsi que des camps militaires contrôlés par les forces pro-Gbagbo. Je ne suis pas qualifié pour dire si l’intervention de la France est justifiée ou non, mais encore une fois, je constate que ce que l’on refuse à Israël – un simple droit à l’auto-défense – les nations et la France notamment, se le permettent, allant bien au-delà. Alors :

  • Pourquoi Israël n’a-t-il pas le droit de se défendre et protéger sa population ? Y a-t-il deux poids et deux mesures – les victimes palestiniennes sont-elles plus importantes que les victimes égyptiennes, tunisiennes, libyennes, syriennes, yéménites, ou ivoiriennes ?…
  • Pourquoi également, la France refuse-t-elle la requête israélienne d’annulation du Rapport Goldstone ? Le juge Richard Goldstone qui auparavant accusait Israël de « crimes de guerre », a récemment, et sans doute à la lumière des conflits actuels, reconnu avoir affirmé à tort qu’Israël avait visé intentionnellement des civils.

Habitant à Jérusalem, nous ne pouvons que remarquer ces injustices flagrantes lorsqu’il est question d’Israël et du peuple juif. Nous connaissons votre amitié envers Israël, et nous croyons que vous serez sensible et compréhensif pour que la diplomatie française manifeste une vraie justice à l’égard de cet Etat, unique démocratie au Moyen-Orient, et fasse pression sur la Commission des Droits de l’homme à l’ONU pour annuler ce « rapport » inique.

 

Respectueusement à vous,
Gérald & Sophie Fruhinsholz
6 avril 2011
« Celui qui bénit Israël sera béni » –Genèse 12




 

Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , , ,

« Lekh lekha Israël »

Actualité Juive – N°1158 – 24 mars 2011

Article signé Reine Moutot


Le pasteur Gérald Fruhinsholz présente son livre : « Lekh lekha Israël »


Il y a quelques jours, le Centre Culturel Juif de Grenoble (CCJ) recevait le pasteur Gérald Fruhinsholz accompagné de son épouse Sophie. Il venait présentait son livre « Lekh lekha Israël ».

Quel que soit son idéal politique, quelle que soit son orientation religieuse, le Juif a une corde qui vibre en lui dès qu’il s’agit d’Israël. Quand des chrétiens ressentent la même émotion, c’est un véritable miracle ! Ils étaient nombreux ce soir-là au CCJ : membres des associations juives et non-juives, les Chrétiens Amis d’Israël (ICEJ), le groupe Shalom de Grenoble.


Gérald Fruhinsholz se définit lui-même : « Je suis chrétien et pasteur, et je bénis Israël ! ». Après 20 ans de ministère pastoral en France, il est venu s’établir dans l’Etat hébreu, plus précisément à Jérusalem, avec son épouse et son fils. Ils travaillent comme volontaires aux côtés de Hazon Yechaya, une des plus grandes organisations caritatives du pays. L’auteur avance l’idée que D.ieu à travers le peuple juif a un projet unique et éternel pour le salut de l’humanité auquel l’Eglise est appelée à collaborer avec un soutien non intéressé. Après 2000 ans d’errance, le peuple juif a le droit de vivre sur sa terre lui appartenant de droit par D.ieu et par les hommes.

Le pasteur souhaite faire passer le message suivant : « Les chrétiens amoureux de Sion désirent se placer aux côtés d’Israël, en accord avec les Ecritures ». Gérald Fruhinsholz fait alors un rappel historique très profond, depuis le IVe siècle jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. En évoquant la Shoah, une forte émotion règne dans la salle.

Gérald Fruhinsholz rappelle : « Aucun peuple n’a autant souffert que le peuple juif, le peuple élu de D.ieu : humilié, chassé de son pays, dispersé parmi les nations, persécuté et massacré. La restauration d’Israël a été la réponse cinglante de D.ieu à la lâcheté des nations, et aux forces des ténèbres, la résurrection de l’Etat d’Israël en 1948 ».


C’est sur une note très optimiste que le pasteur terminera : « Malgré l’antisémitisme et la haine des nations qui perdurent, D.ieu bénira son peuple parfaitement pour le bien de l’humanité ». Rarement, une telle intensité a investi tout un public si diversifié avec des opinions très différentes.




Print Friendly, PDF & Email

Tags: , , , , , , ,