Archives pour février, 2012

Pourquoi je ne peux être Ben Noa’h

27 février 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Depuis quelques temps, nous entendons beaucoup parler de la religion Noa’hide (ou Noachique) en rapport à Noé, et de personnes non-juives qui se « convertissent », devenant, devant un tribunal rabbinique, Ben ou Bat Noa’h (fils ou fille de Noé). Quelle légitimité a cette religion, et quels fruits porte-t-elle et… est-ce qu’un chrétien peut être Ben No’ah ?


Noé a été un héros de la foi, dans l’obéissance parfaite à D.ieu. Au travers de l’Arche, Noé le « prédicateur de la justice », permit à sa famille et aux espèces animales d’être sauvés de la colère divine. La première alliance de D.ieu fut faite avec Noé, et le signe donné fut l’arc-en-ciel. Par Noé, D.ieu sauvait l’humanité, lui donnant une seconde chance, et Il promettait de ne plus le détruire par l’eau d’un déluge.

Rien dans le texte biblique n’indique qu’une religion à ce stade de l’humanité ait été créée. Nous sommes tous dans le monde « fils de Noé » – Bnei Noa’h, autant croyants que non-croyants, issus de Chem, ‘Ham et Yaphet, les trois fils de Noé qui furent à l’origine des races dans le monde. Nous savons d’autre part que c’est seulement plusieurs générations après Noé que la Torah sera offerte à la nation juive naissante.


Nous sommes tous au bénéfice de la foi de Noé, et devons être reconnaissants pour la miséricorde divine. Les commandements qui furent donnés à Noé et à ses fils, selon Gen 9, chacun est en droit de les suivre. On peut les résumer ainsi :

1. Soyez féconds et remplissez la terre (mentionné deux fois),
2. Ne mangez pas un animal « avec son sang » (soit un animal vivant), car la vie est dans le sang,
3. Ne soyez pas meurtrier, sous peine de mort (ce qui sous-entend un aspect judiciaire, et l’idée de juges et de tribunaux).


On peut évidemment, à cette liste succincte mais biblique, rajouter en premier lieu « le respect à D.ieu », l’auteur de cette alliance ; cette révérence est sous-jacente, mais évidente entre l’homme de foi et son D.ieu. Etre un digne fils de Noé sous-entend en effet une relation avec le D.ieu de la création qui s’avèrera être le D.ieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.


En tant que chrétien, j’adhère complètement à ces principes qui sont à la base de toute société, même si les prescriptions judiciaires ne sont pas évoquées explicitement du temps de Noé. Ces « lois » de Noé seront en fait reprises en partie dans les « dix Paroles » de la Torah, qui inspireront la déclaration des Droits de l’homme.

 

Les Bnei Noa’h dans la tradition juive…

On doit légitimement poser la question : qu’ont apporté les bnei Noa’h au monde depuis Noé, c’est-à-dire il y a plus de 4000 ans ?… Bibliquement, l’Histoire ne mentionne pas de religion noa’hide.

Selon le Talmud, il y a « sept lois noa’hides », la tradition juive précisant la prescription « d’instituer des tribunaux » impliquant la présence de juges chargés de faire appliquer ces lois – un tribunal rabbinique remplit cette fonction. Nous n’adhérons pas à cette vision des choses qui dépasse le cadre biblique. Cela suggère que le Ben Noa’h qui est issu des nations, est finalement soumis à la Loi juive. En outre, le Ben noa’h n’a pas de culte proprement dit, mais doit aller de préférence dans une synagogue, sans avoir cependant le droit de monter à la Torah (lire publiquement dans le rouleau de la Torah), ou même de respecter chabbat. Le Ben Noa’h en fin de compte, n’est ni juif ni chrétien, mais il est soumis au rabbinat. N’est-ce pas là une sorte de « sous-judaïsme » ?…

 

Le Christianisme, une religion pour les nations

Le Christianisme qui a touché l’ensemble des nations, existe depuis 2000 ans. L’histoire de cette religion issue du judaïsme est loin d’avoir répondu à ce qu’elle enseigne, soit l’amour de D.ieu envers les hommes à travers Christ. L’influence du paganisme et de l’hellénisme (Javan) a corrompu la foi chrétienne. « Au nom de Jésus » ou de Dieu, le pire a été commis. Nulle excuse pour ces faits horribles.

