21 mars 2015
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Netanyahou 2015Au grand dam des journaux français et autres médias anti-Israël, à la surprise de tous et malgré les pressions exercées à son encontre,  Binyamin « Bibi » Netanyahou a obtenu la victoire et inaugure son quatrième mandat. Il reste le leader incontesté de l’Etat hébreu. On se rappelle comment déjà Bibi avait surpris le monde en battant Shimon Peres aux élections de 1996.

Nous saluons la victoire de Bibi car nous croyons qu’il est celui que l’Eternel a choisi pour diriger sa nation, durant ce temps crucial, alors qu’Israël est entouré d’ennemis féroces et qu’il est sous le coup d’une menace nucléaire de l’Iran. On ne doit pas ignorer le parallèle incroyable du discours de Bibi à Pourim au Congrès de Washington, qui est comme une illustration de la Meguila d’Esther, avec l’aide de Mardochée ayant contrecarré les plans diaboliques de Haman à l’encontre du peuple juif – 25 siècles après, le parallèle est saisissant (voir ce pdf).

Cette victoire a fait grincer des dents nombre de personnes qui voulaient voir disparaître celui qui défend Jérusalem et la Judée-Samarie, et s’oppose à un Etat palestinien dans les conditions qui sont celles d’aujourd’hui avec un Hamas terroriste et une « Autorité palestinienne » n’ayant plus de crédibilité. Composer avec eux n’est pas « réaliste ». Cette dite « radicalisation » de Bibi fait sa force. Alors que l’Occident – les Nations Unies, les Etats-Unis – se plient devant la menace d’une Islamisation mondiale, Netanyahou est le seul leader démocrate ayant le courage de s’opposer à cette idéologie fascisante, et à un Etat palestinien qui veut prendre la place d’Israël, refusant à l’Etat hébreu toute légitimité.

 

Le Conseil de l’OLP : NON à la paix et à un Etat palestinien…

Abbas sur les pas d'Arafat

Abbas sur les pas d’Arafat

Les Palestiniens ne désirent pas la paix au sens démocratique du terme d’une l’entente cordiale entre deux peuples – ils veulent tout, en excluant Israël :

« Les Palestiniens ne veulent pas la paix et ne veulent pas d’un Etat indépendant. Les exigences palestiniennes mettent un terme à tout accord de paix possible : La 27ème conférence du Conseil central de l’OLP s’est tenue les 4 et 5 mars 2015, sous le slogan de « Fermeté et résistance populaire » c’est à dire le terrorisme. Dans un communiqué publié à l’issue de cette conférence, le Conseil a annoncé la suspension de la coordination sécuritaire avec Israël, sous toutes ses formes » […] (lire l’article sur EuropeIsraël News)

 

Soutenir le chef de l’Etat hébreu

Dès la victoire acquise pour le Likoud et son chef, les réactions ont été fortes et même menaçantes : Les Etats-Unis, avec un Obama quelque peu humilié, parlent de retirer leur veto en faveur d’Israël pour une reconnaissance unilatérale de la Palestine au prochain vote du Conseil de sécurité. Il est aussi question de réévaluer le soutien américain…

Les Britanniques également critiquent Binyamin Netanyahou. « Si le dirigeant israélien ne soutient pas une solution à deux Etats, la Grande-Bretagne n’aura plus d’autre choix que de reconnaître un Etat palestinien », vient de déclaré Nick Clegg, vice-Premier ministre britannique.

 

La victoire de Bibi, considéré par beaucoup comme « l’homme à abattre », attise les rancoeurs et alimente l’antisionisme grandissant. Le défi auquel est confronté Netanyahou est de taille. Le Premier ministre devra se surpasser et réunifier son pays autour de lui et de son gouvernement, notamment en répondant à des attentes concernant le social et les désirs légitimes d’une  partie de la population qui se sent délaissée, en Israël.

D’autre part, il importe de mesurer l’aspect spirituel de cette victoire. Il est écrit que le monde se dressera contre Israël. Il est dit dans les Ecritures qu’à la fin des temps, « Toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle (Jérusalem, Israël) » – Zacharie 12:3. 


Lion de Juda

Le discours décisif de Bibi à Washington est en ce sens prophétique. La décision de Mardochée/Esther a placé le monde juif d’alors au bord d’un précipice, mais le pari a été gagné : l’ennemi, Haman, a été dévoilé et ses plans anéantis. Le peuple juif a été sauvé et Mardochée a été placé à la tête de l’empire perse.

La Bible dit qu’Israël redeviendra « la tête des nations », et que les nations et ses chefs – ceux qui resteront d’une ultime bataille (Zach 14:16) – viendront adorer le Roi des rois à Jérusalem.

 

Aujourd’hui, nous voyons que l’enjeu est immense tout comme les défis. Mais croyons que Dieu est « dans l’affaire ». Qui a été l’inspirateur de Mardochée et l’auteur de la victoire contre Haman ?… L’Eternel des armées – Adonaï Tseva’ot.

« En ce jour-là, dit l’Eternel, Je m’efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem »– Zacharie 12:9.

A nous de soutenir Bibi, non pas l’homme mais « le champion », le leader que Dieu utilise dans les jours troublés que le monde et particulièrement Israël, traverse.