Il existe cependant des belles choses qui demeurent. La vocation chrétienne a été atteinte en partie : la connaissance de la Bible et du Dieu de la Bible a été portée jusqu’aux extrémités de la terre. Les chrétiens ont permis la traduction de la Bible dans la majorité des langues de notre planète. Déjà, les Juifs l’avaient traduite en grec pour le monde d’alors (la Septante). Aujourd’hui, les Papous ou les tribus d’Amazonie, au bout du monde, peuvent lire la Bible dans leur propre langue… au prix de nombreux martyrs ayant donné leur vie pour l’amour de Dieu, mais aussi pour le nom de Jésus.


De notre temps, ce sont les chrétiens qui sont le plus persécutés pour leur foi… Aujourd’hui, plus de 150 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde (1). Les auteurs de cette persécution ? Les Communistes, les Bouddhistes, les Islamistes. Le pasteur Wurmbrand, fondateur des « Eglises martyres », a vécu 14 ans dans les geôles de Ceaucescu. Des anges venaient le visiter et il n’a jamais craqué, il n’a jamais renié le nom de Jésus, condition pour sa libération. Le pasteur Wurmbrand a rejoint le ciel il y a peu, à l’âge de 90 ans.

Des œuvres innombrables de charité ont été créées dans le monde par des organisations humanitaires chrétiennes, comme avec soeur Emmanuelle ou Mère Teresa. La Croix-Rouge a été fondée par le protestant sioniste Henri Dunant. Martin Luther King et combien d’autres chrétiens remplis de l’amour de Jésus ont été à l’origine de mouvements de libération. Il y a une trace évidente et positive pour l’humanité de la part de si nombreux chrétiens.


J’ai personnellement toujours mis en avant le témoignage du peuple juif au travers de l’Histoire et fustigé le silence coupable de l’Eglise durant la Shoah. Mais nous savons combien les témoignages des actes fait « au nom de Jésus » sont nombreux – des chrétiens ayant sauvé des familles juives, comme le pasteur André Trocmé et d’autres du monde catholique ? A-t-on connaissance que des Bnei Noa’h aient agi de même ?…

 

Non, un chrétien ne peut être Ben Noa’h !

J’ai peur en fait que l’instauration du Noa’hisme, soit plus un moyen moderne de contrer le Christianisme, que d’instaurer une religion pour des non-juifs donnant la possibilité de connaître D.ieu sous la direction de rabbins… sans Christ, ni rédemption. Une religion simplifiée en somme, mais sur quel fondement de vérité ?… Un chrétien désirant être Ben Noa’h doit renier sa foi, et notamment la divinité de Jésus qui est le fondement de sa foi.

Malgré les horreurs perpétrées par des « chrétiens » n’ayant en aucun cas été le reflet de ce qu’ils auraient dû être, des traits lumineux extraordinaires sont sortis du sein du Christianisme… et ceci grâce à D.ieu et à Sa miséricorde infinie, dont Israël peut aussi témoigner. D.ieu a été fidèle pour les deux peuples. La vocation du Christianisme en tant que religion pour les nations existe réellement, avec ses ombres et ses lumières.

 

Témoignages juifs

Je maintiens qu’Israël et l’Eglise ont des vocations complémentaires contribuant toutes deux au Projet glorieux de D.ieu pour l’humanité. Comme l’a souligné dans son « Etoile de la Rédemption », Franz Rosenzweig, Israël est le cœur incandescent de l’Etoile, et les chrétiens les rayons atteignant le monde jusqu’à ses extrémités. Chacun des deux peuples a eu ses défaillances ; ils sont représentatifs de l’homme dans ses défauts d’infidélité, d’orgueil…, mais également dans ses qualités de générosité, d’héroïsme, et de loyauté.


Le rav Ashkénazi dit Manitou, disait à propos des relations du Christianisme et du Judaïsme : « … sur le plan de l’accomplissement de notre vocation de messianité, nous sommes défaillants. Nous en parlons mais, en fait, nous ne croyons pas que notre devoir soit de faire que s’accomplisse le sens de l’histoire » – La Parole et l’Ecrit, p 334.

Armand Abécassis dira : « Israël avait pour vocation d’annoncer le Dieu vivant au monde mais ce sont les Chrétiens qui l’ont fait : c’est l’Eglise qui s’en est chargé en effet et cette  »déviation » qui est devenue l’Eglise a accompli l’une des faces essentielles de la mission d’Israël. Des milliers de barbares au cours de l’histoire ont été ouverts à la morale de l’amour, de la justice, en un mot, de la personne humaine, grâce aux Chrétiens » (« En vérité, je vous le dis… »). Je pose donc la question : et si aujourd’hui les Juifs considéraient le Christianisme avec d’autres yeux, non pas comme « une déviation », mais comme faisant partie du Projet divin…

 

Comme le dit l’Ecclésiaste, « il y a un temps pour se déchirer… et un temps pour s’embrasserun temps pour la guerre… et un temps pour la paix« . Respectons-nous les uns les autres, enrichissons-nous mutuellement, et D.ieu s’en réjouira – Son Messie est à la porte.




(1) Voir l’article d’Alexandre del Valle : « Le Nigeria bientôt christianrein ».



11 mars 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz


En réponse à « Parole volée » ayant partagé mon article sur les Bnei Noa’h …



…  je voudrais préciser pour éviter tout amalgame qu’il n’y a aucune jalousie concernant cette religion. J’ai donné un point de vue suite à la demande de nombreux chrétiens francophones.

J’affirme en outre que nous ne sommes en aucun cas prosélytes ou « missionnaires », à moins que ce mot désigne le fait d’être missionnés, mandatés par D.ieu pour bénir Israël sur sa terre, et de soutenir Sa nation.

Alors oui, j’affirme que c’est la mission des chrétiens dans les derniers temps que nous vivons, d’être résolument aux côtés d’Israël.

Je note également que nous pouvons difficilement influencer le D.ieu de l’univers sur le déroulement de Ses projets, ce qui viendrait à dire que nous attendons que le peuple juif se convertisse à Jésus – comme l’a dit un certain rav, cessons de « fantasmer ».

Nous avons simplement à nous tenir avec le peuple juif, en vue de l’accomplissement des promesses divines en faveur d’Israël qui redeviendra « la tête des nations ».

La parole de Jérémie (31 :17), en accord avec la Torah (Deut 28 :13) dit ceci : « Levez-vous, montons à Sion, vers l’Eternel, notre Dieu ! Car ainsi parle l’Eternel : Poussez des cris de joie sur Jacob, éclatez d’allégresse à la tête des nations (Israël) ! Elevez vos voix, chantez des louanges, et dites : Eternel, délivre ton peuple, le reste d’Israël ! ». Cette parole s’adresse aux goyim et notsrim que nous sommes.


Concernant le Noa’hisme, j’ai exprimé un point de vue qui sans doute diffère de certains, mais je crois que l’Etat hébreu est une vraie démocratie autorisant la diversité de convictions.



Tags: , ,

Porque no puedo ser Ben Noa’h

27 de febrero de 2012
Pastor Gérald Fruhinsholz


Hace una temporada que oímos hablar de la religión Noajide (o Noajida) en relación a Noé, y de personas no-judías que se « convierten », ante un tribunal rabínico, en Ben o Bat Noa’h (hijo o hija de Noé). ¿Qué legitimidad tiene esta religión, qué frutos lleva y…¿puede un cristiano ser Ben No’ah ?


Noé fue un héroe de la fe, en obediencia perfecta a D.ios. Noé el « predicador de la justicia », fue usado para que su familia y las especies animales se salvaran de la cólera divina por medio del Arca. El primer Pacto fue sellado con Noé, y el arco iris fue su señal. D.ios salvaba a la humanidad utilizando a Noé, quiso brindarle una segunda oportunidad, y prometió no volver más a destruirla con las aguas del diluvio.

Nada en el texto bíblico, indica que se formara ningún tipo de religión, en aquella etapa de la humanidad. Todos, en el mundo, somos « hijos de Noé » – Bnei Noa’h, tanto creyentes como no creyentes, procedentes de Sem, Jam y Jafet, los tres hijos de Noé que estuvieron en el origen de las razas del mundo. Por otra parte, sabemos que la Torá fue dada a la nación judía recién nacida, varias generaciones después de Noé.

Estamos todos bajo el beneficio de la fe de Noé, y debemos ser agradecidos por la misericordia divina. Cada cual tiene el derecho de seguir los mandamientos dados a Noé y a sus hijos, según Génesis 9. Podemos resumirlos así:

1. Multiplicaos y llenad la tierra (mencionado dos veces),
2. No comáis un animal « con su sangre» (o sea un animal vivo ), porque la vida está en la sangre,
3. No seáis criminales, so pena de muerte (subyace un aspecto judicial, con la idea de jueces y de tribunales).


A esta lista escueta pero bíblica, podemos añadir por supuesto en primer lugar « el respeto a D.ios », el autor de este Pacto; esta devoción está subyacente, pero es patente entre el hombre de fe y su D.ios. Ser un hijo digno de Noé implica en efecto una relación con el D.ios de la creación que más adelante se identificaría como el D.ios de Abraham, de Isaac y de Jacob.


Como cristiano, suscribo plenamente estos principios que representan la base de cualquier sociedad, aunque las prescripciones judiciales no estuviesen explícitamente mencionadas en el tiempo de Noé. Estas « leyes » de Noé serán retomadas de hecho en las « diez Palabras » de la Torá, que a su vez serán fuente de inspiración de la declaración de los derechos humanos.


Los Bnei Noa’h en la tradición judía…

Es justo que nos hagamos la pregunta siguiente: ¿qué aportaron al mundo los bnei Noa’h desde Noé, es decir hace más de 4000 años ?… Bíblicamente, la Historia no menciona ninguna religión noajida.

Según el Talmud, existen « siete leyes noajidas », la tradición judía necesita prescribir « la creación de tribunales » lo que implica la presencia de jueces encargados de hacer cumplir estas leyes – un tribunal rabínico cumple esta función. No compartimos esta visión que se sale del marco bíblico. Esto implica que el Ben Noa’h procedente de las naciones, debe finalmente someterse a la Ley judía. Además, el Ben Noa’h no tiene un lugar propio de culto, pero debe ir preferentemente a una sinagoga, no obstante, no tiene derecho a subir hasta la Torá (leer en público el rollo de la Torá), ni tampoco puede guadar el Shabat. Al fin y al cabo, el Ben Noa’h no es ni judío ni cristiano, sino que se somete a los rabinos. ¿No es esto un sub-judaísmo ?…


El Cristianismo, una religión para las naciones

El Cristianismo que alcanzó al conjunto de las naciones, existe desde hace 2000 años. La historia de esta religión nacida del judaísmo, está lejos de haber reflejado lo que predica, como el amor de D.ios a los hombres por medio de Cristo. La influencia del paganismo y del helenismo (Java) corrompió la fe cristiana. « En nombre de Jesús » o de Dios, se cometieron las peores atrocidades. No hay disculpa por estos horribles comportamientos.

Sin embargo, existen cosas hermosas que permanecen. En parte, la vocación cristiana se cumplió: el conocimiento de la Biblia y del Dios de la Biblia fue llevada hasta los confines de la tierra. Los cristianos hicieron posible que se tradujera la Biblia a la mayoría de los idiomas de nuestro planeta. Los judíos ya la habían traducido al griego para el mundo de aquel entonces (los Setenta). Hoy en día, en el último rincón del mundo, los papúes o las tribus del Amazonas pueden leer la Biblia en su idioma… muchos mártires tuvieron que pagar el precio de dar su vida por amor a Dios, pero también en el nombre de Jesús.


Actualmente, los cristianos son los más perseguidos a causa de su fe… Hoy en día, más de 150 milliones de cristianos son perseguidos en el mundo (1). ¿Los autores de esta persecución? Los comunistas, los budistas, los islamistas… El pastor Wurmbrand, fundador de las « Iglesias mártires », vivió 14 años en las cárceles de Ceaucescu. Venían ángeles a visitarle y no se derrumbó, nunca negó el nombre de Jesús, condición previa para ser liberado. El pastor Wurmbrand nos dejó hace poco, a los 90 años.

Numerosas obras de caridad fueron creadas por organizaciones humanitarias, como con la hermana Emmanuelle o la Madre Teresa. La Cruz Roja fue creada por el protestante sionista Henri Dunant. Martín Luther King y muchos más cristianos, llenos del amor de Jesús iniciaron movimientos de liberación. Existe una huella patente y positiva para la humanidad por parte de tantos cristianos.


Personalmente, siempre antepuse el testimonio del pueblo judío a través de la Historia y denuncié el silencio culpable de la Iglesia durante la Shoah. Pero conocemos muy bien los numerosos testimonios de acciones hechas « en el nombre de Jesús » – por parte de cristianos que salvaron a familias judías, como el pastor André Trocmé y otros del mundo católico. ¿Se sabe algo acerca de los Bnei Noa’h que actuaran del mismo modo ?…


¡No, un cristiano no puede ser Ben Noa’h !

Mucho me temo que la implantación del Noajismo, sea más bien una manera de luchar contra el cristianismo, y no la de crear una religión para los no-judíos, otorgando así la posibilidad de conocer a D.ios bajo la dirección de los rabinos… sin Cristo, y sin redención. En resumidas cuentas, una religión simplificada, pero basada ¿en qué tipo de fundamento verdadero?… Un cristiano que desee ser Ben Noa’h debe renegar de su fe, y en particular negar la divinidad de Jesús quien es el fundamento de su fe.

A pesar de las atrocidades cometidas por « cristianos » que no fueron ni mucho menos el reflejo de lo que hubieran tenido que ser, sin embargo desde el seno del Cristianismo salieron halos de luz extraordinarios… y esto por la gracia de D.ios y por Su misericordia infinita, de la que Israel también puede testificar. D.ios permaneció fiel para los dos pueblos. La vocación del Cristianismo como religión para las naciones existe verdaderamente, con sus sombras y sus luces.


Testimonios judíos

Sostengo queIsrael y la Iglesia tienen vocaciones complementarias y que ambos contribuyen al Plan glorioso de D.ios para la humanidad. Tal y como lo subrayó Franz Rosenzweig en su « Estrella de la Redención », Israel es el corazón incandescente de la Estrella, mientras que los cristianos representan los rayos que alcanzan al mundo hasta sus confines. Cada cual de estos dos pueblos cometió sus errores; muy propios del ser humano en cuanto a sus defectos de infidelidad, de orgullo…, pero también en cuanto a sus cualidades de generosidad, de heroísmo y de lealtad.


El rav Ashkénazi llamado Manitou, decía esto a propósito de las relaciones del Cristianismo y del Judaísmo: «…en cuanto al cumplimiento de nuestra vocación mesiánica, somos deficientes. Hablamos de ello, pero en realidad no creemos que nuestro deber sea que se cumpla el sentido de la historia » – La Palabra y el Escrito, p 334.

Armand Abécassis declara lo siguiente: «Israel tenía el cometido de anunciar al Dios vivo al mundo, pero fueron los cristianos quienes lo cumplieron: es la Iglesia la que se encargó de hacerlo, y esta « desviación » que acabó siendo la Iglesia, cumplió uno de los aspectos primordiales del cometido de Israel. A lo largo de la historia, miles de bárbaros se asomaron a la moral del amor, de la justicia, en una palabra, a la persona humana, gracias a los cristianos » (« En verdad, os digo… »). Me hago la pregunta siguiente: que pasaría si hoy en día, los judíos miraran con otros ojos a los cristianos, no como « una desviación », sino como integrantes del Plan divino…


Como dijo el Eclesiastés, «existe un tiempo de romper… un tiempo de abrazarse – un tiempo de guerra… y un tiempo de paz » Respetémonos mutuamente, enriquezcámonos los unos de los otros, y D.ios se alegrará de ello- Su Mesías está a la puerta.




(1) Ver el artículo de Alexandre del Valle:  » Nigeria pronto christianrein » (sin cristianos).


Traducción :Esther KWIK



Tags: , , ,

Radicalisme antichrétien en Israël ?

23 février 2012
Pasteur Gérald Fruhinsholz


Pneus crevés sur le parking de l’église, tags sur les murs, propos injurieux à propos de Jésus… L’assemblée baptiste rue Narkis, près de Betsalel, a encore fait les frais d’un vandalisme antichrétien. Le pasteur Chuck Kopp a découvert cela lundi 20 février.

C’est la deuxième profanation contre un lieu de culte chrétien depuis le début du mois. Parmi les slogans inscrits en hébreu : « Nous allons vous crucifier » et « Mort au christianisme ». Il y a deux semaines, une profanation a eu lieu contre le monastère de la Croix, a précisé Micky Rosenfeld, porte-parole de la police.


En 1982, l’église baptiste de Narkis, à l’époque en bois, avait été complètement détruite par un incendie criminel. Puis, en 2007, un autre incendie avait endommagé une grande partie du mobilier et des livres de prière.


Hier matin, un conseiller spécial du Ministre de la sécurité intérieure, Moty Zaken, est venu témoigner à la Congrégation sa solidarité, s’excusant pour de tels actes. Le rabbi Ada Zavidov, au nom de toute l’Assemblée Har-El, a également déposé un bouquet de fleurs comme « symbole d’une amitié communautaire, regrettant et condamnant l’acte odieux perpétré contre l’église, et espérant une plus grande tolérance dans la belle ville de Jérusalem ».

Les slogans font aussi référence au « prix à payer », une « pratique des Juifs ultra-orthodoxes consistant à se venger sur d’autres des mesures gouvernementales qui leur sont défavorables ou qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts », selon Euronews.

Tout ceci doit nous engager à prier pour la paix, comme le demande David au Psaume 122 :

 

« Priez pour la paix de Jérusalem : oui, que ceux qui t’aiment, ô Jérusalem, vivent en sécurité ! Que la paix soit dans tes murs et que la sécurité règne en tes palais ! Pour mes frères, mes amis, je me plais à dire : « La paix soit chez toi ! » Pour l’amour de la demeure de l’Eternel notre Dieu, je souhaite ton bonheur ».




Tags: , ,

¿Radicalismo anticristiano en Israel ?

23 de febrero de 2012
Pastor Gérald Fruhinsholz


Neumáticos pinchados en el parking de la iglesia, pintadas en las paredes, palabras injuriosas acerca de Jesús… La asamblea bautista de la calle Narkis, cerca de Betsalel, ha sido una vez más, víctima del vandalismo anticristiano. El pastor Chuck Kopp fue testigo de ello el lunes 20 de febrero.

Es el segundo acto de profanación de un lugar de culto cristiano desde principios de mes. Entre los eslóganes escritos en hebreo destaca: « Os vamos a crucificar «  y « Muerte al cristianismo ». Hace dos semanas tuvo lugar otra profanación contra el monasterio de la Cruz, señaló Micky Rosenfeld, portavoz de la policía.

En 1982, la iglesia bautista de Narkis, construida en madera en aquella época, fue totalmente destruida por un incendio intencionado. Luego, en 2007, otro incendio dañó una gran parte del mobiliario y de los libros de oración.

Ayer por la mañana, un consejero especial del Ministro de Seguridad interior, Moty Zaken, transmitió a la Congregación su solidaridad y pidió disculpas por esos actos vandálicos. El rabbi Ada Zavidov, en nombre de toda la Asamblea Har-El, depositó también un ramo de flores como « símbolo de amistad comunitaria, lamentando y condenando el acto horrendo perpetrado contra la iglesia, y deseando una mayor tolerancia en la hermosa ciudad de Jerusalén ».

Los eslóganes mencionan también el « precio que hay que pagar » una « práctica por parte de los judíos ultra-ortodoxosque consiste en vengarse con otros, de las medidas que adopta el gobierno y que les son desfavorables o que ellos juzgan como opuestas a sus intereses », según Euronews.

Todo esto nos debe llevar a orar por la paz, tal y como lo pide David en el Salmo 122:


« Por ti le pedimos a Dios: « ¡Que tengas paz, Jerusalén! » ¡Que vivan en paz los que te aman! ¡Que dentro de tus murallas y dentro de tus palacios haya paz y seguridad!» A mis hermanos y amigos les deseo que tengan paz. Y a ti, Jerusalén, te deseo mucho bienestar porque en ti se encuentra el templo de nuestro Dios« .

Traducción :Esther KWIK




Tags: , ,